Bienvenue sur . Glitch of magic ! Recensement en cours ! N'oubliez pas de venir poster ! • Tempête de neige en pleine canicule à Londres ! venez participer au topic commun ici ! Un petit défi d'écriture, ça vous dit ? Plus d'infos par ici !si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. .

 

 late night shit | amir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 57
Points : 91
x âge : 34 ans
x métier : Directrice des Oubliators
x statut : Mariée

MessageSujet: late night shit | amir   Sam 7 Juil - 23:59

Il est tard, trop tard, cette soirée avec les collègues s'est terminée comme beaucoup d'autres finalement : Une Arabella enivrée qui fut ses responsabilités à grand coup de pintes et de rires éclatés. La situation n'est pas tenable, elle le sait, et pourtant elle ne peut pas s'empêcher de se laisser aspirer par cette sphère infernale qui lui bouffe la vie et rend le quotidien familial tout aussi chaotique. Il s'agit d'auto-destruction, un mécanisme psychologique qu'elle ne comprend pas vraiment, mais qui ne semble s'empirer avec les mois qui passent. La communication pourrait sûrement débloquer des choses, mais ce n'est pas quelque chose que la blonde pratique aussi bien que le mensonge. C'est le problème de beaucoup de gens sûrement, mais celui d'Arabella indéniablement. Elle a pourtant tout ce qu'il faut pour être heureuse, mais en profiter sans culpabiliser lui est devenu impossible. L'alcool l'aide à tenir le coup, mais pas vraiment à jouer la maman dévouée et irréprochable qu'elle aurait aimé être pour Jasmine, pour Amir. Elle n'a pas lu d'histoire avant l'heure du coucher, et c'est la troisième fois cette semaine.

Lorsqu'elle arrive titubante et alcoolisée, elle ne s'attend donc pas à un accueil des plus chaleureux. Le monde moldu n'est pas sa spécialité, aussi les téléphones portables ne sont pas sa plus grande priorité, elle doit bien l'admettre. Une fois n'est pas coutume, l'objet est resté sur son bureau au ministère, caché par une pile de dossiers qu'elle ne prend plus le temps de lire. Prévenir aurait été la moindre des choses, mais cela lui était bien trop facilement sorti de la tête. Encore une mauvaise décision tiens.

Bien évidemment, sa discrétion toute relative réveille son mari, probablement alerté par le bruit du balais qui s'écrase sur le sol dans un fracas terrible. La maison n'est pas très bien entretenue, et le désordre reflète le chaos familial actuel. Dans sa grande élégance, Arabella jure. « Fais chier. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 13/06/2018
Messages : 17
Points : 20
x âge : trente-neuf ans
x métier : professeur des écoles, oublietté si régulièrement que c'en est presque devenu un deuxième job à ce stade
x statut : marié

MessageSujet: Re: late night shit | amir   Dim 8 Juil - 0:26

Il s'était promis de ne pas s'inquiéter, parce qu'elle faisait ça souvent – trop souvent à son goût mais Arabella était une grande fille et il avait beau être son mari, il n'était pas certain d'avoir son mot à dire sur le sujet – parce qu'elle finissait toujours par rentrer. Parce qu'il avait autre chose à faire, aussi. C'était la première raison que son cerveau fatigué, surmené par la fin de l'année scolaire et l'excitation grandissante des gamins, avait trouvé pour justifier qu'il ne se fasse pas trop de soucis. Parce qu'il avait autre chose à faire que de se préoccuper des allées et venues de sa femme, voilà qui en disait long sur l'état de leur relation. Une fois Jasmine au lit et son épisode de Black Mirror terminé, Amir avait rejoint la chambre conjugale, seul. Et malgré tous les prétextes du monde, les excuses un peu tristes mais surtout pathétiques, il n'avait pas pu s'empêcher de lui envoyer un texto. Juste pour s'assurer que tout allait bien d'abord. Puis un second. Juste pour lui signifier qu'il était inquiet. Des messages courts, impersonnels, comme la plupart des conversations qu'ils avaient ces derniers temps. Il s'était endormi avec un arrière-goût d'amertume en bouche, après avoir tourné, tourné et tourné dans ce lit un peu trop grand, un peu trop froid. Elle finirait bien par rentrer. Elle rentrait toujours, non ?

