HAPPY HALLOWEEN ! Et bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à réclamer des rp aléatoires !!! N'oubliez pas de venir vous recenser avant le 15 novembre ici !!! .

 

 the day we met again w/ ciarán

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/10/2016
Messages : 375
Points : 340
x âge : 27
x métier : c'est compliqué
x statut : gay

MessageSujet: the day we met again w/ ciarán   Mar 1 Nov - 16:41

Les vacances scolaires sont la meilleure partie du job de prof. Chris adore les enfants, leur apprendre tout un tas de choses utiles aussi, mais c'est sans culpabilité qu'il avoue préférer passer les longues soirées d'automne sur le canapé avec une polaire et son compagnon, et ce jusqu'à des heures indécentes. Les programmes sont souvent les mêmes, et ils finissent toujours soit devant une rediffusion de Friends, soit à ricaner devant les moments un peu gênants de First dates Australia en songeant qu'ils n'étaient pas franchement plus doués que les candidats à l'époque de leurs premiers rendez-vous. Puis on passe à Eurotrash et les émissions encore moins intellectuelles qui tiennent éveillés jusqu'au bout de la nuit quand on a bu trop de café et du temps à rattraper. Un quotidien d'une simplicité folle, mais qui lui convient très bien. Le fait qu'ils soient tous les deux enseignants fait des vacances un moment finalement assez spécial, que Chris attend toujours avec beaucoup d'impatience. Adrian travaillant à Oxford, ne pas le voir quitter le lit avant six heures pour prendre un train beaucoup trop tôt a évidemment du bon. Il a le temps de préparer le petit déjeuner et de passer une bonne demi heure dans la douche. Et comme Chris est assez bonne pâte et attentionné, il se propose toujours pour aller chercher leur commande du vendredi soir en bas de la rue pendant que son fiancé prend un peu d'avance sur son propre paquet de copies (qui elles ne sont pas de simples dessins et récits qui racontent en détail la dernière sortie pédagogique au musée de la guerre ou aux jardins botaniques de Chelsea). Généralement ça ne prend pas plus de vingt minutes, puisqu'il rentre directement ensuite, bien trop sensible au froid pour rester une minute de plus loin de la chaleur de sa couverture (et d'Adrian). Mais ce soir là, il est interpellé par une voix derrière lui. A l'entente de son nom, il se retourne pour faire face à un grand brun aux traits très familiers malgré l'obscurité qui l'entoure. Ça fait des années qu'il ne l'a pas pas vu et pourtant il le reconnaît tout de suite à son regard bleu très particulier. Peut être parce que son frère fait souvent la couverture du Sun ? Il n'a pas beaucoup changé, si ce n'est qu'il a quelque chose de différent dans la démarche, une assurance qu'il ne lui connaissait pas jusque là.

Ciarán Fitzgerald, un garçon du même âge qui vivait à côté avec sa famille.

« Ciarán? » Il demande comme pour vérifier même si il ne devrait pas être étonné de le voir répondre par l'affirmative. Il y a après tout peu de chances que son frère lui adresse la parole de toute façon.  « ça doit bien faire dix ans.. » Chris note en souriant. « Qu'est-ce que tu deviens ? » Il a beaucoup entendu parler de son jumeau évidemment, mais il s'est plusieurs fois demandé ce que devenait Ciarán. Dans son souvenir, il était plutôt réservé et introverti et sa famille n'était pas des plus agréables. Il se souvient de l'avoir vu dans tout ses états après une dispute avec sa mère. Dix ans, c'est fou ce que le temps peut passer vite quand on y pense. Chris réajuste son sac de nourriture pour ne pas le faire tomber et replace un peu son écharpe pour se couvrir du vent. A l'extérieur, les températures sont de plus en plus hivernales. « Tu vis toujours à Clapham ? » Il aurait imaginé qu'il préfère partir et ne jamais revenir. On a tendance à éviter les endroits où l'on a vécu des moments difficiles. A sa place, Chris aurait sans doute quitté le sud de Londres pour émigrer dans le nord de la ville.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: the day we met again w/ ciarán   Mar 1 Nov - 17:07

