Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à participer à l'animation d'ouverture !!! De plus, une intrigue a également été lancée, ça se passe par là !!! .

 

 i was broken from a young age - joseph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/06/2018
Messages : 23
Points : 18
x âge : 33 ans
x métier : membre du comité d'excuses à l'intention des moldus
x statut : divorcé

MessageSujet: i was broken from a young age - joseph   Dim 10 Juin - 22:30

joseph fisher
ft. max riemelt
DON'T JUDGE A BOOK BY ITS COVER
☕ âge : 33 ans
☕ orientation : hétérosexuel
☕ situation : divorcé
☕ occupation : employé au comité d'excuses à l'intention des moldus
☕ quartier : chelsea
☕ qualités : perfectionniste, loyal, travailleur
☕ défauts : sanguin, malchanceux, hait la magie
☕ statut : cracmol
☕ groupe : the wicked witch
OVERVIEW
Joe Fisher n'a pour ainsi dire jamais connu la définition du mot "chance", à peu près autant que celle du mot "bonheur". Cadet d'une fratrie de quatre enfants, il se retrouve unique cracmol de la famille et se retrouve obligé d'essuyer les critiques familiales et la déception parentale. Et s'il grandit avec un constant sentiment de rejet de la société, la magie n'a fait aucun bien à Joseph : job miteux et mal payé comme bouche-trou du ministère de la magie, auror de femme qui le quitte pour un sorcier en lui laissant une petite fille sur les bras et le décès de cette même petite fille, six ans plus tard, suite à un accident déclenché par l'apparition de ses pouvoirs, vous comprendrez aisément pourquoi notre homme cherche à s'identifier plus que possible au monde moldu, allant jusqu'à rejoindre les rangs des Oubliés en trahissant dès lors son propre sang.
that's my story
And it started like this...

- Ahem… Yo. Je suis Joe, je suis un cracmol.

Regards intrigués dans l’assemblée. Je me sens ridicule. Manque plus qu’un « booooonjouuur Joooooe » un peu trop forcé et je me sentirais comme chez les tarés. Pourtant, je suis là, au milieu de toutes ces paires d’yeux de merlans frits, à commencer à parler pour raconter ma vie de merde à une bande d’autres crétins à la vie pas bien moins merdique.

- Basiquement, ça veut dire que toute ma famille est sorcière, sauf moi.

Les merlans frits écarquillent encore les yeux, j’ai l’impression que certains d’entre eux pourraient carrément sortir de leurs orbites sans que ça m’étonne. Bon sang, un traître dans les rangs ! J’apaise le brouhaha avant qu’il ne devienne cohue :

- Hey, mollo les gars, si je suis là c’est que je les emmerde, tous. Beaucoup. J’ai le droit de continuer ?

Mon regard se tourne vers le grand blond qui s’occupe de présider l’assemblée. Il acquiesce sans un mot, m’autorisant à reprendre la parole tout en gardant son œil inquisiteur sur les autres qui semblent cesser instantanément de chuchoter. Comme si l’influence de ce gars allait bien au-delà du simple animateur de débats. Et mine de rien, ça me plaît.

Un dernier raclement de gorge, une gorgée de whisky. Cette traîtresse se noue déjà.

- J’ai grandi avec trois frères et sœurs, tous sorciers, mes parents le sont aussi. Autant vous dire que j’étais la déception de la famille. Un peu comme quand vous venez d’une grande famille de médecins et que vous décidez de tous les envoyer chier pour devenir menuisier. Ou flic. Je vous parle même pas des moqueries de mes frères. Y’a que ma sœur qui était encore relativement sympa avec moi. C’est la plus âgée, elle était déjà à Poudlard quand je suis né, du coup je suppose qu’elle était un peu plus… lucide. Ou qu’elle ravalait sa fierté.


Haussement d’épaules. Quelques moues déconfites, faussement empathiques, ou peut-être qu’elles le sont vraiment et que je suis juste incapable de reconnaître la sympathie quand les gens en font preuve tant j’en ai manqué durant toute ma vie.

- Bref, j’ai quand même voulu essayer de m’intégrer chez les sorciers, parce que j’ai jamais connu que ça, vous voyez ? Puis, tout le monde espérait tellement que je fasse un truc de ma vie qu’après avoir fini le lycée moldu, enfin votre lycée, quoi, j’ai juste décidé de me pointer au ministère de la magie, les mêmes cons qui vous ont laissé tous ces souvenirs horribles que vous racontez alors qu’ils sont supposés les effacer, même si je suis pas certain que ce soit mieux. Enfin, soit. Je me suis pointé chez eux et ils m’ont proposé de bosser pour le comité d’excuses à l’intention des moldus. En gros, mon job, c’est de vous fournir des excuses valables quand les sorciers merdent et menacent un peu trop le secret magique. Un peu comme le dernier Noël, vous vous rappelez de cette marque qui était apparue dans le ciel ? Bah c’était purement sorcier. Et on vous a vendu ça comme l’œuvre éphémère d’un artiste de rue. Voilà. C’est mon taff. C’est de la merde. Je suis mal payé, j’ai jamais reçu aucune reconnaissance et en plus de ça on a même pas de bureau potable.

Encore un raclage de gorge. Je tergiverse, mais je crache tout mon venin envers ce monde que je méprise et qui semble bien me le rendre, alors je hausse les épaules.

- M’enfin, qu’est-ce que vous voulez ? Si tout le monde faisait ce qu’il aime, dans la vie, hein…

Et voilà que je souffle, serrant les poings à l’approche de la plus grande déception de toute ma vie : l’abandon. Pas mon abandon, non, celui d’une pauvre gosse qui n’avait rien demandé. Mes poings se serrent sur mes cuisses.

