Bienvenue sur . Glitch of magic ! Recensement en cours ! N'oubliez pas de venir poster ! • Tempête de neige en pleine canicule à Londres ! venez participer au topic commun ici ! Un petit défi d'écriture, ça vous dit ? Plus d'infos par ici !si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. .

 

 What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 27/07/2018
Messages : 33
Points : 15
x âge : 32 ans
x métier : oubliator, membre du parlement sorcier et directrice d'école primaire
x statut : sorcière

MessageSujet: What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?   Ven 27 Juil - 20:53

Evelyn Mitchellspan>
ft. Alison Sudol
DON'T JUDGE A BOOK BY ITS COVER
☕️ âge : 32 ans ( née le 7 décembre 1985)
☕️ orientation : pansexuelle
☕️ situation : célibataire
☕️ occupation : directrice d’école primaire / oubliator
☕️ quartier : Clapham
☕️ qualités : discrète, loyale, compréhensive
☕️ défauts : maladroite, tête en l’air, excentrique
☕️ statut : sorcier
☕️ groupe : the wicked witch
OVERVIEW
Ici Evie est née dans une famille de moldu tout ce qu'il y a de plus normale. Une famille qui malgré le choc de la découverte de ses pouvoirs a su la soutenir et lui apporter tout l'amour dont elle avait besoin. Enfant, elle a tout de même vécue les années Voldemort, étant en première année en 1996 avant de fuir au Canada fin juin 1996. Répartie à Serdaigle, elle y a fait une scolarité exemplaire qui l'a mené à exercer des professions haut placé au ministère. D'abord oubliator, puis membre du parlement sorcier, elle et Hermione Granger sont d'ailleurs à l'origine de la loi d'intégration qui oblige les enfants de sorciers à fréquenter l'école primaire moldue jusqu'à leur admission à l'école de magie. Depuis peu, elle a d'ailleurs été nommée directrice d'une des écoles primaires mixtes qui ont vu le jour avec la nouvelle loi. Evie s'occupe surtout de maintenir l'ordre dans l'école et d'effacer la mémoires lorsque les enfants sorciers manifestent leur première magie, mais son nouvel emploi lui plait déjà beaucoup. Ses nouveaux collègues moldus l'amusent énormément, et le double jeu qu'elle mène lui change les idées. En effet, côté personnel ce n'est pas aussi rose que dans sa vie professionnelle. Après qu'elle ait annoncé à son petit ami qu'elle ne pourrait pas avoir d'enfant, il a pris la poudre d'escampette.div>
that's my story
And it started like this...

La lune étincelait depuis longtemps dans le ciel lorsqu’un cri résonna. La petite clinique de Dalton-in-Furness, dans le comté de Cumbria, venait de voir naître le troisième enfant de la soirée, une petite fille qui était déjà entourée de l’amour de ses parents. Une petite fille qui était semblable à la centaine d’enfants que l’infirmière avait déjà vu naître dans cette clinique. Et pourtant… Et pourtant, alors qu’elle posa le poupon dans sa couveuse, Jane Weiss ne put s’empêcher de ressentir quelque chose de bizarre. Son regard s’attarda sur les yeux bleus du nourrisson. Ces yeux qui auraient dû être encore fermés étaient grands ouverts. Chose inhabituelle ? Pas tant que ça mais Jane ne pouvait s’empêcher de ressentir une étrange impression. Une impression qu’elle n’arrivait pas à définir. Mais qu’est-ce qui rendait la petite Evelyn Mitchell si particulière ? Pendant quelques minutes, le temps sembla s’arrêter alors que les yeux de Jane se perdaient dans le regard tout étonné du bébé… Puis la réalité les rattrapa… Le nourrisson finit par fermer les yeux, gagné par la fatigue. Jane partie s’occuper de ses autres patients. Mais cette étrange sensation, elle ne put ni l’oublier, ni la comprendre. Et perdue dans ses pensées, elle ne remarqua même pas que la lumière venait de s’éteindre toute seule alors qu’elle quittait la pièce d’un pas rapide. Quant à la petite Evelyn Mitchell, elle n’avait rien remarqué des interrogations de l’infirmière et dormait déjà comme un loir. Cette sensation, Jane Weiss ne sera pas la seule à la ressentir en croisant la petite Evelyn Mitchell.

