Bienvenue sur . Glitch of magic ! Recensement en cours ! N'oubliez pas de venir poster ! • Tempête de neige en pleine canicule à Londres ! venez participer au topic commun ici ! Un petit défi d'écriture, ça vous dit ? Plus d'infos par ici !si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. .

 

 You can either face it or run away | Keane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: You can either face it or run away | Keane.   Mer 30 Aoû - 22:00

Une dernière touche de rouge à lèvres et je m’observe, sur mon trente-et-un, dans le miroir de mon hall d’entrée. Je ne compte séduire personne, uniquement mettre toutes les chances de mon côté pour ce rendez-vous presque routinier. Une petite visite de courtoisie au manoir des Lawson, avec, qui sait, peut-être même le grand honneur de croiser ce bon vieux Keane dont je n’ai presque plus de nouvelles depuis le temps. Je sais qu’il n’approuve pas mon choix de vie, qu’il me préférait petite, renfermée et innocente à Poudlard. Mais ce n’est pas mon ami d’adolescence que je m’en vais convaincre des bienfaits du Cercle : je rencontre son grand-frère, Thomas, aîné de la fratrie et accessoirement encore brisé par la perte de sa femme sur la table d’accouchement. Pauvre, pauvre homme. Avoir des enfants est un tel gâchis pour la liberté… si en plus il est question de donner de sa propre vie pour la leur… Pitié.

Après un dernier coup d’œil à ma tenue, je transplane jusqu’à l’entrée de la propriété, manoir familial situé au cœur d’un quartier chic londonien qui me donnerait presque envie de vomir. Tout y est beaucoup trop propre. Les Lawson sont cependant des cibles faciles et prêtes à tout pour prouver leur loyauté, un peu perdue lors de la grande époque du Seigneur des Ténèbres. S’ils veulent se racheter et prouver leur appartenance au peuple de sang pur, peuple dans un déclin de plus en plus important au fur et à mesure des jours qui passent grâce à notre cher ministère et ses besoins pressants d’intégration au monde moldu, je suis la première intermédiaire capable de les aider.

Et je compte bien commencer par le grand monsieur brisé qui se cherche probablement une cause à soutenir.

Sourire satisfait sur le visage, c’est sûre de moi que je m’avance vers la porte d’entrée, y frappant quelques coups sonores. Je réajuste robe et chignon en attendant qu’on m’ouvre – j’aime paraître impeccable lorsque je fais affaire, simple question de principe. Et lorsque j’entends le bruit familier d’une poignée qu’on tourne, j’ouvre déjà la bouche pour m’annoncer, entamant le geste d’une main tendue, avant de me rétracter.

- Keane ? Heureuse de te voir. Comment vas-tu ?

Je suis un peu frustrée, en réalité. Je connais de mieux en mieux son opinion et j’aurais préféré qu’il se la garde pour cette fois.

- Est-ce que Thomas est là ? J’avais rendez-vous avec lui, en réalité…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You can either face it or run away | Keane.   Jeu 31 Aoû - 18:20





Nora & Keane

You can either face it or run away

Pourquoi restait-il là ? Pourquoi n’emportait-il pas la petite en cachette, loin de toute cette haine, de cette folie ? Son frère vivait en Amérique, peut-être pourrait-il l’aider à se cacher ? Là bas, il pourrait changer de nom et vivre de son travail, juste elle et lui, avec l’éducation que Jane aurait voulu lui donner… Il aurait du le faire plus tôt, dès le début en fait, avant qu’elle ne s’attache à ses monstres… S’il partait maintenant, elle ne comprendrait pas, il était même probable qu’elle lui en veuille et ce n’était pas envisageable. Non, passer outre était sa seule option, faire comme si de rien n’était, la voir le plus possible pour contrebalancer une éducation trop « sorcière » à son goût. Elle devait apprendre à connaître les Moldus, les comprendre, vivre en harmonie avec les deux mondes, sans peurs. Alors ils se voyaient au moins une fois par semaine, pour aller au parc le plus souvent, ou pour des petits voyages d’une journée loin de Londres. Par chance, Eleanor était curieuse et déjà très intelligente pour son âge, son cas n’était pas désespéré, il y veillerait.

