Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à réclamer des rp aléatoires de Noël !!! Des cadeaux à gagner tous les jours ici !!! .

 

 Tell the world that I'm coming home.. | Eryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 19
Points : 36
x âge : 26 ans
x métier : Joueur de quidditch
x statut : I love you Eryn Forever.

MessageSujet: Tell the world that I'm coming home.. | Eryn   Mar 15 Aoû - 17:32

Heureux ? J'avais tout pour l'être. J'habitais dans le quartier de Londres que j'aimais le plus au monde, avec la fille de mes rêves, avec qui je venais de me fiancer, et j'aimais mon "job" comme lorsque j'avais commencé, en tant qu'amateur. Peu de gens dans Londres, peuvent se venter d'être dans la profession, ou même de connaître ce sport qui pourtant fait un tabac, dans le monde sorcier : je suis joueur de Quiddich. Inutile de vous faire un cours la dessus, j'imagine. Vous vous devez de connaître ce sport ! Et si ce n'est pas le cas, c'est que vous êtes probablement un moldu. Et quoi qu'il arrive... Vous n'avez rien entendu. Ce sport n'existe pas. Le monde sorcier non plus. Prank. Abonnez vous a ma chaîne YouTube. Poce blo.

Après une longue absence à la maison, du fait de mes tournois, je n'avais qu'une idée en tête : rattraper le temps perdu avec Eryn. C'était peut être stupide, mais c'était ainsi. J'avais besoin d'elle, j'avais besoin de sa présence, d'entendre ses remarques, aussi cyniques pourraient elles être, ou même de refaire le monde avec elle, comme on pouvait le faire de temps à autres... Ahah. Si les tabloïds me voyaient aussi midinette... Il y aurait de fortes chances qu'on puisse lire dans tous ces torchons, que j'étais homo. Et...wait. J'crois que j est 'avais trouvé ma prochaine vanne à mes meilleurs amis de toujours. La gazette du sorcier n'aurait qu'à bien se tenir !

J'arrivais enfin dans ce quartier que j'adorais tant. Étales à perte de vue, devantures colorées et toutes plus éclectiques les unes que les autres, plus originales aussi. J'aimais passer du temps à déambuler dans ce marché géant. J'aurais peut être pu y passer ma vie entière. Mais pas cette fois ci. J'avais des choses beaucoup plus intéressantes et importantes à faire !

Une fois le seuil de la boutique franchi, je passais dans l'arrière boutique, comme j'en avais l'habitude,et ouvris cette porte, qui n'était qu'un simple tableau, pour le commun des mortels. Là, l'escalier menant à notre appartement. J'avais envie de sauter, de danser. Pourquoi pas même de chanter les spice Girls dans le metro: j'étais tellement content de rentrer, impatient de tout lui raconter, que je crois bien que j'aurais été capable de beaucoup de choses, même celles qui auraient pu paraître stupides. Surtout celles là, en fait, avec le recul.

Une fois sur le seuil de notre perchoir, un sourire vint illuminer mon visage. Ça allait maintenant être une période creuse pour moi. Et j'allais a nouveau pouvoir profiter de la discrétion d'être sorcier. Personne ne savait qu'on était là, elle et moi. Personne ne pouvait même se douter de l'existence de notre appart',a moins bien sûr, de ne pas être moldu...
Une fois à l'intérieur, j'ai ouvert les bras, aussi surexcité qu'un enfant de cinq ans devant un arbre de Noël. Yeux fermés, droit comme un I, avec autant de prestance qu'un de ces prestidigitateurs minables qu'on voit à la télé. Et j'ai lancé, lachant mes sacs au sol :

- Eryyyyn, Chériiie ! Devine qui a tout déchiré, comme touj...

J'ai ouvert les yeux. Et ai réalisé à son expression fermée  qu'elle était d'humeur à tuer un ours. Et je me suis retrouvé stupide, désapointé. J'ai calmé mes ardeurs, et ai repris mes sacs,passant une main dans mon cou afin de faire partir ce malaise qui prenait le contrôle sur moi.

