Bienvenue sur . Glitch of magic ! Recensement en cours ! N'oubliez pas de venir poster ! • Tempête de neige en pleine canicule à Londres ! venez participer au topic commun ici ! Un petit défi d'écriture, ça vous dit ? Plus d'infos par ici !si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. .

 

 non stop | harry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 67
Points : 152
x âge : 38 ans
x métier : directrice du département de la justice magique, en campagne
x statut : toujours mariée à Ronald Weasley

MessageSujet: non stop | harry   Sam 23 Juin - 14:59

La journée avait été longue. Les semaines étaient longues et la présence ponctuelle de son mari dans leur maison de Westminster se faisait cruellement ressentir. Il venait, il s'occupait d'Hugo, il lui parlait même de temps en temps en ce moment. Mais quand il n'était pas à la boutique avec George, on le trouvait plus souvent au Terrier qu'ici. Hugo ne posait pas trop de questions, habitué à la vie mouvementée de sa maman et à un emploi du temps plus que variable. Et s'il pouvait s'empiffrer de pâtisseries chez mamie Molly après l'école, il n'en était que plus heureux. La fille de dentiste s'en inquiétait un peu et avait ré-instauré la chanson du brossage de dents, au plus grand déplaisir du petit garçon, qui s'estimait bien trop grand pour ces enfantillages. « One, two, three, brush up and down, four, five, six, down and up on the other side... » Il se pliait au rituel, entendre sa maman chantait sur un rythme légèrement décalé était toujours rigolo après tout. « Allez mon coeur, tu te laves le visage tout seul et tu mets la crème? » L'hydratation était importante, petit sorcier ou non.

Il étala consciencieusement et en généreuse quantité le beurre de karité et offrit un sourire resplendissant à sa mère. « J'aime bien quand tu me couches Maman, Papa il oublie toujours des étapes. » Rien d'étonnant. Et si Rose avait toujours préféré écourter les diverses routines instaurées par Mrs Granger-Weasley, le petit dernier avait hérité de son goût de la rigueur et son amour des règles bien ordonnées. Elle lui caressa les cheveux et chassa la légère boule dans sa gorge avec un sourire tendre. « Moi aussi j'aime bien Hugo. Tu voudrais que je le fasse plus souvent hein? » Il hocha la tête et se blottit contre elle et il devint difficile de refouler les larmes qui se formaient au coin de ses yeux. « J'essaierai mon amour, promis. » Hermione Granger tenait toujours ses promesses. Elle ne savait pas comment maintenir celle-ci, mais elle trouverait un moyen. Parfois, son retourneur de temps lui manquait.

Après quelques pages de Good Night Stories for Rebel Girls, Hugo s'endormit paisiblement dans les bras de sa maman, qui resta à ses côtés bien plus longtemps que nécessaire. Elle se détacha finalement de lui, embrassa son front encore collant de crème et brancha la veilleuse dinosaure dont il n'avait plus besoin, mais qui les rassurait autant l'un que l'autre. Hermione se servit ensuite un verre de vin blanc, après avoir emballé ses cheveux empreint de soin capillaire dans un foulard en satin. Si ses concurrents la voyait, dans son pantalon de lin et son t-shirt large, lunettes de repos sur le nez et écharpe bariolée sur la tête, ils auraient de quoi se délecter un moment. D'un geste de sa baguette, elle ferma d'ailleurs les rideaux de son salon et parcourut The Guardian d'un oeil distrait.

Enfin, la sonnette - un rien étouffée par un sortilège, pour ne pas réveiller Hugo - se fit entendre et la sorcière ouvrit rapidement. Elle enlaça son meilleur ami sur le pas de la porte, puis lui laissa le passage. « Salut Harry, tu vas bien? Vas-y assieds-toi, tu veux quelque chose? » Alors qu'elle se dirigeait vers la cuisine ouverte, elle ajouta « Ca s'est bien passé alors? » Ils n'avaient pas de temps à perdre à tourner autour du pot et Hermione l'avait vivement encouragé à aller voir la médicomage, elle était donc impatiente de connaître la tournure des événements. Inutile de dire qu'elle ne serait pas déçue du voyage.


