Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à réclamer des rp aléatoires de Noël !!! Des cadeaux à gagner tous les jours ici !!! .

 

 Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2017
Messages : 86
Points : 196
x âge : 29 ans
x métier : Vétérinaire
x statut : Célibataire
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   Jeu 17 Aoû - 16:49





Joseph & Keane

Children see magic because they look for it.



Il y a maintenant près de trois ans que Jane a quitté ce monde. Trois ans qui n’ont pas aidé Keane à oublier. Pourquoi était-ce si difficile pour lui ? Pourquoi ne parvenait-il pas à tourner la page ? Après tout, il ne l’avait pas connu très longtemps et, malgré la force de leurs sentiments, ils n’avaient pas eu tant d’occasions que ça de passer du temps ensemble ! Ce n’est pourtant pas les occasions qui lui manquaient avec toutes les jeunes femmes qui venaient le consulter… Mais rien à faire, Jane était la seule à jamais avoir trouvé grâce à ses yeux. Il lui arrivait tout de même d’avoir des aventures, des passades sans lendemain. Comment pourrait-il un jour aimer une autre femme ou même envisager de former une famille ? Il faudrait pourtant qu’il l’envisage, c’est sûrement ce qu’elle aurait voulu, qu’il vive, qu’il soit heureux…

Le jeune homme se passa une bonne dose d’eau sur le visage avant de finir de se préparer. Comme toujours, il était très impatient de retrouver Eleanor même si c’était aussi une torture insoutenable. La petite blondinette de presque trois ans était la fille de la fameuse Jane, une fille qu’elle avait eu avec le frère de Keane… Ou avec lui. Il aurait pu faire un test de paternité pendant la grossesse mais, comme ils comptaient fuir avec la belle peu après l’accouchement, il avait préféré ne pas savoir pour ne pas être influencé et pour pouvoir pleinement assumer son rôle de père. Un rôle que la grande faucheuse lui avait arraché des mains et du cœur… Eleanor était née, Jane n’y avait pas survécu, emportant leur secret dans la tombe.

Malgré la fin de ses études, Keane ne s’était pas senti de révéler la possible vérité à sa famille, risquant d’apprendre qu’elle n’était pas de lui et perdant par la même occasion la possibilité de la voir et de prendre soin d’elle… Alors il avait gardé le silence, se rapprochant un peu de son aîné pour pouvoir occuper pleinement le rôle d’oncle idéal. Un plan assez viable pour le moment puisqu’il avait souvent l’occasion de s’occuper d’elle à cause, ou plutôt grâce, au travail très prenant de son frère. C’est pour cela qu’il transplana dès qu’il fut prêt, apparaissant quelques instants plus tard dans son ancienne chambre, dans la maison familiale où son frère avait repris ses quartiers. Il revenait presque une fois par semaine, pour son plus grand bonheur et pour celui de la petite fille qui aimait beaucoup son super tonton.

Discrètement, il sortit de cette pièce aujourd’hui vide pour gagner le salon, en avance, comme toujours. La grande maison était silencieuse et elle ne lui rappelait pas de très bons souvenirs... C’était vraiment pour sa fille qu’il était là, sans ça il aurait sûrement coupé les ponts pour de bon. Ils n’avaient jamais eu les mêmes idées, la même vision du monde… Et Keane avait d’ailleurs très peur qu’Eleanor adopte cette mentalité ce qui explique pourquoi il était si présent pour elle. Il voulait sauver son âme, lui prouver que les Moldus n’étaient pas mauvais, que le monde n’était pas aussi sombre que sa famille ne voulait bien le croire. Les mains dans le dos, il entama un tour des tableaux de famille. Ils étaient forts nombreux, comme pour toutes les familles nobles et artificielles sans doute…

Puis soudain, le sortant de sa rêverie, des petits pas rapides se firent entendre. Eleanor aussi était très ponctuelle, adorant tellement ces sorties qu’elle se levait en général bien avant l’heure habituelle. Derrière elle, des pas plus lents et plus lourds accompagnés de grognements. Papy n’aimait pas la voir courir ainsi, il y avait trop d’objets excessifs et ses petites jambes n’étaient pas encore tout à fait stables… Mais la petite puce n’en avait rien à faire, courant vers son oncle à bras ouverts, riant déjà comme une petite folle. Leurs balades étaient encore plus intéressantes maintenant qu’ils s’étaient fait des amis dans le parc. Un papa célibataire et sa fille de six ans. Juliet et Joseph étaient des amours avec qui ils s’amusaient bien malgré les différences d’âge qu’ils avaient tous. Un petit duo dont ils se cachaient bien de parler puisqu’ils étaient persuadés qu’ils étaient de simple Moldus, un détail que la famille n’aimerait sûrement que moyennement. Keane avait été clair, c’était leur petit secret et Eleanor avait à cœur de le garder.

    « TONTON !!! »

S’exclama-t-elle en se catapultant presque littéralement dans ses bras. Malgré son jeune âge, Eleanor était très maligne et elle parlait déjà assez bien. Une future bavarde, curieuse comme un chat et excitée comme une puce. Quand elle passait du temps avec Keane au travail, elle posait déjà pas mal de questions (bien que mal formulées), auxquelles il était même parfois difficile de répondre. Elle voulait déjà tout savoir sur tout et semblait faire preuve d’une imagination débordante. Le cœur en sang, le vétérinaire serra son petit corps contre lui, s’imprégnant de son odeur comme s’il avait peur que ce soit la dernière fois. Elle ressemblait beaucoup à sa mère, sauf pour les yeux, elle avait les yeux des Lawsons…

    « Prête pour le parc ? »

Demanda-t-il, connaissant déjà la réponse et sans faire attention à son propre père qui se tenait à quelques pas, les bras croisés. Keane n’avait jamais vraiment été bien vu dans la famille, travaillant avec des Moldus répugnants… Il avait même quitté le monde magique pour faire ses études, une honte pour un sang pur… C’est sûrement pour se débarrasser un peu de la petite qu’ils avaient accepté qu’il s’en occupe d’ailleurs. Ils avaient tous mieux à faire et elle était bien trop active à leur goût… Sans compter qu’elle était un boulet pour leur merveilleux fils qui allait sûrement avoir du mal à retrouver une épouse maintenant qu’il était père… Keane se fichait pas mal de tout ça tant qu’on lui laissait passer du temps avec elle.