Pourquoi aujourd’hui ? Il est incapable de répondre à cette question. Il ne sait pas d’où ça lui est venu, pourquoi il s’est levé ce matin en songeant que c’était une bonne journée pour prendre de grandes décisions. En quittant son appartement, un peu avant le déjeuner, il a apprécié le temps. Il fait froid – c’est le mois de novembre tout juste entamé qui veut ça – mais le ciel est quand même clair et le soleil perce. Il est allé déjeuner, seul, à la terrasse d’un petit café. La solitude le poursuit, et c’est peut-être pour ça qu’aujourd’hui était une journée si particulière, parce qu’il a réalisé qu’il serait si facile d’y mettre fin une bonne fois pour toute. Il se souvient, toutes ces années passées à Poudlard à apprendre la magie, et toute cette réserve avec laquelle il s’en sert alors qu’il connaît ses capacités. Pas à prétendre être hors du commun, simplement extrêmement doué. Il a travaillé dur pour ça, façonné par la quête de la reconnaissance parentale qui n’est jamais venu. Il aurait pu choisir de rendre visite à William, une visite inopinée pour lui demander de ses nouvelles, déjeuner, discuter. Ou alors il aurait pu aller voir ses parents, et les forcer à témoigner de leur gratitude. Il aurait pu faire tout ça – et d’ailleurs, il s’est rendu dans des lieux familiers. Au cinéma, d’abord, pour voir son frère sur grand écran, non sans avoir le cœur serré à l’idée qu’il est plus facile de le voir dans un rôle que de le voir en vrai. Puis il a gagné la maison de ses parents pour leur rendre une visite de courtoisie, sans qu’ils le sachent. Il est parti après avoir mis le feu à son lit d’enfant.

Ce n’est ni chez son frère ni chez ses parents que Ciaran va puiser la compagnie qui lui manque. C’est finalement devant un petit appartement où le bonheur roucoule encore à travers les murs qu’il a atterri, le cœur en vrac mais les idées claires. Grayson. Un voisin d’enfance, un ami. Qu’il a dû abandonner en partant à Poudlard, lui aussi, et qu’il a perdu par la même occasion, à la faveur d’Adrian Fletcher, le petit gamin coincé du voisinage. Ils sont presque mariés, désormais. Ciaran fait craquer ses doigts en attendant au coin de la rue que Christopher ne sorte, des épisodes de leur enfance lui revenant en mémoire. Leur rencontre, leurs échanges et conversations, leurs jeux. Les adieux, aussi, et puis Chris qui a grandi et changé – en mieux – au fil des étés. Et Adrian, finalement, et le rejet. Lui aussi, comme les parents de Ciaran avant lui. Il avait gagné la magie, et perdu tout le reste dans le processus, sans que personne jamais ne lui demande son avis.

Ses sentiments persistants pour Grayson l’avaient dissuadé de faire quoi que ce soit de stupide ou qu’il pourrait regretter, au début. Il s’était tenu suffisamment à l’écart pour ne pas déranger, pour cuver sa détresse tout seul, Grayson l’écartant définitivement de sa vie sans la moindre considération pour les sentiments qu’il pouvait éprouver. Plus Ciaran maitrisait la magie, cela dit, plus il venait à s’interroger. Pourquoi ne l’utiliser que pour faire le bien ? Ce n’était pas exactement son genre. Et après tant d’années de souffrance, ne méritait-il pas un peu de bonheur et de considération, lui aussi ? Conclusion imparable à une réflexion de longue durée, puisque personne ne voulait lui donner un peu d’amour, de reconnaissance ou de tendresse, il allait falloir qu’il en crée lui même. Qu’il prenne ce qu’on se refusait à lui donner.

