Bienvenue sur . Glitch of magic ! Recensement en cours ! N'oubliez pas de venir poster ! • Tempête de neige en pleine canicule à Londres ! venez participer au topic commun ici ! Un petit défi d'écriture, ça vous dit ? Plus d'infos par ici !si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. .

 

 les souvenirs qui se voilent. (hermione)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/06/2018
Messages : 44
Points : 64
x âge : thirty-eight yo.
x métier : cheffe de la police magique.
x statut : anciennement fiancée, toujours la bague au doigt.

MessageSujet: les souvenirs qui se voilent. (hermione)   Sam 16 Juin - 10:05

J’avais besoin de sortir, de me changer les idées. Je détestais rentrer dans ce petit appartement qui ne semblait même pas être le mien, que je n’avais pas pris le temps de décorer convenablement. Je n’avais encore invité personne, trop honteuse de ma situation. En vérité, personne encore ne savait que j’avais quitté Ewan. J’avais peur de mettre des mots sur ce quotidien tout nouveau ; j’avais peur de rendre notre séparation si réelle qu’elle en serait définitive. Quelque part, le fait que Ewan soit un moldu était une facilité pour moi – sa condition d’humain sans magie me permettait de cacher nos déboires et mes peines de cœur. C’était pourtant de mon fait ; c’était pourtant ce que j’avais voulu. Usée par les mensonges et les secrets, j’avais mis fin à notre histoire. À nos fiançailles, même. Et j’avais eu beau me cacher derrière la maladie de sa sœur, derrière son esprit égaré par toute cette douleur, la vérité était tout autre. Même la raison de notre rupture était un mensonge. Cette seule pensée me fait avaler ma salive de travers et je prends une longue inspiration. Il fallait que je sorte. Il fallait que je me change les idées. Si je continuais ainsi, j’allais probablement devenir complètement folle. Un sourire narquois fend mes lèvres et je me sens tout à coup minable. Quelle indélicatesse de penser à cela quand d’autres personnes souffraient réellement de ce mal – à cause de nous, les sorciers. À cause de ces sorts mal pratiqués.

Et comme pour me sortir de ma léthargie, j’avais donné rendez-vous à Hermione, prétextant vouloir prendre de ses nouvelles, la sortir de son bureau et lui sortir la tête de sa campagne électorale. Ça aussi, c’était un mensonge – c’était avant tout moi qui avais besoin de la voir, elle. Assise au Chaudron Baveur devant une table encore vide, j’avais dit vouloir attendre mon amie pour commander. J’aurais peut-être dû prendre quelque chose, histoire d’occuper mes mains qui tremblaient. Ce lieu me rappelait tant de souvenirs, je ne sais pas pourquoi j’ai choisi de venir ici. Ce n’était peut-être pas une si bonne idée. La taverne était bien trop rattachée à mon passé, aux souvenirs de tout ce que j’avais pu perdre dans ce monde-là. Fixant mon regard sur une tache sur la table, je ne sors de mes pensées que lorsqu’une voix trop familière m’interpelle avec douceur. Relevant la tête, j’aperçois Hermione et toute sa prestance naturelle, son aura pleine de force et de convictions. Souriant, je me lève pour la saluer. « Bonsoir Hermione, lâché-je en claquant une bise sur sa joue. Tu vas bien ? Tiens, assieds-toi. Je t’attendais pour commander, tu prendras quoi ? » D’aussi loin que je me souvienne, Hermione avait toujours été entourée de cette puissance certainement magique et/ou mystique qui m’avait dès le départ subjuguée. Hermione était un modèle pour beaucoup de petites filles. Beaucoup de femmes auraient voulu lui ressembler. « Alors, comment se passe les préparatifs de ta campagne ? Pas trop submergée ? Tu sais que tu peux compter sur mon vote, hein ? » Lâchant un léger rire, je n’en suis pas moins sérieuse tout de même. Hermione était le futur de notre monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 67
Points : 152
x âge : 38 ans
x métier : directrice du département de la justice magique, en campagne
x statut : toujours mariée à Ronald Weasley