Dernière édition par Hermione Granger le Dim 24 Juin - 14:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages : 16
Points : 36
x âge : trente-huit ans
x métier : directeur des aurors
x statut : marié

MessageSujet: Re: non stop | harry   Sam 23 Juin - 21:32

Il est de ces choses dont Harry se sent plus à l’aise de discuter avec sa meilleure amie qu’avec sa femme. Non pas que Ginny lui en veut pour cela, parce que même si elle a été une oreille attentive durant toutes ces années, certains sujets elle ne comprendra jamais vraiment – et tant mieux, sans doute. Mais il est également de ces choses dont Ginny ne parle qu’avec Neville ou Luna, à demi-mots, et cette chose dont Ginny ne parle jamais, pas même lorsqu’elle se réveille en sursaut, un cri aux lèvres, après un cauchemar de plus sur une préadolescence hantée par un monstre. Il est de ces choses pour lesquelles Harry se tourne vers Hermione, instinctivement, et la voir ainsi – habillée simplement, ses cheveux prêts pour la nuit – lui rappelle les calmes soirées dans la Salle Commune, à discuter au coin du feu alors que les jumeaux préparent leur dernière idée illégale du moment, alors qu’Oliver marmonne des tactiques pour le prochain match dans son coin. La voir ainsi, sans défense, sans armure, lui rappelle les quelques semaines de camping sauvage, à ne jamais savoir ce qui se passera le lendemain, s’ils vivront assez longtemps pour voir un coucher de soleil de plus. La voir ainsi, il sait qu’il a fait le bon choix, de se tourner vers elle.

« Une bièraubeurre, si tu as, » répond-il simplement en se dirigeant vers le salon. Ron n’est pas là ce soir, mais Harry n’ira pas demander les détails. Cela ne le regarde pas, après tout, et il a appris très tôt à ne pas se mettre au milieu de ses meilleurs amis sans leur demande ou leur autorisation. C’est plus sain pour tout le monde, et beaucoup moins dangereux pour lui. Il se contente donc de s’asseoir dans le fauteuil qui lui est généralement réservé, et de pencher un peu la tête en arrière pour suivre Hermione du regard alors qu’elle se dirige vers la cuisine. « Ça s’est…. Passé, c’est certain. » Elle revient assez rapidement, boissons en mains, et il la remercie rapidement en prenant la bouteille de bièraubeurre. Il avale une gorgée au goulot, avant de continuer. « Elle sait de quoi elle parle, c’est certain. Et cela faisait longtemps qu’un inconnu n’avait pas pris de pincettes pour me parler. C’en est presque… rafraichissant, je dirais. » Son esprit continue de tourner à cent à l’heure quant aux commentaires qu’il a reçu, et ce n’est pas une seule session, ou bien même une discussion avec sa meilleure amie un peu trop curieuse, qui changera cela.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 67
Points : 152
x âge : 38 ans
x métier : directrice du département de la justice magique, en campagne
x statut : toujours mariée à Ronald Weasley

MessageSujet: Re: non stop | harry   Dim 24 Juin - 15:04

« Je dois avoir ça. » Elle ne tarda pas à trouver une bouteille au frigo, écoutant attentivement ce qu'il voulait bien lui dire depuis le salon. Elle le rejoignit rapidement et s'installa dans le canapé, face à lui, comme ils en avaient l'habitude lorsque Harry leur rendait visite. D'ordinaire, la sorcière était lovée contre son mari. Mais ils omirent tous deux cette absence, ce dont Hermione était reconnaissante. Le brun avait appris à ses dépends à ne pas se mêler du couple houleux entre ses deux meilleurs amis. Et ce n'était pas le sujet de conversation du soir.

Harry se montra d'ailleurs assez évasif sur ce qui l'intéressait vraiment. Il concéda toutefois que la médicomage était compétente et que ça ne lui faisait pas de mal d'affronter ses quatre vérités entre les mains d'une inconnue. Hermione ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en coin, imaginant très bien comment il avait pu réagir au début de la séance. Elle avait beau être extrêmement curieuse - et peut-être un rien inquiète - elle savait pertinemment que la thérapie était quelque chose de personnel, que l'on n'avait pas forcément envie de partager. Elle avait été la première à ne pas vouloir revivre les éprouvantes séances qui l'avaient pourtant tellement aidé à surmonter ses divers traumatismes adolescents. Toutefois, elle ne put retenir une petite pique. « Oh oui, j'imagine que tu as dû adorer. » Amusée, la brune avala une gorgée de vin et reprit sur un ton un peu plus sérieux. « Tu penses que tu y retournera? Tu sais, ça prend du temps ces choses là, il faut se mettre en confiance et s'assurer qu'on parle à la bonne personne, beaucoup de gens changent de magico-thérapeute au début. »