- De toute façon, j’ai jamais rien vécu de bien grâce à la magie. Je me suis marié avec une sorcière qui bossait aussi au ministère, c’était un peu la bleuette des aurors, des espèces d’agents spéciaux chargés d’arrêter les grands criminels sorciers, si vous voulez. Personne la prenait au sérieux sauf moi, alors on a fini par se marier. Et puis, une fois qu’elle a un peu gagné en notoriété et en crédibilité là-bas, j’ai appris qu’elle était enceinte et par la même occasion qu’elle voulait divorcer pour partir avec un autre auror, un type vachement plus intéressant que moi. Et si ça s’arrêtait là, ça irait encore. Sauf que le jour où elle a accouché d’une gamine – je savais même pas si c’était la mienne, cette gosse -, elle est venue me demander de la ramener chez moi et de disparaître de sa vie, avec la gosse.

Une espèce de ricanement sans joie, plutôt ironique, empli de rage, passe la barrière de mes lèvres au moment où j’évoque Juliet. Je n’aurais jamais pu savoir que ma fille était vraiment la mienne sans cette chevelure bouclée que nous étions seuls à partager, elle et moi. Et en toute honnêteté, même si ça avait été la progéniture de l’autre crétin, je l’aurais quand même élevée comme la mienne.

- Juliet…

Ma voix se casse à l’évocation de son prénom. C’est encore trop tôt. Trop frais. J’ai mal, j’ai encore tellement mal.

- C’est ma fille, Juliet. Elle… Elle a grandi sans sa mère, forcément. C’était mon trésor. On a partagé tant de moments elle et moi, je crois que je l’ai même un peu trop gâtée, si vous voulez mon avis. Elle a eu droit à l’enfance que j’aurais voulu avoir… Pendant six ans, elle a été mon unique raison d’encore me lever le matin pour aller perdre mon temps chez les sorciers.

À l’évocation du bonheur que la petite avait pu me faire vivre, c’est un véritable sourire qui se forme sur mon visage, accompagnant mes yeux brillants de larmes. Mes jambes tremblent, bougent toutes seules, mes pieds claquent au sol comme un métronome déréglé. L’assemblée semble prise par mes paroles, d’autres ont l’air sceptiques, et beaucoup attendent probablement la fin de mon histoire à trois balles pour se forger une opinion.

- Elle avait cinq ans quand les premières manifestations de magie ont commencé à apparaître autour d’elle. C’est courant chez les gosses sorciers, vous savez. Quand les objets ont commencé à voler autour d’elle, j’ai compris à mon plus grand malheur qu’elle avait hérité de la saloperie de don de sa mère.


Saloperie… c’est pas peu dire. Je grimace, dégoûté. L’évènement qui a suivi a suffi à m’achever, à développer en moi un rejet de la magie qui ne s’estompera jamais.

- Un jour, elle jouait dans le jardin, vous savez, je la laissais tranquille, c’est une gamine qui a grandi un peu seule, elle savait s’occuper d’elle. Moi, j’essayais de me trouver un nouveau taff chez les moldus, histoire de me barrer définitivement du monde sorcier, puis je l’ai entendue crier. Et j’ai rien pu faire. Quand je suis arrivée elle était à dix mètres de haut, connerie de magie incontrôlable, elle a paniqué et au lieu de redescendre doucement… bah…


Trop tard pour reculer. Trop tard aussi pour retenir le sanglot qui me secoue, le frisson qui me parcoure rien qu’à penser que j’aurais pu faire quelque chose si j’avais eu des pouvoirs, que sa mère aurait pu faire quelque chose si elle avait décidé d’assumer son rôle. Je me mords l’intérieur de la joue pour tenter de calmer les tremblements, et je m’essuie les yeux avec rage alors que je reçois une tape qui se veut amicale sur l’épaule.

- Elle est tombée. Elle est tombée, j’ai rien pu faire. J’ai perdu la seule chose qui me retenait encore dans le monde magique… à cause de cette magie de merde. J’en ai horreur. Si ma gamine avait été normale, je serais pas là devant vous à chialer comme un con, je serais probablement en train de lui lire une histoire débile de princesses avant de la mettre au lit. Elle savait lire, mais ça devait toujours être moi qui lui racontais cette connerie.

Un reniflement bruyant, j’appuie mes paumes contre mes yeux, et une valse dansante de lumières se forme.

- Je déteste cette putain de magie.
 ... to be continued
behind the screen
twisted/caroline ☕ 22 ans
fréquence de connexion : aussi souvent que possible ϟ perso inventé ou scénario ? pv ϟ avatar à réserver : max riemelt ϟ code du règlement : mischiefs managed ϟ comment avez-vous connu Glitch ? What a Face ϟ un dernier mot pour finir en beauté ? GUESS WHO S BACK ?
©️ vintage love (avatar), tumblr (gif)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 246
Points : 456
x âge : dix-neuf ans
x métier : coffee girl du comité d'excuses à l'intention des Moldus, en stage longue durée
x statut : lulz

MessageSujet: Re: i was broken from a young age - joseph   Dim 10 Juin - 23:00

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

i was broken from a young age - joseph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [SOLVED] microphone broken? solid red lights
» Question sur des vins de l'appellation St-Joseph
» Joseph Kony, mobilisation générale sur Internet.
» [Mélée] Bran the Broken - 2ème CE Stahleck 2011
» [Résolu] Diverses interrogations métaphysiques (ou pas) - Young Griff effet "Then"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: all the pretty owls :: you can't be more muggle than me :: présentations validées
-