    « Vous allez encore prendre ces transports en communs Moldus infâmes… »

    Lança froidement le paternel, récoltant par la même un regard tout aussi froid de la part de son dernier fils.

    « Thomas me fait confiance, ça devrait vous suffire. »

Répondit le jeune homme avant de quitter la maison par la porte d’entrée cette fois. Il entendit un soupir au moment de refermer la porte puis oublia bien vite cette horrible famille… La petite toujours dans les bras, ils sautèrent dans le bus et prirent la direction d’Hyde Park où ils devaient retrouver leurs amis pour une balade et une bonne glace. Prendre le bus était un peu plus long mais ils aimaient beaucoup ce mode de transport : ils aimaient voir le monde. Avec ses mots et ses phrases maladroite, Eleanor adorait décrire tout ce qu’elle voyait. C’était parfois la mauvaise couleur, le mauvais adjectif ou même le mauvais nom mais Keane était patient et il la corrigeait toujours avec sagesse. Il était important qu’elle apprenne tout des deux mondes qui l’entourent. Il fallait qu’elle sache ce qu’elle pouvait dire et où. Garder le secret.

Et pour le moment il n’y avait pas eu de problème. Il faut dire qu’on lui parlait peu au manoir et qu’elle en savait donc plus sur le monde des Moldus que sur celui des sorciers. Puis il n’y avait pas encore eu d’incident magique à déclarer, rien d’étrange ou d’inquiétant, juste une petite fille enthousiaste branchée sur batteries nucléaires. Après trajet qui leur sembla durer quelques secondes à peine, ils étaient arrivés, trouvant Joseph et Juliet déjà au point de rendez-vous. Ils se connaissaient depuis un moment déjà, une rencontre sur un coup de chance dans un autre parc. Depuis ils passaient pas mal de temps tous ensemble, profitant du beau temps. Joseph savait que Keane n’était pas le père de la petite mais ils n’étaient pas assez proches pour que le jeune homme ne lui avoue sa potentielle paternité. D’ailleurs, à part Jane, personne n’était au courant… Et il n’y avait pas vraiment de raison pour que ça change puisque ça n’apporterait rien à personne.

    « Désolés pour le retard, il y avait pas mal de circulation… Vous allez bien ? »

Juliet et Eleanor étaient déjà entrain de courir devant, direction le camion de glace. Malgré leur différence d’âge, les petites s’entendaient bien et jouaient beaucoup ensemble. Ce qui n’était pas pour déranger les ‘papas’ qui s’entendaient aussi très bien. Il était d’ailleurs assez rare que Keane sympathise aussi rapidement avec quelqu’un… Leur amitié n’était pas encore suffisante pour entrer dans les confidences mais la présence de Joseph lui était agréable et elle lui remonter grandement le moral. Avec lui, pas de prise de tête, pas d’histoire de sorciers et de Moldus, juste de bons moments avec deux petites filles merveilleuses. Deux papas poules ensemble, deux hommes terriblement seul à l’intérieur… C’est peut être pour cela qu’ils s’entendaient si bien ? Ils se comprenaient sans avoir à en parler…

    « C’est ma tournée ! » Ajouta Keane quand ils furent arrivés au camion. « Tu veux quelque chose ? »

Il prit les commandes puis les deux hommes s’installèrent sur un banc près des balançoires. Les petites étaient déjà assises dans l’herbe, dégustant leur glace avec un soin tout féminin. Cela fit sourire Keane qui observa un moment sa fille d’un air rêveur. La tresse qu’il lui avait fait dans le bus ne ressemblait pas à grand-chose mais il avait fait de beaux progrès. Comme il avait apprit avec les Moldus, il avait la chance de maîtriser internet et il passait pas mal de temps à regarder des tutoriels d’adolescentes dans l’espoir d’en apprendre plus sur l’art de la coiffure et de la mode… Une corvée sans nom mais qui pouvait faire de lui un meilleur père alors bon… Il allait d’ailleurs en parler avec Joseph quand des petits papillons se mirent à apparaître autour d’Eleanor…

Sans réfléchir, sans dire un mot, il se précipita vers la petite et se jeta à genoux près d’elle, faisant disparaître les insectes d’un geste de la main. Ce n’était clairement pas des papillons normaux, Joseph allait sûrement tilter et Keane n’avait pas la moindre idée de ce qu’il allait pouvoir dire pour expliquer ce petit dérapage… Peut-être que s’il avait été moins spontané ? Après avoir murmuré quelque chose à l’oreille de la blondinette, il lança un sourire à Juliet puis retourna vers son ami en se frottant l’arrière du crâne, visiblement mal à l’aise. En fait, il n’osa même pas regarder Joseph, ignorant s’il était encore assit ou non. Comment faire ? Que dire ? Il y eu un moment de silence puis il se décida à rompre le silence.

    « C’est une petite pleine d’idées… »

Tenta-t-il sans grande conviction. Il espérait juste ne pas perdre son ami en fait… Après tout, le secret magique était important pour leur sécurité mais un bon ami était en droit de savoir. Ce n’était pas une maladie, ce n’était pas contagieux ou dangereux ! Keane avait confiance en Joseph, il savait qu’il ne ferait rien de mal mais… Il pouvait se vexer ou pire, avoir peur… Car l’inconnu est souvent effrayant. Intérieurement, Keane croisait les doigts, le regard toujours fixé au sol. Derrière lui, les deux petites filles riaient, semblant déjà avoir oublié l’incident.


by tris
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/07/2017
Messages : 161
Points : 224
x âge : 33 ans
x métier : membre du comité d'excuses à l'intention des moldus
x statut : divorcé

MessageSujet: Re: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   Lun 21 Aoû - 15:22

- Papa, deeeeebouuuuuuut !

Je suis tiré de mon lourd sommeil par la douce mélodie de la voix de Juliet qui, aussi mignonne puisse-t-elle être, m’arrache un grognement sourd. Trop tôt pour moi. Je m’étais pourtant habitué aux nuits presque blanches et aux réveils trop matinaux, fut un temps. Mais depuis qu’elle me laissait à nouveau le loisir de récupérer… ça devenait difficile. Surtout un jour de congé.

- Laisse-moi deux minutes, monkey.
- Mais papa, c’est aujourd’hui !

