Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à réclamer des rp aléatoires de Noël !!! Des cadeaux à gagner tous les jours ici !!! .

 

 marael | darkness keeps its grip

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 113
Points : 165
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: marael | darkness keeps its grip   Lun 2 Oct - 19:29

En règle générale, Marius ne versait pas dans la nervosité. D'abord parce que c'était une perte de temps et d'énergie. Yes, the world was a big, scary place full of weird people and dangerous things mais il était inutile de se focaliser là-dessus. Ensuite ─ et surtout ─ parce que ce n'était pas vraiment dans sa nature. Il encaissait les événements, les bons comme les mauvais, avec flegme et prudence, préférait réfléchir avant d'agir et même de réagir, et après avoir perdu sa famille comme la plupart de ses amis, le monde pouvait très bien s'écrouler autour de lui sans qu'il ne hausse un sourcil. Du moins, c'était ce qu'il pensait, jusqu'à très récemment. Depuis l'incident à l'Abertawe Festival, ses nerfs étaient mis à rude épreuve. Un incident, yes, sure. Non, Nora et ses fanatiques étaient partis complètement en vrille et ça n'avait rien d'un incident, il le savait très bien, seulement se voiler la face lui permettait de garder son calme. Sur le moment, ça ne l'avait pas ébranlé plus que ça, parce qu'il savait que ça finirait par arriver. S'ils n'étaient plus vraiment des amis, il connaissait malgré tout Nora et il savait qu'elle irait jusqu'au bout de ses desseins, peu en importe les dégâts. Au contraire, elle avait été certainement ravie de semer le chaos sur son passage. Il ne l'avait pas vue, bien sûr, n'avait pas aperçu son visage ni croisé son regard, elle et ses semblables étaient bien trop prudents pour ça. Mais c'était elle, bien sûr que c'était elle. Ça ne pouvait être qu'elle. L'idée avait été désagréable d'abord, gênante. Marius avait été mal à l'aise mais pas effrayé. Il n'avait aucune raison de l'être. Oui, des rumeurs circulaient sur son compte, en grande partie parce qu'il gérait un business et une clientèle assez peu recommandables, mais on ne pouvait guère l'accuser de quoi que ce soit. Il n'avait rien à se reprocher, jusqu'à ce qu'elle entre en contact avec lui, à travers cette fille maladroite venue le voir quelques jours plus tôt. C'était cette visite, précisément, qui avait eu raison de ses nerfs. Alors, non, d'ordinaire, Marius ne versait pas dans la nervosité mais aujourd'hui, il était réellement angoissé. Le fait qu'il n'avait pas mis les pieds dans sa boutique depuis la visite de la petite rousse n'aidait pas non plus à lui changer les idées mais il continuait de tourner en rond dans son appartement, empêtré dans des hypothèses aussi fumeuses qu'effrayantes, persuadé que le Ministère finirait par lui tomber dessus. Les rumeurs serviraient d'esquisse à une véritable enquête qui, fatalement, le placerait sur les lieux du festival et le relierait très certainement à Nora et sa bande de dégénérés à travers cette fille que son ancienne camarade de jeu lui avait si gentiment envoyé. Il aurait beau se défendre, essayer d'être honnête avec eux, leur expliquer qu'il n'était pas le fils de ses parents, qu'il n'avait rien à voir avec ces gens-là, on ne le croirait pas. Pourquoi le croirait-on ?

(Peut-être qu'il avait légèrement, oui, très légèrement abusé de sa collection de whiskeys et qu'il divaguait un peu. Peut-être.)

