JOYEUSES FETES ! Et bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à réclamer des rp aléatoires de Noël !!! Des cadeaux à gagner tous les jours ici !!! .

 

 well, well, well, look who's here w/ rafael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 111
Points : 160
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: well, well, well, look who's here w/ rafael   Ven 21 Juil - 10:20

Le tic tac de l'horloge, toujours si régulier, était assourdissant dans la boutique silencieuse. Personne n'avait poussé la porte depuis l'ouverture, pas même par erreur, et Marius commençait presque à trouver le temps long. Il se plaisait pourtant dans son quotidien routinier, partagé entre son appartement et son petit commerce discret. Enfin, discret, c'était un bien grand mot. Il voyait les gens s'arrêter régulièrement devant sa devanture, froncer les sourcils devant le nom étalé en lettres blanches sur la porte, parfois même s'éloigner en toute hâte sitôt qu'ils avaient reconnu le nom du propriétaire. Il savait aussi que l'adresse circulait dans certains milieux peu recommandables, des cercles que lui-même cherchait à éviter. But business was business et il ne refusait jamais une vente, se contentant parfois de ranger certains articles pour éviter de les voir disparaître dans quelque poche sombre en échange de gallions. C'était là la seule marque de bravoure dont il était capable, la seule qu'il consentait à accomplir. Le reste, Marius ne s'en souciait guère. L'univers pouvait bien s'écrouler autour du lui, tant que sa boutique restait debout, il n'en avait cure. Après tout, le monde ne lui demandait pas son avis pour tourner, alors pourquoi aurait-il cherché à l'en empêcher ou à l'y aider ?

L'ennui lui arracha un soupir et il quitta son poste, derrière le comptoir, pour feindre de ranger l'une des trop nombreuses étagères qui couvraient les murs. Un joyeux bazar, à en croire certaines mauvaises langues mais contrairement à ce qu'on pouvait imaginer au premier regard, Marius savait parfaitement bien où chaque objet, chaque ingrédient aussi farfelu fût-il, chaque obscur grimoire se trouvait. C'était là l'une des raisons principales pour lesquelles il s'était toujours refusé à prendre le moindre employé. Il s'agissait de sa boutique et en grand maniaque de l'ordre, la simple idée que quelqu'un d'autre touche ou même chercher à ranger ses affaires lui donnait des sueurs froides. Et, surtout, on ne pouvait faire confiance à personne. C'était déjà le cas lorsqu'il était enfant et ça n'avait pas changé. Peut-être était-il un rien pessimiste mais contrairement à bien des sorciers, la fin de la guerre ne lui avait pas permis de se reconstruire, loin de là. La Bataille de Poudlard avait détruit sa famille et il s'était bâti sur ces ruines. Alors non, Marius n'avait jamais partagé le moindre optimisme plein d'espoir qui avait animé la communauté magique au début des années 2000 et ça n'était pas près de changer, pas quand il était régulièrement scruté à la loupe par le Ministère. Ces braves gens étaient sans doute persuadé qu'il allait finir, tôt ou tard, par révéler sa vraie nature de fieffé fils de Mangemort.