Sourire difficilement réprimé. Elle m’a eu, je suis beaucoup trop faible. Je m’étire donc, cherchant à m’extirper de mon état somnolent alors que Juliet trépigne déjà au pied de mon lit, impatiente de retrouver son amie Eleanor au parc, bien plus tard dans la journée. J’ouvre un œil, jetant un œil distrait à l’heure. Sept heures, à peine.

- C’est dans longtemps, ma puce, tu pouvais encore dormir, tu sais. Même si je sais que la perspective de rejoindre Keane et sa nièce rend ma fille tellement fébrile qu’elle n’en dort plus, je me sens obligé de le préciser. Tu viens près de papa, un peu ?
- OUI !

Elle me saute littéralement sur le ventre et me coupe le souffle l’espace d’une demi-seconde tandis que je la serre dans mes bras. Elle grandit, c’est inévitable. Cinq ans… et demi, presque six. Détail à ne surtout pas oublier, si je ne veux pas m’attirer les foudres de la blondinette qui, si elle ressemble comme deux gouttes d’eau à ce qui lui sert de génitrice, est aussi en bonne passe de se payer le même caractère de cochon… Comme quoi, c’est génétique. J’essaie donc tant bien que mal de l’empêcher de trop hériter de sa mère, du moins de rectifier un peu le tir. Une chose est certaine, cependant : je ne pourrai pas la retenir d’aller à Poudlard. Et rien que d’y penser, j’ai la gorge qui se noue. J’aurais préféré ne pas avoir à lui parler du monde magique avant un long moment.

Et alors que je serre cette boule d’énergie dans mes bras, je la vois se rendormir peu à peu. Tellement que je finis par la laisser tranquille, me trouvant bête à l’observer, yeux et poings fermés. Un baiser sur le front plus tard et je me lève enfin, déterminé à laisser la petite se reposer encore un peu.

***

- Prête ?

Un hochement de tête plus tard et elle est déjà devant la porte alors que je lace encore mes chaussures. Ça m’arrache un sourire de la voir si impatiente. Une minute plus tard et nous voilà dans l’air londonien, en direction du métro que Juliet apprécie tant. Je ne suis jamais rassuré, pour ma part, craignant toujours de la perdre dans la foule malgré mon obligation express de ne jamais me lâcher la main. Je crois que je suis un peu trop papa poule, à la couver de la sorte, mais les transports en commun londoniens sont loin d’être ce que je préfère avec une enfant.

Arrivés au point de rendez-vous, j’accepte enfin de la lâcher pour la laisser gambader non loin en attendant nos amis respectifs, moi l’oncle, elle la nièce. Et si j’apprécie beaucoup Keane, Juliet est de plus en plus enthousiaste à chaque fois qu’il est question de retrouver la petite Eleanor qui, bien que quelques années plus jeune, semble être une bonne compagne de jeux. Nos rencontres au parc font d’ailleurs partie des quelques échappatoires au monde magique que je peux m’octroyer, lui qui me suit à la trace jusque dans mon métier que je rêve de changer. Enfin, au moins, ils ont la sympathie de me payer en livres sterling et pas en gallions…

- Juliet, Keane et Eleanor sont là, viens dire bonjour !

Nos amis en vue, je parcoure quelques mètres une fois ma fille à mes côtés pour aller à leur rencontre. Quant à elle, elle est déjà loin devant moi, courant vers son amie en gloussant comme seule une petite fille sait le faire. Elles me font rire, toutes les deux.

-  T’inquiète, on vient d’arriver. On va bien… comme tu le vois, Juliet est en pleine forme, la nuit fut courte ! Et vous deux ?

Les mains fourrées dans les poches de mon jeans, nous suivons les demoiselles qui font déjà leur vie à deux, direction le camion de glaces. Elles sont intelligentes, ces gamines, elles savent déjà bien comment ça se passe. Keane se propose d’offrir les glaces cette fois-ci et une fois les commandes passées et les douceurs bien en place dans les mains des deux filles, je rappelle la mienne qui commence déjà à gambader vers l’herbe.

- Qu’est-ce qu’on dit, Juliet ?
- Meeeerciiii, Keane !
- C’est mieux ! Merci, j’enchaîne à mon tour pour donner l’exemple bien que je n’aie rien commandé.

Les conversations vont bon train alors que les deux amies dégustent leur glace dans l’herbe. J’apprécie ces moments. J’aime voir ma fille s’amuser, je crois que je pourrais l’observer pendant des heures. C’est d’ailleurs ce que je fais, de manière peut-être un peu trop insistante, lorsque je comprends que quelque chose cloche avec Eleanor, pensée confirmée par Keane qui se lève en précipitation. Des papillons sortis de nulle part. D’un côté, ça me fait sourire. De l’autre, je ne peux m’empêcher une pointe de tristesse pour cette petite demoiselle. Si j’avais pu empêcher que les phénomènes bizarres arrivent autour de Juliet, je l’aurais fait. Quand on sait ce que le monde magique peut amener de mauvais dans une vie… Je souris à l’explication de Keane, gêné. Je n’ai même pas le temps de lui répondre que Juliet débarque avec sa voix perçante :

- Papa, t’as vu ? Eleanor elle a le même que moi ! Elle aussi elle va à aller à Pou Lard ?


Mon doigt se rue sur sa bouche pour l’empêcher d’en crier plus.

- Poudlard, monkey, je rectifie en baissant la voix le plus possible. Ne crie pas, je t’ai déjà expliqué, pourtant, que…
- Que les moldus ils savent pas et donc il faut pas en parler à l’école et quand on est dehors parce qu’il faut pas leur dire, c’est un secret.
- Voilà. Tu vois, que tu sais ?

Je souris à ma fille qui retourne gambader près d’Eleanor en riant. Mes yeux se posent sur Keane qui semble embarrassé. Je lève la main en l’air, une mine faussement coupable sur le visage :

- Cracmol
, je me dénonce en faisant attention que personne ne nous écoute aux alentours. J’aurais aimé que Juliet soit épargnée de tout ça, elle aussi… Ça fait longtemps que ça lui arrive ?

Je tente de faire la conversation, bien que le sujet soit délicat. Mais je ne veux pas lui laisser croire que je n’ai rien vu ou rien compris, cependant. Même si, je dois bien l’avouer, parler magie n’est pas ma tasse de thé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2017
Messages : 86
Points : 196
x âge : 29 ans
x métier : Vétérinaire
x statut : Célibataire
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   Mer 23 Aoû - 21:39





Joseph & Keane

Children see magic because they look for it.

