Bienvenue sur . Glitch of magic ! Recensement en cours ! N'oubliez pas de venir poster ! • Tempête de neige en pleine canicule à Londres ! venez participer au topic commun ici ! Un petit défi d'écriture, ça vous dit ? Plus d'infos par ici !si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. .

 

 leoctavia | ruin your faith with casual lies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Mar 26 Juin - 21:40

Leurs sourires sont contagieux, s’élargissant lorsque celui de l’autre s’agrandit, des petits rires aux coins des lèvres. Cette bonne humeur à laquelle Leo ne s’était pas trop attendu, mais dont il aura désormais du mal de s’en passer. Cela fait des années qu’il n’a plus eu la chance de simplement apprécier son temps passé avec Octavia, sans que les choses ne s’enveniment ou ne deviennent délicates. Mais maintenant, même avec ce changement dans leur relation, même si tout est tellement différent, Leo ne peut qu’apprécier le moment présent. Ces moments qu’il pensait impossibles désormais, mais qui font à nouveau partie de sa vie. Et, s’il mène bien sa barque, ces moments qui feront toujours partie de sa vie. Une pensée un peu précipitée, avouons-le, mais Leo n’a jamais fait dans la demi-mesure. Surtout pas lorsqu’il s’agit d’Octavia.

Octavia qui prend les dessus sans grande surprise – non pas que cela dérange Leo, bien au contraire. Il y a quelque chose de grisant dans cette position, laisser une fille prendre les commandes et faire ce qu’elle veut de lui. D’autant plus avec Octavia – elle peut bien faire ce qu’elle veut désormais, et il acceptera sans hésiter. Surtout si elle continue de relever ainsi son t-shirt, de le laisser découvrir la peau douce et parfaite de son estomac. Il l’attrape par les hanches, pour s’assurer qu’elle ne s’échappe pas – non pas que cela semble être un problème à ce point, mais on ne sait jamais. Il se demande s’il a droit de commencer à explorer, de passes ses mains sur le corps d’Octavia, lorsqu’elle laisse retomber son t-shirt et assène le coup de grâce. La tête de Leo retombe contre le matelas, plus bas qu’il ne l’avait anticipé, le faisant grogner pour une différente raison. Il ne peut néanmoins s’empêcher de pointer du doigt les quelques photos au-dessus de son bureau, prise par l’un de ces polaroids hipsters l’été dernier. La qualité n’est pas des meilleures, mais juste assez pour montrer le visage de Sadie collé à celui de Leo, des sourires de merde aux lèvres. « Une bombasse, » ne peut-il s’empêcher de commenter, plus pour rentrer dans le jeu qu’autre chose. « Je peux vous présenter si tu veux. Aussi chiantes l’une que l’autre, vous feriez une bonne paire. » Il ne peut néanmoins pas s’empêcher de donner un coup de bassin, juste pour la rappeler à l’ordre, juste pour qu’elle se souvienne des priorités du moment.

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Mer 27 Juin - 14:29

Prétendre qu'elle n'appréciait pas un minimum la mine défaite qu'il affichait aurait été un gros mensonge, bien trop gros pour elle d'ailleurs, et elle éclata de rire devant son évidente irritation. C'était presque trop facile et, à la réflexion, bien plus divertissant que de chercher à avoir raison à tout prix. Le bonheur, vraiment, nul besoin de réfléchir ni d'argumenter ─ ou presque. Et c'était de sa faute après tout, avec cette question stupide. Bien sûr que Leo allait répondre sur le même ton. Ils avaient peut-être grandi l'un sans l'autre ces dernières années mais il la connaissait, quoi qu'il en dise. Elle leva le nez pour suivre son regard, plissant les yeux pour apercevoir les photos qu'il lui désignait. Immobiles, évidemment, mais presque familières, vaguement semblables à celles qui couvraient un pan de sa chambre, animées celles-là. Peut-être qu'ils avaient plus en commun qu'elle ne l'imaginait finalement mais ce n'était définitivement pas la question, opinion que Leo semblait partagé. Octavia étouffa à moitié un gémissement surpris sous le coup de reins inattendu et baissa les yeux, le souffle court. « On en reparlera plus tard » Provocation mise à part, le fait qu'il veuille la présenter à ses amis était prometteur, laissait penser qu'ils pourraient entretenir une vraie relation, pas une simple amitié gênée et abimée par la distance. Ça méritait réflexion, nécessitait une discussion mais c'était le cadet de ses soucis. Plus nerveuse qu'elle ne l'aurait voulu, Octavia se débarrassa de son tee-shirt, qu'elle abandonna avec sa baguette sans prêter une grande attention à ce qu'elle faisait, focalisée sur Leo. Son sourire et son regard, qu'elle avait tant essayé d'imaginer une fois à l'école, de retrouver même, sans s'en rendre compte, sans grand succès non plus. Sans le lâcher du regard, elle passa une main sous son tee-shirt, glissant sur son ventre, ses côtés avec une lenteur délibérée, curieuse de voir jusqu'où, vraiment, elle pouvait le pousser. Elle finit par se pencher, plus impatiente qu'elle ne l'avait imaginé, et se perdit un instant dans son cou, étourdie par sa présence, par son odeur, par la frustratrion et par l'envie de lui, surtout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Mer 27 Juin - 22:18

En reparler plus tard, oui, bien, en effet. Se concentrer sur le reste. Le plus important. Le présent. Se concentrer sur les hanches d’Octavia. Ses mains sous son t-shirt. Ses mains partout. Sa bouche partout, aussi. Partout. Partout au-dessus de lui. Autour de lui. Jusqu’à ce que son monde ne soit que Octavia, Octavia, Octavia. Enivrante. Entêtante. Et là, au-dessus de lui, à moitié nue et tellement magnifique qu’il sait à peine où poser ses mains. L’idée qu’il peut prendre son temps pour explorer et découvrir son corps, les parties les plus sensibles, les plus érogènes, lui donne presque le tournis. Ou alors c’est la façon dont elle est en train de marquer son territoire sur son cou. Lui qui évite pourtant ce genre de choses, pour ne pas que les autres se moquent de lui en cours – oui, qu’elle le marque, qu’elle montre au monde qu’il lui appartient. Bonne idée. Idée parfaite.

Leo ne sait pas trop comment il réussit à se débarrasser de son t-shirt, juste que le bout de tissu finit au sol avec celui d’Octavia, et que le soutien-gorge va bientôt rejoindre le reste. Il galère avec les agrafes, plus parce que son corps entier est tendu comme un arc qu’autre chose, au point d’en faire trembler ses doigts. Mais il finit tout de même par la délester de ce maudit bout de tissu. Ses mains remplacent assez rapidement le soutien-gorge, avant que tout devient un peu trop, trop intense, trop parfait, trop tout. « Fuck, » murmure-t-il doucement, à peine plus qu’un soupir, qu’un petit gémissement. Un résumé plus que concis de la situation, cela dit.