On toqua à la porte, le tirant de ses délires paranoïaques avec un goût de déjà-vu. Il n'ouvrirait pas, non, non, non, pas cette fois. Hors de sa vue, les gamines manipulées par des cinglés obsédés par le passé. Loin de lui, ces gens-là et leurs idées d'un autre âge. Il n'ouvrirait pas. Toutefois, ça n'empêchait pas d'aller jeter un coup d'oeil, light ? Et, serrant sa baguette à s'en blanchir les articulations, Marius trotta jusqu'à l'entrée, robe de chambre traînant derrière lui, simplement retenue par une épaule. Le judas n'offrait qu'une vue déformée des rares visiteurs qui osaient s'aventurer jusqu'à chez lui mais c'était assez pour décider si oui ou non il devait ouvrir, détail qui lui avait totalement échappé lorsque la fille s'était pointée chez lui, la semaine passée. Et, par Merlin, il aurait presque préféré que ce soit elle, une fois de plus, plutôt que le type qui se tenait là. Morello. Ah, il y avait longtemps, tiens. Marius avait appris à accueillir chacune de ses visites au magasin avec une fausse irritation mêlée d'une certaine hâte, vraie celle-là. Et, l'espace d'une seconde, il fut presque ravi de le voir avant que l'angoisse ne reprenne le dessus. Get a bloody grip. Il était seul après tout et il n'avait pas spécialement l'air menaçant, si ? Non, pas vraiment. Sa présence sur le palier n'était probablement qu'une coïncidence, aucun rapport avec le fait qu'ils s'étaient croisés au festival, right when shit went down. Aucun rapport, sans doute, oui. Il n'avait pas de souci à se faire.

Il finit donc par ouvrir la porte, non sans s'être vaguement rhabillé avant. « Je dirais bien que cette visite me réjouit mais votre insistance commence sérieusement à ressembler à du harcèlement, Morello. Vous pourriez au moins m'inviter à prendre un verre avant de venir ici » Prétendre que tout allait bien quand rien n'allait, un art que Marius maîtrisait depuis des années. Peut-être était-il vaguement moins confiant planté là, à faire face à ce type sur le seuil de sa porte, seulement vêtu d'un pantalon qui avait vu des jours meilleurs et d'une robe de chambre qui empestait le whisky. Vaguement, oui. « Qu'est-ce que vous voulez ? Je ne vends rien ici et je ne cache pas non plus de Mangemort dans mes placards » ajouta-t-il, d'un ton un peu plus sec. Sans doute aurait-il dû se taire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/07/2017
Messages : 32
Points : 74
x âge : uc
x métier : flicaille magique
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   Jeu 12 Oct - 19:11

Après les incidents survenus au festival, le ministère cachait bien mal l'état d'urgence dans lequel le pays était désormais plongé. Les gens courraient un peu partout, parlaient sur le dos des uns et des autres, il devenait clair qu'il ne s'agissait plus d'un simple attentat sans énormes répercussions sur le monde magique. Des attaques il y en avait eu, des arrestations aussi, mais jusque là globalement maîtrisées par une équipe d'auros qualifiés qui faisait le boulot et protégeait les civils. Quelque chose dans cette attaque là changeait complètement la donne et il aurait fallu vraiment se voiler la face pour ne pas le remarquer. Il ne s'agissait plus simplement d'attaques désorganisées mais bien d'un groupuscule qui agissait ensemble pour une seule et même cause. Et si le ministère restait prudents avec ces termes, Rafael n'en était pas moins persuadé. Il avait beau ne s'occuper que de délits mineurs et pas de ce genre d'affaires, son supérieur lui avait fait part de la situation sans chercher à arrondir les angles avec lui. Il fallait désormais qu'ils travaillent tous ensemble et de façon coordonnée, même si pour l'instant le fait que l'événement ait eu lieu au pays de galles et pas en plein centre de Londres contenait en quelque sorte la panique qui prendrait bientôt possession de la ville. Le ministère n'arriverait pas longtemps à étouffer l'affaire, pas avec Rita Skeeter et ses sbires à la tête de la Gazette du Sorcier en tout cas.

Rafael aurait dû se contenter de s'inquiéter pour le monde magique, de faire son boulot du mieux qu'il le pouvait, mais pour une raison qui lui échappe encore maintenant, il avait fini par se retrouver devant la porte de Marius Nott à prétexter une visite qu'on ne lui avait pas demandé d'effectuer à son domicile. Pour quoi ? Il n'en sait pas grand chose. Something weird about his closed shop, une envie irrépressible de savoir si il allait bien lui aussi ? Rafael pouvait se tromper, mais son intuition refusait de l'amener à penser que Marius ait pu être impliqué dans cette affaire d'une manière ou d'une autre, et quelque part, il avait besoin de vérifier qu'il avait raison. Ce que son intuition lui dictait également c'était qu'il savait plus de choses qu'il ne le devrait en revanche. Morello n'était pas entièrement à l'aise avec sa propre démarche, mais il n'était plus tellement question de reculer maintenant.

