Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à participer à l'animation d'ouverture !!! De plus, une intrigue a également été lancée, ça se passe par là !!! .

 

 une bien désagréable conversation | parvati

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 43
Points : 71
x âge : 34 ans
x métier : Directrice des Oubliators
x statut : Mariée

MessageSujet: une bien désagréable conversation | parvati   Sam 7 Juil - 23:38

Croiser Parvati n'était pas dans les plans d'Arabella, l'éviter aurait même été une meilleure idée si elle s'était laissé le temps d'y réfléchir à deux fois. Mais les idées d'Arabella sont loin d'être fulgurantes ces derniers temps et elle le sait. Elle savait très bien à quoi s'attendre en continuant à fouler les allées de cet hôpital et pourtant ça ne l'avait pas empêchée d'y passer du temps. Et si aujourd'hui la sortie d'Opale de l'établissement réduit considérablement les chances que sa collègue la revoit traîner dans le coin ou trop près de son ancien fiancé et de sa famille, les tensions sont bien présentes au ministère et la fille Patil et loin d'apprécier les délires masochistes d'Arabella. Les élections en rajoutent une couche, et la blonde préfère faire profil bas en cette période compliquée. Une altercation supplémentaire avec la policière ne ferait qu'envenimer les choses, et puis maintenant qu'Opale va mieux, elles n'a plus vraiment de raison d'aller se faire du mal en heurtant la Gryffondor au passage, car c'est ce qu'elle fait en s’immisçant dans la vie de sa belle famille.

Parvati n'est pas idiote, et si Hermione Granger veut tout revoir à sauce, elle sait très bien que protéger le secret magique est plus important que le reste ? Arabella aime s'en convaincre en tout cas, même si diriger un tel département la ronge de jour en jour. Après ce qu'il s'est passé, il est en effet bien difficile de continuer à effacer la mémoire des gens comme si de rien était. Ironiquement ces questions éthiques ne lui avaient jamais traversé l'esprit jusqu'à maintenant. Aujourd'hui, elle y pense constamment. Personne ne semble vraiment trouver quoi que ce soit d'anormal à cela. Après tout, on leur apprend à nettoyer sans se poser de questions. Enfin c'est justement cela le problème.

Quand la blonde croise Parvati, elle sait que la conversation ne sera pas agréable. Difficile de cacher ses allez retours à la policière qui a toujours des contacts avec les Stevenson, pourtant la Serdaigle évite la confrontation directe et essaye tant bien que mal d'avoir l'air innocente. Les cernes, et les soirées trop arrosées ne jouent pas en sa faveur cependant. Tout irait bien mieux, si elle se contentait de ne pas s'approcher de ces gens qu'elle a brisé. Espérer qu'une Gryffondor telle que Parvati taise son agacement dépasserait les bornes de la stupidité et pourtant Arabella tente de faire l'autruche comme elle le fait si bien en ce moment. « Parvati, », la salue t-elle alors d'un sourire gêné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/06/2018
Messages : 37
Points : 56
x âge : thirty-eight yo.
x métier : cheffe de la police magique.
x statut : anciennement fiancée, toujours la bague au doigt.

MessageSujet: Re: une bien désagréable conversation | parvati   Lun 9 Juil - 10:40

J’essayais tant bien que mal de rester un minimum calme et professionnelle. Malgré mon cœur lourd et mon ventre qui se tordait, je ne voulais pas laisser mes émotions prendre le dessus. Ce n’était pas ce que l’on attendait d’une cheffe. Ce n’était pas l’image que j’étais censée renvoyer de mon poste. Et pourtant, il y avait comme ce frisson glacé qui me parcourait la peau. J’avais pourtant demandé expressément à Arabella de ne pas s’approcher d’Opale ou de Ewan. Pas parce qu’il était mon ex-fiancé ou parce que j’étais jalouse qu’une autre femme puisse être proche de mon ancien amant mais bien parce que la blonde avait déjà provoqué assez de dégâts pour prendre le risque de voir la situation empirer. Alors quand j’ai appris qu’elle avait outrepassé un ordre direct et qu’elle s’était permis une visite à Opale, mon sang n’avait fait qu’un tour. Mais le problème était que je mélangeais probablement un peu le personnel et le professionnel dans cette histoire, touchée de trop près par l’affaire Stevenson. Et j’avais peur qu’en lui reprochant ses visites à Opale et Ewan, je ne paraisse être l’ex jalouse plutôt qu’une supérieure concernée.