Et puisque le hasard faisait bien les choses ─ ou parce qu'on l'avait laissé tranquille depuis trop longtemps ─ la clochette de la porte tinta, annonçant l'arrivée d'un visiteur que Marius avait pris l'habitude de voir débarquer, bien trop régulièrement. Il haussa un sourcil, sourire moqueur déjà en place. N'importe quelle distraction, au beau milieu d'une journée mortellement emmerdante, était la bienvenue, surtout lorsqu'elle revêtait les traits de Rafael Morello. « Inspecteur Morello, le salua-t-il avec une vague révérence tout à fait irrévérencieuse. Officier ? Agent ? Je ne sais jamais comment vous appeler » Le ton, caustique à souhait, finirait certainement par lui attirer des ennuis un jour ou l'autre mais ce n'était pas pour son manque total d'égard pour les conventions sociales ou l'autorité que Morello persistait à lui rendre visite. Malheureusement pour lui, Marius se contentait de faire un commerce tout à fait légal et déclaré. Officiellement, du moins. Il était suffisamment intelligent pour garder ses affaires privées à l'écart de sa boutique, surtout depuis que le flic s'était pris de passion pour ses livres de comptes et ses étagères. « Je vous offre du thé ? Une whisky Pur Feu ? Ou vous préférez passer aux choses sérieuses et me menotter tout de suite ? » ajouta-t-il, toujours souriant. Son regard s'attarda un instant sur le policier, sans la moindre honte. Ça ne manquait jamais de mettre l'autre homme mal à l'aise et c'était, pour Marius, un vrai plaisir de l'observer tenter de garder son calme avec lui. Mais c'était de bonne guerre après tout. Marius n'avait rien de grave à se reprocher, si ce n'était d'être né avec un nom qui n'augurait rien de bon, et tant que Morello ne l'aurait pas compris, il avait bien le droit de s'amuser un peu, d'autant plus que le flic ne l'avait toujours pas arrêté ─ dans tous les sens du terme ─ et qu'il continuait de lui rendre visite, semaine après semaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/07/2017
Messages : 31
Points : 69
x âge : uc
x métier : flicaille magique
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: well, well, well, look who's here w/ rafael   Ven 21 Juil - 11:24

A l'occasion de la rentrée qui s'annonçait pour la petite Giulia, Rafael avait pris sur son temps de travail pour l'accompagner sur le chemin de traverse. Grimoires, plumes, et robes de sorcière étaient donc au programme de cette matinée pourtant déjà chargée. Mais Rafael était heureux de pouvoir passer ce temps privilégié avec sa sœur, seule membre de sa grande famille à être un peu comme lui. Alors bien évidemment elle lui posait tout un tas de questions plus excentriques les unes qu les autres. Des questions qui le faisaient sourire tendrement alors qu'il lui expliquait le fonctionnement du château et lui montrait quelques tours de magie au passage. Quand vint le moment de choisir sa baguette, la petite trouva d'ailleurs presque instantanément celle qu'il lui fallait et s'amusa à l'agiter dans les airs manquant de faire tomber une étagère sur la tête du pauvre fabriquant de baguette. Tout ça lui rappelait tellement de souvenirs, des souvenirs qu'il était heureux de pouvoir partager avec quelqu'un de proche, lui qui n'avait pas vraiment eu l'occasion de le faire avant aujourd’hui. Seulement l'heure continuait de tourner et plutôt que de rentrer déposer Giulia dans le Londres moldu, il avait eu la mauvaise idée de l'emmener avec lui dans la boutique de Marius Nott.

A peine avait-il passé la porte, que l'apothicaire, sûrement las de ses inspections pourtant obligatoires, s'était empressé de la taquiner, faisant des sous entendus que le jeune Morello préféra ignorer, en particulier en présence de sa plus jeune sœur. « Agent Morello fera l'affaire. » Il répliqua tout en s'appliquant à inspecter les objets vendus dans la boutique de l'apothicaire avec un sérieux presque ridicule. Et comme à l'accoutumée, il ne trouvait rien de suffisamment répréhensible pour inquiéter le vendeur dont le sourire insolent lui indiquait déjà qu'il ne trouverait rien d’intéressant aujourd'hui. « Je ne savais pas que vous vous y connaissiez autant en artisanat moldu. » Ajouta-il à propos des menottes sans détourner les yeux d'une grande étagère qui abritait tout un tas de potions. Son regard se posa sur l'une d'elles dont il inspecta scrupuleusement les ingrédients indiqués au dos. Pas né de la dernière pluie, il tapota également sa baguette sur la fiole pour faire apparaître la véritable liste des ingrédient qui changea du tout au tout. Un sourire s'afficha sur ses lèvres tandis qu'il trouva comme souvent une raison de lui mettre une amende, mais pas de raison de le « menotter » et de l'emmener au poste. Son supérieur serait une fois de plus déçu. Il s'approcha d'un comptoir et déposa la fiole sur celui-ci, un sourire faussement modeste accroché aux lèvres. « Essence de mandragore, simple charme de dissimulation, vous m'avez habitué à mieux, Nott. » Il abandonne la fiole et reprend ses recherches. De son côté, la petite fille s'approche du comptoir et s'adresse à Marius. « Bonjour Monsieur Nott. Vous vendez des potions aux super-héros pour avoir encore plus de force et sauter sur les toits comme Spiderman ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 111
Points : 160
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: Re: well, well, well, look who's here w/ rafael   Dim 23 Juil - 21:16