La porte finit tout simplement par s'ouvrir et c'est un Marius fatigué qui apparaît derrière elle. Il n'a pas perdu de sa verve évidemment et Rafael fuit un peu son regard à la mention du verre qu'il aurait du l'inviter à aller boire avant. Il a beau savoir qu'il s'agit de la façon de faire de Nott, il ne s'y fait jamais vraiment. Il n'a jamais été dragué de façon aussi frontale dans le passé, encore moins par un homme en réalité. « Votre boutique est fermée depuis des jours, je suis venu m'assurer que tout allait bien. » Quant aux mangemorts, sujet bien plus délicat encore. « Je sais que vous n'avez rien à voir dans tout ça, ce n'est pas moi le problème. » Rafael finit par lancer de but en blanc pour mettre fin à son petit jeu. « Mais je suis venu vous prévenir que ce n'est pas le cas de ma hiérarchie et des aurors du ministère. Ce serait donc une bonne idée de revoir un peu la composition des produits que vous vendez et de vous assurer qu'une visite surprise à domicile ne se soldera pas par une arrestation... » Rafael prit une inspiration. «  Vous ne pourrez pas compter sur la justice pour vous aider, vous savez très bien comment ça marche en ce moment... » Des arrestations abusives, une chasse aux sorcières qui ne peut que mal finir pour Nott si il ne décide pas de se tenir tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 113
Points : 165
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   Lun 16 Oct - 15:51

Ce serait mentir que de prétendre qu'il n'était pas, dans le fond, ravi de découvrir Morello sur le pas de sa porte. It was definitely how some of his nicest fantasies started but that was another story. Et il avait beau s'amuser énormément chaque fois que l'officier rougissait ou faisait preuve d'une maladresse assurément inspirée par la gêne, cette fois, Marius n'était guère d'humeur à plaisanter. A reprendre un autre whiskey, peut-être. Oui, certainement même. « Comme c'est gentil, railla-t-il, vous êtes trop brave, Morello, mais comme vous pouvez le voir, je vais très bien » Ce n'était certainement pas le mot et il n'était pas certain de pouvoir vendre correctement ce genre de mensonges avec l'haleine si chargée en résidus d'alcool. Il cherchait à vérifier discrètement l'étendu des dégâts d'une main sur sa bouche lorsque le flic reprit, toujours aussi sérieux. Plus encore qu'à l'ordinaire, en fait, et c'est son ton grave qui alerta Marius. Il se redressa, interloqué, et tâcha d'écouter, de passer outre la surprise d'entendre ce type, si droit, si attaché à l'ordre et à la loi, le mettre en garde. La logique aurait voulu que Pretty Face over there se taise et qu'il attende le bon moment, les bons soupçons ─ ou la bonne dénonciation, qui sait ─ pour l'arrêter. Pas qu'il fasse tout ce chemin pour le prévenir du danger que représentait le Ministère pour lui. Marius esquissa un sourire. « Vous vous inquiétez pour moi, officier ? Je suis, comment dit-on déjà ? Ah, touché. Je suis touché, fit-il avant de jeter un coup d'oeil dans le couloir puis d'attraper l'autre homme par la manche, entrez, dépêchez-vous » Il claqua la porte derrière eux sans ménagement avec un soupir irrité. Non, définitivement, la réalité s'éloignait grandement de ses fantasmes. « A votre place, pretty boy, j'éviterais de faire de la prévention anti-Ministère comme ça, votre hiérarchie risquerait de mal le prendre » lâcha-t-il en abandonnant sa baguette sur la commode de l'entrée. D'un mouvement d'épaule, il remonta sa robe de chambre et, après avoir localisé un verre vide et, à vue de nez, relativement propre, il se servit un autre whiskey avant de se tourner de nouveau vers Morello. Il l'observa un instant, comme si le simple fait de fouiller son regard en silence lui permettrait de comprendre pourquoi ce type, si charmant fût-il, avait décidé de tourner le dos à ses principes pour le mettre en garde. « Je n'ai rien à me reprocher, finit-il par dire, d'une voix douce. Je sais ce que les gens comme vous pensent, sans même avoir besoin de la moindre once de legilimancie. Vous apercevez mon nom sur la devanture de ma boutique et vous vous remémorez des articles et des drames, parfois même des tragédies personnelles. Je suis forcément suspect, n'est-ce pas ? » Il eut un rictus sans joie, avala la moitié de son verre sans broncher. « Et pourtant, je n'ai rien à me reprocher. J'espère que ça vous hantera, le jour où ils viendront m'arrêter. J'espère que vous penserez à mon nom et à mon innocence quand vos sympathiques camarades en auront fini avec moi. Ça et à ma charmante personnalité, ce qui reste mon atout charme principal. Vous ne seriez pas là sans ça, pas vrai ? » ajouta-t-il après une seconde de réflexion. Too deep, too personal. Il était probablement encore ivre, assez pour oublier les promesses qu'il avait murmuré un soir de solitude, pour lui-même et pour les siens. N'écouter personne, ne pas leur faire plaisir d'être atteint par quoi que ce soit, regard mauvais comme soupçon. And here he was, à divaguer devant Morello.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/07/2017
Messages : 32
Points : 74
x âge : uc
x métier : flicaille magique
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   Ven 20 Oct - 22:25