***

Rien ne distinguait les Mitchell des autres habitants de Dalton-in-Furness. C’était une petite famille tout ce qu’il y a de plus normal. Timothy Mitchell était boulanger-pâtissier et tenait une petite boutique dans laquelle Wanda vendait les produits qu’il confectionnait. Leur boutique ne payait pas de mine ce qui n’empêchait pas les clients de venir en nombre. Peut-être était-ce le sourire doux et chaleureux de Wanda. Peut-être était-ce la rire jovial de Timothy. Ou alors un petit quelque chose indéfinissable qui conférait à cet endroit ordinaire une atmosphère apaisante. Voilà dans quelle ambiance fut élevée Evelyn Mitchell, la fille de Wanda et de Timothy. Cette boulangerie, c’était leur vie, leur foyer. Le petit appartement situé au-dessus de l’espace destiné à la fabrication et à la vente des pâtisseries résonnait des voix des clients, de leur entrée et de leur sortie. Bien qu’elle soit fille unique, la famille de la petite Evie se composait non seulement de ses parents mais également de la multitude de client. Entourée de tout cet amour, la fillette grandit dans une atmosphère paisible. Évidemment, comme tous les enfants, elle pouvait se montrer capricieuse et facétieuse. Seulement, comment pouvait-on détester une bouille aussi mignonne ? Un grand sourire, des yeux rieurs, un petit mot gentil dès qu’elle passait à vos côtés, comment lui garder rancœur pour les petits tours qu’elle pouvait vous faire ? Et pourtant, mon dieu qu’elle pouvait en faire des bêtises. D’ailleurs, personne ne comprenait vraiment comment elle s’y prenait. C’est vrai, comment avait-elle pu ouvrir la porte de la boutique pour sortir la nuit alors que son père la gardait pratiquement toujours sur lui ? Comment parvenait-elle à faire bouger les origamis qui décoraient sa chambre ? Comment expliquer que les feuilles du saule pleureur près du lac soient toutes tombées en même temps, créant une pluie de pétale au plus grand enchantement de la blonde enfant ? Autant de bizarreries inexplicables sur lesquelles les gens fermaient les yeux. Le hasard. Voici la seule explication plausible. C’était aussi ce que se répétait Evie lorsqu’elle se remémorait tous ces moments étranges. Après tout, quelle autre explication y avait-il ? Si, avec ses amis, elle s’amusait à s’imaginer avec des pouvoirs extraordinaires, elle savait bien, la petite Evie, que la magie n’existait pas. Elle avait peu à peu cessé d’y croire. Oui, ce n’était qu’une chimère, une histoire que l’on racontait aux enfants pour les faire rêver, au même titre que le Père-Noël ou la Petite Souris. Et si du haut de ses neufs ans, la petite pouvait vous affirmer l’inexistence de la magie avec cet air sérieux que peuvent prendre les enfants pour imiter les adultes, elle espérait, tout au fond d’elle, que ce que lui répétait les adultes n’étaient qu’un mensonge. Elle espérait que la magie existait réellement. Pas encore gagnée par les désillusions du monde des adultes, elle s’accrochait désespérément à ses rêves d’enfant, ne souhaitant pour rien au monde les voir disparaître.