Marius commençait à être habitué à ces petites visites et il se prenait même parfois à les attendre avec impatience. Enfin, impatience, le terme était certainement un peu trop fort. Morello restait affilié au Ministère, à la police, des gens qui, par définition, n'auguraient rien de bon pour Marius et ses affaires. On se méfiait de lui, par habitude, parce que ses parents avaient marqué durablement la communauté magique de leur stupidité monstrueuse. On se méfiait de lui, parce que sa boutique n'avait rien d'un coin très lumineux, aurait tout à fait eu sa place dans l'Allée des Embrumes, parce qu'il avait probablement l'air un peu louche. Et Morello était certainement un peu trop têtu pour son propre bien. Marius se demandait souvent s'il venait là uniquement par obligation professionnelle ou s'il prenait autant de plaisir que lui à leurs courtes joutes verbales. La réponse à cette question n'intéressait guère Marius, à la réflexion, tant que le flic continuait à pointer son joli minois chez lui. Il esquissa un nouveau sourire et s'appuya contre le comptoir, le laissant à ses petites investigations, assurément plus taquin qu'il ne le fallait. Après tout, il n'avait rien de trop grave à se reprocher et il n'y avait rien de mal à s'amuser un peu. « J'ai passé quelques temps chez des Moldus, répliqua-t-il, d'un ton un peu plus sec qu'il ne l'aurait souhaité, jamais très enthousiaste à l'idée d'évoquer ses parents, leur décès ou les mois qui avaient suivi. On finit forcément par apprendre deux ou trois détails » Sa mémoire, sélective à souhait lorsqu'il s'agissait de cette période, avait filtré les choses les plus intéressantes, évidemment. Morello continua ses observations et, pour un peu, Marius crut presque qu'il ne verrait que du feu aux légères altérations apportées aux étiquettes. Des précautions qu'il prenait chaque matin, par habitude, depuis que l'ombre du Ministère planait sur son magasin. Mais non, le policier avait l’œil et Marius en aurait presque été impressionné ─ presque, yeah. Il réprima un autre sourire, phénomène que semblait générer la présence du flic, et tenta d'afficher sa mine la plus innocente. « Moi ? Mais enfin,
agent Morello
, fit-il, détachant chaque syllabe de son titre et nom délibérément, vous savez pertinemment que je ne cacherais rien au Ministère. Quel affront ! » Il posa une main aux ongles peints en noir sur son torse, feignant le dédain. Il s'apprêtait à continue sur sa lancée quand une gamine ─ quand était-elle arrivée et que faisait-elle là, par Merlin ─ entra dans son champ de vision, gagnant le comptoir derrière lequel il se tenait. Marius fronça les sourcils. Il n'était pas ou peu habitué aux enfants, n'en fréquentait pas plus qu'il ne fréquentait les inconscients qui décidaient d'en avoir. « Des superhéros ? » répéta Marius, sans comprendre. Qu'est-ce que c'était encore que ça ? C'était là tout le problème avec les Moldus. Ils inventaient tout et n'importe quoi, et finissaient toujours par polluer l'esprit de jeunes sorciers avec leurs bêtises farfelues. Toutefois il s'était habitué, avec le temps, à ce souci-là. Ce qui le perturbait, cette fois, c'était bien la présence de cette môme, avec Morello. Il n'avait jamais aperçu la moindre alliance à son doigt ─ vérification effectuée par habitude, rien de sérieux là-dessous ─ jamais entendu non plus parler du moindre enfant. Non pas qu'ils aient eu de vraies conversations jusque-là but still. Et il n'avait pas l'air assez vieux pour avoir une vraie tribu l'attendant chez lui, encore moins une gamine en âge d'aller à Poudlard. « Je ne vends pas de potion à n'importe qui, sweetheart. Encore moins à des gens qui veulent sauter des toits comme ce Spiderman. Pourquoi s'embêter à sauter quand on peut utiliser son balai ou Transplaner, n'est-ce pas ? » lui répondit-il finalement, se penchant pour se mettre à son niveau. Il lui adressa un vague sourire, peu rassuré, puis reporta son attention sur Morello, haussant un sourcil. « C'est une journée parents/enfants au Ministère aujourd'hui ? » se moqua-t-il, tout en surveillant l'enfant du coin de l'oeil. Il ne s'agirait pas non plus qu'elle renverse quelque chose, à la recherche d'une potion pour sauter d'un toit ou d'un trottoir ou whatever. Malgré ce qu'il prétendait, Marius possédait deux trois ingrédients plutôt dangereux sur ses étagères et laisser une gamine faire exploser sa boutique n'était pas dans ses plans du jour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/07/2017
Messages : 31
Points : 69
x âge : uc
x métier : flicaille magique
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: well, well, well, look who's here w/ rafael   Dim 23 Juil - 22:33