Rafael aurait dû s'attendre à ce que Nott se fiche de lui. A dire vrai, il lui a donné toutes les raisons de le faire en s'inquiétant de son sort. Mais c'est plus fort que lui. Rafael ne peut pas s'empêcher de prévoir l'injustice qui s'abattra prochainement sur tous ceux qu'on accusera bientôt au sein d'une chasse aux sorcières sans fin. Son soucis de justice est peut être risible, mais Rafael est persuadé d'avoir pris la bonne décision en allant voir Marius Nott. Son supérieur penserait bien autrement, peut être même qu'il risque gros en se déplaçant personnellement pour inciter l'apothicaire à se tenir tranquille, mais il ne peut pas s'en empêcher finalement. Alors d'autres raisons moins compréhensibles peuvent potentiellement influencer son jugement, mais il demeure cependant une certaine candeur dans sa démarche. Rafael soupire tandis que Nott se moque une fois plus. Une parade dont Morello a l'habitude maintenant. Il le laisse entrer en revanche, trouvant très certainement un semblant d’intérêt dans sa mise en garde. Rafael aurait sans doute pu se contenter d'un fair warning sur le devant de sa porte, mais il échoue finalement à l'intérieur dans une volonté probable de Marius de ne pas attirer l'attention sur leur conversation. « Ce n'est pas de la prévention anti-ministère. C'est la vérité et vous le savez très bien. » Rafael a eu la chance d'avoir une famille suffisamment intègre pour ne se permettre d'ignorer les discriminations, mais Marius s'entête alors qu'il a très bien compris là ou il veut en venir. S'ensuit un monologue dramatique sur ce que les gens peuvent penser de son nom de famille et Rafael ne compte pas le contredire. C'est précisément ce qu'il est en train de lui dire. «  Vous n'avez rien à vous reprocher peut être, mais c'est précisément ce que je suis en train de souligner. It won't matter. Si vous restez tranquille, personne ne viendra vous arrêter. » Mais il lui poseront des questions à répétition sans doute, multiplieront les inspections de sa boutique jusqu'à la faire fermer si il ne se montre pas plus intelligent qu'eux, mais il n'aura pas à finir ses jours en prison. Rafael lève les yeux au ciel lorsque Marius perd de nouveau son sérieux pour retourner dans sa zone préférée, celle du flirt et des sous entendus sexuel qui le mettent toujours particulièrement mal à l'aise. « Ils vont venir vous questionner en revanche et si vous savez quelque chose, il faudra leur dire. La transparence reste votre meilleure arme, pas votre charmante personnalité. » Il lance tout de même pour montrer que le sujet est très sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 113
Points : 165
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   Sam 21 Oct - 18:51