MessageSujet: Re: les souvenirs qui se voilent. (hermione)   Ven 22 Juin - 22:07

Trouver une heure ou deux dans son emploi du temps pour aller boire un verre avec Parvati Patil avait demandé une organisation démesurée. Hermione regrettait parfois ses débuts au Ministère, où elle faisait certes beaucoup trop d'heures proportionnellement au nombre de gallions sur son compte à Gringotts, mais où elle pouvait sortir avec ses amis et passer du temps avec son époux sans soucis. Maintenant, il fallait la prévenir au moins 15 jours à l'avance pour le moindre événement, du petit verre au grand dîner de donateurs. Fort heureusement, elle avait eu un instant de répit au département et sa campagne n'était qu'en phase de démarrage. Et avec Ron qui refusait toujours au Terrier, cela libérait un certain temps, mine de rien. Non pas qu'elle s'en réjouisse, mais elle préférait encore être au Chaudon Baveur qu'à se morfondre à la maison. Hugo était avec son père et elle méritait bien un verre de whisky Pur-Feu.

A voir la tête de son ancienne camarade, Mrs Granger-Weasley se demanda un instant si elle n'aurait pas mieux fait de se coucher tôt. Parvati avait les yeux dans le vague, semblant fixer sa table en bois avec plus d'intérêt que nécessaire. Avec le temps, elle avait noué de vrais rapports d'amitié avec miss Patil et avait une estime sincère pour elle, la trouvait forte et digne de confiance. Et drôle, quand elle se souvenait comment rire. Mais à chaque fois qu'elle la voyait, elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver un léger pincement au coeur, un petit creux dans l'estomac. D'apercevoir un fantôme qui lui ressemblait beaucoup trop. De se demander ce qu'elle - ce qu'ils auraient tous - pu faire pour que Padma ne soit pas qu'un reflet jauni, une pensée triste qui vous traverse en voyant son double. Mais à chaque fois, Hermione se ressaisissait. Elle n'avait pas perdu sa soeur. Elle était en vie, ses enfants étaient en bonne santé, son mari était un abruti mais elle pouvait le serrer dans ses bras si les temps devenaient trop durs. Alors elle sourit et s'approcha de la table de Parvati.

« Bonsoir Parvati, ça va, ça va et toi? » Elle se délesta de sa cape légère, lissa sa robe ocre par automatisme et s'installa. « Je vais prendre un Pur-Feu. » ajouta-t-elle, puis haussa un sourcil amusé face à la salve de questions de son amie. Elle s'autorisa un sourire avant de répondre. « Merci du soutien, ça fait vraiment plaisir. Et écoutes, si, franchement, je suis débordée et je néglige plusieurs choses depuis le début de la campagne. On s'en sort toujours, mais c'est vrai que c'est une grosse organisation, j'ai failli devoir annuler ce soir et j'ai travaillé 13 jours d'affilée avant que ma mère ne me rappelle à l'ordre au début du mois. » Hermione n'avait pas déversé toutes ses informations à grand monde depuis le début de la campagne. Il fallait admettre qu'elle avait peu d'amies. D'autres femmes de carrière à qui parler, qui pouvait compatir et boire avec elle sans trop demander en retour. Il y avait Ginny bien sûr, mais sa meilleure amie avait déjà beaucoup à gérer et parfois, Hermione ne voulait pas entendre son bon sens très direct. Elle se demanda si elle n'en avait pas trop dit, avala une gorgée du whisky qui venait d'arriver et secoua légèrement la tête. Ce n'était pas dans ses habitudes. Il fallait qu'elle reprenne un peu le cours de cette discussion en main. « Mais assez parler de moi, tu liras sans doute tout ce qu'il y a à savoir et plus dans la Gazette ! Quoi de neuf pour toi, comment va Ewan? » Inutile de dire que c'était le pire tournant que la conversation pouvait prendre mais ça, la future Ministre allait l'apprendre à ses dépends.


Dernière édition par Hermione Granger le Mer 27 Juin - 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/06/2018
Messages : 44
Points : 64
x âge : thirty-eight yo.
x métier : cheffe de la police magique.
x statut : anciennement fiancée, toujours la bague au doigt.