C'était plus fort qu'elle. Elle aurait pu laisser couler, se contenter d'être heureuse qu'Harry fasse le premier pas vers une véritable guérison, lui demander comment allaient Ginny et Lily. Mais non, il fallait qu'elle retourne la situation, offre une analyse, une aide. Hermione avait tellement travaillé son ami au corps pour qu'il accepte de parler, de faire le point, il fallait qu'elle se rassure, qu'elle sache si elle avait fait le bon choix. Elle se sentit donc obligée d'en rajouter, de demander ce qui la taraudait vraiment. « Tu t'es senti comment? Tu ne t'ai pas... Enfin, je veux dire, tu as pu parler? » Car ce qu'elle craignait vraiment c'est qu'il ai fait ce qu'il faisait de mieux : se fermer comme une huître et ruminer sa colère jusqu'à une explosion malvenue. Qu'il se braque et qu'il ne bénéficie pas de l'aide précieuse de gens qualifiés. Mais c'était aussi à elle de ne pas le pousser au vice et de manier ces fameuses pincettes avec un peu plus de tact. « Tu n'es pas obligé de me le dire hein. Je veux juste savoir si tu vas bien. » Une question qui la taraudait depuis presque trente ans maintenant et dont la réponse ne l'avait que rarement satisfaite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages : 16
Points : 36
x âge : trente-huit ans
x métier : directeur des aurors
x statut : marié

MessageSujet: Re: non stop | harry   Dim 1 Juil - 20:36

Il aurait dû se douter qu’Hermione ne tournerait pas autour du pot pendant longtemps. C’en est presque à se demander pourquoi il a fait le choix de venir ici ce soir au lieu de rentrer directement à Godric’s Hollow, dans les bras de Ginny. Sa femme aurait certes posé son lot de questions elle aussi, mais pas de manière aussi insistante que sa meilleure amie. Ginny aurait lâché l’affaire au bout de quelques minutes, aurait donné à Harry le choix de venir vers elle. Et cela en dit peut-être beaucoup sur Harry, à un niveau subconscient, qu’il soit avec Hermione – comme si, sans le savoir vraiment, il avait besoin qu’elle le pousse dans ses retranchements. Qu’elle le force à parler de ce qui s’est passé, au lieu de se renfermer sur lui-même une fois de plus. Et, qui sait, peut-être que de vocaliser ses pensées, aussi tumultueuses soient-elles, pourrait l’aider à mettre un peu d’ordre dans sa tête après la session d’aujourd’hui.

« Kingsley a dit la même chose, » ne peut-il s’empêcher de sourire un peu, avant d’imiter la voix du Ministre. « ‘Ces choses prennent du temps, Potter. Poudlard ne s’est pas construite en un jour !’ » Il lève les yeux au ciel, amusé par son patron. Kingsley pense bien faire, comme toujours. Parfois, Harry se demande si le Ministre arrivera un jour à le regarder et à voir autre chose que le petit adolescent squelettique qu’il était. Parfois, il se demande si la société sorcière entière arriver à voir autre chose que cela en lui. « On verra bien. Ça peut pas faire de mal d’essayer pendant quelques semaines, après tout. On a vu pire qu’une médicomage un peu fouineuse. »

C’en est presque triste, d’ailleurs. Qu’il continue encore et toujours de se dire que rien ne sera jamais pire que… tout ça. Tout ce qui s’est passé. Certes, la société sorcière n’a pas à se plaindre en ce moment, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais tout de même. Ils savent tous que ce n’est pas normal, de toujours tout comparé à ce qui leur est arrivés quand ils étaient si jeunes. Pas encore adultes, et ayant déjà vécu le pire. Alors oui, Hermione qui s’inquiète pour lui, pour son bien-être, ne peut que le faire sourire alors qu’il baisse le regard sur la bouteille qu’il tient entre les mains. Est-ce qu’il va bien ? Il aurait tout simplement envie de lui répondre que oui, de lui offrir un autre sourire triste, un autre j’ai vu pire. Mais ce n’est pas ce qu’elle lui demande, pas vraiment. « Les Moldus ont un nom pour ça, non ? Stress post-traumatique ? » Il passe sa langue le long de ses dents, réfléchit aux mots les plus justes. « Je sais pas. Parfois je me dis que ça va, c’est bon, c’est passé. Mais ça sera toujours là, et. Je me demande juste à quel point ça continue d’influencer ma vie, pas juste – les cauchemars et les cicatrices, mais. Plus profond. Les choix qu’on fait sans s’en rendre compte. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 67
Points : 152
x âge : 38 ans
x métier : directrice du département de la justice magique, en campagne
x statut : toujours mariée à Ronald Weasley