Cette visite inopinée était loin de se passer comme Marius le désirait. L'imprévu, il connaissait et on lui avait souvent répété ─ at least, back when he had people who cared enough to say something nice ─ qu'il s'adaptait plutôt bien à n'importe quelle situation que le destin, ce grand farceur, lui balançait. Pourtant, cette fois, il ne savait pas vraiment quelle posture adopter, oscillant entre sa façade habituelle et une rancœur douloureusement sincère et dont il faisait si rarement étalage. Bien sûr, la fatigue, les angoisses et l'alcool l'avaient poussé dans cette position incertaine mais la présence de Morello renforçait cette indécision. Marius ne comprenait pas vraiment pourquoi ce garçon s'entêtait à se mettre sur son chemin. Enfin, il avait vaguement saisi que sa hiérarchie attendait des résultats et qu'il était, lui, fils d'une famille qui s'était elle-même jetée dans le précipice de la disgrâce, sur la liste des personnes à surveiller. Au cas où. Ça n'expliquait pas tout, cependant. Loin de là, en fait. « Really? Sure sounds like it » ricana-t-il froidement. Il ne comprenait pas, ne saisissait pas ce qui avait mis sur sa route tordue et sombre ce type, si droit, si attaché aux principes et valeurs que le Ministère prétendait défendre. And why did he seem to care so much? Il était bien placé pour savoir que Marius avait deux trois petites choses à cacher. Il était difficile de le qualifier d'innocent, certes, mais ce qui l'irritait au plus haut point, ce n'était pas que le Ministère et ses chiens de garde s'intéressent à la composition de ses potions ou épluchent ses comptes, non. On ne lui reprochait pas ses trafics ni son intérêt pour la magie noire, non. On lui reprochait son ascendance, ce que l'officier Morello, si bien-pensant, n'avait pas l'air de comprendre. Cute and dumb, he definitely had a type. « Si je reste tranquille » ironisa Marius, en lui tournant le dos. Ce garçon était décidément un peu trop naïf pour son propre bien. Le parfait petit soldat, really, rempli de bons sentiments et si accroché à la justice. Or was he? Marius se retourna alors, un rien surpris. Pas vraiment par la répartie maladroite de Morello ─ avait-il compris le sous-entendu ? mystère ─ mais par ce qu'elle pouvait impliquer. Of course. Peut-être n'était-il pas si aveugle que ça, en fait. « Oh, je vois... Qu'est-ce que vous leur avez dit ? Que j'appréciais un peu trop vos visites et que ça pourrait leur être utile ? fit-il, glacial. Vous me croyez assez stupide pour, quoi, avoir un faible pour vous et vous raconter tous mes horribles petits secrets sur l'oreiller ? Please, don't be so rude » cracha-t-il par-dessus son verre. Avait-on donc si peu de considération pour lui ? « Et si imaginez une seule seconde que le Cercle ou whatever deatheaters call themselves these days s'entoureraient de quelqu'un comme moi, vous et vos charmants camarades du Ministère n'en ont pas fini avec les erreurs judiciaires. Not that you care, right ? » La simple idée d'apporter son aide au Ministère, si fugace et inefficace puisse-t-elle être ─ ce n'était pas comme s'il avait la moindre information concrète après tout ─ lui semblait profondément répugnante. Oui, il s'était volontairement éloigné de Nora et de ses obsessions désuètes mais il n'en soutenait pas pour autant le Ministère. Pourquoi l'aurait-il fait ? On le traitait en paria depuis des années et Marius n'était vraiment du genre à tendre l'autre joue. « Je suppose que ce serait contradictoire de vous proposer un verre, right ? » Ou, en tout cas, il ne tendait pas l'autre joue à n'importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/07/2017
Messages : 32
Points : 74
x âge : uc
x métier : flicaille magique
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   Mer 1 Nov - 11:30