Je lâche un soupir fatigué juste avant d’apercevoir la silhouette de la blonde qui arrive en ma direction. Je ne savais pas si c’était une bonne chose ou non de la croiser si tôt dans la journée, si vite aussi alors que je sentais encore comme un brasier dans le creux de mon estomac. J’inspire longuement par le nez, force un sourire lorsqu’Arabella me salue. « Edgecombe, je rétorque, les dents serrées. » Quelque part à l’intérieur de moi, il y avait l’envie de lui hurler dessus, de la secouer. Je savais pertinemment que cette réaction n’aurait absolument rien de professionnel mais elle était là. Brûlante. Pressante. « Tu sembles fatiguée ce matin, Arabella, je fais remarquer, à défaut de la confronter directement à son insubordination. Longue nuit ? » J’observe le visage blême et les cernes sous les grands yeux clairs. Très souvent, je me demandais pourquoi Arabella ne suivait pas simplement les ordres. Elle était un très bon élément même si elle commettait des erreurs. Même si je lui en voulais d’avoir fait exploser la vie de personnes que je chérissais beaucoup. Arabella était capable de mieux que ça, je voulais le croire. « Peut-être devrais-tu te reposer plutôt que d’aller contre mes ordres et rendre visite à des personnes que tu n’es pas censée voir, je grince, le sourire faux. » Mais il y avait des jours comme aujourd’hui où je n’avais pas la patience. Où je n’avais pas la force d’être compréhensive et attentive. Ma vie était bien trop en chantier pour ça désormais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 43
Points : 71
x âge : 34 ans
x métier : Directrice des Oubliators
x statut : Mariée

MessageSujet: Re: une bien désagréable conversation | parvati   Mer 11 Juil - 15:58

Parvati est froide, rien de très étonnant à cela vu la situation objectivement houleuse dans laquelle les deux femmes sont immergées toutes les deux. Arabella grimace un peu, mais ne rechigne pas. La blonde évite généralement les conflits, même si celui-ci semble définitivement difficile à contourner. L'oubliator sait qu'elle n'a pas raison, mais elle a eu tragiquement tendance à mettre de côté cette idée ces dernières semaines. Elle prend donc la salutation agressive de Parvati comme une invitation à ne surtout pas poursuivre la conversation. Ce qui aurait pu être une bonne idée somme toute ne fonctionne pas vraiment en revanche, puisque déjà la brune relance la conversation en allant de son petit commentaire acide et bien mérité. Arabella hausse une épaule. Elle sait très bien que la culpabilité ne lui va pas au teint, et que la fatigue qui en découle ne joue pas en sa faveur. Pour ce qui est des Stevenson, elle n'a pas très envie de s'aventurer sur ce terrain là. Un comble peut être. « Je n'ai pas d'ordres à recevoir de la brigade de police magique, Parvati. Il s'agit plus d'une collaboration que d'une relation hiérarchique. » Le ton est calme, mais le contenu hautement passif agressif. Peut être un peu trop téméraire de la part de la Serdaigle qui ferait mieux de faire profil bas face à la Gryffondor cela dit.

Arabella ne s'arrête pas là en revanche, et elle se sent obligée de justifier son besoin discutable de prendre des nouvelles d'Opale, d'essayer de l'aider aussi, même si Parvati serait sans doute encore plus scandalisée si elle apprenait que la blonde use encore de sortilèges pour tenter de réparer les dommages irréversibles de son sortilège raté. « J'essaye simplement de réparer mes erreurs. Je m'assure qu'elle va mieux, ce qui a l'air d'être le cas. Ce genre de choses arrive souvent comme tu le sais, et trop peu de gens s'en soucient vraiment. J'essaye de changer les choses. » Son regard dévie sur son portable moldu, objet qui a d'ordinaire que trop peu d’intérêt à ses yeux. Quelques messages et appels en absence, encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/06/2018
Messages : 37
Points : 56
x âge : thirty-eight yo.
x métier : cheffe de la police magique.
x statut : anciennement fiancée, toujours la bague au doigt.