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Jeu 28 Juin - 18:48

L'envie de rire était toujours là, calée au fond de sa gorge. Un peu plus bas, peut-être. Pas pour se moquer, oh non, mais parce que ça lui semblait être la seule manière d'exprimer le tourbillon de bonheur qui la ravageait de l'intérieur. C'était nouveau, diablement effrayant aussi, vertigineux. Et c'était Leo. Octavia pouvait prétendre qu'il ne lui avait pas manqué, qu'elle s'était construire sans lui, loin de lui mais quelque chose lui avait manqué pendant toutes ces années. Quelqu'un, plutôt. Elle n'était pas sûre de comprendre pourquoi il était toujours là, ni comment il réussissait le tour de force de lui faire perdre ses moyens au point où elle n'était plus certaine de savoir ce qu'elle faisait de sa tête, de ses mains, tremblantes et impatientes de courir sur sa peau, ni de sa bouche, fébrile, avide. Mais il était là, il était là et c'était tout ce qui comptait.

*

La terre aurait très bien pu arrêter de tourner qu'elle ne s'en serait pas aperçue, uniquement consciente de sa respiration bruyante et du cœur qui battait sous sa paume, seuls détails qui la rattachait encore à la réalité. La réalité, oui, Leo, sa chambre, la vérité. Si elle avait su que tout lui déballer lui ferait un tel effet, sans doute aurait-elle eu le courage d'être honnête un peu plus tôt. Elle pouffa de rire contre son épaule où elle déposa un baiser, plus heureuse qu'elle ne l'avait été ces dernières semaines, avant de s'arrêter net, les yeux braqués sur les marques encore roses qui ornaient le cou de Leo. Ses marques. Elle poussa son menton d'un index un rien tremblant pour examiner l'étendu des dégâts. Il n'y avait de toute évidence rien de mieux pour redescendre du nuage euphorique que de se demander si, une fois de plus, elle n'avait pas tout gâché. « Je crois qu'on a un problème. Que tu as un problème, plutôt » Rien qu'un peu de fond de teint ne pouvait camoufler ou que sa baguette ne pouvait arranger, évidemment mais ce n'était pas vraiment le fond du problème. « À moins que tu n'aies pas l'intention de sortir dans les prochains jours » Et elle trouverait certainement de quoi l'occuper. Sauf si ça ne faisait pas partie de ses plans. Et si ça ─ elle ─ ne faisait pas partie de ses plans ? Ugh. Pourquoi s'entêtait-elle à réfléchir, déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Jeu 28 Juin - 20:26

Le cœur de Leo bat la chamade contre sa poitrine, le souffle lourd et les joues rouges. Son corps entier bourdonne sous l’effet encore présent de son orgasme alors qu’il peine à garder les yeux ouverts – il n’est pas un mec pour rien, à s’endormir facilement après une partie de jambes en l’air. Il se force néanmoins à rester éveillé, à profiter de ce petit instant de bonheur, de ce moment avec le corps d’Octavia collé au sien, ses lèvres brûlantes sur son épaule. Elle en ronronne presque contre sa peau, ce qui est beaucoup trop adorable pour le bien de Leo. Jusqu’à ce qu’elle se mette à rire doucement, un doigt sur le menton de Leo. Il lui faut quelques instants de plus, cerveau toujours légèrement embrumé, avant de comprendre de quoi elle parle. Et de sourire comme un crétin, évidemment. Il ne peut pas voir les dégâts pour l’instant, mais Leo n’a aucun doute qu’Octavia n’a une fois de plus pas fait les choses à moitié.

Un rire léger lui échappe avant qu’il ne réponde, « Ca pourrait s’arranger. Je dirais bien qu’il faudrait qu’on sorte manger à un moment donné, mais on peut toujours commander… » Il passe un bras autour de la taille d’Octavia, pour s’assurer qu’elle reste bien là, tout contre lui, puis embrasse calmement son visage. Rien de plus qu’un simple baiser, tout ce qu’il y a de plus délicat. Peut-être devrait-il s’inquiéter, de la facilité avec laquelle ils sont en train de trouver leurs marques. « Je sais pas comment ça marche chez vous, mais dans le monde normal t’as pas besoin de marquer ton territoire aussi violemment. Une simple question suffit, la plupart du temps. » Too much too soon ? Peut-être. Mais Leo n’a plus vraiment peur des conséquences, à ce stade.

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Jeu 28 Juin - 22:57

Rester dans ses bras lui semblait un peu trop confortable pour être tout à fait normal ─ mais mieux valait gérer un seul problème à la fois, même si Leo ne semblait pas très perturbé par les airs de champ de bataille qu'avait pris son cou. Bien, très bien. Parfait même. Elle n'avait donc pas besoin de s'attarder plus que ça sur ce étrange besoin de marquer son territoire, sorti de nulle part. Enfin, nulle part. Elle se savait un rien possessive avec ses amis, un rien obsédée par l'attention que lui portait les autres et presque incapable de partager ses affaires. Seulement Leo n'était pas vraiment l'un de ses amis, pas tout à fait, et il n'était pas non plus la batte dédicassée que Tiberius aimait lui voler ou l'une des très nombreuses écharpes que sa mère lui empruntait sans jamais les lui rendre. Et c'était un problème. Qu'elle s'impose. Ou qu'il ne soit pas à elle. Un peu des deux. Peut-être qu'elle n'avait pas tout à fait retrouver ses esprits, finalement. Elle ferma les yeux avec un soupir, cédant à l'envie de sourire. Plus besoin de s'en priver, pour l'instant en tout cas. Si ça ne devait durer qu'un instant de plus, Octavia comptait bien en profiter. Anxieuse, elle rouvrit les yeux sous son baiser, guettant le signe qui précipiterait son départ. Un regard vaguement irrité, un soupir las, n'importe quoi ─ mais il n'y avait que Leo et son sourire. « Dans le monde normal ? répéta-t-elle, scandalisée. Dans le monde, normal, vraiment ? Tu réfléchis avant d'ouvrir la bouche ou tu- » Le reste parvint jusqu'à son cerveau et elle se tut, pas certaine de comprendre. Qu'il n'ait aucun problème avec le fait qu'elle ait ravagé son cou ne voulait strictement rien dire. Ça, en revanche, c'était plutôt clair. Elle n'arrivait pas vraiment à y croire, pourtant. N'arrivait pas à assimiler ce qu'il disait, avec qui ils étaient ni où ils se trouvaient. « Une simple question. Je t'ai déjà posé une simple question et tu as dit qu'il n'y avait personne d'autre, donc... » Donc elle avait la gorge bien trop sèche ─ et un reste de fierté bien trop mal placé ─ pour continuer. Quelle idiote. Lui avouer pour la magie avait semblé beaucoup plus simple, finalement. Simple, ouais, très approprié. « C'est pas si simple, ok ? reprit-elle, évitant son regard. Et te vexe pas, mais peut-être que c'est pas le meilleur moment pour parler de ça, je suis à peu près sûre que t'as plus envie de faire une sieste là tout de suite que d'aller manger une pizza. Et qu'est-ce qui se passera si ça marche pas ou si tu réalises que tout est trop bizarre pour toi ou si tu finis par te dire que tu préférerais quelqu'un de normal ? Et ok, peut-être que je t'en demande trop, je sais pas, j'ai jamais, c'est pas quelque chose que je sais faire ? » Elle doutait que son menton finisse par lui répondre mais c'était la seule chose qu'elle parvenait à fixer sans perdre ses moyens. « Ce que je veux dire, je crois, c'est que j'aime pas poser des questions dont je ne connais pas la réponse » Quel courage. À se demander pourquoi on l'avait envoyé à Gryffondor, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Ven 29 Juin - 17:56