Rafael lève les yeux au ciel. Bien sûr qu'il n'a aucune intention de rester tranquille. Il aurait dû connaître Marius Nott un peu mieux que ça. Après tout, il le voit plus que la plupart des gens de son entourage ces derniers temps, ce qu'il devrait d'ailleurs trouver étrange mais qui a tout à voir avec son job pour le coup, du moins en théorie. Mais si tout ça est indéniablement discutable et interprétable à souhait, Rafael ne semble pas s'en préoccuper plus que ça de ce genre de détails pratiques. Il est venu lui donner un conseil, un conseil qu'il peut évidemment choisir de suivre, comme de choisir d'ignorer, même si il ne peut pas s'empêcher d'espérer que Marius ait l'intelligence de le prendre en compte, voire de choisir de se dissocier de cette réputation qui lui colle à la peau mais bien qu'elle lui confère son lot de mystère... ou quelque chose comme ça. La suite de la conversation prend cependant des proportions ridicules qui ont sûrement tout à voir avec la grande paranoïa de Marius Nott. Rafael comprend. Avec un tel nom de famille et avec collection telle que la sienne de fioles gorgées de potion plus interdites les unes que les autres, il serait sans doute parano lui aussi. En revanche, les sous entendus sexuels sont de son fait, et il ne peut pas vraiment blâmer Rafael pour les avoir amené dans la conversation. Alors qu'il continue son monologue, Rafael tente de l'interrompre. « Ce n'est pas ce que... » Sans succès. Inutile de lui dire que ce n'est pas ce qu'il sous entendait, il peut bien penser ce qu'il veut après tout.

Rafael soupire de protestation avant d'intercepter un détail qui ne passe pas inaperçu dans le flot de paroles déversé par Marius. Voilà que Nott parle de Cercle et pas de n'importe quel cercle, LE Cercle. L'utilisation de l'article défini le laisse bien pensif et vient surtout confirmer une théorie qu'il aurait aimé fausse. Marius est au courant de quelque chose. Quelque chose qui va potentiellement lui retomber dessus si sa langue a tendance à fourcher comme ça devant les autorités. Et si il pense lui faire oublier tout ça avec un verre, il se trompe. « Très contradictoire en effet, surtout si comme vous dîtes, je suis celui qui s'imagine obtenir des confessions sur l'oreiller. » Précise Rafael conscient de se défendre un peu plus que d'ordinaire mais toujours sur un terrain glissant. « Mais ce que je retiens Monsieur Nott, c'est que vous venez de parler d'un Cercle dans des termes assez définis, qui me laissent penser que je suis dans le vrai quand je dis que vous en savez plus que vous ne voulez le dire. Et si je peux me permettre, vous en savez plus que le ministère si vous savez comment ces gens se font appeler dans le cercle privé.  » Rafael le dévisage un moment dans un mélange de déception et d'espoir qui rend sans doute son expression difficile à déchiffrer.

Après une minute, Rafael prend cependant une inspiration. « Je sais aussi que vous êtes différents de ces gens, et que ce serait vraiment stupide de votre part de vous y associer. » Sans doute audacieux d'en attendre autant de quelqu'un qui subit les discriminations de la société actuelle, mais Rafael ne serait pas lui même si il n'avait pas un semblant de foi en l'être humain. Peut être que ça le perdra, mais il a besoin d'y croire pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 113
Points : 165
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   Dim 5 Nov - 11:49