Rafael fronça les sourcils lorsque Marius Nott lui avoua avoir passé du temps chez les moldus. Quelque chose de difficile à avaler de la part d'un des rares héritiers des quelques familles de sang pur décimées par la guerre qu'on imaginerait bien mal évoluer au contact de moldus. Et pourtant il avait l'air sincère en le disant. Dans le fond, malgré ses activités fortement douteuses, Marius Nott ne lui donnait pas l'impression d'être d'un imposteur ou même un menteur. Il arborait sa part d'ombre avec fierté, mais lui semblait différent des autres d'une manière bien difficile à expliquer. Les gens avaient des à priori évidemment, mais Rafael aimait se dire que pour certaines personnes, la guerre avait au moins eu le mérite de clarifier l'essentiel. C'était beaucoup de morts pour rien. Alors il l’agaçait très certainement à suivre les ordres de sa hiérarchie en inspectant son commerce encore et encore, mais l'agent Morello, comme il aimait désormais l'appeler, ne s'attendait pas non plus à trouver quoi que ce soit qui puisse le lier à une organisation terroriste d'anciens mangemorts mécontents et avides de vengeance. Il se faisait peut être de fausses idées sur Marius, mais un soupçon de confiance s'était installé avec le temps. Son instinct le tromperait peut être pour la première fois, mais il s'y fierait pour l'instant. Lorsqu'il enchaîna théâtral à souhait sur le ministère, Rafa secoua la tête en guise de protestation. « Si il y a quelque chose dont je suis certain, c'est que vous cacheriez tout au ministère M. Nott. »