Une fois n’est pas coutume, Octavia commence à s’emballer au quart de tour. Leo en aurait presque déjà l’habitude à ce stade, et il commence doucement à voir un thème récurrent émerger lors de leur conversation, commence à comprendre ce qui peut se passer dans sa tête. Ce qui ne l’empêcher néanmoins pas de laisser sa tête tomber contre le matelas (ah oui, pas d’oreiller, toujours à l’envers sur le lit) avec un léger soupir. Sa frustration ne dure pas longtemps cette fois, alors qu’Octavia se rend compte qu’elle s’est arrêtée sur un détail et a royalement ignoré tout le reste. Et quel reste !

Il ne peut s’empêcher de sourire alors qu’elle se met une fois de plus à monologuer – une habitude qu’il associe définitivement à sa nervosité, elle en gagne beaucoup trop de mots et n’arrête pas de s’égarer dans ses paroles. Tellement différente de l’Octavia de son enfance, celle qui vivait de la philosophie de do now think later et qui l’entrainait avec lui dans des aventures plus dangereuses les unes que les autres. Cette Octavia a grandi, muri, pour devenir plus sensible – le tout caché sous des couches d’agressivité, évidemment, mais tout de même. Cela a son charme, il doit l’avouer franchement. « Hey, hey, du calme, » répond-il doucement, sa main contre le visage d’Octavia avant que ses doigts n’aillent se perdre dans ses cheveux. « C’est pas non plus comme si on parlait d’aller demander ta main à ton père ou truc du genre. Déjà, parce que ton père est terrifiant, mais. Doucement, okay ? On a pas besoin de… faire des trucs juste parce que tout le monde le fait. Alors ouais, une sieste semble géniale pour le moment, et on peut avoir la pizza ce weekend, ou aller au cinéma… Ou à une course de licornes, je sais pas ce que vous trouvez de romantique. Juste. On se prend pas la tête, okay ? Pas de pression. » Son autre main vient lui caresser la joue, doucement, délicatement. « On a tellement de choses à rattraper, de toutes façons, alors on peut commencer avec ça. » Un bon début, non ?

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Ven 29 Juin - 20:31

Elle savait qu'elle s'emballait un peu vite, que s'inquiéter de ce qui pouvait se passer plus tard n'était certainement pas très sain ni très productif, et qu'elle ne pouvait pas vraiment lui faire promettre que tout se passerait bien, toujours. Parce qu'ils n'en savaient rien, l'un comme l'autre, pas plus Leo qu'elle. Parce qu'ils étaient à peine adultes, qu'ils venaient tout juste de se retrouver et que cette naïve notion d'éternité était bien trop flippante. Tentante, oui, mais c'était beaucoup trop tôt. Tout était trop, l'histoire de sa vie. Elle se laissa aller contre la main de Leo avec une moue agacée, irritée par les problèmes qu'elle provoquait toute seule. Merlin seul savait où il trouvait la patience de supporter ça. Pour l'instant, évidemment.

Les choses semblaient rassurantes dans sa bouche, si simples présentées comme ça. Elle esquissa un sourire ému, fronçant tout de même le nez devant ce drôle de cliché, sans doute sorti d'un autre film tout aussi drôle et fidèle à la réalité que Halloweentown. « Aucun sorcier sain d'esprit ne forcerait des licornes à courir juste pour le fun, ok ? C'est monstrueux » Parce que c'était évidemment le point le plus important de tout ce petit laïus adorable. Elle tourna la tête pour embrasser sa paume avant de reporter son attention sur lui, un sourire moqueur aux lèvres. « Je propose qu'on commence surtout par se promettre de ne plus jamais parler de mon père dans ce genre de situations. Et il n'est pas terrifiant, il est ministre, ça fait partie du job. Tu as beaucoup de choses à apprendre, Brekker » Beaucoup trop peut-être mais il avait raison, pourquoi se mettre la pression ? Oh, elle savait pourquoi, pouvait citer une demi-douzaine de raisons sans avoir besoin de trop réfléchir, l'avait à moitié fait d'ailleurs mais Leo n'avait pas fui et ne l'avait pas mise à la porte non plus. Il lui avait fait confiance, difficilement certes, mais le résultat restait le même. Il était sans doute temps qu'elle en fasse de même. « Mais on se prend pas la tête, ok, très bien, oui » Si elle se le répétait assez, elle pourrait peut-être s'en convaincre. « Juste ça veut dire qu'il n'y aura personne, hein ? Personne d'autre, je veux dire, juste, toi et moi ? » Et une montagne de questions angoissées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Ven 29 Juin - 22:09

Leo se trouve vachement calme, tout bien considéré. Sans doute parce que la nervosité d’Octavia l’aide à relativiser, même s’il s’agit bien là de la première fois qu’il envisage une relation plus ou moins (okay, beaucoup plus que moins) sérieuse. Mais se mettre à paniquer également ne ferait qu’ajouter de l’huile sur le feu ardent qu’est déjà Octavia, et ils n’ont ni l’un ni l’autre besoin de cela. Plus tard, il décide une fois de plus. Il aura sa crise existentielle en plein milieu de la nuit, sans aucun témoin, sans que personne ne puisse le juger.

« Attends. Ministre ? Quoi ? » Beaucoup à apprendre en effet, mais ce détail lui saute tout de même à la figure. Non pas qu’il ait vraiment le temps de se poser les bonnes questions, ou même de complétement comprendre ce qu’Octavia raconte, parce qu’elle repasse directement au sujet principal. Beaucoup plus important. Beaucoup plus intéressant pour lui, également. Son sourire disparaît, juste un peu, juste l’espace d’un instant. L’envie de lui demander si elle est sérieuse, si elle pense vraiment qu’il lui fera ce genre de chose, est presque plus forte que lui. Les clichés bisexuels qui se collent à ses dents jusqu’à ce qu’il les ravale avec difficulté, jusqu’à ce qu’il se souvienne qu’elle fait cela par crainte plus qu’autre chose. « S’il y a bien une chose pour laquelle tu ne dois pas t’inquiéter… » Et puis il l’embrasse, doucement, calmement, comme une promesse silencieuse. Rien à voir avec les baisers enflammés d’un peu plus tôt. Jusqu’à se séparer pour prendre de l’air, pour poser ses lèvres sur la joue d’Octavia. « Okay. Et si j’allais nous trouver un truc à manger ? J’ai rien avalé depuis ce midi et entre mes entrainements et toi, j’ai besoin de reprendre des forces. » Un sourire amusé, un baiser sur la joue de plus. « Et après tu pourras commencer à me raconter exactement ce que t’as foutu pendant huit ans en pension d’Houdini. »