Il avait vaguement conscience d'agacer l'officier, vaguement oui mais il n'était pas suffisamment calme ni rationnel right now pour y accorder la moindre importance. Et, vraiment, pouvait-on le blâmer ? Ces derniers jours avaient vu Marius agité presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre, rongé par des questions ridicules d'être tant répétées et épuisé par des nuits désertées par le sommeil. Il n'était pas lui-même et la présence de Morello, as charming as it was, n'aidait pas ses affaires. Il se retourna dans une envolée de robe de chambre, se tordant les mains, conscient d'avoir fait là une grande, une monstrueuse erreur. Comment prétendre qu'il n'avait rien à voir dans ces histoires quand il laissait glisser pareille information ? Il prit une profonde inspiration, ignorant, pour la première fois de sa vie, comment se sortir de cette situation. Il avait l'habitude d'être prudent avec les mots et, il est vrai, il se complaisait dans le mystère qui entourait sa boutique et ses fréquentations. Non qu'il ait eu quelque chose de grave ni d'important à cacher mais il restait persuadé que chercher à détromper le Ministère était inutile, alors pourquoi perdre de la moindre énergie là-dedans ? Pourtant, l'idée que Morello, of all people, le mette dans le même sac que Nora et ses sbires était curieusement désagréable. Il n'avait rien à prouver à ce garçon, absolument rien. Non ? Il fit volte-face à nouveau pour l'observer et, malgré lui, recula, déstabilisé par l'aplomb de Rafael. Oui, il avait merdé, mais était-ce nécessaire de le lui faire remarquer avec tant de précision ? Irrité, Marius détourna le regard. Ce type, si honnête et joli fût-il, n'augurait rien de bon pour sa réputation. « Tant de confiance, je suis honoré, vraiment » ironisa-t-il finalement, après une minute ou deux, parce que c'était ce qu'il savait faire de mieux. Attaquer, pour mieux se défendre, même lorsqu'on ne s'en prenait pas vraiment à lui. Mais il le voyait venir, avec son joli minois et ses constats merdiques, et Marius n'était pas sûr qu'il saurait trouver les mots pour l'envoyer paître si Morello venait à lui demander plus d'information. Et il était hors de question d'aider le Ministère. « Je vous remercie de votre, mh, sollicitude, ricana-t-il, mais je ne m'associe pas avec ces gens, comme vous dîtes. Non, mes livres de comptes ne sont pas tout à fait à jour et oui, une partie de mon commerce me vaudrait très certainement de faire un tour devant le Magenmagot mais, croyez-le ou non, je n'ai aucunement l'intention de me lier de quelque manière que ce soit avec ces gens-là. Je ne suis pas comme eux » insista-t-il, bêtement sans doute. Qu'avait-il dit, déjà ? Ah, oui, qu'il était différent. « Je les connais, certains d'entre eux ont été mes amis, reprit-il, douloureusement amer, mais j'ai compris très vite que nos chemins finiraient par se séparer. Ils vivent dans le passé et tout ce que j'ai toujours voulu, c'est m'en détacher » ajouta-t-il, plus bas. Il ne faisait pas ce genre de confessions à n'importe qui ─ à personne, really, sauf peut-être à Aldora, après la pinte de trop ─ et il n'était pas certain de pouvoir expliquer pourquoi il s'était décidé à le faire avec Rafael. Après tout, le si droit, si honnête officier Morello pouvait tout à fait courir raconter à ses supérieurs qu'il avait des informations sur le Cercle mais, étrangement, Marius n'était pas sûr qu'il était capable de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/07/2017
Messages : 32
Points : 74
x âge : uc
x métier : flicaille magique
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   Dim 5 Nov - 12:41

Marius est dans l'agression, et si Rafael peut comprendre qu'il soit sur la défensive avec le sujet, il ne peut pas s'empêcher de penser qu'il devrait réaliser qu'il n'est pas l'ennemi ici, qu'il essaye plutôt de l'aider en réalité. Rafael à sûrement le défaut d'être trop honnête, trop droit, conditionné à voir les choses d'une façon et pas d'une autre, mais c'est contre cette nature qu'il lutte en accordant à Marius le bénéfice du doute, et en s'autorisant à écouter son instinct et son cœur, plutôt que sa raison. Le fait que Rafael fasse l'effort de voir à travers tout ça ne signifie pas que les choses sont limpides pour le reste du monde pour autant. Pour le voir il faudrait déjà s'en soucier, et peu de gens ont réellement envie de se soucier de la prétendue noblesse d'âme d'un descendant direct d'anciens mangemorts. Marius le sait, Rafael le sait, et l'apothicaire est injuste de lui reprocher d'avoir conscience des discriminations qu'il subit et de les poser comme faits.