MessageSujet: Re: une bien désagréable conversation | parvati   Ven 13 Juil - 10:57

En cet instant, je crois que je déteste Arabella. Je n’avais jamais vraiment détesté quelqu’un. Je n’étais pas une habituée des sentiments aussi négatifs. Une seule fois dans ma vie, j’avais ressenti cette rage assassine au fond de mon estomac et c’était une sensation que me paniquait extrêmement. Je ne préférais pas retomber dans ce trou noir de la colère et du désespoir, celui-là même dans lequel j’étais tombée à la mort de ma jumelle. Sauf que je me retrouvais à tutoyer dangereusement les limites à cause de toute cette situation terrible qui régnait depuis des mois. Je crois que mon sentiment quant aux visites cachées de la blonde à mon fiancé ou sa sœur n’avait rien à voir avec le travail mais tout à voir avec le fait que je voulais protéger Ewan et Opale d’une nouvelle catastrophe magique. Parce qu’au fond, je savais bien que Arabella avait entièrement raison. Tout d’abord je n’avais aucun ordre à lui donner et ensuite je pouvais facilement comprendre – et accepter – qu’elle veuille aider à réparer les erreurs qui ont été commises sur les Moldus. Parce que les choses devaient être changées, c’était certain. Mais je n’étais pas sûre de vouloir que Arabella commence à les changer par le biais de mon ex-fiancé ou de sa sœur encore fragile et traumatisée.

Il y a pourtant toute cette arrogance et cette agressivité chez la blonde qui me met hors de moi. Je me sens froncer les sourcils, plus de colère que de déception avant de combler l’espace entre nous. « Okay, alors laisse-moi reformuler ça : je ne veux pas que tu t’approches de mon fiancé ou de sa sœur, c’est clair ? je gronde, la voix sourde et rauque. Tu les laisses tranquilles, ils n’ont pas besoin de ça en ce moment. » Ils n’ont pas besoin de toi, ai-je envie de dire. Mais je me retiens en pinçant les lèvres jusqu’à ce que ça fasse mal. Est-ce que j’étais jalouse qu’elle puisse le voir plus souvent que moi ? Probablement. Est-ce que j’avais peur de ce rapprochement qui s’opérait ? Très certainement. Égoïstement, je voulais que Ewan continue de penser à moi autant que je pensais à lui. Égoïstement, je voulais lui manquer autant qu’il me manquait aujourd’hui. « Si tu veux changer les choses, si tu veux aider, fais-le bien. Mais les Stevenson ne sont pas ton œuvre de charité. Compris ? » Si j’avais réfléchi deux secondes, j’aurais laissé Arabella rendre visite à mon ex-fiancé et sa sœur. Si j’avais réfléchi deux secondes, j’aurais pu avoir en elle une alliée qui me donnerait des nouvelles d’Ewan. Si seulement j’avais pris la peine de réfléchir deux secondes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 43
Points : 71
x âge : 34 ans
x métier : Directrice des Oubliators
x statut : Mariée

MessageSujet: Re: une bien désagréable conversation | parvati   Dim 15 Juil - 23:35

Arabella joue à un jeu dangereux, elle le sait. Pour autant, il est bien difficile pour la blonde de ne pas chercher à s'en sortir de la meilleure des manières, même si cela veut dire froisser Parvati. La brune s'agace évidemment, ce qui est somme toute, tout à fait normal, mais pas moins difficile à gérer pour la directrice des oubliators qui aimerait terminer cette conversation au plus vite, et sans pertes et fracas de préférence. Dans cette optique, la conversation a donc très mal commencé. Les menaces fusent effectivement, et Arabella reste passive face à l'agression de la sœur Patil. La blonde n'a jamais eu la fougue de la Gryffondor, et elle ne l'emporterait vraisemblablement pas au concours de celle qui hurlerait plus fort que l'autre de toute façon. « Je ne fais que mon travail Parvati. » Arabella tente d'expliquer avec une mauvaise foi qui doit sûrement rajouter à l'agacement de la Gryffondor. Bien évidemment tout cela dépasse le cadre du travail d'oubliator d'Arabella. Le département n'est que récemment critiqué par une petite minorité de sorciers pour son manque de considération pour les dommages causés pendant les réparations d'accidents magiques. Le mouvement est encore beaucoup trop faible pour avoir une quelconque incidence sur le fonctionnement du département. Si Arabella tente de sensibiliser les oubliators qu'elle encadre, visiter les moldus dont la mémoire a été altérée ne fait pas vraiment partie des tâches assignées aux oubliators.