MessageSujet: Re: non stop | harry   Mer 4 Juil - 12:43

Hermione ne put s'empêcher un petit rire devant l'imitation - assez bien réussie, il fallait l'avouer - de Kingsley que lui offrait son meilleur ami. Taquine, elle répliqua en souriant « Est-ce que notre cher Ministre connaît tes talents d'imitateur? Il serait épaté, j'en suis sûre. » Nul doute que Shacklebolt saurait apprécié la manière dont ses subordonnés parlaient de lui en son absence. Mais Harry et Hermione faisaient plus partie de la famille que du Ministère et il n'avait jamais cesser d'être un modèle pour eux. Et pour Granger, un véritable mentor. Aussi, elle n'était pas mécontente d'entendre qu'elle donnait les mêmes conseils. Ce pouvait être un peu agaçant, d'être encore et toujours perçue comme cette enfant à cheval sur les règles et en accord avec l'autorité. Mais la sorcière estimait simplement savoir reconnaître la voix de la raison et de la justice, où qu'elle se trouve.

Et en l'occurrence, la raison poussait son meilleur ami à ne pas abandonner la thérapie de si tôt et, pour une fois, lui aussi semblait vouloir l'écouter. Hermione en était soulagée. Elle avait bien entendu préparé toute une liste d'arguments et de plaidoyers au cas où cela se soit mal passé et qu'il refuse tout net de retourner voir la médicomage. Mais elle était bien contente de ne pas avoir à s'en servir. Cela ne l'empêcha pas d'ajouter son grain de sel à l'interprétation un peu erronée d'Harry. « Elle n'est pas fouineuse Harry. Ca peut sembler intrusif, mais ce sont des professionnels, elle ne répétera jamais ce que tu lui as dit lors d'une séance, c'est contre la loi. Si elle pose des questions, c'est pour pouvoir t'aider. »

Il savait tout ça, mais à son humble avis, cela ne faisait pas de mal de lui rappeler. Il était du genre têtu et obtus quand il s'y mettait. Et il était inutile de dépenser une coquette somme pour aucun résultat. Il devait être dans les bonnes dispositions s'il voulait avoir une chance que la thérapie fonctionne et l'aide vraiment. Et parler de la médicomage comme il parlerait de journalistes n'était pas un bon présage. Mais elle savait aussi que trop le sermonner serait contre productif, aussi en vint-elle à ce qui lui importait véritablement : le bien être de son ami.

Hermione fut reconnaissante à Harry pour sa vulnérabilité et sa franchise. Il avait tendance à fuir ses questions, comme ils l'avaient tous déjà fait. Elle-même avait décidé il y a un bon moment d'affronter ses démons en face et d'aller de l'avant. Initiative et résolution, toujours dans l'action. Cela faisait partie des choses qui restaient à régler d'ailleurs. Mais Harry avait choisi une autre voie et qu'il s'ouvre aujourd'hui la confortait dans l'idée qu'il retournerait bel et bien voir la magico-thérapeute. Que c'était le moment.

Elle écouta, attentive, relevant chacun de ses mots dans un coin de sa tête bien remplie. Il y avait toujours de la place pour ses proches là dedans. Elle lui offrit ensuite un sourire un peu triste, ne comprenant que trop bien ce qu'il essayait d'expliquer. Cela lui causait une peine immense de ne pas être en mesure de le soulager de cette douleur, mais la sorcière avait fini par comprendre qu'elle ne savait pas tout, ne pouvait pas tout résoudre. C'était une sensation particulièrement déplaisante, cette impuissance face aux maux profonds des gens qui comptaient le plus pour elle. Il se tramait des choses, dans les recoins les plus enfouis de leur âme qu'eux-mêmes ne savaient pas tout à fait expliquer. Ils avaient vu des choses, fait des choses que personne ne devraient subir. Et encore moins des enfants.