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Ven 29 Juin - 23:31

Clairement, parler de son père n'était pas l'idée du siècle mais Octavia était une spécialiste de l'enchaînement de bourdes et autres maladresses en tout genre. Ce n'était toutefois pas le bon moment, vraiment pas, pour parler de son père et des fonctions qu'il occupait depuis de trop longues années. Pas tant qu'ils ne se seraient pas rhabillés en tout cas. Elle ne se souvenait pas d'avoir été autant à l'aise avec quelqu'un ─ parce que ça ne lui était jamais arrivé, de vouloir simplement rester collée contre quelqu'un, de ne pas avoir envie de sauter dans ses fringues pour transplaner en vitesse chez elle. C'était perturbant, profondément effrayant aussi ─ mais Leo était là, il était là et pour une raison qui lui échappait totalement, cette simple idée parvenait, non sans mal, à la rassurer. Un soupir satisfait lui échappa lorsqu'il l'embrassa, sans attente particulière, sans précipitation, comme si ils avaient tout le temps devant eux. Comme si elle n'avait vraiment pas besoin de s'inquiéter. Lui faire confiance, ok, oui. C'était ça, le plan. Lui faire confiance et ne pas se prendre la tête. « Oh, voyez-vous, on est fatigué ricana-t-elle en lui pinçant la joue. J'ai besoin de sucre. Et potentiellement de café » Surtout si il comptait réellement lui poser la moindre question sur Poudlard. Octavia s'étira avec un bâillement avant de s'accrocher un peu plus à Leo, dans un élan d'extrême motivation. « Aucune chance que je puisse te convaincre de m'amener ça au lit j'imagine ? » Elle lui offrit un grand sourire innocent en battant des cils, sans la moindre honte. Et, vraiment, c'était de sa faute à lui, c'était purement et simplement à cause de lui qu'elle se sentait aussi libre de faire l'idiote, de sourire sans raison. Totalement de sa faute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Dim 1 Juil - 18:39

Leo n’a à peu près aucune idée de l’heure qu’il est, mais il sait qu’il doit faire attention – sa tante ou Lucile risque de rentrer bientôt, et il vaudrait mieux qu’aucune d’elles ne retrouvent Leo et Octavia dans une position compromettante. Cela serait bien trop long et trop difficile à expliquer, sans compter sur le fait qu’elles ne lui laisseraient jamais oublier. Aussi terribles l’une que l’autre, vraiment. Mais, tout de même, il est bien là, dans son lit avec Octavia collée à lui, et il n’a pas trop envie de bouger. Il sait qu’il le faut, mais la même logique que lorsqu’il était enfant prend place dans son cerveau – cinq minutes, juste cinq minutes de plus. D’autant plus qu’Octavia s’accroche à lui comme si ça vie en dépendait, ce qui donne à Leo d’autant moins envie de bouger.

« Ça va, princesse, rien d’autre ? » ne peut-il s’empêcher de se moquer gentiment. Cela prend tout son courage et toute sa détermination avant que Leo offre à Octavia une petite tape sur la fesse, immédiatement suivie par le fait qu’il la pousse sur le côté avec un sourire à la con. Il sait bien qu’elle risque de râler, mais leur bonne humeur maladive empêche un peu Leo de s’en inquiéter plus que de mesure. Il tombe d’ailleurs presque du lit en attrapant son boxer – et récupère son téléphone au passage, tiens – avant de l’enfiler et de se relever plus ou moins fièrement. « Cappuccino ? Ou café noir, comme ton âme ? » Il la pointe du doigt-et-portable. « Prends pas de mauvaises habitudes, hein, c’est juste une fois. » Mais bien sûr, on y croit tous, mon chaton.

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Lun 2 Juil - 13:59

Elle tiqua sur le surnom, sans le vouloir. Rien à voir avec le mordant de la dernière fois, aucun rapport non plus avec le mépris qu'utilisaient les plus charmants de ses anciens camarades de classe. C'était bête, un détail à la con qui l'aurait stoppé net en temps normal ─ mais il n'y avait plus grand-chose de normal dans leur présente situation et Octavia se sentait encore bien trop légère pour laisser ses sales manies lui gâcher la vie. Légère, euphorique, presque émerveillée par ce qu'elle entendait ─ et n'entendait pas surtout ─ mais prudente, option mauvaise foi. Plus encline à mettre cette sérénité pétillante sur le compte de l'orgasme donc, que sur celui de Leo. C'était différent pourtant, totalement différent mais cette simple évidence était un rien trop perturbante pour s'y consacrer tout de suite. Elle s'en occuperait plus tard, quand son cœur se serait calmé ─ donc quand elle ne serait plus en présence de Leo.

Elle se retourna sur le dos une fois qu'il l'eut laissée ─ abandonnée, avait-elle pensée non sans ironie mais il était peut-être un peu tôt pour ce genre de vannes ─ en la repoussant sans grande considération. Elle faillit se laisser avoir par son stupide petit sourire, faillit ne rien dire, trop bêtement heureuse. Faillit, justement. « Wow, tu me brises le cœur » lâcha-t-elle, une main sur le front, dans une envolée dramatique. En revanche, ce type de blagues lui paraissait tout à fait acceptable, évidemment. « Et si c'est juste une fois, surprends-moi mais compte sur moi pour aller me plaindre si c'est mauvais» ricana-t-elle en attrapant à tâtons le premier tee-shirt qui lui tomba sous la main. Pas le sien mais oh, well, quelle importance ─ ça aussi, plus tard.

Curieuse, Octavia l'avait toujours été mais c'est presque avec appréhension qu'elle quitta le lit de Leo pour s'approcher des photos qu'il lui avait montré un peu plus tôt, tirant nerveusement sur l'ourlet du tee-shirt. Des visages inconnus pour la plupart, excepté celui de Lucille, des visages souriants, qui encadraient le sien souvent. Des visages qui faisaient aujourd'hui partie d'un quotidien dont Octavia ignorait à peu près tout. Il y avait certainement moment plus approprié pour prendre conscience de l'ampleur de ce qu'elle avait manqué, avant de revenir frapper à la porte des Brekkers par exemple, mais elle n'avait jamais vraiment enregistré les conseils de ses parents et réfléchis avant d'agir comptait parmi tous ceux qu'elle avait entendu sans écouté. Est-ce que ça pouvait fonctionner, vraiment ? Avec tout ce qu'ils avaient à rattraper, à se dire ? Elle ferma les yeux un instant, tâchant de se rappeler de ce que Leo lui avait dit ─ sans se concentrer sur cr stupide sourire qui dansait derrière ses paupières closes. Pas de pression, oui, voilà.