Et un jour, ce jour si merveilleux qui restera gravé pour toujours dans la mémoire d’Evie, une drôle de dame vint sonner à leur porte. La boulangerie venait de fermer et les parents d’Evie s’attendaient à voir un client retardataire. Mais non, il s’agissait d’une dame d’un âge déjà bien avancé. Une dame qui parut presque étonnée de voir les parents d’Evie ouvrir la porte suite à la sonnette. Comme si elle n’avait jamais vu de sonnette de sa vie. Cette réflexion fit rire la petite Evie qui, curieuse, avait discrètement descendu les escaliers pour aller espionner la conversation des adultes. « Est-ce que je suis bien chez Evelyn Mitchell ? » La question étonna la petite… Comment cette dame pouvait connaître son nom ? D’où venait-elle ? Sûrement pas d’ici, Evie ne l’avait jamais vu. Il faut dire qu’elle n’avait jamais vu quelqu’un comme elle. En regardant sa peau déjà parcheminée de ride, son chapeau bizarre et ses vêtements désuets, Evie laissa courir son imagination. Cette vieille dame semblait venir tout droit du passé, comme si elle avait vu passer des années, des siècles même. Qu’est-ce que ce serait d’être immortel ? La petite Evie ne voyait que les bons côtés de la chose. Avoir tout le temps de faire ce que l’on veut. Pouvoir donc faire tout ce que l’on veut. Perdue dans ses pensées, la petite n’avait pas écouté les présentations. Ce qui la fit revenir à la réalité, ce fut le regard pénétrant de la dame qui se posa sur elle. Ainsi, elle était démasquée… Toute penaude, elle descendit se présenter. Puis, autour d’une tasse de café, la vieille dame commença ses révélations. Peu à peu, les yeux d’Evie s’agrandir de joie alors que l’incompréhension luisait dans le regard de ses parents. Une sorcière… Elle était une sorcière… Mais c’était génial ! Comme si ses rêves de petite fille devenaient réalité. Lorsqu’elle apprit la nouvelle, Evie ne ressentit aucune hésitation. Elle avait fermé les yeux sur ses rêves, se murmurant sans cesse que ce ne pouvait être la réalité seulement, elle n’avait jamais perdu espoir. Au fond d’elle, elle voulait y croire à la magie. Et puis… Les enfants sont toujours bien plus prompts que les adultes à se laisser habiter par le rêve. Pour Wanda et Timothy, ce fut autre chose. Ils avaient depuis longtemps fermés les yeux sur leurs rêves d’enfants. Ils s’étaient tellement persuadés que la magie n’existait pas qu’ils avaient tout simplement nié les signes. Il est si dur de rouvrir les yeux après aussi longtemps. Comme si, après un long sommeil, ils n’arrivaient pas à se convaincre de se réveiller. Comme ces moments où le réveil sonne, le devoir vous appel et que, pourtant, vous êtes si bien dans votre lit, vos pensées naviguant dans des mondes oniriques. Il en fallut du temps pour les convaincre… Et encore, une fois la dame partie, ils n’arrivaient pas à se dire que cette conversation ait pu être réelle. Abattus et sans un mot, ils partirent se coucher, l’esprit empli de doutes. Evie suivit ses parents mais ce fut l’esprit rêveur qu’elle s’endormit, imaginant ce que serait sa vie dans cette école de sorcellerie.

Il fallut du temps à Wanda et à Timothy pour croire à ces révélations. Mais pour leur fille, ils firent cet effort. Au début, ils suivirent les instructions qui leur avait été donné en s’attendant à découvrir que tout ça n’était qu’une immense farce. Cependant, ils furent bien obligés d’y croire. Et le véritable déclic fut le Chemin de Traverse. Mais ce ne fut pas le lieu merveilleux qu’Evie avait imaginé. Là, le rêve avait peu à peu disparu, emporté par la peur et la violence. Si Evie l’ignorait, la dame avait informé ses parents du contexte. On était à la fin du mois d’août 1996. Harry Potter venait de terminer sa cinquième année à Poudlard. Ça, les parents d’Evie l’ignoraient. Ce qu’ils savaient, par contre, c’est qu’un mage noir nommé Voldemort gagnait peu à peu en puissance. Qu’il considérait les moldus et les né-moldus comme des moins que rien. Que l’heure était grave mais qu’Evie serait en sécurité. Seulement, en voyant l’état du Chemin de Traverse, les Wanda et Timothy en doutaient. La moitié des boutiques étaient fermées. C’était juste avant qu’Ollivander ne soit enlevé. Le seul îlot de rêve encore présent était une boutique de farce et attrape. Mais loin de leur remonter le morale, la boutique leur fit simplement prendre conscience de ce qu’avait dû être le chemin avant les attaques des Mangemorts. Les yeux grands ouverts, ce n’était plus de l’excitation qui brillait dans les yeux d’Evie mais bel et bien des larmes de peur. Leurs achats effectués, c’est déprimée que la petite famille rentra chez elle. Et ce soir-là, Wanda et Timothy expliquèrent la situation à Evie. Ils lui conseillèrent de ne pas aller à Poudlard. Ils lui proposèrent de fuir. Mais la petite ne voulut rien entendre. Elle voulait apprendre la magie. Et si Poudlard était sûr, que pouvait-il bien lui arriver ? La petite essayait de cacher sa peur… et pourtant, c’était bien un sourire de façade qui éclairait son visage. Elle ne comprenait pas la gravité de la situation. Son instinct l’incitait à écouter ses parents mais c’était à son tour de fermer les yeux. Trop jeune pour être raisonnable, elle ne pouvait résister à l’appel de la magie. Quant à ses parents… ils ne savaient pas quoi faire… Ils ne pouvaient pas la protéger eux qui ne possédaient pas la magie… Seulement, il était déjà trop tard pour fuir, ils étaient pris dans ce monde qui les terrifiait. Eux ne pouvaient pas protéger leur petite fille chérie alors il fallait qu’elle apprenne à se défendre. Il fallait qu’elle apprenne la magie. Mais cette peur qu’ils ressentaient tous, elle ne les quittera plus pendant les deux prochaines années.