- oh la. Toi, ça va pas. Qu'est ce qui se passe ? Je t'ai autant manqué que ça ?

Ai-je hasardé pour détendre l'atmosphère. Je n'aurais peut être-sans doute- pas dû...  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 491
Points : 252
x âge : 26 ans
x métier : possède sa propre boutique d'accessoires de Quidditch + coach de muggle quidditch
x statut : Kouroukoukou stash stash

MessageSujet: Re: Tell the world that I'm coming home.. | Eryn   Jeu 17 Aoû - 22:53

Ayden est parti pour quelques jours, en tournoi, avec l’équipe, et moi j’ai fermé boutique pour le même laps de temps. Je sais que les supporters auraient voulu se regrouper autour du comptoir pour discuter des résultats de l’équipe nationale anglaise et j’aurais sincèrement préféré ça, aussi. Au lieu de ça, j’ai pris la route pour l’hôpital moldu aussitôt qu’ayden a transplané hors de la maison. J’ai opté pour un endroit reculé, hors de Londres, afin de ne pas éveiller les soupçons ou risquer de me faire remarquer d’une quelconque manière. Accompagnée par mon père. Père qui m’a hébergée pour quelques nuits. Comme s’il fallait ça pour qu’on se réconcilie enfin. Un avortement.

J’ai passé ces derniers jours à me vider de toutes mes larmes, ces dernières heures à imaginer mille façon d’expliquer à mon fiancé qu’il fallait qu’il s’en aille, et ces derniers mois à peser le pour et le contre de l’acte que je venais de poser.

Quinze semaines. C’est arrivé à quinze semaines, alors que j’ai passé les treize premières à me battre entre la morale qui voudrait que j’assume et le cœur qui restait bloqué sur ma peur de l’inconnu, de l’engagement sous toutes ses formes, des responsabilités, aussi. J’ai fini par prendre la décision du cœur, par peur d’en faire un enfant malheureux, par peur de ressembler à mes parents biologiques également, sans aucune envie de l’abandonner ou d’en faire un enfant balloté d’une maison à l’autre, car soyons francs, entre Ayden et moi… C’est moi qui foire. Et j’ai déjà pensé à m’en aller. Plus d’une fois. Alors, je n’ai pas pris de risque, préférant le faire partir. Dans le plus grand des secrets.

Je me suis battue seule, par choix, pendant quinze semaines. J’ai dû rester transparente, sans jamais vraiment y arriver, devenant insupportable parfois. J’ai profité de ces quelques jours seule pour laisser éclater toute ma frustration, toute ma douleur, tout le vide que je ressens à présent. Je m’étais presque habituée à l’idée de cette présence dans mon ventre. Presque.

Mais le temps file et Ayden ne devrait pas tarder. Alors je me roule en boule dans le canapé, ravalant mes larmes. Et j’ai attendu. J’ai attendu longtemps qu’il passe la porte et me fasse son numéro de guignol qui me fait tant rire, d’habitude. Mais là, non. Là, je me contente de le fixer de mon regard de braise, n’esquissant même pas l’ombre d’un sourire.

- Rien, je crache lorsqu’il me demande ce qui se passe. Rien du tout.

Je lève les yeux au plafond pour ne pas croiser son regard. Je sens que je l’ai trahi. Et il ne se doute de rien… de tellement rien…

- C’est cool si vous avez gagné.


Tant de conviction… Même moi, je ne me sens pas convaincante.

- Tu permets ? j’ajoute en me levant du canapé, m’éloignant de lui le plus possible dans un élan de culpabilité ignoble. Je n’ai pas envie de croiser son regard. Faut que j’aille… ranger un truc. La chambre est en bordel.

Bienvenue, mon chéri, sois le bienvenu chez toi ! Home, sweet home.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 19
Points : 36
x âge : 26 ans
x métier : Joueur de quidditch
x statut : I love you Eryn Forever.