    « Nous ça va ! Et je suis heureux de constater une fois de plus que je ne suis pas le seul à me balader avec un petit monstre branché sur batterie atomique ! Rien que de les voir courir comme ça m’épuise ! »

Plaisanta-t-il, obligé de marcher un peu vite pour ne pas perdre les deux petites de vue. Maintenant qu’elle parlait un peu mieux, Eleanor était aussi active que bavarde ce qui pouvait facilement vous fatiguer. Beaucoup de questions farfelues, qui n’attendaient pas toujours de réponse… Car oui, elle passait beaucoup du coq à l’âne, trop enthousiaste pour rester trop longtemps sur le même sujet. Il y avait trop à voir et à apprendre, pas le temps de tergiverser ! Keane était d’ailleurs très fier de cette vivacité d’esprit même s’il était aussi un peu exaspéré parfois. Il n’était pas tous les jours facile d’être un papa mais c’était encore pire de ne pas pouvoir pleinement l’aider à développer cette curiosité… Et si sa famille foirait tout ? S’ils en faisaient un monstre sans cœur et sans esprit ? Son cœur se serra brièvement, vite réanimé par leur arrivée au camion de glace.

    « Toujours un plaisir de vous servir Princesses. »

Répondit-il à Juliet avec une petite courbette amusée. Eleanor lui avait déjà fait un énorme bisou baveux en guise de remerciement, attendant à peine sa réponse pour partir un peu plus loin, rapidement suivie par son amie. Tout comme Joe, Keane souriait bêtement face à ce spectacle hors norme. Il trouvait cela fascinant et merveilleux : les enfants se fiches de l’âge, de la couleur et de tout le reste. Ils sont amis et c’est tout. Pourquoi les adultes ne pouvaient pas en faire autant ? Pourquoi le monde était si méchant et mauvais ? Comment pouvions nous perdre cette innocence aussi vite et aussi brutalement ? Par chance, son ami entama une conversation plus légère alors qu’ils étaient tranquillement installés sur le banc à observer leur trésor respectif. Puis vint l’incident. Le tour premier en sa présence, peut-être même le tout premier tout court… Quoi qu’Eleanor ne semblait pas du tout inquiète, même assez fière d’elle… Saurait-elle déjà contrôler la magie ? Non, sûrement un simple accident.

    « Pardon… »

Murmura-t-elle, sincère, après qu’il lui ait gentiment rappelé à l’oreille qu’elle ne devait pas faire ce genre de choses en public. Car, même s’ils parlaient beaucoup du monde des Moldus, Keane avait toujours tenu à lui parler de leur monde, il voulait qu’elle comprenne la différence sans en avoir peur. Qu’elle aime les sorciers et les moldus tout en sachant que certaines choses n’étaient bonnes que dans un seul monde. Pas facile à expliquer à une petite loute comme elle, même si elle semblait déjà très intelligente. De plus, malgré qu’il ait reprit contact avec sa famille pour le bien de sa fille, on ne peut pas dire que les conversations soient très longues ou très enthousiastes… D’ailleurs, même si elles tournent le plus souvent autour de la petite blonde, on ne lui a jamais rien signalé concernant d’éventuelles manifestations magiques et il en avait donc naïvement déduit que ça ne lui arriverait pas avant un long moment. En réalité, il ne savait même pas quand les premières manifestations avaient eu lieu pour lui, ses souvenirs ne remontant sans doute pas assez loin… Dur d’être le vilain petit canard de la famille, celui qui n’a jamais apporté la moindre fierté à personne et de / à qui on ne parle presque jamais. Remarque, ce n’était pas pour le déranger, lui l’amoureux des moldus, l’enthousiaste des choses simples. Car c’était ça son truc : profiter de la vie, aimer les gens comme ils sont sans se soucier de leurs origines, vivre simplement. Un avis qui n’était clairement pas partagé par le reste de sa famille mais qu’il espérait profondément pouvoir transmettre à son enfant, aussi officieuse soit-elle.

Quoi qu’il en soit, la chance était de son côté puisque Juliet le rassura rapidement en évoquant la fameuse école de ‘Pou Lard’. La preuve que ce terrible secret magique était quelque chose qu’ils connaissaient tous deux déjà très bien. Ainsi, il était moins probable qu’il perde son ami et, surtout, il n’était pas nécessaire de lui mentir. Car il était un bien piètre menteur qui détestait profondément devoir user de cette supercherie sur les gens qu’il appréciait… Et il était d’ailleurs très mal parti avec son excuse à deux gallions cinquante ! Une petite pleine d’idées, bravo ! Comment justifier le reste après ça ? Il fallait vraiment qu’il commence à trouver des excuses pour les prochains dérapages sinon il risquait grandement de se faire griller… Voilà bien quelque chose à laquelle il n’avait pas pensé mais qu’il allait rapidement devoir creuser ! Soulagé, il sourit de façon un peu plus détendu à son ami mais il n’eu pas le temps de répondre à la question de Juliet puisqu’elle était déjà repartie vers Eleanor.

    « Tu ne peux pas savoir à quel point je suis soulagé ! Je ne sais vraiment pas comment j’aurai pu m’en sortir si j’avais du trouver une excuse. J’ai vraiment eu peur de te faire partir en courant… »

Avoua-t-il en se laissant lourdement tomber sur le banc. Même s’il n’avait pas insisté, on sentait bien la sincérité dans sa voix et il était clair qu’il avait eu peur de perdre un ami cher. Son teint en était même devenu plus pâle qu’à son habitude (oui, c’est possible), revenant doucement à la normale. Le jeune sorcier secoua un peu sa tête, expirant doucement comme pour reprendre son souffle. Ses coudes étaient appuyés sur ses genoux, ses mains unies sur son front. Un peu extrême sans doute, mais il avait vraiment eu peur et ne s’était pas attendu à une pareille surprise. Ce qui était complètement stupide, il aurait dû s’en douter, ça devait bien arriver un jour ou l’autre ! Soudain, il culpabilisa pour tout, allant même jusqu’à penser que ça faisait de lui un mauvais père… Il n’avait pas prévu, il n’avait pas anticipé et ça aurait pu avoir de terribles conséquences. Il redressa un peu la tête, se secouant de nouveau pour reprendre ses esprits. Drôlement traumatisé, papa poule oblige.