Evie se rendit donc à Poudlard. Mais elle qui, habituellement, était si souriante et si avenante fit tout ce qui était en son pouvoir pour se faire oublier. Après tout, elle était ce que les sorciers appelaient une « née-moldu ». Et si elle avait fait la fière devant ses parents, la peur était toujours présente, tapie tout au fond d’elle. Alors elle écoutait son instinct de survie, instinct qui lui murmurait de se faire oublier. C’est donc une Evie intimidée qui arriva à Poudlard. Une Evie qui se demandait s’il existait un sort pour se rendre invisible. Mais la magie de Poudlard fit rapidement son effet. Elle avait entendu les différents murmures. La plupart d’entre eux étaient inquiets. Cependant, une phrase revenait sans cesse. Poudlard était le seul lieu où l’on était encore en sûreté. Dumbledore était le seul sorcier capable de faire face à Voldemort. Alors doucement, Evie commença à se détendre. La peur ne la quitta jamais totalement, mais en se forçant un peu, elle pouvait parvenir à l’oublier. Si elle restait prudente, tout devait bien se passer. Puis le train arriva enfin à destination, Evie put admirer Poudlard pour la première fois. Et elle sut qu’elle ne regretterait pas son choix. Cet endroit était merveilleux et personne n’avait le droit de la priver du privilège d’y faire ses études. Quand ce fut à son tours de mettre le choixpeau sur sa tête, elle n’avait qu’une certitude… Elle ne voulait aller à Serpentard. Elle ne voulait pas faire partie de la même maison que les monstres qui cherchaient à dominer le monde de la magie. Son vœu se réalisa et elle fut répartie à Serdaigle. Sa nouvelle vie de sorcière pouvait commencer. Elle se fit bien peu d’amis cette année. Il faut dire, tout le monde pouvait, à ses yeux, adopter les idées de Voldemort. Comment faire la différence entre les bons et les mauvais. Même dans l’oasis que représentait Poudlard, l’atmosphère était lourde. C’était une atmosphère de guerre et même la petite Evie pouvait s’en rendre compte. Alors elle s’accrochait à ses rares amis et se donnait à fond dans ses études. Il fallait dire qu’elle n’était pas à Serdaigle pour rien. Passer des heures à étudier ne la dérangeait pas, surtout lorsque cela concernait la magie. Tout cela lui semblait tellement irréel. Comme si elle était dans un rêve, sentiment renforcé par l’idée persistante que tout cela ne serait que temporaire. Commela guerre détruit l’enfance et l’innocence. Même la petite Evie sentait que Voldemort était en train de prendre l’ascendant. Alors elle étudiait. Elle étudiait parce qu’elle n’avait qu’une seule certitude. Ce qu’elle apprenait, on ne pourrait le lui retirer. Triste erreur. Mais pour le moment, cette idée lui permettait de ne pas s’effondrer devant la noirceur qui envahissait peu à peu le monde des sorciers.