A l'époque, cela avait semblé normal. C'était la chose à faire, Harry n'avait pas tellement eu le choix et eux, ils n'allaient pas lui tourner le dos. C'était son ami, son premier véritable ami. Parfois, Hermione se demandait si Dumbledore avait vraiment prévu que tout ce passe ainsi. S'il savait dans quoi il les avait embarqué. Et surtout, surtout, elle se demandait comment il avait pu faire ça à des enfants. Le pourquoi, elle l'avait élucidé il y a des années. C'était le comment qui la tracassait encore. Elle-même pouvait se montrer impitoyable. Aurait-elle pu l'être autant que ce héros du monde magique moderne?

« Oui, tu te demandes parfois si tu en serais là aujourd'hui si ça avait été différent, si on avait pas traversé tout ça. Si tu fais ce que tu fais parce que c'est ce qui est juste, ce que tu veux ou parce que tu ne vois pas d'autres possibilités pour ça ne se reproduise pas et que c'est ce que tu as toujours fais. » Le silence était lourd soudain. Chargé d'un passé pas tout à fait résolu, même pour elle. « Ou ça c'est peut-être juste moi. Et ce n'est pas ce dont il est question. » La sorcière lui fit un petit sourire et ajouta « Mais c'est précisément à ça que sert la thérapie, faire le tri entre ce qui est le résultat du traumatisme et ce qui vient de toi. Ca fonctionne plus ou moins bien suivant les jours. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 06/06/2018
Messages : 16
Points : 36
x âge : trente-huit ans
x métier : directeur des aurors
x statut : marié

MessageSujet: Re: non stop | harry   Mar 4 Sep - 13:54

Le problème, après des années à voir les moindres détails de sa vie dans les journaux, analysés, décortiqués, critiqués, c’est qu’Harry n’accorde que difficilement sa confiance aux inconnus. Oh, évidemment, il est le digne fils de sa mère – poli et agréable quand il le faut, toujours sous son meilleur jour lorsque c’est important. Mais la part de Lily en lui ne prend jamais le dessus sur la part de James – celle qui ne fait confiance qu’en une petite quantité de personnes, qui n’est attaché qu’à quelques amis fidèles, à la vie à la mort. Il est le fils de son père, après tout. On ne lui a rappelé que trop de fois. Alors oui, même si c’est pour son propre bien, le fait qu’une personne qu’il ne connaît ni de Merlin ni de Morgana vienne lui poser des questions un peu trop personnelles – tous ses mécanismes de défense sont immédiatement mis en place.

Il ne peut s’empêcher un sourire légèrement sarcastique lorsqu’Hermione lui rappelle quelques informations essentielles. « Parce que le monde sorcier est connu pour respecter ses propres lois, » ne peut-il s’empêcher de répondre. Un peu hypocrite, vu son métier, mais tout de même – il a vu le Ministère fermer les yeux sur beaucoup trop de choses pour vraiment croire en une société idéale. Même si Kingsley et les autres travaillent d’arrache-pied pour reconstruire leur société après une telle destruction.

Une destruction aussi bien des principes fondamentaux que des membres de cette société fragile en eux-mêmes. Ils étaient bien trop jeunes, bien trop innocents. Mais la guerre a fait des adultes d’eux avant qu’ils ne puissent se préparer à l’inévitable – et après une enfance détruite, cela a laissé bien trop de séquelles pour qu’Harry puisse continuer ainsi quelques années de plus. C’en est presque un miracle qu’il n’a pas fini à Saint Mangouste, à partager une chambre avec les parents de Neville. Au bord du précipice plus d’une fois, certes, mais sans jamais vraiment sombrer. C’est son côté Sirius, ça, pour le coup.