    « Désolé pour la réaction un peu excessive, je t’avoue que je n’avais vraiment pas envisagé un truc pareil, je ne suis qu’un sombre crétin… Son père me parle peu et mes parents m’évitent alors je n’en sais rien. C’est la première fois que ça arrive en ma présence mais elle ne m’a jamais rien dit. Je la soupçonne presque d’avoir voulu me faire la surprise même si elle sait qu’il ne faut pas faire ça en publique… Quel c*n ! Je devrais toujours avoir une excuse de prête, j’aurais dû savoir et mieux réagir, j’ai vraiment une chance monumentale que ce soit avec vous que ça arrive… Pardon de ne pas te l’avoir dit, je n’aime pas mentir mais je sais que c’est pour la bonne cause quand il s’agit de ça… Et je te comprends, par les temps qui courent j’aurais aussi voulu la laisser hors de tout ça. Il y a longtemps pour Juliet ? »

Un sujet délicat d’autant plus que les Cracmols n’avaient pas un statut facile dans le monde magique et qu’ils avaient donc toutes les excuses du monde pour détester les sorciers… Keane espérait d’ailleurs que Joseph ne le mettrait pas dans le même sac que les autres… Il espérait aussi que les choses n’étaient pas aussi inquiétantes qu’elles ne semblaient l’être et qu’il n’y aurait pas une nouvelle guerre alors que les petites princesses allaient devoir grandir dans ce monde magique… Malgré lui, un frisson traversa son dos. Il fallait vraiment qu’il pense un peu plus à cette partie d’eux, qu’il tente vraiment de la préserver mieux que cela et ça ne sera pas facile… Heureusement, avec un peu de chance, il aurait un ami à ses côtés, et pas n’importe qui…

by tris


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/07/2017
Messages : 161
Points : 224
x âge : 33 ans
x métier : membre du comité d'excuses à l'intention des moldus
x statut : divorcé

MessageSujet: Re: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   Lun 18 Sep - 10:44

Je sens l’embarras de Keane et je ne peux m’empêcher de le comprendre. Ce genre de situations peuvent vite devenir ingérable, et si j’aurais préféré ne pas avoir à y être confronté, il avait fallu qu’encore une fois, Juliet hérite de sa génitrice. Ironie du sort, elle lui ressemble bien plus qu’à moi. Et je me rappelle la première fois que j’avais dû gérer un de ses « accidents magiques », au beau milieu du métro bondé, à peine quelques mois plus tôt. Je me rappelle être sorti à la station suivante, bien loin de là où j’étais supposé me rendre, et avoir traversé la ville à pieds avec ma fille juste pour être certain de ne pas être reconnu… J’avais très mal géré. Et moi aussi, j’avais paniqué, alors que je suis habituellement payé pour trouver des excuses plausibles sur commande.

Je me permets donc de poser une main rassurante sur l’épaule de mon ami alors qu’il s’est rassis près de moi, soulagé, et que les filles semblent déjà avoir oublié l’incident. Je sais qu’il a stressé et je ne lui en veux pas. C’est normal, de stresser. Je me retrouve dans sa réaction et le laisse en parler librement. Parce que moi aussi, j’aurais aimé pouvoir en parler… Sauf que mon entourage est constitué de moldus, de cracmols qui n’ont jamais eu ce problème et d’aurors un peu trop suffisants pour que je leur accorde ma confiance.

- On n’est jamais vraiment préparé à ce que ça nous arrive. Tu sais, je suis payé par le ministère pour chercher des excuses plausibles pour les moldus en cas de catastrophe magique de masse, quand c’est inévitable qu’ils en entendront parler, mais le jour où Juliet a fait disparaître son cartable dans un métro bondé… j’étais pas fier non plus alors que c'est mon métier, de gérer ce genre de situations. C’était il y a quelques mois, on a vraiment cru elle comme moi qu’elle serait moldue, et elle était tellement heureuse d’avoir réalisé son premier acte magique qu’elle n’a pas manqué de le faire savoir à tout le wagon, pour ne rien arranger.

Ce souvenir m’arrache un sourire sans joie. La revoir aussi heureuse que ce jour-là ne pouvait pas me laisser indifférent, mais j’aurais préféré… qu’elle soit épargnée de tout ça. Qu’elle ait une scolarité normale, dans un monde moins agressif que le monde magique où je suis incapable de l’aider au moindre problème. Incapable de comprendre. De lui expliquer ce qui lui attend. Et je ne peux m’empêcher d’en vouloir à Jennifer d’avoir osé disparaître de la vie de son enfant alors qu’elle était la mieux placée pour la guider, en tout cas dans ce monde-là.

Je hausse les épaules en regardant les deux filles s’amuser comme si de rien n’était. Je n’arrive pas à en vouloir à Keane comme j’en veux aux autres sorciers de mon entourage, probablement parce qu’il me fait un peu penser à moi-même et qu’il ne fait pas tout un plat de sa condition de sorcier. Il ne s’en vante pas et comprends même ce que je veux dire quand j’explique que j’aurais voulu voir ma fille grandir comme une moldue normale.

- J’ai… un peu peur de ce qui arrivera quand elle partira pour Poudlard et que je ne pourrai pas traverser le mur avec elle, qu’elle n’aura personne, qu’elle devra gérer ça seule et que je la verrai disparaître. Que je ne pourrai pas… la guider comme il se doit. Je serai impuissant face à ça, même si j’ai la chance de bosser dans son monde, que je suis un peu au courant. Je ne suis pas comme elle. J’ai pas envie que ça nous éloigne.


Un rire sans joie m’échappe, un peu d’air expiré par mes narines. Je n’ai jamais eu l’occasion de parler de tout cela à qui que ce soit, et j’ai un peu l’impression que le moment est venu. Je ne sais pas ce que j’attends de Keane, probablement un peu de soutien, qu’il me prouve que j’ai raison de lui accorder ma confiance. Un peu de toutes ces raisons, je suppose.

La preuve que j’ai un ami dans ce monde de fous.

- Enfin, bon. On n’y échappera pas, mmh ? Ta nièce est entourée, elle s’en sortira bien… Puis qui sait, elle finira peut-être comme son oncle, intégrée dans les deux mondes. C’est comme ça que ça devrait se passer.