Aujourd’hui n’était pas un jour comme les autres, ils n’allaient pas au parc ou en voyage, Keane devait juste la garder quelques heures au manoir. Ses parents étaient Merlin seul sait où et son autre frère au travail. Thomas avait un rendez-vous important et ne pouvait donc pas s’occuper de la petite. Rester au manoir était réellement une corvée pour le jeune homme, même sans la présence de sa famille. Trop de mauvais souvenirs, de colère. Mais il était prêt à tout pour sa fille, c’était un moindre sacrifice pour passer un peu de temps avec elle… Les choses n’auraient pas du se passer comme ça, il devrait être à l’autre bout du monde, il aurait du reconnaître ce petit bout de chou comme étant sienne, il devrait vivre avec Jane, comme une vraie famille, heureux. Au lieu de cela il vivait seul dans un appartement modeste près de son cabinet vétérinaire. Son seul vrai bonheur après son travail était qu’il était l’oncle préféré d’Eleanor… Joie.

Un transplanage plus tard et il était dans son ancienne chambre au manoir. Il ne restait plus rien ici, sa famille avait rapidement fait en sorte de l’oublier et il aurait volontiers fait de même. Une fois son col de chemise correctement replacé, il quitta la pièce sans un regard en arrière et se dirigea vers le salon. Dans le couloir, il croisa son aîné qui semblait pressé, finissant de faire sa cravate tout en se dirigeant vers la salle de bain. Il semblait nerveux, c’était rare venant de lui… En réalité, Thomas ne semblait jamais montrer la moindre émotion, même lors du décès de son épouse. L’avait-il seulement aimé ? Difficile à dire. Il avait été triste sans doute, son attitude n’était plus vraiment la même aujourd’hui mais… Son esprit était impénétrable et Keane ne voulait pas vraiment en savoir plus. Cet homme avait plus souvent été son bourreau que son frère, il pouvait bien ressentir ce qu’il voulait tant qu’il s’occuper au mieux de la petite. Sans mot dire, il demanda à Keane de le suivre, ce qu’il fit, s’arrêtant devant la porte pour ne pas empiéter sur son intimité.

    « Je dois faire un rapide passage au Ministère avant mon rendez-vous, il est possible que tu sois bloqué ici un peu plus longtemps que prévu. »

Dit-il simplement alors qu’il arrangeait sa cravate et son col devant le miroir. Le plus jeune se contenta d’un signe de la tête et d’une moue expressive, distinguable dans le miroir. Moins il parlait avec eux, mieux il se sentait… Quoi qu’il lui arrivait de s’en vouloir de les détester autant. Ils étaient sa famille après tout… Pourtant ils l’avaient toujours considéré comme un moins que rien et c’était encore pire maintenant qu’il travaillait avec les Moldus. Un Lawson avec des Moldus, quelle honte ! Eux, ces grands Serpentards, ces anciens fidèles du Seigneur des ténèbres ! Blablabla… Il n’était pas mécontent en fait, bien dans ses baskets. Thomas passa une main dans ses cheveux et bouscula un peu son cadet pour quitter la pièce.

    « Hector est là mais il a pas mal de travail. Si jamais mon rendez-vous arrive, tu pourras la faire patienter dans mon bureau, il y a de quoi boire ainsi que quelques encas. J’ai laissé un petit mot pour elle sur le fauteuil. »