Après une nouvelle pique, la directrice des oubliators souffle légèrement, encaissant toutefois la critique qu'elle sait mériter amplement. « Ils ne sont pas mon œuvre de charité. Je me sens responsable et je veux trouver une solution. Je ne sais pas ce que tu vas t'imaginer d'autre. » , elle précise, peut-être un peu abrupte. L'insinuation est facile à retracer cela dit, et Arabella s'en veut déjà d'avoir eu recours à de telles bassesses pour garder la face. Dans une tentative extrêmement maladroite pour se rattraper, elle ajoute : « Je sais que c'est difficile pour toi. Mais peut être que tu es trop impliquée pour t'occuper de cette affaire. Opale va mieux c'est ce qui compte, nous allons trouver une solution. ». Paroles plates, elle ne peut pas faire beaucoup mieux dans cette situation. Égoïstement, sa propre culpabilité passe avant l'histoire d'amour avortée de Parvati.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/06/2018
Messages : 37
Points : 56
x âge : thirty-eight yo.
x métier : cheffe de la police magique.
x statut : anciennement fiancée, toujours la bague au doigt.

MessageSujet: Re: une bien désagréable conversation | parvati   Aujourd'hui à 10:21

Je me sentais assez minable. M’énerver contre Arabelle pour de mauvaises raisons laissait un goût amer au fond de ma gorge. Ça ne partait que du sentiment brûlant de protection, ça ne partait que de mon amour pour Ewan. J’éprouvais le besoin de veiller sur lui, sur sa sœur comme si nous étions encore ensemble. Comme si nous ne nous étions pas séparés. C’était pourtant moi qui l’avais quitté ; c’était ma décision. Ewan, lui, n’avait fait qu’accepter. Alors je n’avais sans doute plus aucun droit le concernant. Je ne savais pas. Je n’en étais pas vraiment sûre. Est-ce que je pouvais me montrer toujours aussi possessive à son égard ? « Je crois que tout cela dépasse tes devoirs professionnels, Arabella, je rétorque d’un air mauvais. » Je sentais mon sang qui bouillonnait dans mes veines. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas ressenti une telle passion, aussi destructrice soit-elle. C’était sûrement la preuve que j’étais toujours bel et bien vivante mais ça n’était pas vraiment une consolation. Et je détestais l’attitude de la blonde, comme si tout lui semblait normal. Comme si j’aurais dû juste accepter et me taire parce qu’elle me faisait une faveur en veillant sur les deux personnes qui comptaient le plus au monde pour moi.

Je soupire bruyamment, ma patience arrivant dangereusement à ses limites. « Je ne m’imagine rien. Je te dis juste de les laisser tranquilles. » Serrant les dents, je me fais violence pour ne pas lui arracher les cheveux. C’est une réaction puérile et totalement disproportionnée mais ça m’est égal. Je crois que j’ai juste besoin de me défouler. De faire s’évacuer toutes ces tensions qui me nouent douloureusement le corps. « Très honnêtement, je n’en ai rien à faire de tes remords et de ta culpabilité. Ça m’est complètement égal, lâché-je d’une voix sourde. Ils ne sont pas là pour te faire te sentir mieux par rapport à tes conneries. Ils ne sont pas là pour que tu retrouves bonne conscience. » Quelque part, je me montrais injuste. Mais ma fierté de Rouge et Or m’empêchait de l’admettre véritablement. Je ne voyais qu’une chose : Arabella était une gêne. Un obstacle. En cet instant, elle était tout ce que j’exécrais. De façon complètement ridicule. Et j’étais juste assez égoïste pour vouloir l’écarter et ne plus avoir la sensation qu’elle était en train de me voler ma place auprès de Ewan et de sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: une bien désagréable conversation | parvati   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

une bien désagréable conversation | parvati

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les BD qu'elles sont bien
» Les films qu'ils sont bien
» Mission 6 : Rira bien qui rira le dernier !
» J'aimerais bien qu'on fasse un film sur...
» [Fan-Fictions] Comment bien écrire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: soho, westminster & south bank :: ministry of magic
-