Personne ne l'aurait blâmé pour ça. Le ministère était dans l'excès, avec tout un tas de lois vraiment extrêmes supposées aider les sorciers à se sentir plus en sécurité. Beaucoup d'ingrédients avaient été interdits depuis et dans une certaine mesure, il comprenait que le commerçant essaye par tous les moyens de continuer son marché noir dans le dos du ministère. Rafael n'était pas là pour donner son avis sur le ministère cela dit, mais bien pour s'occuper des mauvaises personnes comme on le lui avait gentiment demandé de faire. « Ce serait d'ailleurs la meilleure chose à faire pour continuer de vendre du venin d'acromentule sous le manteau, mais tout de même peu recommandé quand on sait qui pourrait trouver bien avisé de se fournir chez vous. » Une nouvelle génération de mangemorts. « Vous êtes responsable si vous les fournissez M. Nott. Personne n'a vraiment envie que tout ça recommence. » Il lâcha avant de jeter un œil à Giulia qui éclata de rire en entendant la réplique de Marius. « Mais Spiderman, il a pas besoin de balai lui. » Répliqua la gamine en souriant à l'apothicaire qu'elle avait l'air de trouver sympathique du reste. Rafael ajouta cependant à l'intention de Nott qui se méprenait très largement sur leur lien familial : « C'est ma petite sœur Giulia, elle entre à Poudlard cette année. » Se confia t-il sans vraiment réfléchir. Il eut tout de suite l'impression d'en avoir dit trop. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi il s'était mis à lui raconter sa vie subitement, et pourtant les mots avaient échappé sa bouche de façon beaucoup trop naturelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 111
Points : 160
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: Re: well, well, well, look who's here w/ rafael   Mar 25 Juil - 21:05

S'épancher sur ses petits secrets d'enfance n'était guère du genre de Marius, principalement parce que se confier exigeait un niveau de confiance important, chose qu'il n'accordait plus à grand monde depuis bien longtemps. Pourtant, here he was, casually mentioning his time with the muggles. C'était un sombre détail de son passé que peu de gens connaissait mais après tout, peu de gens connaissait réellement Marius, surtout aujourd'hui. Comme à son habitude, il masqua son léger trouble par une pirouette, puisque le meilleur moyen de détourner l'attention, c'était bien de l'attirer, loudly. Et, évidemment, Morello ne sembla y voir que du feu. C'était facile, presque trop, mais au lieu d'ennuyer Marius ─ lequel se lassait vite lorsqu'on ne piquait pas son intérêt, il l'admettait bien volontiers ─ celui-ci se trouva étrangement intrigué. Il avait rencontré des personnalités sombres, des lâches, des hypocrites, avait côtoyé des âmes peu charitables, des menteurs, des fous même comme des figures banales, franches mais pas trop, braves mais pas téméraires. Personne, toutefois, d'aussi brutalement honnête que Rafael Morello, lequel ne semblait pas le moins du monde craindre que quelque chose lui arrive dans cette boutique, alors qu'il jouait avec sa susceptibilité. Ou peut-être avait-il fini par comprendre que Marius n'en avait guère. Il pencha la tête, acquiesçant à moitié, concédant le point un peu à contrecœur. Morello avait raison, ils le savaient tous les deux, mais pouvait-on blâmer Marius, vraiment ? Quand bien même aurait-il eu une joyeuse petite échoppe innocente, à la devanture attrayante et à l'enseigne reluisante, le Ministère ne l'aurait sans doute pas laissé vivre en paix, pas avec un nom comme le sien. Alors, oui, il cherchait peut-être les ennuis, n'essayait pas spécialement de se faire oublier mais tout provocant qu'il fût, ce n'était que cela. De la provocation, sans la moindre once d'agressivité. De la provocation, symptôme d'une adolescence perturbée, pas terminée non plus. Il ravala vite son sourire cependant, se heurtant une fois de plus à la réputation parentale qui lui collait à la peau. Morello ne l'avait pas dit clairement et peut-être même n'en avait-il pas conscience mais c'était de ça, qu'il s'agissait. De son nom, plus que du venin d'acromentule, d'essence de mandragore ou de quelque autre ingrédient vaguement dangereux qui se promenait sur les étagères de son magasin. Certes, il menait un commerce louche, il le savait, ses voisins aussi et la moitié de l'Angleterre magique aussi, certainement. Seulement on n'envoyait probablement pas des flics chez tous les petits trafiquants du marchand noir et assurément pas pour des leçons de morale. Ou peut-être s'agissait-il de la touche personnelle de l'agent Morello ? Marius leva les yeux au ciel, la sensation de malaise s'évanouissant peu à peu pour laisser place au masque d'indifférence qu'il avait fait sien. Sourire, se moquer, ne pas s'attarder sur les regards et les soupçons, ça marchait jusqu'à présent et il n'y avait aucune raison que ça change. « Personne, bien sûr » pérora-t-il, un rictus moqueur tordant sa bouche. Il en aurait probablement dit un peu plus si la gamine n'avait pas décidé de se rappeler à son bon souvenir ─ Marius Nott, doté depuis toujours de la faculter d'oublier instantanément les détails qui lui déplaisent, surtout haut comme trois pommes ou la dernière personne à contacter en cas de besoin urgent de babysitter. Il l'observa un instant, perplexe, avant de se mettre de nouveau à son niveau. La bouche ouverte, prêt à lui expliquer que qui que ce soit cet obscur Spiderman, ce n'était probablement pas un sorcier ni un type recommandable, Marius dût toutefois se raviser, interrompu cette fois par Morello, manifestement décidé à partager son arbre généalogique avec lui. Enfin, Marius se contenterait bien de cette information. « Poudlard, vous dîtes ? fit-il avant de baisser les yeux. Et j'imagine que tu as déjà une idée de la maison que tu veux rejoindre, n'est-ce pas ? Comme ton frère ? » Le mot était léger sur sa langue. « Laissez-moi deviner, mh. J'aurais volontiers dit Serdaigle avant aujourd'hui mais tous vos bons sentiments de tout à l'heure m'évoquent désespérément Poufsouffle. Je me trompe ? » Peut-être que ce genre de pics était un peu dépassé, oui mais Morello était si facile à déstabiliser que Marius n'avait pas résisté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/07/2017
Messages : 31
Points : 69
x âge : uc
x métier : flicaille magique
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: well, well, well, look who's here w/ rafael   Sam 19 Aoû - 13:48