MessageSujet: Re: les souvenirs qui se voilent. (hermione)   Lun 25 Juin - 10:36

J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour Hermione. Je crois que je l’admirais encore énormément, même si nous avions toutes les deux grandi. Même si nous étions toutes les deux adultes, désormais. C’était sûrement cette envie de lui ressembler, d’avoir sa force et son courage qui m’avaient permis d’en arriver là où j’étais. Ça et le fait que ma sœur jumelle avait disparu. Je commande deux verres de Whisky Pur-Feu et me laisse entraîner par une conversation aux teintes plus légères, plus colorées que mes pensées sombres. Je n’ai pas envie de penser à l’appartement vide qui m’attend ; je n’ai pas envie de penser à cette soirée de solitude avec mes souvenirs, effondrée sur le canapé. Je n’ai pas envie de penser à ce qu’est devenue ma vie depuis que je me suis séparée de mon fiancé. Je retiens un soupir en serrant les dents jusqu’à en avoir mal aux mâchoires. « Ta mère a eu raison, tu dois préserver tes forces, j’admets avec un léger rire. Le repos de la guerrière, comme on dit. » J’étais bien contente que Hermione n’ait pas annulé notre rendez-vous. J’étais bien contente qu’elle ait eu la possibilité de me retrouver ici, pour un verre. Elle semblait avoir besoin de respirer un peu. J’avais besoin d’un autre air. Et rester plus que d’ordinaire au bureau allait forcément soulever des questions dans l’équipe. Je n’avais jamais été contre les heures supplémentaires ou rester tard. Bien au contraire, c’était presque devenu une habitude. Mais je vivais littéralement dans mon bureau ces dernières semaines et je ne pouvais pas continuer comme ça.

« C’est toujours mieux d’obtenir les informations directement à la source plutôt que dans les pages d’un journal, je rétorque avec un sourire malicieux. » Je me sens cependant un peu prise au dépourvu par sa question. J’aurais dû m’attendre à ce qu’elle me demande comment va Ewan. J’aurais dû m’attendre à ce qu’elle me fasse parler de mon fiancé. Embarrassée, je baisse les yeux sur mon verre comme s’il était soudainement devenu l’objet le plus fascinant du monde sorcier et moldu confondu. Je n’avais encore dit à personne que nos fiançailles étaient rompues. Je n’avais encore dit à personne que j’avais plus ou moins déménagé de chez nous. Je portais toujours ma bague. J’avais toujours les clefs. Nerveusement, mes ongles tintent contre le verre et je soupire cependant que mon regard remonte jusqu’à celui de mon ami. « Il va aussi bien que possible, je suppose, je réponds doucement, une grimace déformant mes traits. Je… je ne l’ai pas vu récemment… » Hermione pourra sûrement croire que c’est dû au travail ou bien parce qu’il passe beaucoup de temps auprès de sa sœur. Et j’aurais sûrement pu me cacher derrière ces excuses qui n’en étaient pas vraiment. Ça aurait été plus simple. Moins douloureux. Mais je crois que j’avais besoin de le dire. Je crois que j’avais besoin de le mettre en mots. « On s’est séparés, Ewan et moi, lâché-je d’une traite en retenant ma respiration. J’ai quitté notre appartement et nos fiançailles sont annulées. » Il y a comme une pierre, lourde, qui me tombe sur l’estomac. Je crois même que c’est mon cœur qui vient de plonger bas à l’intérieur de mon corps. Alors je bois une longue gorgée de whisky, les yeux pressés, dans l’espoir de faire disparaître cette main plongée entre mes côtes qui m’empêche de respirer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 67
Points : 152
x âge : 38 ans
x métier : directrice du département de la justice magique, en campagne
x statut : toujours mariée à Ronald Weasley

MessageSujet: Re: les souvenirs qui se voilent. (hermione)   Mer 27 Juin - 13:44

Le repos du guerrier. Voilà une phrase qu'elle n'avait pas entendu depuis... Longtemps. Très longtemps. Ce n'était pas une expression qu'elle affectionnait particulièrement d'ailleurs, cela sous entendait beaucoup de peine pour peu de retour, à son sens. Elle ne fit néanmoins aucune remarque, comprenant très bien où son amie voulait en venir et se contenta d'hocher la tête et de lever son verre. Le whisky sembla lui brûler tout l'oesophage avant de procurer cette sensation de chaleur dans son ventre. Elle se sentit un peu plus d'aplomb et était contente de ne pas avoir annulé cette soirée.

Toutefois, elle se rendit vite compte qu'elle avait mis les pieds dans le plat, une fois n'est pas coutume. Il lui semblait avoir un talent tout particulier pour dire ce qu'il ne fallait pas et ce depuis l'enfance. Elle n'avait jamais été la plus sociable des fillettes et cela avait perduré et, même si elle savait bien mieux naviguer les conventions et les attentes de ses pairs aujourd'hui, elle n'en restait pas moins un peu trop directe. Mais pour cette fois, ce n'était pas entièrement de sa faute. Elle n'avait aucun moyen de deviner que la première question générique qu'elle poserait serait la plus fâcheuse de toute.