Et Christopher Grayson faisait partie de ce qu’il désirait mais ne pouvait avoir. Pas sans recourir à un peu de magie. « Dix ans, sans doute oui », il répond en acquiesçant, tandis qu’il lui fait face désormais, son effet de surprise tardant à s’évaporer dans l’air qui les entoure. « Je travaille pour le Ministère de la Magie », il explique en haussant une épaule. La liberté est prise à dessein – il sait qu’il va pouvoir manipuler l’esprit, les souvenirs, les chocs dans peu de temps. A quoi bon mentir, prétendre, jouer de faux semblants. Il n’a plus besoin de se cacher, il n’est plus un petit garçon rejeté ou un sorcier mal dans sa peau. « Et oui, j’habite toujours Clapham ». Il attend l’effet de sa première révélation sur son ancien voisin blondinet, qui n’a pas perdu de son charme depuis toutes ces années, pour être honnête. « Je peux t’offrir un café ? » il ajoute, sa main glissant à l’intérieur de sa veste, sur la fine baguette dissimulée dans la poche. Qu’il dise oui ou non importe peu. Plus rien n'a d'importance, en réalité.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/10/2016
Messages : 375
Points : 340
x âge : 27
x métier : c'est compliqué
x statut : gay

MessageSujet: Re: the day we met again w/ ciarán   Mar 1 Nov - 18:07

Chris aurait pu s'attendre à n'importe quelle réponse, sauf celle-ci. Le ministère de la magie ? Sur le moment, il trouve approprié d'éclater de rire et c'est sans doute ce qu'on attend de lui en lui répondant de la sorte. Ciarán n'a sûrement pas envie de parler de sa carrière. Ce que Chris ne comprend pas forcément puisqu'il l'invite à boire un café juste ensuite. Et généralement c'est le genre de conversations qu'on a autour d'un café quand on ne s'est pas vu depuis des années non ? Parler boulot, enfants, projets. Peut être qu'il plaisante simplement et dans cas c'est sûrement bête de se poser trop de questions sur sa réponse un peu atypique, il doit l'admettre. Rire semble alors la meilleure option quoi qu'il arrive, alors il rit, puis réplique d'une voix amusée et pleine de chaleur qui le caractérise si bien. « Ministère de la magie ? Désolé, je suis pas très doué avec les métaphores. » Chris lui offre un sourire bienveillant. Il ne veut pas qu'il se sente obligé de parler de quelque chose s'il n'en a pas envie de toute façon. Il en sait assez sur la vie de Ciarán pour savoir qu'il vaut parfois mieux ne pas insister lorsqu'il ne veut pas aborder un sujet. Il se rappelle cette fois, où il l'avait questionné sur les marques qu'il avait sur le bras. A l'époque, il avait préféré que Chris lui apporte un soutien silencieux et ne pose pas trop de questions. Ciarán possède toujours la même aura de mystère autour de lui. Chris suppose que c'est le lot de ceux qui ont eu une histoire un peu plus sombre que les autres. « Je suis enseignant en école primaire. J'ai fait mon premier stage dans notre ancienne école d'ailleurs. » Il ajoute alors pour enchaîner sur le reste de la conversation.