Elle regagna le lit une fois sa baguette récupérée et s'apprêtait à envoyer un message à son frère aîné, toujours plein de bons conseils, lorsque Leo réapparut. Et si Octavia n'avait jamais eu honte de pratiquer la magie, la gêne intense qu'elle ressentit alors s'en approchait dangereusement. « J'allais juste écrire à Zeke » se sentit-elle obligée d'expliquer ─ même si ça n'expliquait pas grand-chose, pas pour Leo en tout cas. « Pas pour lui dire que, enfin si, pour lui dire que tu sais. Et qu'il faut que je lui parle. C'est rien, ça attendra » Ça n'attendrait pas longtemps, non. Quelques heures, tout au plus, que la panique la gagne pour de bon et qu'elle décide de débarquer à l'improviste chez son frère plutôt que de se contenter de ses messages via le cloud.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Dim 8 Juil - 21:13

Leo lève les yeux au ciel alors qu’Octavia continue de jour la drama queen, mais son sourire n’en disparaît pas pour autant. Il n’arrive pas à se souvenir de la dernière fois où il a souri autant en si peu de temps, sans avoir trois bières dans le sang. Certes, il y a les fois où lui et Sadie sont tellement épuisés après un entrainement qu’ils se mettent à rire nerveusement sans aucune raison, mais c’est différent. Ni bourré, ni fatigué. Juste… heureux ? Quelle drôle de sensation. Il secoue la tête alors qu’il dévale les escaliers jusqu’à la cuisine, soulagé de ne pas se retrouver nez à nez avec sa tante – il aurait beaucoup de mal à expliquer le sourire à la con, les suçons, et le manque de vêtements. Même champion d’excuses bidons qu’il est, être pris la main dans le sac n’est pas vraiment une option envisageable.

Il balance une capsule dans la machine à café, une tasse en dessous, et appuie sur le bouton. Magie. Enfin. Non. Enfin, il se comprend. Avec un lever au ciel de plus, il s’accoude au plan de travail et se concentre sur son téléphone. Sans surprise aucune, Sadie lui a laissé trois milliards de messages, tous plus pots de colle les uns que les autres – à croire qu’il n’a pas le droit à son intimité, putain. Il la laisse sur read, juste parce qu’il sait que cela risque de l’enrager encore plus, avant d’ouvrir la conversation familiale sur Whatsapp. Lucile a envoyé une poignée de messages il y a une demi-heure environ. "Fish and chips Friday, anyone ?" "I know it’s not Friday but whatever!" "I’ll go by the chippy after work if that’s fine with everyone" suit par un simple pouce en l’air de la part de leur tante. Typiquement Brekker, de se bourrer de nourriture graisseuse après une journée à faire de la danse. C’est tellement prévisible que c’en est drôle. "Not sure if I’m home tonight. Will update later," répond-il rapidement, avant d’ouvrir la conversation avec sa tante. "When are you coming back home ?" Dot dot dot. "Does it have anything to do with you missing dinner ?" Elle ajoute même un clin d’œil, et Leo se sent rougir, juste un peu. Juste beaucoup, quand elle ajoute, "I’ll be back in half an hour, don’t do anything I wouldn’t do !"

Il secoue un peu la tête, avant de se concentrer à nouveau sur la machine à café. Autre capsule, autre tasse. Puis il ouvre un cabinet et en sort un paquet de biscuits qui a vu des jours meilleurs. Une assiette et un arrangement plus ou moins tenable plus tard, il jongle les biscuits, son téléphone et les deux tasses de cappuccino alors qu’il retourne dans sa chambre. Son cœur manque un battement à la vision qui s’offre à lui – Octavia confortablement installée dans son lit, portant ce qui décidément un de ses t-shirts. Il décide que cela ne le dérangerait pas du tout, de s’habituer à ce genre de choses. Il lui faut une ou deux secondes de plus, alors qu’il pose son butin sur son bureau, pour se rendre contre qu’elle a sa baguette en main. Huh. Il retourne s’installer à ses côtés – à moitié allongé, à moitié avec sa tête sur la jambe d’Octavia, dans une position qui ne peut être confortable que pour quelqu’un aussi souple que lui. Il lève les yeux vers elle, hésitant. « Tu veux lui dire ? Je veux dire, c’est. On. On le dit aux gens ? Tu veux le dire aux gens ? » Et pourquoi il se met légèrement à paniquer, là ?

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Dim 8 Juil - 22:09

Évoquer son frère n'était pas très loin de la mention évoquer papa dans l'échelle des choses à ne pas faire  dans ce genre de situations mais Zeke était la seule personne susceptible de répondre à la foule de questions qu'elle se posait. Pas à toutes, évidemment, Octavia n'était pas complètement stupide, ni assez masochiste pour laisser son frère découvrir tout ce qui lui passait par la tête à propos de Leo. Force était d'admettre qu'Ezekiel en savait toutefois plus qu'elle sur tout ce qui se rapportait au secret magique et aux moldus, chose qu'elle aurait probablement dû commencer par expliquer, à en juger par l'air affolé qu'affichait Leo, une fois réinstallé sur son lit. Octavia fronça les sourcils, caressant son front de sa main libre avant de se perdre dans ses cheveux. « Je ne vais pas le dire aux gens, répliqua-t-elle, légèrement amère, juste à mon frère » Ce qu'elle avait déjà dit, l'instant d'avant. Ce que Leo avait certainement entendu mais pas compris manifestement. Zeke n'était pas n'importe qui, si ? Et qu'est-ce que ça signifiait, cette question ? Qu'il avait honte ? Son sourire disparut pour de bon et la main qui tenait sa baguette retomba mollement sur le lit. « Ça te dérange ? Qu'Ezekiel sache ? Parce qu'il sait déjà certaines choses » lâcha-t-elle avec humeur. Et s'il y avait quelqu'un qu'elle ne pouvait pas du tout oublietter, c'était bien son frère aîné. « Et il n'est pas stupide. C'est lui qui m'a conseillé de tout dire, il va forcément m'en reparler et j'ai pas l'intention de lui mentir, parce qu'il peut m'aider. Ses meilleurs amis, je sais pas si tu les as déjà croisés à la maison, Alexis et Ethan ? Ils sont ensemble, genre très ensemble, mariés même. Il est moldu, pas du tout au courant, alors qu'ils se connaissent depuis des années. Et si elle, elle sait pas quoi faire alors qu'elle est adulte et qu'elle travaille pour le M- pour le gouvernement, qu'est-ce que je suis sensée faire, moi ? » Elle secoua la tête, bien consciente de l'aspect embrouillé de ses explications. Il y avait un but à tout ça, une logique derrière le raisonnement, il suffisait simplement de s'en souvenir. « Ce que je voulais dire, au départ, c'est que j'ai pas l'intention d'aller raconter quoi que ce soit à qui que ce soit. C'est pas comme si je pouvais le faire sans risquer de grosses emmerdes. Je veux juste demander conseil à mon frère, qui sait déjà que j'avais l'intention de te parler » Et qui se doutait certainement du reste, aussi, mais ça, Octavia préféra le garder pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Mer 11 Juil - 19:15

La main d’Octavia arrive presque – presque ! – à calmer les battements rapides de son cœur. C’est stupide, évidemment, de paniquer là-dessus. Mais après leur discussion sur le pourquoi du comment d’aller doucement dans leur relation naissante, la dernière chose dont Leo a besoin est Zeke qui vient jouer les grands frères protecteurs. Parce que le frère ainé d’Octavia a toujours été sympa avec Leo, aussi loin qu’il s’en rappelle, mais il fait également une tête de plus que lui et, à en croire le retournement de situation du jour, pourrait le transformer en singe dansant en moins d’une seconde. Pas de quoi rassurer Leo, vraiment. « Ton frère est un gens, » répond-il sans grande conviction.