Avant que le jeune homme ait pu répondre quoi que ce soit, Thomas transplanat. Bien, il semblerait qu’il soit devenu major d’homme et baby-sitter… Un vrai plaisir de rendre visite à la famille ! Heureusement que le deuxième rôle était en fait un véritable plaisir sinon… Sinon il ne serait clairement pas là ! Après avoir lâché un long soupir, il prit la direction de la chambre d’Eleanor. La lumière était encore éteinte malgré l’heure. C’était étrange, la petite était toujours debout aux aurores en principe. Discrètement, il ouvrit la porte et se faufila à l’intérieur. Pas le moindre bruit. Était-elle déjà dans la cuisine ? Ou dans le salon peut-être ? Un Lumos lui confirma que le lit était vide puis, soudain, il sentit des petits bras enserrer ses jambes. Un gros câlin, quelques chatouilles de vengeance puis direction la cuisine pour un petit déjeuner en bonne et due forme. Tout se passait bien jusqu’à ce que quelqu’un frappe à la porte. Hector était au fond du jardin, surveillant avec attention les faits et gestes du jardinier. Un nouveau soupir, quelques mots à Eleanor et il se décida à devenir portier.

Et quelle ne fut pas sa surprise ! Nora, une veille amie, une petite protégée qui avait prit un chemin bien sombre malgré ses tentatives pour la sauver… Depuis, ils étaient en froid même si Keane ne perdait pas espoir. La jeune femme partageait les idées de sa famille concernant le monde sorcier ce qui expliquait sûrement sa présence ici. De justesse, il attrapa la main qu’elle allait baisser pour y déposer un baiser. Il savait qu’elle n’avait pas eu une vie facile, ils avaient aussi pas mal bavé pendant leurs années à Poudlard… Si seulement elle pouvait voir à quel point ses idées sont néfastes ! Il aurait tellement voulu la sauver, lui faire voir le monde comme il le voyait. La paix n’était-elle pas bien préférable ?

    « Nora, je ne m’attendais à ce que tu sois ce mystérieux rendez-vous… Je vais bien merci et toi tu es toujours aussi ravissante. Thomas a du faire un saut au ministère mais il ne devrait pas tarder. Tu as tout ce qu’il faut pour patienter dans son bureau, je vais t’y conduire. »

Malgré un sourire, Keane n’était pas très heureux de la voir ici, il sentait que ça n’annonçait rien de bon même s’il ignorait beaucoup de choses la concernant. D’un geste de la main, il l’invita à le suivre dans le vaste manoir. Pendant quelques pas, un silence étrange pesait sur leurs épaules puis il décida de le rompre. Après tout, il n’est jamais trop tard non ? Ou peut-être que si…

    « Ça fait un bail… Que deviens-tu ? »

Bonjour le brise glace… Mais la situation était étrange, le temps et les circonstances les avaient beaucoup éloignés… Il fallait bien commencer quelque part...

by tris
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You can either face it or run away | Keane.   Mar 19 Sep - 19:43

Keane Lawson. La bonne surprise du jour, si on part du principe que j’aime me faire gronder pour mes choix de vie. Il faut dire qu’il a toujours été marginal, Keane, aussi marginal que moi. C’est la raison pour laquelle nous avons été rapprochés par Serpentard alors que le monde entier – à l’exception de Marius, qui était l’unique personne en dehors de ce cher Keane à m’adresser la parole pour autre chose que des vacheries – semblait nous tourner le dos. Mais nous avons toujours cultivé nos différences dans des directions opposées, lui semblant vouloir se rapprocher du monde moldu, moi le méprisant de toute ma passion. Et nous avions fini par nous éloigner.

C’est dommage. Mais c’est comme ça.

Et s’il devrait probablement se méfier de ce rendez-vous que j’ai avec son frère, il n’en montre rien, c’est poli, c’est ce qu’il faut faire, je suppose. Keane n’est pas bête, il sait dans quoi je m’aventure. Même s’il n’est pas au courant que je mène des attentats fréquents contre le monde moldu, il connaît mes opinions, connaît les idéologies que je partage de près ou de loin avec sa famille. Et tout le monde sait que je tente d’être une bonne copine d’Arcadius Mulciber, l’homme politique aux idées discutables pour la majorité du monde magique dit « progressiste » et « intégrationniste ». Je m’attendais à un sermon d’emblée et je suis presque fière de ne pas y avoir eu droit.

- Merci beaucoup
, je lance poliment avant de le suivre dans les dédales du manoir Lawson.