Malheureusement, elle avait raison la petite Evie, sa première année à Poudlard ne serait qu’une parenthèse dans sa vie de moldu. On était en juin 1997 et Dumbledore venait d’être tué de la main du professeur Rogue. Evie savait qu’elle ne serait plus jamais en sécurité. Elle venait de perdre son innocence et son cœur n’était plus qu’habité par la peur. Son esprit qui aurait dû être occupé à rêver ou à imaginer de nouveaux jeux tournait à plein régime pour essayer de trouver un moyen de fuir. Parce qu’elle le savait maintenant. Elle le savait que la fuite était son seul moyen de survie… En tout cas, c’était le seul moyen de garder sa dignité. Ce n’était qu’une enfant mais elle avait appris dans cette bataille qui venait d’avoir lieu à Poudlard… Elle avait appris ce qu’elle risquait, elle avait appris ce que les Mangemorts souhaitaient faire des enfants qui, comme elle, étaient nés-moldus. Alors elle devait fuir. En tout cas, elle devait essayer. Dès qu’elle put revoir ses parents, elle leur expliqua la situation. Malheureusement, ils n’étaient pas riches… Comment allaient-ils faire s’ils laissaient tout derrière eux ? Et pour aller où ? Aucun d’eux ne le savaient. Mais Wanda et Timothy allaient tout faire pour sauver Evie. Elle était peut-être bien plus extraordinaire qu’eux, mais elle restait leur petite fille et ils ne vivaient que pour une seule chose… son bonheur. Alors ils partirent au Canada. En mettant un océan entre eux et l’Angleterre, peut-être parviendront-ils à échapper à ces monstres. Le temps était contre eux. Ils le savaient, ils avaient déjà trop tardé. Il aurait fallu partir il a un an déjà. Alors en à peine deux jours, les Mitchell quittèrent la petite ville de Dalton-in-Furness, laissant tout derrière eux, ne disant à personne où ils allaient.

L’année qui suivit fut traumatisante pour la petite Evie. La peur ne la quittait plus. Ce qu’elle avait vu, elle ne pourrait pas l’oublier. La bataille qu’avait eu lieu à Poudlard, lorsque les Mangemorts étaient venus tuer Dumbledore, elle ne pouvait la chasser de son esprit. Certes, elle s’était réfugiée avec les autres élèves dans le dortoir des Serdaigle. Mais cela n’avait pas empêché le bruit des combats de parvenir jusqu’à elle. Même en se bouchant les oreilles, elle ne pouvait ignorer les cris. Et sa curiosité, sa maudite curiosité qui l’avait poussé à regarder par la fenêtre ce qui se passait à l’extérieur. Chaque nuit, elle maudissait cette curiosité qui lui avait permis de voir des images qu’elle ne parvenait plus à chasser de son esprit. La petite Evie souffrait de Stress Post-Traumatique. Seulement, il était impensable d’aller voir un psy et internet avait ses limites. Alors Wanda et Timothy restaient impuissants devant la détresse de leur fille. Timothy avait trouvé du travail dans une boulangerie d’un petit village canadien et Wanda était vendeuse dans le supermarché du coin. Mais Evie… Evie n’arrivait pas à reprendre une vie normale. Elle n’osait plus sortir de chez elle. Paranoïaque, elle se mettait à voir le mal partout. La moindre personne étrange lui semblait être un Mangemort. La peur ne la quittait plus. Wanda et Timothy ne pouvaient qu’essayer d’entourer leur fille de leur amour. Que pouvaient-ils faire de plus ? Ils se le demandaient à chaque fois qu’ils la voyaient tremblante, serrant sa baguette dans ses mains, les yeux rivés sur la porte d’entrée, s’attendant à voir surgir un Mangemort d’un jour sur l’autre. Seul le temps pu soigner cette blessure. Peu à peu, Evie se détendit. Ils ne venaient pas. Les Mangemorts ne venaient pas la chercher… Peut-être était-elle en sécurité… Ses nuits étaient toujours emplies de cauchemars, elle ne lâchait toujours pas sa baguette mais elle ne restait plus retranchée au bout du canapé. Elle se détendait en présence de ses parents. Et enfin… Enfin, au bout d’un an, l’annonce de la mort de Voldemort se répandit dans le monde entier. Nulle personne étant un minimum au courant de ce qui se passait dans le monde des sorciers ne put ignorer la fête qu’il y eu le jour de l’annonce de la mort de Voldemort. La vie reprenait son court. Evie et ses parents retournèrent à Dalton-in-Furness. Personne ne sut jamais où ils étaient allés pendant cette année, mais une chose était sûre… ils en étaient revenus changés. S’ils étaient toujours de bonne humeur, le sourire de Wanda et de Timothy était maintenant teinté de tristesse. Quant à Evie, elle mit des mois avant de pouvoir à nouveau sourire. La guerre était terminée mais nul ne pouvait effacer les atrocités qui avaient été commises. Elle ne pouvait pas oublier. Ses nouveaux pas à Poudlard furent difficiles. Plus d’une fois, elle fut prise d’une crise de panique. Cachée dans les toilettes du deuxième étage, elle n’arrêtait pas de se demander comment les sorciers avaient pu en arriver là. La nature humaine était donc ainsi faite que la paix était impossible à trouver ? Peu à peu, le temps répara ses blessures psychologiques, mais ces questions ne la quittèrent pas. Et depuis, elle n’eut de cesse de chercher ces réponses.