Il soupire lourdement alors qu’il enlève ses lunettes et les pose à côté de lui sur le canapé, avant de se frotter les yeux. Hermione lui parle de ce qui aurait été différent, si la situation avait été toute autre, et toutes pensées de son lit et du corps de Ginny contre le sien s’évaporent alors qu’un souvenir vient s’ancrer dans son esprit. Il ne peut s’empêcher de sourire alors qu’il s’enfonce un peu plus dans le canapé, tête posée contre le coussin. « On ne serait même pas devenus amis, sans lui. » Le nom reste en suspens. Il n’a jamais eu peur de le prononcer, mais il n’en a pas vraiment besoin. Il est toujours présent, dans un coin de son esprit, sur son front, entre eux dans chacune de leurs conversations. « Peut-être qu’on devrait le remercier, en fait. » Un petit rire, pas forcément nerveux, alors que les souvenirs de leur premier Halloween à Poudlard lui reviennent – un troll dans les cachots, la voix tremblotante de Quirrell, les événements qui ont suivis. Et Hermione, collée à eux après cela. A la vie à la mort, comme son père. Et il sera mort plus d’une fois, si Hermione n’avait pas été là pour sauver sa peau. Il n’aurait sans doute même pas survécu sa première année, à y bien penser. Hermione et son puits de connaissances, ses airs de petite chef, sa loyauté sans limites. Hermione, qui en a tellement vu, qui a tellement subi, mais qui l’a suivi jusqu’à la dernière bataille. Harry ouvre un œil, juste un œil, qui se pose sur la cicatrice qu’elle porte toujours sur le bras. Légèrement moins visible avec les années, mais toujours si présente. Tout comme celles d’Harry – le front, la main – et celles de Ron. Celles, invisibles, de Ginny. « Si c’est à refaire. Tout, depuis le début, le premier jour. Tu le referais ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 67
Points : 152
x âge : 38 ans
x métier : directrice du département de la justice magique, en campagne
x statut : toujours mariée à Ronald Weasley

MessageSujet: Re: non stop | harry   Dim 9 Sep - 16:11

« Les choses évoluent. » se contenta de répondre Hermione face au sarcasme de son meilleur ami, sobrement, la mâchoire un rien fermée. Elle avait travaillé trop dur, avait sacrifié trop d'heures dans divers bureaux du Ministère, avait misé trop gros sur cette campagne pour ne pas y croire. Et non seulement elle y croyait - avec la même fougue qui l'avait poussée à fonder la S.A.L.E il y a toutes ces années - mais elle voyait les choses changeaient, elle voyait les écoles qu'Evelyn avait mises en place, la Justice oeuvrait, la vraie qu'elle et Harry avaient instaurée avec tant de difficultés. Mais elle n'était pas naïve pour autant, aussi, elle offrit quelques mots de soutien, à sa façon. « Et si elle venait à enfreindre la loi, elle sera bien reçue. » Elle s'autorisa un sourire, un rien carnassier, un rien menaçant et ajouta « Dura lex, sed lex, n'est-ce pas? »

Mais elle ne s'attarda pas plus longtemps sur cet élan impétueux et drastique, ce besoin viscéral de faire payer au centuple ceux qui osaient faire du mal aux siens. Hermione savait qu'elle avait ce trait de caractère, cette violence au fond d'elle. Jamais elle ne l'avait poussé à faire des choses qu'elle avait regretté, même Rita, même Marietta. Mais elle n'en reconnaissait pas moins que c'était quelque chose qu'il lui fallait dompter et maîtriser, que cela terrifiait les autres. Son mari craignait cet aspect de sa personnalité, au moins autant qu'il l'admirait. La sorcière avait toujours pensé qu'Harry comprenait. Il avait cette impulsion lui aussi, qu'il ne savait pas canaliser en un plan machiavélique et laissait exploser en plus petits éclats, mais pas moins coupants. Ils n'en avaient jamais vraiment parlé, pas ouvertement. Personne n'aime exposer les aspects sombres de son âme. Et c'était une boîte de Pandore que la brune n'avait que rarement ouverte et toujours dans la sécurité d'un cabinet de thérapeute ou de la solitude.

Ils oublièrent toutefois bien vite la médicomage et le sort qu'Hermione lui réserverait si elle venait à trahir les serments de sa profession. Et Harry - visiblement épuisé, sans doute autant physiquement qu'émotionnellement - choisit de prendre un tournant inattendu. Granger était un esprit cartésien et rationnel. La magie était un outil, une force physique à maîtriser, comprendre, calculer. Mais elle avait beau avoir tout lu ou presque, elle savait qu'il y avait autre chose. Quelque chose qu'elle ne pouvait ni voir, ni analyser. C'était frustrant, mais elle avait fini par l'accepter. Et au vu de là où la vie l'avait menée, elle n'avait pas d'autres choix que de croire. Au destin. A l'univers. Peu importe. Mais quelque chose de supérieur avait dû la guider. Tous les guider. Sinon, ils ne seraient pas là pour en parler.