Non pas qu’Octavia se soucie vraiment de ses arguments à deux balles, le sourire disparaissant de ses lèvres alors qu’elle se met à monologuer jusqu’à essayer de lui en faire perdre le fil. Leo fronce les sourcils, à essayer de suivre le chemin de ses pensées et trouver du sens dans ses parents – pas vraiment une chose aisée lorsque son propre esprit est déjà tellement embrouillé et qu’il est bien trop fatigué pour tenter d’en faire quelque chose. « Je parlais pas de ça, » répond-il doucement, calmement. Trop calme, peut-être, trop sur la défensive. Il détourne le regard, sa langue passant sur sa lèvre inférieure alors qu’il essaie de trouver les bons mots, les bonnes choses à dire. Parce qu’apparemment, Octavia se retrouve dans un cul-de-sac émotionnel, et tout cela est de la faute de Leo. Comme toujours. Alors évidemment, que c’est à Leo de trouver une solution. Une solution qui lui fait mal rien qu’à y penser, une qu’il n’aurait même pas souhaiter considérer jusqu’à présent. Mais. Enfin. Voilà, quoi. « Si… tu peux… » Soupire, yeux fermés. « Si c’est plus facile pour toi de me faire oublier, je comprendrais. C’est pas comme si… Je vais pas aller le crier sur tous les toits, tu le sais, mais. Si ça te rend la vie plus facile, d’effacer tout ce qui s’est passé aujourd’hui. Je t’en voudrais pas. Tu peux le faire. » Soupire, yeux fermés, pour ne pas montrer la douleur dans son regard, sans doute.

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Mer 11 Juil - 21:17

Quel adorable crétin. Elle se mordit la joue pour retenir le sourire, bien consciente de ce qui se pouvait se tramer dans sa tête à le mention de Zeke. Son frère aîné bien plus âgé, bien plus impressionnant physiquement que la plupart des amis de son âge - que Leo aussi. Elle se souvenait de la tête qu'avair fait Wren, la première fois qu'elle l'avait invité à l'un des fameux déjeuners dominicaux des Shacklebolt, la première fois qu'il avait aperçu Ezekiel et son grand sourire un rien moqueur, la première fois qu'il lui avait serré la main. Hilarant, vraiment, mais Wren n'était qu'un ami, suffisamment au courant de la réputation familiale pour craindre le fils de Kingsley Shacklebolt sans même l'avoir rencontré. Pour Leo, c'était différent, à bien des égards. « Mon frère est inoffensif » Ou presque. Dans cette situation, Zeke était clairement le premier supporter de Leo. Peut-être aurait-elle dû lui dire d'ailleurs mais c'était avouer qu'elle avait eu de longues, très longues conversations avec son frère sur le sujet.

Elle se sentit fondre et pas de la bonne manière, du genre à vouloir se rouler en boule dans un coin sans adresser la parole à qui que ce soit durant des heures. Crispée, elle baissa les yeux, peinée de voir que Leo avait fermé les siens. Ce qui restait de l'euphorie de leurs retrouvailles, les vraies, s'évanouit en quelques secondes et sa main s'arrêta entre les mèches brunes de cet imbécile qui ne réalisait certainement pas ce qu'il lui proposait. Qu'elle lui ait offert la même chose un peu plus tôt n'avait aucune importance, Octavia savait qu'elle n'en aurait pas la force. Ne l'aurait pas eu avant, ne l'avait certainement plus maintenant. « Je ne veux pas le faire. Pour qui tu me prends ? » La question, cinglante, lui avait échappé. Octavia et les réactions calmes et mesurées, un problème depuis presque vingt ans. « Tu crois que j'ai envie que tu me regardes encore comme si j'étais la reine des garces ? Ou que j'ai envie de te mentir pour rester près de toi ? » Elle commença à trembler et dans un stupide réflexe de protection, elle se leva, le repoussant sans grande délicatesse. « J'ai pas envie de faire ça, je veux pas que tu oublies, que ce soit ce que je t'ai dit ou ce qui s'est passé, j'essaye juste de t'expliquer qu'on doit faire attention, ok, juste faire attention, parce que je suis pas sensée parler de magie avec des m- des gens qui n'utilisent pas la magie. C'est stupide mais c'est la loi » Stupide. Le mot était faible. Elle n'avait jamais autant questionné le bien-fondé de cette règle idiote. « Je sais que c'est difficile à comprendre mais fais-moi un peu confiance, merde. Et arrête de dire que ça me rendrait la vie plus facile, parce que non, vraiment pas. Tu imagines pas à quel point ces dernières semaines sans toi étaient pourries. Dernières années en fait, au cas où tu te posais la question » Elle croisa les bras, les serrant autour d'elle-même. Elle avait froid, honte aussi. Envie de transplaner au fond de son lit. De chialer pendant dix minutes et de ne plus jamais parler de toute cette histoire.


Dernière édition par Octavia Shacklebolt le Dim 15 Juil - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Jeu 12 Juil - 20:42

Toute pensée de Zeke, aussi effrayant soit-il, est rapidement mise de côté face au sérieux de la situation à laquelle ils font face. Evidemment, que leur petite bulle de bonheur, aussi douce et réconfortante soit-elle, ne pouvait pas durer. Comme s’il leur était impossible de profiter de l’instant présent sans que la réalité des choses ne vienne les rattraper au galop et que l’un d’eux foutent les pieds dans le plat. Leo a beau avoir regardé Ma Sorcière Bien Aimée avec sa tante quand il était haut comme deux pommes, il sait bien qu’il ne s’agit pas d’une situation qui va se résoudre d’un petit froncement de nez.

Octavia se met donc joyeusement à péter une pile à la solution, certes drastique mais efficace, que lui présent Leo. Cela le rassure presque, qu’elle réagisse ainsi – qu’elle ne prenne pas immédiatement la solution de facilité. Qu’elle cherche tout de même à préserver ce qui s’est passé entre eux cet après-midi. Leo n’a jamais estimé manquer de confiance en lui, surtout pas lorsque l’on parle de conquêtes, mais Octavia lui a mis son monde à l’envers en quelques heures à peine. Il doute un peu trop de tout pour son propre bien, lui qui a normalement tellement d’assurance.

Et puis, il y a ces paroles. Ces quelques mots qui le font fondre, qui lui font oublier tout le reste. Il se lève à son tour – que bien trop conscient qu’il ne porte toujours rien d’autre que son boxer – pour prendre Octavia dans ses bras, pour la serrer contre lui. « Okay, pardon. Désolé. » Doucement, à peine plus qu’un murmure, avant de déposer un baiser sur sa joue. Il ne sait pas trop comment la rassurer, quels mots choisir. Cela semble être le thème récurrent, aujourd’hui. Une main dans les cheveux d’Octavia, il ne peut s’empêcher de commenter, « A quel moment notre vie est devenue West Side Story, exactement ? » Pause. « Sans Tony qui se fait tuer à la fin, évidemment. » Tentative d’humour pourrie, prise vingt-quatre. « On a pas besoin de tout décider maintenant. On y va doucement, comme on a dit. Dans tous les cas, je reste là et dans tous les cas, je ne dirais rien à personne. Sur la magie. J’aimerais bien crier sur tous les toits à quel point ma petite amie est géniale, cela dit. » Un petit rire et un baiser de plus, just because.