MessageSujet: Re: Tell the world that I'm coming home.. | Eryn   Ven 1 Sep - 16:45

Eryn m'avait sérieusement manqué. Et même si le quiddich était ma passion, je n'avais qu'une seule envie, rester tranquillement ici, le temps de quelques heures, quelques jours, pourquoi pas même quelques années. Tout le reste n'était que secondaire, du moment que je pouvais me perdre dans ses bras. Dans mon entrée fracassante, j'avoue que j'attendais peut être, ne serait-ce qu'un tout petit peu d'attention, ne serait-ce qu'une étreinte, un "tu m'as manqué" ou peu pouvait bien importer quelle marque d'affection elle aurait pu manifester à mon égard. Pourtant, rien de tout ça n'est arrivé. Déstabilisé, j'ai donc repris mon sac, inquiet, prenant conscience qu'elle n'était peut être pas dans son assiette... Et je me suis approché, aussi maladroit que je pouvais être, finissant, de guerre lasse, par me débarrasser de mon sac dans un coin de la pièce. Il pouvait bien attendre un peu, avant d'être rangé.

Lorsque je suis arrivé près d'elle, Eryn a pris la fuite. Sans même que je puisse comprendre pourquoi. J'étais totalement perdu. Avais-je fait quelque chose de mal ? Non, c'était peu probable. Je venais tout juste d'arriver. Et même si, avec le recul, mon laïus de retour à la maison aurait peut être pu sembler chiant, il y avait peu de chances que ce soit ça. Elle était habituée, après tout: je n'allais pas changer de sitôt... Ca ne pouvait pas être ça. Alors j'ai passé ma main sur mon -petit, mais pas moche pour autant- bouc, fronçant les sourcils, au maximum de la réflexion: Lui était-il arrivé quelque chose durant mon absence ? peut être. Mais si tel était le cas, elle aurait du me le dire: j'espérais être pour elle un frère, un ami, un amant... Mais surtout une tombe pour ses secrets. Ses soucis aussi. Elle aurait tout de même dû savoir, que j'étais là pour elle.

Et soudain, j'ai chancelé, pris de cours par une prise de conscience, aussi froide que terrifiante, floue, remettant toute notre histoire en cause, mais pouvant potentiellement expliquer son comportement... Et si elle ne m'aimait plus ? et si elle en avait eu marre que moi, le joueur de Quiddich, moi, la star Ayden J. Davis, j'aille passer mon temps ailleurs qu'avec elle ? Et si... et si... avec des si, j'aurais pu refaire le monde. Alors au lieu de continuer de spéculer, je l'ai attrapée par le bras, à la volée. Et après avoir mordu ma langue, j'ai lancé, d'une voix fluette et incertaine:

- Attends... hey... explique moi... Qu'est ce qui se passe ?

Pour la première fois de ma vie, j'étais en train de perdre de ma superbe, le coeur serré,dérouté,perdu. Ma boussole s'affolait. J'avais bien peur d'avoir perdu à tout jamais le nord, mon étoile du berger. Eryn.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 491
Points : 252
x âge : 26 ans
x métier : possède sa propre boutique d'accessoires de Quidditch + coach de muggle quidditch
x statut : Kouroukoukou stash stash

MessageSujet: Re: Tell the world that I'm coming home.. | Eryn   Sam 23 Sep - 10:15

J’aurais voulu lui sauter dans les bras et lui réserver l’accueil chaleureux qu’il mérite. Mais non. Non, à la place, j’ai envie de crever. Pas du tout d’humeur à faire la fête, que du contraire, je sais que je suis froide envers lui et qu’il ne devrait pas subir ça, que je suis égoïste et qu’il devrait avoir le droit de vivre mieux. Je voudrais lui présenter ses valises et lui dire de s’en aller, pas parce que je veux qu’il s’en aille parce que je serais six pieds sous terre si ça arrivait, mais parce que c’est ce qui est le mieux pour lui.