Pour ce qui est du café, Chris affiche déjà une mine désolée. Il aurait accepté en temps normal, mais il est déjà dix neuf heures et Adrian l'attend à l'appartement. La nourriture vietnamienne n'est pas aussi bonne une fois réchauffée, et puis il se dit qu'ils auront tout le temps de se croiser. « Ça aurait été avec plaisir, mais je dois rentrer, j'ai oublié mon portable à la maison et Adrian va s'inquiéter. Mais on pourrait faire ça demain, je peux te donner mon numéro qu'on prévoie ça un peu mieux. » Chris ne veut pas l'envoyer balader, et une part de lui est assez curieuse de savoir ce que son ami est devenu d'ailleurs, mais il a des obligations envers Adrian. « Ou alors tu peux dîner avec nous, il faut juste que je commande une autre portion, je peux faire ça aussi puisqu'on est à côté. Adrian serait content de te voir ! » Dans son imaginaire en tout cas. Chris n'a jamais vraiment compris que les deux garçons étaient en compétition, principalement parce qu'Adrian ne se serait jamais abaissé à l'admettre et que le point de vue d'Adrian a toujours été celui que Chris retenait le plus facilement. Ciarán et lui étaient amis, mais il était surtout le meilleur ami d'Adrian Fletcher avec qui il passait le plus clair de son temps. Lorsqu'ils passaient leurs été tous les trois, Chris tentait de se partager également entre les deux, mais des jalousies apparaissaient comme elles le font presque toujours dans les trios d'amis dans les petites classes. Au final, il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'ils n'étaient pas spécialement fans l'un de l'autre, et ensuite ils sont tous passés à autre chose, puis se sont perdus de vue. Adrian est resté, et ils ont fini par s'aimer et emménager ensemble. « Ca a l'air de bien se passer pour William au fait, on est allés voir son dernier film la semaine dernière. » Chris note avec un sourire

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: the day we met again w/ ciarán   Mar 1 Nov - 19:48

Il adore l’incompréhension qu’il décèle sur le visage de son ami. Quoi qu’ami ne soit pas exactement le terme adapté à la situation. Il est l’ami de Christopher, mais Christopher a toujours été bien plus que ça. Un fantasme silencieux qu’il a toujours tû même à ceux qui le connaissaient le mieux et pour lesquels ce n’était pas réellement un secret. William, par exemple, qui a toujours soupçonné le béguin de son frère. Adrian, aussi, qui parvenait difficilement à supporter la présence d’un concurrent pourtant hors circuit au long de leurs vacances d’été. Le sourire de Chris est charmant. Ciaran penche un peu la tête et balaie la plaisanterie d’un geste vague de la main. « Peu importe ». Il ne veut pas approfondir – ça ne sert à rien de ruiner le moment en expliquant ce qu’est la magie, chaque chose viendra en son temps. Il doit rester patient pour simuler le début de quelque chose. Pas qu’il tienne à ce que les gens croient à l’histoire qu’il va leur créer, à tous les deux, non. Il se fiche complètement des gens – et Adrian en tête de ceux-ci. A vrai dire, la perspective de broyer le cœur d’Adrian est un vrai réchauffe cœur pour lui. Mais ce n’est pas ça qui le motive. C’est à lui, qu’il pense. A l’environnement. Au charme qu’il va devoir créer, à l’illusion parfaite, la meilleure illusion de sa vie. Il ne veut pas se sentir comme un homme qui en emprisonne un autre. Il veut se sentir comme un homme que quelqu’un aime. C’est en ça que l’exercice risque d’être difficile et qu’il ne peut négliger l’application et le soin avec lequel il choisit ses mots, ses actions, et leur timing.