Et le silence s’installe. Silence pesant d’années de retenue, de gêne, peut-être. D’une longue absence quelque part désirée, découlant directement de l’incapacité de chacun à faire comprendre son opinion à l’autre, préférant dès lors faire nos vies de notre côté. Et si je ressens une pointe de chaud au cœur en repensant à tout ce que Keane avait pu faire pour moi, pour mon intégrité et ce que, vice-versa, j’avais pu faire pour l’aider au mieux, je ne peux m’empêcher de penser qu’il valait mieux que nous prenions de directions différentes.

Et que c’était très bien de cette manière. C’est la vie. C’est comme ça.

Pourtant, il s’évertue à faire la conversation et je ne peux pas le blâmer. Au contraire : je suis moi aussi curieuse de savoir ce qu’il devient, malgré tout.

- Et bien, je commence, je gère une vieille librairie, c’est un boulot tranquille, l’amour que tu me connais pour les vieux parchemins ne m’a pas quitté. Et dans mon temps libre, j’essaie de, disons, m’engager politiquement. En quelque sorte.

Disons ça comme ça. Je ne rentre pas dans les détails, ne précise pas que mon commerce se situe dans l’allée des embrumes ni quel genre de « politique » je mène, même s’il n’est pas très difficile de le deviner. J’aimerais éviter les détails. Lui donner le moins de raisons possibles de me faire la morale.

Son opinion m’importerait-elle plus que je n’ose bien l’avouer ? Probablement.

- Et toi, alors, que deviens-tu ? Ca fait… longtemps, oui. C’est triste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: You can either face it or run away | Keane.   Mar 26 Sep - 6:29





Nora & Keane

You can either face it or run away


Qui aurait pu penser que ces deux la en arriveraient là ? Ils étaient si proches à Poudlard, ils se soutenaient, étaient toujours là l’un pour l’autre puis plus rien… Tout ça pour une stupide opinion politique. Keane s’en voulait d’ailleurs, il aurait aimé garder contact avec elle, continuer à veiller sur elle pour que ses idéaux ne l’emmène pas trop loin. Car il savait que ces opinions étaient néfastes, pour elle comme pour le reste du monde et il ne voulait pas qu’il lui arrive malheur, pas plus qu’il ne souhaitait une guerre d’ailleurs. Mais il se garda bien de commencer ses retrouvailles par des réprimandes ou des excuses vaseuses. Mieux valait commencer doucement, tâter le terrain pour ne pas mettre les pieds dans le plat trop vite. Car il savait que c’était inévitable, c’était d’ailleurs pour cette raison qu’ils avaient finit par s’éloigner : ils étaient incapable de rester calmes, trop frustrer de ne pas pouvoir convaincre l’autre, déçus, inquiets.

Quand ils furent arrivés dans le bureau de son aîné, Keane servit deux verres tout en lançant la conversation sur un ton léger. Prendre des nouvelles, se remettre à la page, c’était important et ce n’était pas uniquement une stratégie. Nora avait beaucoup compté pour lui et ses sentiments à son égard n’avaient pas complètement disparut. Il lui devait aussi beaucoup car elle l’avait toujours soutenu et défendu des autres. Que leurs opinions divergent ou non, elle était restée là pour lui et il avait fait la même chose. Juste d’un peu plus loin… Le sourire qu’il lui lança en lui tendant son verre était donc parfaitement sincère et il était heureux de voir qu’elle s’en sortait bien même si son engagement politique était bien moins satisfaisant.

Il savait très bien de quoi elle parlait. Ce rendez-vous avec Thomas était d’ailleurs une source de problème que la présence de Nora n’avait fait que confirmer. Le jeune sorcier savait que sa famille ne tarderait pas à plonger du côté obscur, ils détestaient tellement les Moldus… C’était aussi les idées de Nora, elle souhaitait aussi une supériorité Sorcière, un monde magique plus fort qui n’aurait plus besoin de se cacher d’une race inférieure… Tout ce que Keane détestait, ce qu’il craignait même beaucoup. Maintenant qu’Eleanor était là, il redoutait la guerre plus que tout au monde… L’idée de lui imposer cela le rendait malade et savoir que sa propre famille pouvait être un élément déclencheur le rendait plus malade encore. Si seulement il pouvait tous les convaincre que c’était inutile, que le monde était très bien comme cela ! Mais sa famille n’éprouvait pas la moindre considération pour lui et Nora ne serait pas plus influençable aujourd’hui qu’à l’époque, ce serait sûrement même pire encore…