Fuir loin de l’égoïste connasse que je suis, acceptant l’idée d’un mariage par peur de dire non et avortant dans le plus grand secret sans même lui avoir laissé l’opportunité d’avoir son mot à dire. Ni même d’être au courant.

Je m’en vais donc pour ramasser le soi-disant bordel qui se trouve dans la chambre, en réalité juste un jeans par-ci et une paire de chaussettes par-là, l’amas de fringues que j’ai eu la flemme de mettre dans le panier de linges sales depuis que je suis rentrée de chez mon père. Sauf que je n’ai pas le temps. Il m’attrape, à la volée, et je me sens agressée alors que sa voix est faiblarde, contrastant avec la situation. Ce qu’il se passe ? Il veut savoir ce qu’il se passe ?

- Je ne te permets pas !

Je dégage violemment mon bras. C’est une réaction excessive mais je suis à fleur de peau et j’ai perdu mon sang-froid à la seconde où il m’a forcée à me retourner vers lui.

- Ce qui se passe, Ayden ?

Ah, ça c’est une question qu’elle est bonne ! Pourtant, je lui retourne, le ton haussé, une boule au fond de la gorge et les larmes prêtes à jaillir. Ce qui se passe, c’est que j’ai mal, que je me sens coupable et qu’il devrait se barrer et se trouver une femme un peu plus coopérative que moi, voilà ce qui se passe. Et je ne peux rien dire.

- Laisse-tomber, je soupire. Je suis de mauvais poil. Pas la peine d’être violent.

Et je fais volte-face, continuant mon chemin vers la chambre où je commence à ramasser tout le bazar. Il doit me prendre pour une tarée lunatique, probablement même que je l’ai blessé. Je ravale mes larmes. Bien sûr, que j’en ai quelque chose à foutre. Mais est-ce qu’il ne vaut pas mieux pour lui qu’il se mette à me détester ? Je n’ai jamais été facile à vivre et j’en suis consciente. Dépasser les bornes pourrait ne pas être compliqué.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 19
Points : 36
x âge : 26 ans
x métier : Joueur de quidditch
x statut : I love you Eryn Forever.

MessageSujet: Re: Tell the world that I'm coming home.. | Eryn   Mer 18 Oct - 21:05

Retrouver Eryn était la seule chose qui importait pour moi, maintenant qu'on était ressortis de ce fichu match de Quidich vainqueurs. J'avais tellement envie, de partager avec elle. De lui raconter tous ces moments glorieux, que l'on aurait pu mettre au ralenti sur une musique de combat épique, comme celles que l'on pouvait entendre dans les films de pirates, ou de chevaliers. -Mais je préfère les pirates. Alors ce sera de ces musiques là, que je parlerai. Je fais ce que je veux, de toutes façons, c'est mon histoire. - Il y aurait du violon, un violon énergique. Et de l'accordéon, aussi -pour le stéréotype et parce que c'est cool-. Et une guitare électrique, donnant toute sa force à cette fameuse chanson. Et, enfin, un mec bourré, chantant la bataille qui se déroulerait sous ses yeux, d'une voix roque, un verre de rhum à la main. Un putain de pirate, quoi. Racontant notre match.

Sauf que là, j'avais plutôt l'impression qu'il chantait le chaos, chez moi. Nom de dieu, qu'avait-il bien pu se passer pendant mon absence, qui puisse nécessiter une telle humeur ? Ça me rendait dingue, de la voir comme ça. Dingue de ne rien pouvoir faire pour l'aider. Et surtout, Dingue de ne rien comprendre, absolument rien. J'avais l'impression d'être stupide, et à vrai dire, c'était sans doute le cas. Malgré tout, j'essayais, plus maladroit encore qu'à l'accoutumée, de lui faire entendre raison, de comprendre, de la réconforter. Et avant tout, de m'approcher d'elle sans prendre une baigne incongrue.