Hermione comprit bien vite où l'ancienne Gryffondor allait en venir et grimaça légèrement. Elle s'en voulait d'avoir mis le sujet sur le tapis mais aussi de voir à nouveau la peine sur le visage de Parvati. Elle avait déjà bien trop souffert. Instinctivement, la brune tendit la main vers son amie et lui serra doucement le bras, essayant de véhiculer son soutien par un geste simple plutôt que les mots creux, qui suivirent néanmoins car il n'y en avait pas d'autres. « Je suis vraiment désolée Parvati. » Le silence, un peu lourd, assez gênant.

La candidate avait beau être peinée et déçue pour sa vieille camarade, elle ne pouvait s'avouer complètement choquée par cette information. D'abord, parce que peu de choses avaient encore le pouvoir de véritablement la surprendre et les affaires de couple de ses amis étaient en dernier sur cette liste. Mais surtout, parce qu'elle n'était pas sans connaître les déboires de Parvati avec son conjoint. Un moldu, à qui elle n'avait jamais pu dire la vérité sur sa nature, alors que les années passaient. Hermione lui avait dit plus d'une fois que le Secret était d'abord un peu archaïque et qu'il avait toujours connu des entorses, précisément dans ce genre de situation. Elle n'encourageait personne à dire "hey, au fait, je suis une sorcière" au premier inconnu que l'on mettait dans son lit, mais il était impossible d'épouser quelqu'un qui ne connaît qu'une partie de soi. Elle lui avait fait cette exacte remarque, peu de temps après leur fiançailles, fidèle à sa réputation de rabat-joie.

Mais ce soir, Mrs Granger-Weasley n'était nullement satisfaite d'avoir eu raison. Elle aurait beaucoup aimé que Parvati lui prouve le contraire ou qu'elle raconte enfin tout à son fiancé. Mais le sort en avait décidé autrement et les voilà toutes deux à boire tristement, Hermione essayant timidement de briser le silence. « Est-ce que... Tu veux en parler ou tu préfère que je te racontes la dernière bêtise de Rose? C'est plutôt créatif, je dois l'admettre. » Malgré son sourire léger, la sorcière n'avait pas lâché la main de son amie et était prête à entendre tous ses déboires s'il le fallait. Ce soir, elle aurait tout le temps du monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/06/2018
Messages : 44
Points : 64
x âge : thirty-eight yo.
x métier : cheffe de la police magique.
x statut : anciennement fiancée, toujours la bague au doigt.

MessageSujet: Re: les souvenirs qui se voilent. (hermione)   Ven 13 Juil - 10:32

Mettre des mots sur ma situation personnelle est difficile et douloureux. L’avouer à voix haute me laissait un goût amer dans le fond de la gorge. En parler à Hermione était pareil à sentir une main plongeant entre mes côtes pour attraper mon cœur et le presser comme un vulgaire agrume. Séparée. J’étais séparée de mon fiancé, Ewan. C’était étrange de le dire enfin. C’était à la fois une souffrance et un soulagement. Ça ne rendait mon quotidien que plus réel mais c’était peut-être ce qu’il me fallait pour essayer d’avancer dans ma vie. Enfin. C’était peut-être ce qu’il me fallait pour que je puisse tourner la page ou prendre une décision concernant mon couple et tout ce qui en découlait. Je savais bien que Hermione était d’avis que le Secret avait parfois subi des entorses et que mon mariage prochain avec Ewan était une raison tout à fait légitime de vouloir le mettre dans la confidence. Seulement, je n’avais pas pu. Je ne sais pas vraiment pour quoi, peut-être à cause de Opale, de son accident. Peut-être parce que je me sentais responsable de ce qui était arrivé à sa sœur. Ou peut-être parce que j’avais peur que Ewan me tienne pour responsable et qu’il ne me considère alors plus que comme un monstre. Si seulement j’avais eu le courage d’être honnête avec lui depuis longtemps, rien de tout ça ne serait arrivé. J’aurais certainement pu protéger Opale. Sans doute. Je n’en savais rien en réalité.