« Je suis ravi pour toi, je suis sûr que tu excelles dans ton poste. » Puis il refuse le café. Adrian, bien entendu. Ciaran ricane quand Christopher émet la possibilité qu’ils se rendent tous les deux pour dîner avec Adrian et l’espace d’un instant, Ciaran se demande si le jeu en vaudrait la chandelle. S’il ne céderait pas à la tentation d’accepter, pour tourner Christopher contre son petit ami devant lui. Il pourrait aisément l’ensorceler et regagner leur appartement avec lui maintenant. Il ordonnerait à Chris de dévoiler ses sentiments devant Adrian et le tour serait joué. Mais ce n’est pas comme ça qu’il a prévu que les choses se passent. Il a un plan, il faut qu’il s’en tienne au plan. « Va pour demain, je ne voudrais pas m’imposer. » Il secoue la tête et sa main s’empare de la baguette au moment où Chris évoque William. Ciaran recule de quelques centimètres et ses yeux gagnent le sol pour un furtif instant, juste le temps qu’il se ressaisisse. « Oui, tout va bien pour lui », ment-il comme s’il en savait réellement quelque chose. Il a beau ne pas avoir été fautif, il ne s’est jamais réellement pardonné d’avoir abandonné son frère. « Je ne vais pas te donner mon numéro de téléphone », ajoute-t-il pour couper court à la conversation tout de suite. Son cœur cogne contre sa cage thoracique, il a du mal à respirer. L’angoisse et l’adrénaline se mêlent toutes deux, le laissant incapable de réfléchir convenablement, de prendre son temps comme il devrait le faire. Etre si près du but et en même temps tellement au bord d’un précipice le rend nauséeux, angoissé. Comme si le petit garçon qu’il était, celui qu’il a retrouvé tout à l’heure dans sa chambre, lui soufflait de ne pas faire ce qu’il s’apprête à faire. Lui soufflait de ne pas tomber dans la terreur. Dans l’horreur. « Rentre. Dîne. Dis lui bonjour de ma part, et puis… fais-lui l’amour. Comme si de rien n’était. » Il s’offre le luxe d’un sourire, bien que Chris en face de lui ne comprenne pas grand chose à leur conversation. « Tu n’as pas besoin de lui expliquer. Pas besoin de lui dire au revoir. Demain matin, tu te lèveras et tu reviendras ici. Tu oublieras ton portable. Laisse un mot d’excuse, mais sans explication. Il n'y a pas d'explication, de toute façon. Et reviens ici, je t’attendrai. » Il s’approche un peu et lève une main, comme pour aller à la rencontre de sa joue. Mais le rejet pourrait l’énerver. « Demain matin, tout sera terminé. » Sa main s’abaisse et il la glisse dans sa poche pour en sortir sa baguette, et pour lui voler sa dernière soirée. Ou plutôt, pour la voler à Adrian.

« Imperio ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/10/2016
Messages : 375
Points : 340
x âge : 27
x métier : c'est compliqué
x statut : gay

MessageSujet: Re: the day we met again w/ ciarán   Mar 1 Nov - 23:37

Peut être qu'il aurait du se fier à sa première impression. La conversation prend décidément un tournant étrange et Chris ne comprend pas non plus où son ami veut en venir. Ciarán a l'air de le détailler, perplexe, comme s'il attendait quelque chose de précis de sa part. Il refuse ensuite l'invitation de courtoisie comme n'importe qui aurait pu s'y attendre après avoir invité une troisième personne à se joindre à ce qui devrait être un dîner romantique à l'origine. Alors Chris se munit un bout de papier pour entreprendre d'écrire son numéro de téléphone, ce qui lui semble une bonne idée pour le rencontrer au détour d'un starbucks le lendemain. Mais la conversation sur William semble de nouveau effleurer les limites de Ciarán, qui depuis le début de leu échange évite soigneusement de répondre à ses questions comme s'il les trouvait toutes trop personnelles pour être abordées vulgairement en public. Il ne saurait dire pourquoi, mais les phrases évasives de Ciarán le mettent mal à l'aise. Il y a quelque chose d'étrange à propos de cette discussion. Il a l'impression que Ciarán cherche à lui faire la conversation sans vraiment avoir l'intention de partager quoi que ce soit. L'échange ne se fait pas dans les deux sens. Et si jusque là, le malaise de Chris pouvait passer pour de la paranoïa, sa réplique suivante confirme qu'un pressentiment n'est jamais innocent. Quelque chose ne va pas chez Ciarán. Quelque chose qui le dépasse visiblement. Il est confus se contredit, et affiche une expression que Chris ne parvient pas à interpréter. Lui a l'air perdu, se demande ce que le brun sous entend lorsqu'il lui annonce de but en blanc qu'il n'est pas intéressé par l'idée de lui donner son numéro de téléphone après avoir pourtant accepté de prendre un café en sa compagnie le lendemain.