Toutefois, elle n'était pas encline à donner plus de crédit au cauchemar de son adolescence, au cauchemar qui se rappelait toujours à elle de temps en temps. « Je n'irais pas jusque là. » Son rictus n'était pas tout à fait un sourire. Elle allait ajouter quelque chose, mais sa pensée s'envola quand la question d'Harry la frappa de plein fouet. La politicienne ôta ses lunettes à son tour, les plia soigneusement et les posa sur la table basse, puis se passa une main fatiguée sur le visage. Hermione inspira, essaya de former un tout sensé des pensées qui l'habitait depuis des années. Car elle s'était posée cette question, plus d'une fois, sous tous les angles. « Déjà, je crois qu'on aurait été amis, quoiqu'il arrive. Autrement peut-être, mais je ne crois pas qu'il y ai un espace-temps où nous ne nous sommes pas rencontrés. » Elle refusait fermement cette alternative et quand on est aussi butée qu'Hermione Granger-Weasley, on peut sans doute transformer toute réalité pour qu'elle se conforme à notre volonté.

Un silence passa, la sorcière cherchant à répondre avec exactitude à la question posée, comme toujours. « Dans l'hypothèse où je sais ce que je sais aujourd'hui? Qu'on a fait ce qu'il fallait, qu'on a combattu le pire sorcier de l'histoire de ce pays? En sachant qu'aujourd'hui, on a des enfants, qui grandissent dans un monde meilleur et que leurs enfants hériteront d'encore mieux? » Un sourire, un peu triste, un peu satisfait, qui lui fit prendre quinze ans. « Je ne changerais rien. Enfin, j'écourterai peut-être notre camping tour du Royaume-Uni et j'essaierai de nous éviter quelques ennuis. » Un autre sourire, plus lumineux, comme ceux de son enfance, mais teinté d'une vie bien remplie, bien vécue. « Mais tu sais, ça ne sert à rien de se poser ce genre de questions. Et je me la suis posée, beaucoup. » Hermione ne voulait pas passer pour la je sais-tout moralisatrice, elle voulait qu'il sache qu'elle comprenait. Mais qu'ils avaient besoin de guérir. De lâcher prise. « C'est fait maintenant. Et ça s'est bien terminé, quand on considère l'ensemble. On a souffert. Certains plus que d'autres. » Les visages de Fred, Tonks et tous les autres défilèrent sous ses yeux. Elle pensa à Ginny. A Parvati. A Molly. A Harry. « Mais regarde le monde qui t'entoure. Regarde Ezekiel et Octavia, toutes les possibilités qui s'offrent à eux, tout le potentiel de ce nouveau monde magique. James, Albus et Lily. Pense à tout ce qu'ils pourront faire à Poudlard et à tous les cauchemars qu'ils ne feront pas. »

Elle se tut enfin, bu une gorgée de vin et pesa un instant les derniers mots qu'ils lui restaient. « Je ne pense pas qu'on puisse dire que ça a en valait la peine. Rien ne vaut la mort et la destruction. Mais il y avait un combat à mener, nous n'avions pas le choix. Et j'aime autant me dire que j'ai oeuvré du bon côté de l'histoire. » Puis, la question qui la travaillait vraiment, un peu plus précise que celle d'Harry. « Mais qu'est-ce que tu voudrais changer exactement? Qu'est-ce qui te tracasse? Plus que le reste, disons. » Un dernier sourire, franc et sincère, qui invitait à dire la vérité et baisser sa garde. Un sourire de mère, de future Ministre, d'amie et de femme qui en a trop vu pour qu'on lui mente.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: non stop | harry   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

non stop | harry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Stop tout !!!
» [Stop-motion] Bionic-Nico Production
» [Stop-Motion] War of Bohrok !
» [Stop-Motion] JEDIMASTER134 Production
» [Stop-Motion] Projet: univers wars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: soho, westminster & south bank :: logements
-