Rafael lève les yeux au ciel en voyant Marius Nott se moquer de son avertissement avec une désinvolture qui frise l'indécence vu la situation. Il ne voit peut être pas le problème, mais Morello a bien du mal à l'imaginer naïf au point de ne pas reconnaître que toute cette petite contrebande pourrait très facilement lui retomber sur le coin du nez en ces temps compliqués. Le gouvernement en place est loin de prendre à légère tout trouble à l'ordre public et ferait de Nott un bouc émissaire à la moindre occasion si l'opportunité leur était présentée, ce que l'apothicaire semble oublier parfois en agissant de manière aussi frivole et désintéressée. Mais après-tout, aussi droit et juste que Rafael puisse être, il ne peut pas non plus le forcer à rentrer dans le droit chemin même si prendre en compte ses recommandations servirait ses intérêts de toute évidence. « Gryffondor ! » La petite s'exclame en protestant un peu contre les suggestions de Marius qui sont loin d'être dans ses projets rompant ainsi le fil des pensées de son frère. « Comme Harry Potter! » ajoute t-elle d'ailleurs fièrement, ce qui fait -discrètement- rire Rafael, qui est certain d'une chose, citer Harry Potter n'est sûrement pas la meilleure façon d'impressionner le gérant de la boutique. Mais le mystère demeure au moins sur sa maison à lui, qui n'est de toute façon pas vraiment un détail qui devrait intéresser l'apothicaire, ou qui le regarde par extension. « Monsieur Nott n'est pas un grand fan d'Harry Potter tu sais. » Rafael indique ne pouvant s'empêcher d'ajouter ce détail en souriant, en référence à l'évidente illégalité du commerce de Marius. « On devrait y aller, il te faut un balais. » Rafael ajoute alors en croisant le regard de Marius un instant. Il ne trouvera vraisemblablement rien de plus aujourd’hui et ils ont finalement encore beaucoup de shopping à faire pour la rentrée de la petite. « A bientôt... » Rafael lance en sachant pertinemment qu'il ne s'agit en rien de sa dernière visite dans la boutique du fils Nott, son patron étant bien décidé à le faire tomber comme le reste des héritiers de familles de sang pur à qui plus personne ici ne fait véritablement conscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 111
Points : 160
x âge : trente-cinq ans
x métier : apothicaire
x statut : sorcier au nom de famille difficile à porter, tâchant de rester en marge de tout ce qui peut se passer dans la communauté magique