Amir s'éveilla en sursaut, désorienté. Il chercha à tâtons son téléphone, resté entre les oreillers, verrouillé sur l'application Netflix – un épisode en appelait forcément un second, surtout lorsqu'il s'agissait là de la seule distraction que pouvait lui offrir sa chambre à coucher. L'écran affichait une heure moins une et il soupira, priant mentalement pour que ce ne soit pas l'une de ces catastrophes qui semblaient suivre Jasmine à la trace. Il n'était pas prêt pour jouer la carte du réconfort désinvolte ce soir, pas assez réveillé non plus. Suffisamment, tout de même, pour se sortir du lit, portable en main et lampe allumée. La porte de la chambre de sa fille était close, dans le même état, semblait-il, où il l'avait laissée quelques heures plus tôt après l'habituelle lecture – et les questions à propos de sa mère, les questions qui lui déchiraient le cœur mais auxquelles il s'efforçait de répondre en souriant. S'armant de courage, Amir descendit les escaliers sans vraiment savoir ce qu'il allait pouvoir dire à sa fille ni d'ailleurs dans quel état il allait la retrouver. Seulement au lieu de Jasmine, c'est sur sa femme qu'il tomba nez à nez. Et même s'il n'était pas très alerte, Amir n'avait plus l'esprit assez embrumé pour passer à côté de l'état déplorable dans lequel se trouvait son épouse. « Charmant » lâcha-t-il dans un soupir. Avait-il envie de devoir gérer une Arabella alcoolisée tout en prétendant que c'était la première fois que ça arrivait ? Définitivement pas. Avait-il le choix ? Pas vraiment, non. C'était s'assurer qu'elle monterait les escaliers et trouverait le chemin de leur chambre sans encombre ou risquer qu'elle ne réveille Jasmine et c'était là une éventualité qu'il se refusait à imaginer. « Franchement, Bella, tu as vu l'heure ? Merde, tu pourrais prévenir quand même. Un texto, ça ne coûte rien » souffla-t-il avec mauvaise humeur. Être réveillé ainsi en pleine nuit n'était jamais agréable mais le simple fait qu'elle soit ivre rendait toute la situation encore plus agaçante. En pleine semaine, bon sang. « Tu ferais bien d'aller prendre une douche et de boire un peu d'eau si tu comptes aller bosser demain » commenta-t-il, acide, avant de rejoindre la cuisine. Laisser tomber toute l'affaire était évidemment hors de question, même si il ne comptait pas lui faire une scène au beau milieu de la nuit, mais elle restait sa femme et malgré un profond soupir, il remplit malgré tout un grand verre d'eau. In sickness and in health and all that.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 57
Points : 91
x âge : 34 ans
x métier : Directrice des Oubliators
x statut : Mariée

MessageSujet: Re: late night shit | amir   Dim 8 Juil - 17:57

Charmante, elle l'est sans aucun doute avec son regard dans le vague et sa démarche d'alcoolique. Elle aimerait trouver une solution, elle aimerait se sortir de cette mauvaise passe, mais les choses ne sont pas aussi simples qu'elles semblent l'être pour d'autres. Le poids de sa responsabilité est trop dur à porter, et il n'y a pas vraiment de remède à sa misère qui ait de grande de fonctionner pour le coup. L'essence même de son travail, lui interdit de parler à qui que ce soit, encore moins à son moldu de mari qui ne doit rien savoir de tout cela. Arabella aurait pourtant dû prendre les devant il y a bien longtemps, mais l'idée la terrifie désormais. A une époque, cela avait été la meilleure chose à faire, aujourd'hui, la blonde n'en est plus si sûre. Il semble beaucoup trop tard pour avoir cette conversation qui s'annonce pourtant avec les premières manifestations de magie de leur fille. Si le drame est inévitable, gérer Amir en plus de la situation serait sans doute beaucoup trop à gérer pour Arabella. Beacuoup de choses auraient été beaucoup plus simple  si l'oubliator n'avait pas eu si peur de la vérité. « J'ai laissé mon téléphone au bureau. » L'habitude de ne se contenter que d'une baguette magique ne se perd pas si facilement et elle ne s'est toujours pas habituée avec le temps.

Lorsqu'il sous entend que le réveil sera difficile le lendemain, Arabella hausse les épaules en ouvrant le frigo pour se saisir d'une bouteille d'eau fraîche. Ce n'est pas la première fois, et certainement pas la dernière qu'elle se retrouvera à aller au boulot après une dure soirée. Par chance ses concoctions de potions anti-gueule de bois sont plus efficaces que n'importe quel doliprane, ce qui doit étonner son mari à la longue. Fabian Prewett n'aura décidément pas vécu assez longtemps pour profiter de la gratitude des centaines de piliers de bar qui utilisent encore ses recettes aujourd'hui. « Je vais au boulot tous les jours Amir, peut importe la soirée. Désolée si je t'ai réveillé. » Elle attache ses cheveux et s'assied sur le rebord du comptoir de la cuisine sa bouteille d'eau sur le côté. « Pardon. » Elle s'excuse, finalement pour son comportement une fois de plus. Son mari n'est pas idiot, il se doute bien que quelque chose ne va pas malgré ses efforts continuels pour garder la tête froide, mais il n'y a décidément pas grand chose qu'il puisse faire pour l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 13/06/2018
Messages : 17
Points : 20
x âge : trente-neuf ans
x métier : professeur des écoles, oublietté si régulièrement que c'en est presque devenu un deuxième job à ce stade
x statut : marié