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Dim 15 Juil - 13:05

Est-ce que c'était le moment de paniquer ? Probablement pas, non, et elle avait beau tenter de se calmer, de se répéter que, non, ça n'arriverait pas, qu'elle n'effacerait pas sa mémoire, qu'elle ne se retrouverait pas des semaines en arrière avec les questions, les regards mauvais et le silence, elle avait beau essayer, ça ne fonctionnait pas. L'idée qu'il puisse douter ─ d'elle, d'eux, de tout ce qui venait de se passer ─ s'était logée dans un coin de sa tête, clairement décidée à y rester, et Octavia ne put s'empêcher de reculer d'un pas lorsqu'il avança, instinct de protection stupide. Elle ferma les yeux, baignant dans sa présence, nichée dans son cou. Le doute, quel doute, quoi. Si c'était là tout l'étendu de l'effet que Leo avait sur elle, il était évident qu'elle allait le garder à proximité, aussi longtemps qu'il l'accepterait. Pas de sortilège d'amnésie donc, jamais. De bien grands mots pour quelqu'un d'aussi impulsif et changeant qu'Octavia mais ça n'avait rien à voir avec ces lubies que ses copines de dortoir se découvraient à chaque Nouvel An, ces promesses qu'on se faisait dans l'espoir de changer, les nouvelles passions qui disparaissaient aussi vite qu'elles étaient apparues. C'était Leo et huit ans de séparation ne changeaient absolument rien au fait qu'il avait été l'un de ses repères, une constante, vraiment. Avait tout pour le redevenir et le rester. Si il en avait envie. Est-ce qu'il en avait envie ? A priori, oui. Ma petite amie. Son sens de l'humour laissait, certes, à désirer mais il n'aurait pas utilisé ce mot-là pour plaisanter, pas si méchamment. Non ? « Géniale, vraiment ? » La question manquait de sarcasme, bien trop sincère à son goût. Est-ce qu'elle avait vraiment besoin d'entendre ça ? Peut-être bien, oui. « Il faut vraiment que je prenne ce café par contre. Qui a intérêt à être bon, d'ailleurs, parce que ce serait un motif de rupture sinon » Très crédible, vraiment. Merlin merci, devenir actrice ne faisait pas partie de ses plans. « Et que je file, il est tard. Sauf si tu veux qu'on fasse un truc ? Ailleurs ? Ou ici, peu importe. Sauf regarder Halloweentown, évidemment » Évidemment, tu parles. Il pouvait probablement proposer n'importe quoi et elle accepterait, ne serait-ce que pour ne pas s'éloigner, ne pas se retrouver toute seule avec ses doutes ─ loin de lui. Joindre le geste à la parole ne faisait, de toute évidence, plus partie de ses capacités et au lieu de s'éloigner, elle enroula ses bras autour de Leo, clairement pas prête à s'en aller, pas prête à le dire non plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Dim 15 Juil - 19:48

Leo n’a que de vagues souvenirs de ses parents ensemble – sa mémoire d’enfant aime à lui jouer des tours, à lui prendre tout ce qu’il a de plus chers, à tordre et détendre la vérité. Mais il se souvient des gestes tendres, d’une mèche de cheveux remise en place, de mains sur des épaules tendues, de deux personnes lovées ensemble dans un canapé. Ses parents qui s’aimaient tellement, jusque dans leurs derniers moments. Et maintenant, avec Octavia dans ses bras, sa tête contre son cou, Leo comprend, juste un peu. Cette intimité. Cette loyauté. Cet amour, même. Il comprend, juste un peu, ce que cela fait d’aimer quelqu’un au point de ne vouloir que le mieux pour cette personne, que le bonheur.

Une remarque de plus sur le café, et Leo ne peut pas s’empêcher de rire. Et de se moquer aussi, juste un peu. « Géniale mais un peu chiante, » répond-il, avec un baiser de plus contre sa joue. Malgré les paroles, malgré le fait qu’il leur devra en effet bien se séparer à un moment donné – si ce n’est pour enfiler des vêtements – elle continue de s’accrocher un peu plus à lui, et Leo se se fondre. Il n’arrive même pas à se souvenir, comment faisait-il avant pour survivre sans elle ? Comment a-t-il fait de son absence, de son silence ? Une période qui était criante de vérité il y a quelques heures encore, et qui pourtant semble déjà bien derrière lui. Loin. Never to be seen again. « Ma tante va pas tarder. Et Lucile après elle. Si tu veux éviter les questions et les petits sourires en coin, mieux vaut ne pas rester ici. » Il ne connaît que trop bien sa famille, après tout – les petites remarques qui vont fuser, les regards qui parleront d’eux-mêmes. Et ces deux commères, qui ne pourront pas s’empêcher de refaire le monde une fois Octavia de retour chez elle. Oui, pour un jour ou deux encore, mieux vaut garder le silence. Garder tout cela pour eux. « Mais on peut aller faire un tour, si tu veux. Manger quelque chose dehors, se balader dans le parc. Autant profiter du beau temps. » Et de toi, à mes côtés.

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Lun 16 Juil - 20:49

Son cœur, ce traître, finit par se calmer, à l'abri de tout doute entre les bras de Leo. Octavia soupira, d'aise, de soulagement. De bonheur, vraiment. Si on lui avait dit, six mois plus tôt, qu'elle finirait par se retrouver dans cette chambre, à peine habillée, contre un Leo dans le même état, elle ne l'aurait probablement pas cru. Parce que ça n'avait pas tant de sens que ça, à l'époque. Et pourtant, si, si, tellement. Maintenant, si. Il n'avait pas été tant question de dire la vérité, tout la vérité, rien que la vérité, mais plutôt de récupérer une part d'elle-même abandonnée auprès de Leo, tout un pan d'existence, presque une moitié.

Le prénom de la sœur de Leo la ramena un peu à la réalité, celle qui existait en dehors de ses yeux posés sur elle, à l'extérieur de la bulle confortable dans laquelle ils s'étaient installés. Lucille, ok, oui, sa tante aussi. Mieux valait effectivement ne pas trop traîner dans le coin. Il y avait des questions et des regards qu'Octavia ne se sentait pas vraiment d'affronter, pas tout de suite. Si les choses lui semblaient naturelles jusque-là, elle n'était pas assez naïve pour imaginer que tout serait toujours si simple. La réaction de Leo quand elle avait parlé de son frère en était la preuve évidente. « Oui, non, peut-être pas tout de suite en effet » souffla-t-elle, les yeux fixés sur les marques qu'elle avait laissé dans la frénésie du moment. Elle se mordit la joue pour réprimer un sourire satisfait. « Il faudra peut-être faire un crochet par la trousse à maquillage de ta sœur avant de sortir. Je te prêterais volontiers du fond de teint mais tu es un peu trop blanc. Et je crois qu'on est d'accord pour éviter la famille pour l'instant, donc on va éviter d'aller voir ma mère » Elle pouvait presque voir son sourire satisfait, le petit air irritant de I told you so qui illuminerait son visage lorsqu'elle l'apprendrait. Oui, non, Octavia n'avait pas envie de vivre tout ça maintenant, il y avait plus important.