Au bout d’un an, le sourire était revenu sur les lèvres d’Evie. Elle avait enfin trouvé la parade pour ne plus être habitée par tous ces démons. Il suffisait de ne plus y penser. Cette guerre lui avait fait perdre son innocence et son enfance mais elle ferait tout pour retrouver la quiétude des jours anciens. Alors au début, elle fit semblant. Semblant de ne plus avoir peur, semblant de ne plus stresser, semblant de ne plus paniquer à la moindre anomalie. Et peu à peu, elle prit l’habitude. L’habitude de sourire, l’habitude de ne plus faire attention à chacun de ses gestes. Elle apparaissait tête en l’air, maladroite et distraite. Elle l’était devenue avec le temps. Mais elle conservait un regard grave, bien trop grave pour une jeune fille de son âge. Brillante, elle l’était dans ses études. Certes, elle n’avait pas un talent inné, mais elle était une bête de travail, elle se donnait sans cesse à fond et ça payait. En tout cas, elle réussit suffisamment bien pour entamer des études afin de devenir oubliator. Pourquoi ce choix ?  Ces sentiments à ce sujet ne furent jamais totalement clairs… notamment parce qu’ils étaient contradictoires. D’un côté, elle savait la souffrance que pouvait causer un traumatisme. Or, ses parents étaient moldus et elle avait bien vue à quel point il leur avait été difficile de prendre conscience du monde des sorciers. Pour la plupart des moldus, connaître les monde de la magie était une souffrance, notamment pour ceux qui n’en avait vu que la violence. Alors pour Evie, effacer leur mémoire, c’était comme essayer de conserver leur innocence et leurs illusions. Et pour elle, pour elle qui avait déjà souffert de cette découverte et qui s’en était remise… Pour elle, l’une des pensées les plus rassurantes sur lesquelles elle avait pu s’appuyer pour se reconstruire, c’était l’idée que tout ce qu’elle apprenait, on ne pourrait jamais le lui enlever. Or, les oubliators représentaient le plus grand des dangers pour sa mémoire. Elle espérait donc pouvoir trouver des parades au sort d’oubliette ou, au moins, en reconnaître les effets et… et peut-être trouver une parade. C’était également dans ce but qu’elle consignait toutes ses pensées sur papier. C’était devenu un de ses tics, elle avait toujours un petit journal sur elle où elle consignait tout ce qui lui passait par la tête : éléments autobiographiques, listes de courses, sortilèges, check liste… C’était une des choses qui la rendait aussi excentrique. Elle semblait bizarre aux sorciers parce qu’elle était trop ancrée dans le monde des moldus. Elle n’arrivait pas à se séparer de son mp3, elle passait son temps à regarder les films et séries moldus, le nez sur son ordinateur. Et en même temps, elle paraissait excentrique aux yeux des moldus parce qu’elle était trop ancrée dans le monde des sorciers. Elle avait notamment adopté avec joie leur style vestimentaire désuet. Elle lançait de temps en temps des remarques incompréhensibles pour les moldus, elle s’amusait de l’ingéniosité des moldus, de leur attitude… Elle était entre deux mondes, elle était une née-moldu.