Je dis ça maintenant… Dans quelques mois à peine, je ne tiendrai plus le même discours. Mais ça, je ne le sais pas encore.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2017
Messages : 86
Points : 196
x âge : 29 ans
x métier : Vétérinaire
x statut : Célibataire
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   Dim 24 Sep - 10:04





Joseph & Keane

Children see magic because they look for it.

Que Keane soit le père ou non, Eleanor risquait fortement d’être une sorcière et il aurait donc du mieux prévoir ce jour. Il aurait préféré qu’elle soit une cracmol pour ne pas être trop affectée par les changements qui menaçaient le monde sorcier mais… Avec la famille qu’il avait, il était tout de même préférable qu’elle soit une bonne sang-pure ! Un concept qui passait très au dessus de la tête du vétérinaire mais avec lequel il avait dû vivre toute sa vie et qu’il allait devoir subir encore longtemps. Quoi qu’il en soit il était heureux d’avoir un ami avec qui partager ses doutes et ses craintes, quelqu’un à qui parler de tout cela sans avoir à s’en cacher.

    « J’avoue que tu as eu moins de chance que moi ! Mais je ne sais vraiment pas ce que j’aurais fait si tu n’avais pas été de ce monde… C’est vrai que nous n’y sommes jamais préparé et… J’imagine qu’au fond j’espérais que ça n’arrive jamais. Si elle n’avait pas eu de pouvoirs, elle aurait sûrement été reniée par sa famille mais au moins elle serait en sécurité et surtout loin de sa famille haineuse. J’ai tellement peur qu’elle devienne comme eux, une sang pure prétentieuse, qu’elle se laisse entraîner par des puristes extrémistes et… Enfin, j’imagine que je n’y peux pas grand-chose. Comment avez-vous fait pour sortir du pétrin quand s’est arrivé ? Que ce soit ton travail ou non, ce n’est pas la même chose de gérer l’urgence ! »

En fond, les petites riaient comme si rien ne s’était passé, encore innocentes, pures et heureuses. Elles jouaient à trappe-trappe, leur glace toujours en main, menaçant dangereusement leurs jolis vêtements. Keane souriait à nouveau, presque ému par le spectacle. Si seulement elle avait été une cracmol ! Il l’aurait officiellement adopté, il aurait pu l’éduquer comme il le souhaitait, loin de la haine et de la folie. Mais elle était une sorcière et, au plus profond de son cœur, il était triste. Ce jour, cet événement, quelques secondes à peine venaient de détruire tellement de choses… Le sorcier n’eu, par chance, pas le temps de se lamenter davantage car son ami avait un destin bien plus pénible... Quel égoïste de ne pas y avoir pensé ! Lui pourrait accompagner sa fille, il savait ce qui l’attendait (ce qui n’était pas vraiment rassurant d’ailleurs), il pouvait lui en parler, la rassurer… Joseph n’avait jamais mis un pied à Poudlard, il ne pourrait pas franchir le mur. C’était une catastrophe qu’il ne pouvait même pas imaginer. Keane s’assombrit un peu et ce fut à son tour de poser une main rassurante sur l’épaule de son ami.

    « On sera là pour elle, ne t’en fais pas. Et j’ai des tas d’histoire à leur raconter sur l’école, des astuces et même des livres de cours qui trainent quelque part. Je pourrai l’aider avec ses devoirs et être là quand elle aura besoin. Puis Eleanor y sera aussi, un peu plus tard, elles ne seront pas seules et rien ne pourra vous séparer, j’en suis sûr. La distance est toujours effrayante mais c’est souvent elle qui nous permet de réaliser à quel point on tient à quelqu’un. Elle sait que tu l’aimes, que tu seras là pour elle quoi qu’il arrive. J’ai confiance en vous. »

Dit-il, de nouveau avec un sourire et en toute honnêteté. Il espérait aussi que sa fille se retrouve comme lui, bien intégrée dans les deux mondes, heureuse et épanouie, mais il avait peur quand même… Il n’était que l’oncle qu’elle voyait souvent, pas un père à écouter et à admirer… Elle risquait de finir par le haïr pour sa passion pour les moldus, tout comme le reste de la famille d’ailleurs… Un risque à prendre pour changer les choses, un espoir minuscule de ne pas reproduire la spirale infernale.

    « Je ne peux que l’espérer car je pense aussi que c’est ainsi que les choses doivent se faire… Nos mondes doivent évoluer ensemble et nous devons nous protéger les uns les autres. Mais avec ma famille… Enfin, tu as raison, nous ne pouvons pas y échapper et seul l’espoir nous aidera ! »

Pas très joyeux mais réaliste. Ils ne pouvaient rien faire de plus que faire de leur mieux et ils s’y attelaient tous les deux avec amour. Les petites semblaient heureuses et épanouies, il fallait espérer que cela dure. De nouveau, des éclats de rire se firent entendre et une petite fusée blonde se précipita sur le jeune sorcier, les mains toutes collantes. De loin, elle avait dû le deviner triste et elle détestait ça. Sans compter qu’elle avait une solution miracle pour lui changer les idées : des chatouilles. Eleanor était donc arrivée comme une flèche, se jetant sur lui sans prévenir pour le chatouiller en riant. Keane fit mine de se débattre, tenta de répliquer mais en vain : elle était vive ! Finalement, quand elle fut satisfaite de l’état de joie de son oncle, l’enfant s’arrêta mais resta sur ses genoux. L’attaque avait mit de la glace un peu partout sur le T-shirt du sorcier, ce n’était pas la première fois, ni la dernière d’ailleurs !

    « J’aime pas quand tu es triste ! »

    Dit-elle, presque d’un ton inquisiteur. Elle regarda ensuite Joseph qui semblait un peu moins triste qu’avant même s’il n’était pas assez joyeux à son goût.