Je sens la chaleur de la main de Hermione qui vient couvrir la mienne et je parviens à sourire doucement. C’est un sourire un peu forcé mais je n’ai pas la force de plus en cet instant. « Il n’y a pas grand-chose à dire de plus sur le sujet, je crois, je lâche mollement, le regard baissé. Ewan et moi sommes séparés. C’est tout. » Un nouveau coup au cœur, comme s’il dégringolait de plusieurs étages à toute vitesse. Et je m’en veux un peu de me laisser aller à ma morosité devant Hermione. Je ne lui avais pas donné rendez-vous pour pleurer sur mon sort, pour lui renifler au visage. J’avais besoin de sortir la tête de l’eau, j’avais besoin d’apprendre à vivre sans Ewan à mes côtés. Et peut-être qu’un jour j’allais trouver le courage d’ôter cette bague à mon doigt qui n’était plus là que pour décorer. Je pince les lèvres avant de me redresser un peu sur mon siège. Mes doigts serrent ceux de mon amie comme par automatisme mais mon sourire se fait plus franc, plus accentué. S’il te plaît, aide-moi à oublier. « Allez, raconte-moi donc la bêtise de ton petit monstre adoré et adorable, demandé-je avec un éclat de malice dans la voix. Qu’a-t-elle encore inventé ? Elle a beaucoup pris du côté Wealsey de la famille, ça c’est sûr. » Je me surprends à rire, me rappelant les jumeaux Fred et Georges qui avaient su mettre l’ambiance à l’école de magie. Toute notre scolarité n’aurait pas été la même sans eux – et même ceux qui avaient pu râler de leurs farces ne pouvaient le nier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 67
Points : 152
x âge : 38 ans
x métier : directrice du département de la justice magique, en campagne
x statut : toujours mariée à Ronald Weasley

MessageSujet: Re: les souvenirs qui se voilent. (hermione)   Lun 23 Juil - 9:58

Parvati n'était pas une Gryffondor pour rien. Elle faisait bonne figure, força même un petit sourire puis répéta - autant pour elle-même que pour son amie - la triste réalité qui était désormais la sienne. Et refusa d'en parler d'avantage. Hermione doutait qu'il n'y ai véritablement rien à dire, que la brune ne puisse bénéficier d'une oreille attentive et d'un moment pour s'épancher, exprimer sa peine ou sa colère. Mais elle n'allait pas la forcer. Elle avait connu suffisamment de rouges et ors butés et refusant de mettre des mots sur leurs émotions pour vouloir se lancer sur cette pente glissante. Elle avait été cette personne d'ailleurs. Et à l'époque, rien ni personne n'auraient su lui arracher ses tourments. La candidate était chaque jour reconnaissante d'avoir finalement jugé bon de suivre une thérapie, sans quoi, elle n'en serait sans doute pas là aujourd'hui.

Toutefois, elle s'abstint de toute remarque en ce sens à Parvati, qui connaissait déjà bien son avis sur la question. Plus d'une fois elle avait encouragé son amie à prendre soin de sa santé, physique et mentale, sans honte, ni doute. Concept difficile chez les sorciers. Elle avait plus ou moins réussi mais l'heure était visiblement à la distraction. Hermione eut donc un petit sourire, amusée au souvenir des dernières aventures de Rose. Sa fille lui ressemblait beaucoup - surtout d'après les autres - mais elle n'avait rien hérité de la rigueur maternelle et de son goût pour les règles justes et bien respectées. La brune ne put s'empêcher de rire et d'approuver les dires de son amie « Ah, ça, c'est une Weasley, il n'y a pas l'ombre d'un doute sur la question. » Oncle George était d'ailleurs assez fière de sa nièce, malgré son excellence académique, elle trouvait grâce à ses yeux par ses talents sur le terrain de Quidditch et son goût pour une plaisanterie bien orchestrée.

« Franchement, je suis contente de ne jamais avoir accepté de poste à Poudlard, je ne sais pas comment je ferais pour la discipliner en tant que mère et professeure. » Il avait été vaguement question qu'elle prenne les rênes des cours de Potions, mais le Ministère avait finalement été sa voie. Ce qui était un rien ironique, quand on pensait à la fougue adolescente avec laquelle elle avait juré ne jamais travailler pour cette institution. Mais on ne change jamais si bien les choses que de l'intérieur. « Il semblerait qu'elle se soit disputée avec une petite bande de Serpentards, je n'ai pas eu tous les détails mais, d'après elle, elles m'auraient insulté et lui auraient dit des choses franchement racistes. » Hermione ne mettait pas tellement en doute la parole de sa fille, qui pouvait se montrer égocentrique et caractérielle, mais n'en était pas moins une petite fille entière. Elle n'avait jamais eu aucun mal à avouer ses bêtises, même si son excuse se résumait à vouloir "voir ce que ça ferait." La candidate doutait donc qu'elle ai inventé cette histoire, mais elle attendait tout de même d'avoir le courrier de McGonagall pour s'assurer que sa fille n'avait pas omis une éventuelle provocation.