À la fin de ses études, alors qu’elle avait 24, plus personne ne voyait à quel point les années Voldemort l’avaient marqué. Evie elle-même l’avait oublié. Ou, en tout cas, elle croyait qu’elle n’était plus traumatisée. Et pourtant… Pourtant, si elle en était là, c’était bien parce qu’elle avait vécu ces épreuves difficiles. À force d’étudier le passé à la recherche des causes de l’ascension de Voldemort, elle avait fini par comprendre une chose. La nature humaine était multiple et il était impossible de dire si une opinion était juste ou non. Après tout, la justice n’était pas innée et partout la même. Elle résultait de la culture, de la société et de l’éducation. Ces éléments étaient essentiels à la mise en place de valeurs de justice telles que l’égalité des droits. C’était sur eux qu’il fallait agir pour que les monstruosités de l’époque de Voldemort ne soient pas réitérées. Et surtout, il ne fallait pas croire que, parce qu’il y avait une accalmie, la paix sera durable. Non, la paix, il fallait la cultiver. Il fallait se donner les moyens de la conserver. C’est comme ça que Evie, la discrète Evie, la timide Evie se lança dans la politique. Sûrement pas par ambition mais par devoir. Par devoir envers les sorciers, par devoir envers les moldus, par devoir envers l’humanité. Si elle ne voulait pas que des crimes aussi atroces soient commis, il fallait qu’elle fasse tout ce qui était en son pouvoir pour promouvoir une paix durable. Pour toutes ces raisons, Evie s’engagea aux côtés du parti intégrationniste devenant, au fil des années, de plus en plus importante parmi le parti, au point de devenir un membre du parlement sorcier. Certes, elle n’était pas vraiment faite pour la politique, mais elle se donnait à fond pour ses idées, elle était prête à se battre pour elles et à dépasser sa nature pour rabattre le claquet de personnes telles qu’Arcadius Mulciber. Au fil des années, Evie s’épanouie, passant sa vie entre la politique et son métier d’oubliator. Une bête de travail, voilà comment on pouvait qualifier Evie. Et pourtant, sa vie privée n’en pâtissait pas. Non, loin de là, grâce à Kenneth, elle arrivait à trouver un équilibre entre travail et vie privée. Elle l’avait connue à l’université, comme elle il voulait devenir oubliator et à force de se côtoyer, à l’école, ils finirent par se voir en dehors. Kenneth était le seul à avoir su apprivoiser Evie à l’époque, le seul à la connaître, elle et toutes ses angoisses. Il était la personne qui l’avait poussé de l’avant, celle qui l’avait convaincu de s’engager en politique… Il était tout pour elle, son pilier, son ami, son amant, son amour… Elle pensait avoir trouvé le bonheur avec lui et pourtant… Et pourtant, il disparut du jour au lendemain, sans laisser de trace. Comment ? Pourquoi ? C’était tout simplement impossible. Et pourtant, après lui avoir annoncé qu’elle ne pourrait pas avoir d’enfant, il l’avait bel et bien quitté sans un mot d’explication. Or, Evie restait persuadée que Kenneth ne serait jamais parti ainsi, sans laisser de nouvelles. Elle avait alerter les forces de polices magiques et moldus, elle avait remué ciel et terre mais elle n’avait pu retrouver sa trace. Kenneth était assez doué pour s’évaporer sans laisser de trace, mais pourquoi aurait-il fait ça ? Il n’y avait aucune raison. Il n’y avait aucune logique à cette disparition. Et pourtant, les mois passèrent et Evie était toujours sans nouvelles. Pire, elle ne pouvait pas se consacrer à la recherche de Kenneth aussi bien qu’elle l’aurait voulue. Juste avant sa disparition, elle travaillait sur le mise en place d’une loi obligeant les enfants sorciers à côtoyer les écoles primaires moldus. Le but de ces écoles mixtes était de favoriser la cohabitation de ces deux mondes afin d’éviter la monte en puissance de pensées extrémistes. Vu le climat et les grondements sourds qui s’élevaient des extrémistes moldus et sorciers, il fallait se dépêcher de faire voter cette loi. Pour le moment, l’heure était aux changements, comme le montrait la révolution numérique… Evie et Hermione avaient su profiter de ce climat pour faire voter cette loi qui leur tenait à cœur. Une fois que cela fut fait, il fallait encore trouver des directeurs de confiance afin de s’assurer de ne pas voir le projet saboter… Et Evie sauta sur l’occasion… Se battre pour la loi Mitchell lui avait demandé beaucoup d’énergie… et sans Kenneth à ses côtés… sans lui, elle ne savait pas si elle aurait la force de continuer… Alors être directrice d’une des écoles mixtes était un bon moyen de se remettre sur pied… Et qui sait, peut-être qu’elle aura plus de temps pour comprendre la disparition de Kenneth.