MessageSujet: Re: late night shit | amir   Sam 28 Juil - 22:19

Il n'était décidément pas suffisamment réveillé pour ce genre de conneries. Évidemment qu'elle avait laissé son portable au bureau, pourquoi s'était-il seulement posé la question ? Ce n'était même pas la première fois que ça arrivait et pourtant, il continuait d'espérer, bêtement sans doute, qu'elle prendrait le temps de le prévenir, de lui dire qu'elle sortait et qu'il était inutile de l'attendre. Pas qu'il continue de le faire de toute manière mais il aurait été agréable, pour une fois, qu'elle se souvienne qu'il existait, assez longtemps en tout cas pour lui faire l'honneur d'un sms, même court. Mais non, Arabella se fichait manifestement bien qu'il ait passé la soirée à angoisser ou non, qu'il se soit demandé où elle était ou pas. À croire que leur mariage n'était qu'une longue suite de soirées silencieuses et solitaires. Quand tout ça avait-il commencé ? Amir n'était même pas capable de s'en souvenir. Il était fatigué, si fatigué, et il laissa échapper un long soupir irrité, passant une main sur la barbe qu'il ne parvenait pas à se résoudre à raser. « Tu me fatigues » Pourquoi lui mentir ? Ce n'était pas comme si elle prêtait la moindre attention à ce qu'il pouvait ressentir ces derniers temps. « Un de ces jours, c'est Jasmine que tu vas réveiller avec tes conneries, reprit-il, sans un mot pour le mot d'excuses, si attendu pourtant. Honnêtement, j'aurais presque envie de voir ça, je me demande bien ce que tu pourrais lui dire, parce qu'oublier ton portable au boulot ne sera pas une excuse suffisante pour avoir raté le coucher. Ou le reste de la journée » C'était cruel et il en avait parfaitement conscience mais elle avait ruiné ses chances d'avoir droit à la version édulcorée de ses reproches en l'arrachant au sommeil. « Tu te rends compte qu'elle ne t'a pas vue aujourd'hui ? Et que c'est même pas la première fois cette semaine ? Ou est-ce que ça te passe complètement au-dessus ? » Il croisa les bras, s'exhortant mentalement au calme. Au silence en tout cas. Moins de bruit, pas de cri, ou ce serait de sa faute à lui si la gamine finissait par débarquer dans la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 57
Points : 91
x âge : 34 ans
x métier : Directrice des Oubliators
x statut : Mariée

MessageSujet: Re: late night shit | amir   Sam 11 Aoû - 20:59

Arabella n’est pas complètement aveugle, elle sait qu’elle ne parvient pas à donner le change. L’alcool n’est qu’une solution temporaire aux problèmes qui s’accumulent. Elle qui a toujours su gérer sa famille et ses responsabilités de directrice de département, s’effondre dans une impuissance totale. Les dommages collatéraux se sont eux, Neelam, Amir. Arabella a l’impression qu’elle pourrait exploser à tout moment. Une bombe à retardement qui n’aurait besoin que d’un déclencheur pour détruire tout sur son passage. Les mensonges qu’elle sert tous les jours sont de plus en plus pesants, et alors que la confrontation est inévitable, elle cherche encore à faire comme si tout allait s’arranger.

- Je suis désolée, Amir.

Les excuses sont sincères, elle le sont toujours, mais son incapacité à régler la situation reste la même elle aussi. Parfois elle aimerait simplement pouvoir parler, expliquer une situation qui pourrait paraître complètement folle, mais ses choix de vie en ont décidé autrement. Le courage de tout avouer, il aurait fallu l’avoir il y a quelques années de ça. Dans le fond Arabella sait que son mariage à une date de péremption inévitable, mais elle préfère continuer à s’enfoncer plutôt que de saisir la moindre opportunité de dire la vérité.

Mais ce soir c’est compliqué, trop compliqué, et la limite entre le mensonge éhonté et la vérité tangue dangereusement.

- J’ai fait une connerie au travail. Le genre de connerie que je ne peux pas réparer.

Elle finit par annoncer la chose dans un souffle. La confession lui arrache un sanglot étouffé. Officiellement chirurgienne, la faute professionnelle aurait probablement eu le même impact. Elle se sert un énorme verre de whisky, sûrement pas la meilleures des idées vu les circonstances.

- Une connerie que je vais regretter toute ma vie. Ils l’ont couvert bien sûr. Mais ça ne change rien ?

Pour la première fois depuis l’accident, elle aborde le sujet avec son mari, quelque chose à laquelle il ne s’attend probablement pas.

- Je n’ai même pas le droit d’en parler.

Elle avale une gorgée d’alcool et passe une main fatiguée dans ses cheveux. Discuter de tout cela est une très mauvaise idée. L’état dans lequel se trouve Arabella est grandement empiré par l’alcool qu’elle continue de faire entrer dans son système. Auto destruction ? Presque.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: late night shit | amir   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

late night shit | amir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Good late night? Finally especially for you. - NOAH.M
» Présentation Dark Night
» [Paris by night] Duchesse Élisabeth de Northfolk et Angie Patricks
» [Paris by night] Manuela de la Vega + Elise de Rochebrune
» [Paris By night] Abel - personnage de Jeremy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: suburbs :: clapham
-