C'est une sorte de réflexe, que j'ai, lorsqu'elle commence à partir sans me répondre et que je lui attrape le bras. Sa réponse est sans appel. Un bon vieux "je ne te permets pas", sorti du fond du coeur, et déchirant le mien. Je me demande ce qui se passe. Ce que je suis, pour elle, aussi. J'ai l'impression d'être un figurant,,un agresseur, peut être même, moins violent que ce dernier, un étranger, à qui il serait compréhensible de refuser tout contact. Je ne comprends pas. Et je me sens sale, coupable. Intérieurement, j'avais envie de pleurer, de crier. Je pouvais presque voir mon monde intérieur s'écrouler au ralenti, comme dans les films.
Instantanément, j'ai relâché mon emprise sur son bras, surpris. Ma bouche s'est ouverte, mais j'étais si médusé qu'aucun son ne pu en sortir.

- Violent ? Moi ? C'est l'hopital qui se fout de la charité ! Depuis que je suis rentré, j'ai l'impression d'être sur un champ de bataille, Eryn ! Merde, dis moi quelque chose, j'ai fait quelque chose qu'il fallait pas ? J'te demande pas de tout me dire, si t'as pas envie de m'en parler. Mais mets moi sur une piste, au moins bordel !

J'éclate, j'éclate littéralement. C'était la goutte faisant déborder le vase. Je ne voulais pas me battre, pas avec elle. Mais je me devais quand même de me défendre de ce que je n'étais pas. Tant pis pour ce que ça déclancherait par la suite. Chaque chose en son temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 491
Points : 252
x âge : 26 ans
x métier : possède sa propre boutique d'accessoires de Quidditch + coach de muggle quidditch
x statut : Kouroukoukou stash stash

MessageSujet: Re: Tell the world that I'm coming home.. | Eryn   Ven 22 Déc - 13:32

Je déglutis, une boule de sanglots coincée dans la gorge. Je regarde mon fiancé, les yeux rougis par les larmes que je refuse de faire sortir. Je sais ce que je lui fais ressentir avec mes airs froids et mes répliques cinglantes, et je le fais d’une certaine manière un peu exprès. Comme si mon inconscient m’obligeait à le faire fuir maintenant que je l’avais vraiment trahi, pour de bon. Inconscient qui, de l’autre côté, me pousse à continuer à lui mentir alors qu’il faudrait que je mette les choses à plat. Avant qu’on se déchire, qu’on s’entretue, qu’on se fasse plus de mal qu’il n’en a déjà été fait.

Mais non, je m’évertue à crier plus fort que lui, à rentrer dans ce duel de qui sera le plus fort, le plus bruyant. J’en rajoute des couches sans réfléchir à ce que je dis et je m’enfonce encore plus :

- Je veux pas me marier Ayden, voilà ce que j’ai ! C’est trop me demander de faire belle figure devant ta famille en robe blanche, c’est pas moi, ça gâche tout !


Mes bras volent dans tous les sens alors que je ponctue mes révélations des grands gestes et je laisse mes émotions prendre le contrôle tandis que je me mets à pleurer de rage, de longs sillons de larmes coulant sur mes joues. Ma respiration se fait incontrôlable et je décide d’aller plus loin, encore, sans savoir si l’idée est bonne ou non.

- Je suis pas bonne pour ça, Ayden, j’ai même pas été capable de garder un bébé, comment veux-tu que je sois une bonne… femme ou peu importe ! Ca m’angoisse !


Je crois que mon cerveau a un peu oublié qu’il n’était pas au courant pour ma grossesse non désirée. Par chance, ma tournure de phrase laisse planer le doute sur ce qui est vraiment arrivé à ce bébé et en toute honnêteté, pour l’instant, ce que je raconte m’échappe totalement et je n’ai aucune envie de faire gaffe à maintenir mon mensonge.

Je m’écroule sur le lit alors que j’ai laissé tomber tout ce que je viens de ramasser. C’est trop pour moi.