... to be continued
behind the screen
pseudo/prénom ☕️ Camille 21 ans
maison préférée : Serdaigle ϟ fréquence de connexion : Au moins 3 fois par semaine ϟ perso inventé ou scénario ? scénario ϟ avatar à réserver : Alison Sudol ϟ code du règlement : mischief managedϟ comment avez-vous connu Glitch ? Par une amie qui avait repéré votre forum ϟ un dernier mot pour finir en beauté ? J’ai hate de pouvoir découvrir le monde de glitch of magic (a)
©️vintage love (avatar), tumblr (gif)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 16/07/2018
Messages : 17
Points : 9
x âge : uc
x métier : brigade de police magique (flic)
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?   Lun 30 Juil - 15:52

Quelle rapidité
Bienvenue à toiii je lis tout ça et je te valide rapidement
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 27/07/2018
Messages : 33
Points : 15
x âge : 32 ans
x métier : oubliator, membre du parlement sorcier et directrice d'école primaire
x statut : sorcière

MessageSujet: Re: What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?   Lun 30 Juil - 18:22

Merciiii
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 30/05/2018
Messages : 186
Points : 206
x âge : 37 ans
x métier : Trafiquant de drogue
x statut : Moldu

MessageSujet: Re: What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?   Lun 30 Juil - 18:30

Bienvenuuuuuue

_________________
A cynic is a man who knows the price of everything, and the value of nothing. Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 20/06/2018
Messages : 71
Points : 73
x âge : 22 ans
x métier : sorcier raté, danseur au potentiel gâché, loser de la famille, barista en attendant. En gros.
x statut : sorcier

MessageSujet: Re: What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?   Mar 31 Juil - 9:18

présentation validée !
Just before we start...J'en profite pour te souhaiter la bienvenue car je rentre de vacances J'ai hâte qu'on développe notre lien avec Ezra en rp sdvfertgfzed Amuse-toi bien sur Gliiiitch

Pour faciliter ton intégration sur le forum je t'invite à créer ta fiche de liens. Le petit résumé du perso que tu as écrit dans ta fiche peut être utilisé là bas, il est presque fait pour ça en fait

Avant de te lancer, même si je suppose que c'est déjà fait en grande partie, n'hésite pas à prendre connaissance des annexes. Il n'y en a pas beaucoup et elles peuvent s'avérer franchement utiles !

N'oublie pas non plus de recenser le métier de ton personnage ainsi que le quartier habité, et si tu le souhaites, tu peux même aller créer des petits scénarios ou pré-liens pour ton personnage dans cette section ♥️

Et enfin, pour débloquer plein de récompenses utiles à ta progression sur le forum, il faudra faire un tour du côté du système de points de ta maison !

J'espère que tu passeras un bon moment sur le forum. En cas de besoin, nos boîtes de MPS sont toujours ouvertes N'hésite pas à nous contacter, tu trouveras toutes les infos sur qui nous sommes ici

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 27/07/2018
Messages : 33
Points : 15
x âge : 32 ans
x métier : oubliator, membre du parlement sorcier et directrice d'école primaire
x statut : sorcière

MessageSujet: Re: What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?   Mar 31 Juil - 18:56

Phil -> Merciiii

Jesse -> Merci (a) J'ai vraiment hâte de rp avec Ezra et de pouvoir paufiner le lien qu'il entretient avec Evie Wink
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

What i'm gonna live for ? What i'm gonna die for ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Live Hattrick saison 44
» HT LIVE version flash
» Live Hattrick saison 46
» live de la 6eme journée contre le LR
» Votre Nabz compatible Live Messenger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: all the pretty owls :: you can't be more muggle than me :: présentations validées
-