Non sans mal, elle se détacha de Leo après un dernier baiser, pour attraper l'une des tasses de café et un biscuit, si artistiquement disposé. Cute. « On se retrouve dans un quart d'heure dehors ? » Un brin autoritaire peut-être. « Si tu veux, ajouta-t-elle, plus douce. Il faut que je me change. Et que je vérifie que mon abruti de petit frère n'a pas transformé le chat en saucière » L'arrivée de ses pouvoirs avait bon dos, franchement. Octavia était intimement persuadée qu'il était tout à fait ravi de transformer la maison en champ de bataille mais ce n'était pas son problème. Et, de toute manière, ce n'était pas le moment d'en parler. « Ou on peut se retrouver plus tard si tu as besoin de voir ta tante ou Lucille ou même Sadie, je sais pas... je suis pas si chiante que ça, tu vois » Elle lui offrit un sourire moqueur par-dessus sa tasse. Merlin qu'une telle proposition lui coûtait. Passer en second n'avait rien d'agréable quand il s'agissait d'une décision sur laquelle elle n'avait aucun contrôle, alors le proposer sciemment, sans y être forcée ? Vraiment pas une partie de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 83
Points : 224
x âge : dix-huit ans
x métier : étudiant
x statut : célibataire mais c'est compliqué

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Sam 21 Juil - 19:21

Leur moment ensemble, dans le confort de sa chambre, semble naturellement toucher à sa fin. Bientôt, sa famille rentrera avec de trop nombreuses questions au bout des lèvres et, bientôt, Leo devrait trouver de trop nombreuses réponses qu’il n’est pas encore certains d’avoir. Des réponses qu’il aimerait bien connaître également, sur elle, sur eux, sur ce qui les attend au tournant. Il sait qu’il devra bien faire face à tout cela un jour – si ce n’est parce que sa tante est beaucoup trop curieuse pour son bien, et Leo beaucoup trop mauvais acteur pour cacher ce genre de choses trop longtemps. Mais tout de même. Ce serait bien, de garder cela pour eux un peu plus longtemps, juste assez longtemps pour trouver leurs marques, pour se mettre à l’aise dans leur relation naissante.

Il ne peut s’empêcher un sourire de merde, cependant, lorsqu’Octavia mentionne une fois de plus les peintures de gueule qu’elle a laissé sur son passage. La canicule londonienne du moment n’est vraiment pas idéale pour les écharpes de péteux autour du cou ou les cols roulés qui n’arrangent absolument rien dans la mentalité des gens qui le trouvent déjà bien trop gay comme ça. « Ça ne serait pas la première fois que je pique le maquillage de Lucile. » Pause. Froncement de sourcils. « Je veux dire, pour utiliser sur scène. Pas… Enfin. » Peut-être une fois ou deux, quand il était jeune et essayait de mettre une définition sur ces émotions pas très hétérosexuelles qu’il avait. Il y a bien longtemps, mais tout de même.

« Un quart d’heure ? » répète-il avec un haussement de sourcil. Tellement habitué à voir ses amies se préparer pendant des heures pour les spectacles, à appliquer délicatement leur eyeliner et perfectionner leurs chignons, que cela ne lui vient même pas à l’esprit qu’une fille pourrait se préparer en aussi peu de temps. Cela relève de la science-fiction, vraiment. Autant que le petit frère qui transforme le chat en vaisselle pour le plaisir, mais passons. Et autant qu’Octavia et ses propositions à la con, apparemment. « Je préfère éviter l’inquisition espagnole un peu plus longtemps si possible… On se rejoint dans la rue dans quinze minutes, donc ? » Besoin de se trouver des vêtements. De se brosser les dents. De vérifier si la capote dans son portefeuille est toujours valide. Ce genre de choses.

_________________
    I'm getting sick of the beginnings and always coming to your defenses I guess it's good to get it off my chest I guess I can't believe I haven't yet you know I got my own convictions and they're stronger than any addiction and no one's winning
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 358
Points : 601
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : plus ou moins en couple (plus que moins, en fait)

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   Mar 7 Aoû - 17:44

Elle avait raté tellement de choses, de questions et de découvertes, d'expériences et si, clairement, elle mourrait d'envie de poser mille et unes questions sur ce qu'elle avait raté, ce n'était pas le moment. Et ils avaient le temps, tout le temps du monde, du moins jusqu'à ce que Leo ne réalise que c'était trop pour lui ─ elle, ses humeurs, la magie, leurs familles un peu trop proches pour permettre la moindre intimité, et tout le reste, vraiment. Octavia entendait bien en profiter aussi longtemps que possible. « Sur scène, dehors, tu fais ce que tu veux Leo » Ce n'était pas l'envie de demander qui manquait. Les questions viendraient, évidemment, mais chaque chose en son temps. Elle avait d'abord besoin d'une douche, de sauter dans une robe propre aussi, potentiellement de s'autoriser une petite danse de la victoire dans l'intimité de sa propre chambre. De réaliser, surtout, ce qui venait de se passer, le tout en un quart d'heure. « Un quart d'heure » confirma-t-elle à voix haute en attrapant son jean. Hors de question de traverser la rue sans, pas plus qu'il n'était question de transplaner pour gagner du temps. Elle n'avait pas encore vraiment réfléchi à ce qui pouvait ou non inquiéter Leo en matière de magie mais Octavia était prête à parier qu'un transplanage en bonne et due forme avait le potentiel de lui inspirer des envies de partir à toutes jambes, autrement dit de ruiner tous ses ─ leurs ─ efforts. « Sois pas en retard » lança-t-elle par-dessus son épaule, une fois sa baguette récupérée. Elle ne se retourna pas, pas tout à fait, bien trop consciente qu'elle ne partirait pas si elle apercevait un autre de ses sourires idiots. Et la dernière chose dont elle avait besoin, juste après Leo fuyant en courant devant une démonstration un peu trop rapide de magie, c'était bien de tomber sur sa tante, sa sœur ou pire, les deux autres Brekkers en même temps. Non, elle avait à faire. Et puis qu'étaient quinze pauvres minutes après huit ans d'absence ? Pas grand-chose, trois fois rien, vraiment.

sujet terminé
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: leoctavia | ruin your faith with casual lies   

Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 

leoctavia | ruin your faith with casual lies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» formats de jeu amical pour casual - lien officiel
» Bruxelles: casual land?
» 7 Wonders - Faith Extension
» Le Cycle de Morrslieb
» [EDH] Nico Truc's The Mimeoplasm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: suburbs :: greenwich :: logements
-