La suite de la conversation ne l'éclaire pas plus, mais renforce son malaise à mesure qu'elle s'égare vers un contenu plus intime et privé qui dépasse clairement le cadre d'une rencontre à la sortie d'un restaurant. Il parle d'Adrian, de lui faire l'amour et puis de le quitter, dans une suite d'ordre étranges auxquels il a l'air de croire. Il s'approche alors et par réflexe, mais surtout par peur, Chris fait un pas en arrière. « Ciarán, qu'est-ce que tu racontes...T'es sûr que ça va ? » Sans vraiment lui prêter attention, le brun tire un objet en bois de sa poche qu'il brandit en sa direction comme une baguette magique. Chris lui offre un sourire crispé qu'il doit déjà interpréter comme du rejet. Ciarán ouvre la bouche pour murmurer quelque chose, mais il est interrompu par un groupe de jeunes alcoolisés déguisés pour Halloween qui le bousculent avant de s'excuser platement. Chris l'aide à ramasser son bout de bois tombé à terre et lui tend gentiment avec son numéro de téléphone. « Il faut vraiment que je rentre. Je lui passerai le bonjour de ta part. Prends soin de toi. Joyeux Halloween. » Il accompagne sa dernière phrase d'une expression désolée et concernée, comme s'il venait tristement d'envisager que toutes ces années à vivre dans la misère et l'ambiance malsaine de son foyer, lui avaient fait potentiellement perdre l'esprit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: the day we met again w/ ciarán   Mar 1 Nov - 23:59

Le cœur de Ciarán s’arrête momentanément de battre – mais au même instant, alors que le sort s’échappe de ses lèvres, quelqu’un le bouscule. Sa baguette rejoint le sol et il se retourne pour aviser un groupe de gamins sans doute alcoolisés en pleine soirée d’Halloween. Son effet tombe à l’eau, pour sûr. Chris ne doit rien comprendre et il a désormais le temps de le prendre pour un idiot fini – bien qu’il prenne le temps de ramasser la baguette pour la lui tendre. Il a l’air un peu apeuré, en plus des autres sentiments – comme le dédain – qui traversent ses traits. Ciaran le fixe et retient de justesse un excès d’agacement qui aurait pu le conduire à jeter un sort sur les ivrognes un peu plus loin, pour commencer. « Merci », il murmure en secouant la tête, récupérant sa baguette. Il se sent ridicule, idiot, même. Le rouge lui monte un peu aux joues et tous ces épisodes lui rappellent les humiliations qu’il avait pour habitude de vivre quand il fréquentait les écoles moldues, ou bien même encore quand il rentrait chez lui le soir ou pendant les vacances. Sa mère, une femme lâche, froide et effacée par le caractère imposant de son père, n’avait plus grand intérêt dans la cellule familiale. Son père, lui, a toujours trouvé Ciaran trop maigre, trop fragile. William était plus solide mais il s’est longtemps érigé en protecteur de son frère ce qui a clairement déplu au reste de la famille. S’il pouvait, Ciaran supprimerait son père de la surface de la terre – cet homme auquel il voue aujourd’hui tant de haine. Mais il n’est pas suffisamment aveuglé par sa haine pour le faire. Parce que sa mère mourrait de chagrin et de soumission, et que William… Il ne sait pas ce qu’en penserait William. Il ne sait pas grand chose sur son frère, à l’heure actuelle, en réalité.