« Bref, au lieu d'aller voir un enseignant ou m'écrire, elle s'est dit qu'elle prendrait sa revanche en main toute seule. » La brune leva un peu les yeux au ciel, sans toutefois se défaire de son sourire. Après tout, c'était elle-même qui avait appris à ses enfants à reconnaître les limites de l'autorité et la distinction entre ce qui est juste et ce qui est obligatoire. Rose avait bien compris et quelque peu interprété ce précepte. « Je ne sais pas comment elle s'est débrouillée exactement, mais elle et une de ses copines ont enchanté toutes les affaires scolaires des petites Serpentard. Donc leur livre de Métamorphose est devenu le livre de Sortilèges, si elles essayaient d'écrire, leurs plumes se mettaient à couler ou à hurler des insanités, leur parchemin refusaient d'absorber l'encre ou s'effaçaient au fur et à mesure... Et elles leur ont aussi lancé un sort de glissement, tout ce qu'elles prenaient leur filer entre les doigts. » Hermione était toujours partagée entre le rire et la désapprobation parentale de rigueur. Mais il fallait bien admettre que c'était assez recherché. « Je l'ai grondée bien sûr, mais en vérité, je suis assez impressionnée, elle a fait de la magie assez complexe pour son âge. Bon, elle ne l'a pas forcément utilisé aux meilleures fins, mais en grandissant, ça viendra. » Elle marqua un temps d'arrêt, voyant comment son beau-frère avait tourné son imagination et ses talents en un business lucratif mais pas forcément des plus carrés. « Du moins il faut espérer. »

Elle sourit à son amie, espérant que les péripéties de sa vie de mère de famille la feraient au moins sourire. Et parce que c'était plus fort qu'elle, elle se permit d'ajouter une petite phrase quine viendrait peut-être pas améliorer l'ambiance. « Et tu sais Parvati, si tu changes d'avis et que tu veux en parler ou parler de quoi que ce soit d'ailleurs, je suis là. » C'était une semi-vérité, alors la candidate se sentit obligée d'ajouter. « Du moins, je ferais tout pour être là et t'écouter et t'aider si je le peux. Je sais qu'on ne se voit plus trop ces derniers temps, mais ça ne veut absolument pas dire que je n'accorde pas d'importance à notre amitié. Je... » Comment lui expliquer qu'elle avait à peine le temps de border son fils et ne parvenait pas à trouver l'équilibre qui convienne à son époux? Comment lui dire que tout son emploi du temps était le sacrifice de quelque chose? Si elle restait tard au bureau, elle ne pouvait pas écrire à Rose et lire une histoire à Hugo. Si elle s'accordait un week-end en famille, Mrs Granger-Weasley se trouvait avec un Cloud saturé et une montagne de travail le lundi matin. Si elle sortait avec une amie, elle abandonnait travail et famille pour un moment de détente et de normalité. A long terme, cela lui permettait sans doute d'être une future Ministre - si Merlin le voulait bien - plus efficace et une meilleure mère. Mais la pointe de culpabilité était tout de même là. « C'est juste difficile de trouver du temps pour tout et je suis désolée si tu le ressens. Je sais que tu comprends, toi aussi tu travailles beaucoup, mais je tenais à te le dire quand même. Je suis là pour toi, autant que je le peux. » Une condition qu'elle aurait préféré ne pas ajouter, mais elle se devait d'être franche. Et ne pouvait qu'espérer la compréhension de son ancienne camarade.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: les souvenirs qui se voilent. (hermione)   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

les souvenirs qui se voilent. (hermione)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Blog] Souvenirs, souvenirs......
» L'Hermione, reconstitution d'une frégate du XVIIIe siècle
» Loup solitaire et souvenir de jeunesse
» Souvenirs des attaques d'une aveugle
» Sir Jaime Lannister vs Cthulhu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: soho, westminster & south bank :: the leaky cauldron
-