    « Tu veux des chatouilles toi aussi ? Ça marche bien quand on est triste ! »

Demanda-t-elle avec sérieux alors que Juliet arrivait vers eux. Visiblement, Eleanor était partie tellement vite que son amie n’avait pas eu le temps de suivre. Mais elle semblait au courant du plan puisqu’elle riait comme une petite folle et ventait l’efficacité du remède…


by tris
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/07/2017
Messages : 161
Points : 224
x âge : 33 ans
x métier : membre du comité d'excuses à l'intention des moldus
x statut : divorcé

MessageSujet: Re: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   Lun 9 Oct - 14:12

Ce que j’ai fait pour me sortir de ce pétrin, lorsque Juliet a fait une démonstration de magie au milieu d’un métro bondé ? J’éclate de rire à l’évocation de ce souvenir. Je dois avouer que c’était drôle parce que maladroit, et si j’aurais dû réagir autrement, je n’avais pas trouvé d’autre alternative que celle-ci. Mon périple à travers Londres à regarder au-dessus de mon épaule dans une paranoïa des plus prononcées ne m’a pas semblé drôle à l’époque. Mais maintenant que j’y repense…

- J’ai… j’ai rien fait, je suis sorti à la station suivante, rouge de honte et j’ai fait le reste du chemin à pieds avec Juliet dans les bras. Le tout en regardant toutes les trente secondes derrière moi pour vérifier qu’on n’était pas suivis. Plus louche, tu meurs. Mon rire se fane doucement mais je garde ce sourire si peu présent sur mon visage. Crois-moi, Eleanor passe assez de temps avec toi pour avoir l’esprit critique nécessaire. Il y a peu de chance qu’elle devienne puriste et hautaine.

Je le pense vraiment. Je ne connais pas la famille de Keane, je ne sais pas ce dont ils sont capables ni ce dans quoi ils trempent, si vraiment ils trempent dans des trucs extrémistes, mais si je sais une chose, c’est que mon ami ne semble pas être la moitié du quart de ces gens-là et que la petite semble bien partie pour écouter son tonton. Je n’ai aucun doute, en les voyant rire toutes les deux, qu’elles seront aussi bien élevées que possible. Ou en tout cas, qu’on aura tout fait pour.

Un élan, un besoin de parler me traverse et je me confie au brun sur mes inquiétudes concernant le futur de Juliet. Si pour l’instant nous sommes plus proches que jamais, c’est le flou de l’inconnu qui me fait peur, le fait que je serai incapable de l’aider non seulement dans sa condition de sorcière mais également pour toutes les choses pratiques : interdits le chemin de traverse, la voie 9 ¾ et tous ces endroits purement sorciers. Ça me rassure un peu que mon ami accepte de l’aider lorsque le moment sera venu, dans quelques années, tout en pestant sur sa génitrice qui aurait dû être celle qui lui montre le chemin dans ce monde qui m’est presque entièrement interdit. L’homme m’arrache un nouveau sourire, le même qui s’était effacé, mais empli de tristesse, cette fois.

- Merci. Ça me touche que tu veuilles bien l’aider là où je ne pourrai pas. J’aurais voulu que Mai Lan s’en occupe… sa mère, je ne sais pas si je t’avais déjà parlé d’elle… mais enfin, elle semble réticente à toute forme d’éducation et se contente de lui dire bonjour poliment une fois de temps en temps, alors je ne compte pas trop là-dessus.

Mais il a raison. On ne peut qu’espérer que ça se passera bien. Les dés sont jetés, de toute manière et nous inquiéter ne servira probablement pas à grand-chose. J’ouvre la bouche pour lui répondre mais Eleanor lui saute dessus pour le chatouiller avant que j’aie le temps de placer le moindre mot et j’observe la scène en riant doucement. La complicité entre les deux est palpable et on a du mal à croire qu’il soit uniquement son oncle tant l’amour déborde du regarde de Keane.

Juliet débarque au moment où Eleanor me propose, à moi aussi, des chatouilles contre la tristesse. Au vu de l’état du t-shirt de Keane, je ne suis pas certain d’avoir très envie que ça arrive. Je n’ai pas le temps de répondre cependant que Juliet, qui n’a pas l’air prête à partager, s’en mêle :

- Moi quand il est triste mon papa je lui fais un câlin !


Sur ces belles paroles, elle se jette sur moi, souillant autant mon t-shirt de glace au chocolat qu’Eleanor avec son oncle. Je m’en fiche pas mal, cependant, serrant ma fille dans mes bras en profitant du moment.

- Vous êtes mignonnes, les filles, mais c’est plutôt à nous de consoler vos chagrins.
- Bah papa si t’es triste, moi je suis triste ! Hein oui Eleanor ?
- Je ne suis pas triste, monkey. Promis.

Un baiser sur le front et je relâche mon étreinte, mon regard s’illumine et je m’adresse aux deux filles :

- Hey, qu’est-ce que vous diriez qu’on aille au cinéma un de ces jours ? Il y a ce nouveau Disney qui est sorti et ils annoncent du mauvais temps, la semaine prochaine… Vous pourriez venir manger à la maison, après. Enfin, si Keane est d’accord !

Les demoiselles s’entendent si bien que j’aurais presque mal au cœur de les priver de se voir pendant plus de dix jours, et puisque Keane est un sorcier, je n’ai plus à craindre d’oublier un de ces cadres « qui bougent » dans le coin d’une pièce. Je jette alors un regard amusé à mon ami alors que les filles sont déjà pendues à son jean pour le supplier d’accepter.

- T’en dis quoi ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2017
Messages : 86
Points : 196
x âge : 29 ans
x métier : Vétérinaire
x statut : Célibataire
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   Lun 4 Déc - 16:45





Joseph & Keane

Children see magic because they look for it.

Keane sourit, heureux de constater que son ami n’avait pas vraiment plus d’imagination que lui, et ce même si son travail consistait en fait à trouver ce genre d’excuses. Il n’était pas simple de réagir correctement, surtout que le public pouvait être totalement différent, même au sein d’un même groupe. Il connaissait quelques sceptiques, des moldus se doutant de quelque chose, cela étaient dangereux pour le secret magique. Heureusement, il y avait les autre aussi. Tous les moldus qui n’en avait que faire, qui n’avaient rien vu d’extraordinaire ou qui se fichait de ce genre de choses. Une bénédiction pour les inquiets comme eux.

    « C’est aussi une solution ! » Plaisanta le jeune homme avec un sourire amusé comme pour réconforter son ami. « Si ça peut te rassurer, je n’aurais certainement pas fait mieux ! Enfin, tu as pu voir en direct live à quel point j’étais un menteur efficace et plein d’astuce… »

En chœur, leur sourire s’affaissa un peu mais Joseph pensait qu’Eleanor passait assez de temps avec Keane pour ne pas mal tourner. Cette idée remonta un peu le moral du jeune sorcier qui ne pouvait que l’espérer. Il faisait vraiment tout son possible pour avoir une bonne influence sur elle, pour la guider sur le droit chemin sans pour autant lui faire détester le reste de la famille… Drôle de jonglage auquel il commençait à peine à s’habituer. En guise de remerciement, il se contenta d’un signe de la tête, les lèvres pincées. Ils étaient dans deux situations bien différentes et pourtant si similaires… Deux pères désespérés et effrayés de ne pas être à la hauteur. Inquiets pour de bonnes raisons et pour de moins bonnes. Ils devaient se serrer les coudes tout en remerciant le ciel (ou les filles) de s’être rencontrés.