« Christopher », il interrompt en secouant la tête, déplorant ce premier essai raté qui aurait dû être le bon. Il aurait dû jubiler de son petit effet puis regagner son appartement en paix – bien entendu, les choses ne pouvaient pas être si simples. « Ne me regarde pas comme si j’étais fou ». Il garde la baguette dans la main et secoue la tête, s’approche de nouveau de Chris pour l’empêcher de s’enfuir – parce qu’il sent la peur qui est en train d’envahir les moindres parcelles de son cerveau et qui lui ordonnera tôt ou tard de prendre la fuite. Peu importe. Ciaran maîtrise les sortilèges bien mieux que la plupart des sorciers qu’il connaît. Il serait capable de jeter un sortilège parfait même si Chris lui courait devant – à condition bien entendu de ne pas se faire bousculer par une bande de jeunes. « C’est pas très gentil. A une certaine période, tu me regardais différemment, mais c’était avant. Avant que je parte, avant qu’Adrian se trouve homosexuel, avant… » Il laisse sa phrase en suspens et joue avec sa baguette. « Tu seras bien mieux avec quelqu’un comme moi. Je te promets. » Il lui offre un sourire presque bienveillant cette fois, et s’approche encore un peu plus. « Je vais faire en sorte que tu sois heureux comme tu ne l’as jamais été. Tu oublieras Adrian, avec le temps, je peux arranger ça, aussi. » Finalement, il trouve ça amusant. Si le sortilège avait fonctionné tout de suite, il serait rentré dans son appartement – mais lire la peur dans les yeux rieurs de Chris l’amuse. Pas qu’il ait envie de le torturer, non. « N’aie pas peur de moi. Je ne te veux aucun mal », s’entête-t-il d’ailleurs à le rassurer. « Tu me connais, tu sais que tu peux me croire. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/10/2016
Messages : 375
Points : 340
x âge : 27
x métier : c'est compliqué
x statut : gay

MessageSujet: Re: the day we met again w/ ciarán   Mer 2 Nov - 14:55

Chris s'apprête à partir, a regagner la sécurité de son appartement et l'étreinte d'Adrian sans doute toujours en pleine correction de quelques essais de littérature. C'est ce qu'il y a de mieux à faire, et il trouvera sans problème une excuse pour annuler le café avec Ciaran qui, il doit l'avouer, l'a mis mal à l'aise avant l'interruption du groupe de jeunes. Chris se dit que la fatigue le fait peu être exagérer un peu. Il ne veut pas forcément juger trop sévèrement Ciaran, se dit aussi qu'il a peu être trop bu lui aussi et qu'il lui dit des choses qu'il regrettera le lendemain si ils se retrouvent autour d'un café caramélisé. De façon surprenante, il tente de rationaliser une situation qui sur bien des points lui paraît angoissante voire oppressante, mais le sentiment dominant reste un malaise teinté de peur contre lequel il ne peut pas grand chose. Comme si tout son corps lui criait de s'en aller sans se retourner sans pour autant qu'il ne s'exécute tout de suite. Une fois de plus, c'est sa gentillesse qui le retient, une indulgence naturelle qui lui coûtera cher. Alors il reste là quelques secondes de plus, ramasse le bout de bois que son propriétaire récupère avidement, comme s'il s'agissait d'un objet précieux et non d'un vulgaire élément d'un costume d'Halloween sobre et discret.

Et puis sa voix retentit de nouveau. Personne n'appelle Chris, Christopher. Sa mère peut être, mais pas ses amis. Ciaran ne l'a jamais appelé autrement que par son diminutif, et sa voix est loin d'être chaleureuse. Chris le dévisage un peu, à la recherche d'un quelconque indice sur ses intentions qui sont loin d'être claires. Mais très vite la suite de l'échange révèle les zones d'ombre, du moins partiellement. Chris se fige, abasourdi par la révélation qui tombe un peu trop brusquement et bizarrement pour qu'il se sente réellement flatté par l'amour que Ciaran prétend lui porter. Non il y a quelque chose de désagréable dans sa façon de le dire, quelque chose qui s'écarte d'une déclaration d'amour ordinaire à laquelle on sourit et répond qu'on est flatté de l'attention portée, mais déjà fiancé. Il ne reconnaît plus son ami. Ciaran a changé énormément et pour une raison qu'il ignore encore, il ne se sent plus à l'aise en sa présence qu'il perçoit désormais comme menaçante. Seule la distance qui les sépare rassure Chris. Une distance qui disparaît lorsque Ciaran décide de s'approcher plus près, capable de déceler cette fois-ci la peur dans son regard.