MessageSujet: Re: well, well, well, look who's here w/ rafael   Lun 2 Oct - 18:26

Il connaissait ce genre de regards, mélange de craintes et de suspicions. C'était le genre de coups d'oeil qu'on lui jetait régulièrement et c'était ainsi que Morello l'observait, chaque fois qu'il poussait la porte de sa boutique, en quête d'un quelconque méfait ou, pire encore, d'un membre du Cercle dissimulé derrière une étagère. Marius cherchait rarement à le détromper, pas sérieusement du moins. Peut-être aimait-il quelque peu cette réputation, peut-être savait-il aussi que laver son nom était une tâche épuisante et potentiellement sans fin. Il encaissait donc en souriant chaque regard peu assuré qu'on jetait dans sa direction, si habitué à feindre l'indifférence qu'il en était certainement devenu sincère. Toutefois, là où d'autres n'attiraient pas son attention, même pour une seconde ou deux, Morello l'intriguait. Sa belle gueule expliquait en partie cet intérêt mais il y avait autre chose. Autre chose que Marius n'était pas prêt à creuser. Il valait mieux rester dans sa zone de confort et ignorer le reste. Morello n'était probablement pas différent du reste de ses collègues et Marius se faisait très certainement des idées.

Il esquissa un sourire à l'intention de la gamine, si enthousiaste à l'idée d'intégrer Poudlard. Il lui avait ressemblé, de nombreuses années plus tôt, ravi à l'idée d'entrer à l'école avec Nora, tout aussi naïf quant à son avenir. Tout ça faisait partie du passé aujourd'hui mais il ne put retenir la pointe de nostalgie qui se distilla dans son esprit devant le grand sourire de la fillette. Morello intervint, ramenant Marius à la réalité. « En effet, oui » Mieux valait conforter le flic dans ses idées, chercher à l'en détourner était une pure perte de temps. Et, après tout, Morello n'avait pas tout à fait tort. Marius n'avait effectivement que peu d'admiration pour Potter et sa clique, au moins autant que Nora et les autres. Mais c'était évidemment une autre histoire et ce n'était pas le moment ni le lieu pour l'étaler au grand jour. Il se redressa, un rien crispé, et soutint le regard que le flic portait sur lui. Qu'il déguerpisse et vite, avant que Marius ne dise une vraie bêtise, la faute de ces grands yeux noisettes qui suivaient chacun de ses mouvements. « Eh bien, bonne rentrée, mademoiselle Morello, fit-il, s'inclinant devant l'enfant avec un autre sourire, et, oh, je vous en prie, revenez me voir, votre compagnie est tellement agréable, agent Morello » ajouta-t-il à l'intention de son frère, plus moqueur que jamais. Il les regarda partir sans se départir de son sourire, plus vide et crispé au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient. Ils étaient partis depuis bien longtemps déjà lorsque Marius retrouva ses esprits. Il laissa échapper un profond soupir, soupir qu'il avait retenu jusqu'à présent sans s'en rendre compte. Raide, il jeta un bref coup d'oeil à sa montre avant de traverser la boutique pour en fermer la porte à clés. Il en avait assez vu et entendu pour une seule journée.

sujet terminé
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: well, well, well, look who's here w/ rafael   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

well, well, well, look who's here w/ rafael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Madelman 2050 (EXIN) 1989
» Rafael Arles Castillo, 3.4M€ , MO (G/C)
» warhammer 40K :V. VI
» ALEK ☯ Don't Speak
» appel d'Alek à Lou.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: soho, westminster & south bank :: the leaky cauldron :: diagon alley
-