La conversation prend une direction toutefois surprenante compte tenu du ton de Marius et quelque part l’honnêteté qui perce à travers ses mots rassure Rafael, puisqu'elle vient confirmer ce qu'il a toujours pensé à son sujet. C'est donc plus doux et lui aussi plus calme qu'il répond en le regardant dans les yeux. « Je sais. » Le doute restant n'était qu'un doute de sécurité qui n'avait déjà pas grand poids contre l'opinion qu'il s'était déjà faite de Marius, mais la douleur qu'il exprime avec pudeur à propos de ses anciens amis ne peut pas être feinte. C'est donc avec la même bienveillance qu'il fait un geste sans doute téméraire pour le réconforter en pressant un peu son bras. Réalisant que l'attention pourrait enclencher une nouvelle vague de moqueries désinvolte de la part de Marius, il reprend sa main et répond presque troublé. « Et je comprends très bien que la situation soit difficile, qu'il soit plus agréable de pouvoir rester neutre, tout ce que je suis venu vous dire ce que les événements d'Abertawe vont changer beaucoup de choses et qu'il serait temps de vous soucier de vous, plutôt que des autres. » Il soupire un peu et sent qu'il est temps de partir. Il n'a plus grand chose d'autre à lui dire. Il fera ce qu'il veut de son information. « Il faut que j'y aille, je suis simplement vérifier que vous alliez bien. » En quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 113
Points : 165
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   Dim 5 Nov - 13:07

Il en fallait beaucoup pour déstabiliser Marius et pourtant, la douceur, si simple, de Morello était plus efficace que n'importe laquelle des menaces du Ministère ou des provocations de Nora. Muet, il le laissa approcher, le toucher sans reculer. Marius baissa les yeux sur cette main, timide, posée sur son bras. Morello avait-il senti sa gêne ou était-il lui-même gêné, il n'en savait rien mais l'officier ne tarda pas à s'éloigner. Bien, bien. C'était certainement mieux comme ça. Marius se redressa, pas aussi amusé que ça par la fragilité qu'il percevait dans la voix de l'autre homme. Pourtant, jusqu'à présent, il aurait été absolument ravi d'avoir ce genre d'effets sur Rafael Morello. Il avait passé la majorité de leurs petites entrevues au magasin à chercher à le mettre dans l'embarras, d'une manière ou d'une autre, mais aujourd'hui, il ne comprenait pas. Quoi, l'honnêteté était-elle donc plus efficace que ses insinuations grivoises ? Il s'en souviendrait, même si, actuellement, il ignorait ce qu'il pouvait bien faire de ce genre de détails, ni même pourquoi ça l'intéressait tant. Peut-être parce que Morello, lui, l'intéressait. Peut-être, oui, ou peut-être qu'il était simplement trop curieux pour son propre bien.

Marius avait l'habitude de provoquer l'indifférence ou l'irritation chez les autres. L'attention et l'inquiétude, en revanche, étaient deux phénomènes qu'il rencontrait rarement. Qui pouvait bien se soucier du fils Nott après tout ? Il baissa la tête, s'empourpra sans être capable de produire le moindre son. Un merci aurait certainement été le bienvenu mais une seule question l'obsédait : pourquoi. Pourquoi Morello avait-il fait tout ce chemin ? Pourquoi son sort l'intéressait-il tant ? Marius croisa les bras, resserrant sa robe de chambre autour de lui, en un ridicule geste de protection. « Je comprends, oui » murmura-t-il, lorsque Rafael annonça son intention de partir. Il n'avait rien à faire là en premier lieu. Il le guida jusqu'à la porte, rebroussant chemin. « Faîtes attention à vous » ajouta-t-il, après un instant de réflexion, la main sur la poignée. Refusant de croiser à nouveau le regard de l'officier après pareille recommandation, Marius referma brusquement la porte, dans un élan de maturité. C'en était assez pour aujourd'hui.

sujet terminé
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: marael | darkness keeps its grip   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

marael | darkness keeps its grip

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: notting hill & mayfair :: logements
-