- Je peux pas. Pardon, je peux pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 19
Points : 36
x âge : 26 ans
x métier : Joueur de quidditch
x statut : I love you Eryn Forever.

MessageSujet: Re: Tell the world that I'm coming home.. | Eryn   Mar 9 Jan - 14:44

Je ne comprenais rien à la scène qui se jouait sous mes yeux. Tout me semblait tellement irréel, une putain de grosse blague. Je m'attendais même à ce que le père d'Eryn sorte de derrière le canapé, ou... le lit, pourquoi pas même de la panière à linge sale, et qu'il hurle, caméra à la main, entre deux rires gras et une toux digne d'un tonton alcoolique: "PRAAAAAANK ! deux millions de vues sur youteub™️ ! Oh mon con, tu verrais ta gueule !" que ça m'aurait tout à fait semblé logique, à cet instant. Mais malheureusement, il n'y avait personne d'autre à l'horizon, dans cette baraque. Juste moi, mon humour de merde, Eryn, et son infinie tristesse qui me déchirait de part en part. Alors j'ai crié, devenant moi aussi à la limite de l'hystérique, par la même occasion. Des fois qu'on aurait eu des chances de calmer le jeu... ça aurait été bête de les prendre, ces connes de chances, hein ? De toutes façons, j'avais besoin de ça. Besoin de gueuler, pour faire descendre la pression.

Et puis elle a gueulé, plus fort que moi encore. Et ses hurlements ont eu l'effet d'une déflagration, comme celle d'une bombe. Contrairement à ce que l'on peut penser lorsque l'on voit des explosifs péter, ce qui en sort n'est pas chaud, non. En tous cas, ce que j'ai ressenti à cet instant était un froid extraordinaire. De ceux que je n'avais jamais senti avant. Mon coeur se gela, ma respiration se coupa. Je suis resté stupide? figé devant elle. Et mon moment de latence terminé, j'ai fini par lâcher, d'un ton moins sec, bien que criant, comme si l'on avait oublié l'option "parler calmement", elle et moi:

-Mais... Pourquoi tu n'as rien dit ??? Pourquoi maintenant ? Sérieusement ! j'imagine que ça t'es pas venu comme ça, un beau matin, cette... ce... cette révélation du siècle ! alors pourquoi t'as rien dit depuis le début ???
C'était vrai, j'aurais aimé me marier avec elle. Même bien plus "qu'aimé". Mais j'aurais tout de même préféré qu'elle me prévienne de tout ça dès le début. Ca ne m'aurait pas empêché de l'aimer. Après... j'aurais peut-être été vexé, c'est vrai. Mais j'aurais bien fini par accepter sa décision; c'était pas le plus important, après tout.

Et elle continua, me vidant totalement ses poubelles à la gueule. Et chose que je n'aurais jamais soupçonnée, elle évoqua même un "bébé", qu'elle n'aurait pas su garder. De quoi me parlait-elle ? putain, j'en avais aucune idée. En vérité, je ne comprenais rien. Je ne comprenais plus ce qu'elle me disait, ni comment la situation avait bien pu déraper ainsi. J'avais la gerbe, perdu de ma superbe, et mes jambes ne me soutenaient plus. Fronçant les sourcils, j'ai porté ma main à ma tempe, j'avais mal à la tête, comme si toutes ces infos allaient la faire exploser. Les larmes montaient. J'avais peur, refusant de croire qu'elle aurait pu...

- Attends... Attends une seconde... de quoi est-ce que tu parles là ? tu n'as quand même pas... ?
Ai-je commencé, d'un ton de plus en plus empli de reproches et de soupçons. Je n'ai même pas réussi à terminer ma phrase, de peur de ce qu'elle pourrait me répondre. Pourtant, j'étais persuadé d'avoir compris. Mais je préférais garder mon ignorance, sans doute par lâcheté.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tell the world that I'm coming home.. | Eryn   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

Tell the world that I'm coming home.. | Eryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: camden :: logements
-