    « Je suis heureux de voir que tu as pu faire de ta passion un métier, c’est une chance. Il faudra que je passe à l’occasion, ça fait un moment que je n’ai plus mis les pieds dans une librairie sorcière. »

Dit-il, toujours avec la même franchise alors qu’il s’asseyait dans un des fauteuils, l’invitant d’un geste de la main à faire de même. Lui aussi avait eu la chance de faire de sa passion un métier et il savait à quel point c’était merveilleux. Ce n’était pas un métier purement alimentaire, il vivait pour sa passion et sa passion le faisait vivre, un travail idéal.

    « En ce qui me concerne, je n’ai pas lâché ma passion non plus et j’ai mon propre cabinet vétérinaire où je soigne tout type d’animaux, du chaton au botruc. Il n’est pas toujours facile de jongler entre les deux mondes mais je tenais vraiment à rendre cela possible et ça marche plutôt bien pour le moment. »

Il avait volontairement insisté un peu sur le côté mélange des deux mondes dans l’espoir de la faire réagir. La connaissant, il s’attendait à une grimace de dédain à peine capable d’enlaidir son beau visage, un soupir peut-être, un signe de la tête désapprobateur. Il savait qu’il venait plus ou moins de lancer les hostilités, qu’une nouvelle bataille risquait de naître et qu’il ne gagnerait pas. Ils perdaient toujours, aussi bien l’un que l’autre, incapables de se blesser vraiment mais incapable de se sauver pour autant… Un triste destin qui les hantait depuis des années maintenant et que le temps ne semblait pas pouvoir changer. Il fallait vivre avec, se déchirer, se manquer, être déçu et frustrer. Des sentiments que le jeune homme ne connaissait que trop bien et avec lesquels il semblait vivre depuis sa naissance en réalité…

    « Je ne sais pas ce que vous mijotez avec Thomas mais... J’espère que vous ne faite rien d’inconsidéré. Tu sais très bien ce que je pense, mon opinion n’a pas changée et je ne vais pas m’évertuer à te le rabâcher une fois de plus. Mais mes sentiments pour toi n’ont pas changé non plus malgré tout et je ne veux pas que tu te mettes bêtement en danger… »

Avait-il ajouté, avant même qu’elle ne prenne la parole, sur un ton bien plus sombre et sérieux. En fait, après une brève réflexion, il avait réalisé qu’il ne voulait pas de guerre cette fois. Il était franchement heureux de l’avoir retrouvée après toutes ses années et il voulait juste la protéger, lui montrer qu’il était toujours là, comme à l’époque. Celui qui pourrait la protéger des brimades et des moqueries, celui qui l’écoutait et ne la regardait pas comme si elle était différente. Ils avaient tellement de choses en commun au fond, tant d’amitié si bêtement gâchée. Les coudes appuyés sur ses genoux, son verre dans ses deux mains, il la regardait dans les yeux. Un geste dont il n’avait jamais eu peur malgré les coups de gueule. Keane avait toujours regardé Nora dans les yeux. Pas par défi ni par défiance mais simplement parce qu’il voulait qu’elle lise en lui comme dans un livre ouvert. Il voulait qu’elle voit, qu’elle comprenne. Ce serait sûrement vain, une fois de plus, mais toute tentative en valait la peine si ça pouvait l’atteindre ne serait-ce qu’un peu…


by tris
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You can either face it or run away | Keane.   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

You can either face it or run away | Keane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quel comportement adopter face aux insultes ?
» A pile ou face !
» [Fan-Fiction] Le Héros Face au Sorcier
» Tactique de jeu face au prochain adversaire
» [S39-E6] E6-J3 - Inscriptions face au Centre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: ashes to ashes :: corbeille :: RP
-