    « C’est la moindre des choses. Je comprends ce que tu ressens même si je ne peux qu’imaginer à quel point ça peut être difficile. Je peux te compléter là dessus et tu peux me compléter sur le monde moldu que tu connais sûrement mieux que moi. Je pense que nous formons une bonne équipe ! » Dit-il, toujours avec enthousiasme avant de reprendre son sérieux. « Tu m’en as vaguement parlé, je n’ai pas insisté. Mais tu sais que tu peux en parler librement au besoin. Quoi qu’il en soit elle ne sait pas ce qu’elle rate. Votre petite puce est une vraie merveille. Et elle a de la chance d’avoir un super papa comme toi, sorcier ou non. »

Ajouta-t-il en lui donnant une tape amicale sur l’épaule. Tout comme Joseph un peu plus tôt, il était parfaitement sincère. Il avait confiance en son ami et en cette famille hors norme, sûrement parce qu’il se reconnaissait en eux.

Par chance, une petite fusée de bonne humeur vint mettre fin à ces idées moroses. Eleanor détruisit aussi le T-shirt de Keane en passant, mais c’était pour la bonne cause. Le sorcier s’était mis à rire de bon cœur, se laissant faire comme si l’enfant avait une force extraordinaire. Rapidement, elle fut rejoint par une autre boule de bonheur aux méthodes bien moins originales… Un simple câlin ? Oui, c’était efficace, mais tellement moins drôle ! La petite Lawson haussa les épaules d’un air peu convaincu même si son amie venait de lui prouver l’efficacité de sa technique.

    « Ça c’est sûr ! »

Répondit Eleanor qui ne pouvait qu’être d’accord avec son amie sur ce fait. Les méthodes n’étaient pas les mêmes mais les raisons oui, et c’était fort louable. Hors de question de voir papa ou tonton triste sans être affectées et impossible de ne pas agir en conséquence. Bien sûr, ils devaient aussi les consoler mais ce n’était pas un chemin à sens unique dans leurs petites têtes et rien ne pourrait les faire changer d’avis. Pour mieux écouter la proposition de Joe, Eleanor s’était blottie dans les bras de son oncle ce qui avait eu le pouvoir de lui mettre du baume au cœur. Tout était bon à prendre, chaque seconde, chaque geste. Tout était important pour lui, peut-être trop mais il ne pouvait rien y faire. Avant qu’il n’est pu répondre quoi que ce soit, Juliette était aussi sur ses jambes et les deux petites le suppliaient. Elles avaient l’esprit vif ! Il n’avait même pas eu le temps de réfléchir à quoi que ce soit qu’elles étaient déjà là !

    « Allé tonton !! Dis oui dis oui dis oui !!!! »

Le jeune sorcier tenta de reprendre un peu son souffle et ses esprits avant de répondre mais elles lui laissaient peu de répits.

    « Et bien puisque j’ai le choix… C’est une excellente idée ! Nous ferons le dessert hein puce ? Tu voulais faire le cheesecake la dernière fois, ce sera l’occasion ! » En guise de réponse, la petite blonde sautilla sur ses genoux avant de se jeter à son cou. « Je me demande vraiment où elles trouvent toute cette energie ! »

Lança-t-il, faussement désespéré.

by tris


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/07/2017
Messages : 161
Points : 224
x âge : 33 ans
x métier : membre du comité d'excuses à l'intention des moldus
x statut : divorcé

MessageSujet: Re: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   Mar 26 Déc - 14:59

Découvrir que Keane est un sorcier m’enlève une véritable épine du pied, surtout maintenant que Juliet commence à manifester des signes de magie qui auraient pu se montrer devant mon compagnon de parc. La discussion se fait donc plus légère, moins retenue et il m’arrive pour la première fois de m’ouvrir réellement à quelqu’un. Car même si je suis amené à côtoyer du sorcier au Ministère, je n’ai jamais vraiment développé d’affinités à leur égard et il y a des choses qui ne peuvent pas s’expliquer à mes connaissances moldues.

Former une sorte d’équipe avec Keane m’enthousiasme et je n’ai aucun mal à terminer mon speech par proposer, puisque nos monstres respectifs s’entendent si bien, de troquer nos habitudes du parc contre une séance de cinéma et un dîner chez moi. Après tout, plus de raisons de craindre oublier une quelconque « photo qui bouge » dans les recoins de l’endroit déjà trop grand pour Juliet et moi.

L’enthousiasme des filles ont raison de nous. Keane accepte et je finis par en rire : ces enfants ne sont jamais fatiguées.

- Je ne sais pas, mais elles sont montées sur ressort !
Juliet me tire la manche. Attends, chérie, je parle. Va pour ça ! Samedi ?

Je reporte ensuite mon attention sur ma fille qui n’a évidemment pas cessé d’essayer de capter mon attention en dépit de tout ce que j’aurais pu dire. Un sourire attendri sur le visage, je l’écoute me demander :

- On pourra faire la cuisine aussi ?

- Bien sûr.
- Ce que j’ai décidé ?
- Mmmh, je grimace vers Keane. Tout dépend, propose toujours.

L’air malicieux, elle grimpe sur le banc pour soumettre sa proposition à l’oreille d’Eleanor qui semble rayonner de joie à cette idée. Le chat potté se tourne ensuite vers moi, encouragée par les cris de joie de son amie.

- Pizzas ?
- Evidemment, je grommelle en levant les yeux au ciel, faussement agacé. Ok, on fera des pizzas.
- OUAAAAAAAAAIIIIIIIS !!!

Je tourne la tête vers Keane, amusé :

- Comment veux-tu dire non quand elles s’y mettent à deux ? C’est un coup monté, ma parole !

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

Children see magic because they look for it. ♣ PV Joseph Fisher [FB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: notting hill & mayfair :: hyde park
-