Il lui demande de ne pas avoir peur, et cette conscience de l'effet qu'il produit chez lui a des notes malsaines. Chris aimerait répliquer quelque chose, mais c'est décidément une situation qui le dépasse, dans laquelle il ne s'est jamais retrouvé immergé. Une situation suffisamment déstabilisante pour qu'il n'ait pas la moindre idée de comment y réagir. La seule chose qu'il trouve a dire témoigne d'ailleurs du sentiment de confusion qui s'empare de lui. « Mais, je n'ai pas envie d'oublier Adrian, je l'aime, on est bien ensemble et j'ai peur de ne pas bien comprendre ce que tu attends de moi.. Je suis désolé si mon attitude t'a induit en erreur ou laissé penser que je recherchais plus qu'une amitié à l'époque, c'était vraiment pas volontaire... » Il marque une pause et fais un pas en arrière pour réduire la proximité dérangeante que son ami a choisi d'installer. « Je suis vraiment désolé, il faut vraiment que je rentre, confirme moi pour demain, bonne soirée. » Il lui fait signe timidement et prend le chemin du retour franchement secoué.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: the day we met again w/ ciarán   Mer 2 Nov - 19:23

Etrange personnage tout de même que Christopher Grayson. Malgré la peur, aisément perceptible dans ses yeux, et l’étrangeté de la situation, il reste poli, presque gentil. Ciaran ne peut s’empêcher de songer qu’il lui fait sans doute un peu pitié malgré la frayeur qu’il lui colle à cet instant. Il n’a pas vraiment envie que la peur s’imprime, cela dit. Il veut qu’il vienne à lui confiant, demain matin. Alors quand Chris tourne les talons pour s’échapper – non sans avoir promis de confirmer le café du lendemain – il serre sa baguette de nouveau. Il se concentre sur les derniers instants de la conversation, ceux qui ont suivi son sortilège raté à cause de gamins alcoolisés, puis lève la baguette sur les cheveux blonds qui s’éloignent. Il sait que c’est la bonne chose à faire. Il aime Chris, il ne veut pas son malheur – il n’en peut juste plus du sien, à lui, de malheur. Le malheur boueux qui lui colle aux basques malgré tous les efforts qu’il a toujours tenté de faire ou de produire. « Obliviate », il murmure alors que sa baguette se pointe sur le dos de son futur amant. Il oubliera leur conversation étrange. Il oubliera la peur, l’angoisse, et cessera d’associer son visage à un présage inquiétant.

« Chris ? » il appelle tandis qu’il continue à s’éloigner. Il prend une inspiration et ne peut s’empêcher de jeter un coup d’œil aux alentours, juste pour vérifier qu’il ne va pas être interrompu de nouveau, qu’on ne va pas le bousculer ou l’empêcher de boucler son sortilège une bonne fois pour toute. « A demain », il murmure quand le blond se retourne pour lui faire face. Il lui offre un sourire, un vrai. « Ici, 10h », il rappelle, laissant le reste de côté pour l’instant. Son cœur bat la chamade dans sa cage thoracique, mais la peur a disparu. Ne reste que l’adrénaline, et la hâte aussi. La hâte d’être accompagné et non plus seul. La hâte de savoir ce que c’est, d’être un homme comme Adrian et d’avoir un homme comme Chris a ses côtés.

« Imperio », il répète pour la deuxième fois. Cette fois, pas d’interruption, pas de sales gosses bourrés. Le sortilège heurte Chris sans doute possible. Il range sa baguette et prend une inspiration, ne pouvant s’empêcher d’éprouver une certaine forme de tristesse résignée. Un sentiment étrange dont il aimerait se débarrasser. Avec le temps, songe-t-il, les choses iront forcément mieux. En tout cas, c’est ce qu’il se plait à croire. La culpabilité s’effacera progressivement, parce que le bonheur sera réel. C’est ce qu’il veut, lui, rien d’autre. Il est sûr qu’il peut faire le bonheur de quelqu’un comme Chris, avec patience, acharnement et soins.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

the day we met again w/ ciarán

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: ashes to ashes :: corbeille :: archives 2016-2017
-