Bienvenue sur . Glitch of magic ! Recensement en cours ! N'oubliez pas de venir poster ! • Tempête de neige en pleine canicule à Londres ! venez participer au topic commun ici ! Un petit défi d'écriture, ça vous dit ? Plus d'infos par ici !si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. .

 

 (i'm not interested in being polite or heterosexual)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/06/2018
Messages : 34
Points : 51
x âge : trente-et-un ans
x métier : apothicaire, propriétaire d'une boutique qui a pignon sur rue dans l'Allée des Embrumes, trafiquant de biens en tout genre à ses heures perdues
x statut : célibataire, papillonneur mais prudent

MessageSujet: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mar 5 Juin - 23:48

marius nott
ft. harry shum jr
DON'T JUDGE A BOOK BY ITS COVER
☕️ âge : trente-et-un ans
☕️ orientation : bisexuel
☕️ situation : célibataire, libre comme l'air a priori
☕️ occupation : apothicaire, propriétaire de sa propre boutique dans l'Allée des Embrumes,
☕️ quartier : Mayfair
☕️ qualités : sociable, cosmopolite, curieux, organisé, intelligent, cultivé, indépendant
☕️ défauts : opportuniste, manipulateur, secret, méfiant à la limite de la paranoïa, égoïste
☕️ statut : sorcier
☕️ groupe : wicked witch
OVERVIEW
Nott, un nom qui, comme bien d'autres, est automatiquement associé à de mauvais souvenirs dans la communauté magique et Marius ne connaît que trop bien l'héritage qui est le sien. Presque vingt ans se sont écoulés depuis la bataille de Poudlard et la mort de ses parents mais personne n'a oublié, lui  le premier. Curieux de nature et animé par une soif de savoir intarissable, il s'est plus d'une fois perdu dans les livres de magie noire de ses parents et autres ouvrages interdits à la lecture des élèves, à Poudlard, et la disparition de ses parents n'y a rien changé, bien au contraire. Pourtant, Marius n'a jamais épousé leurs idéaux, pas à onze ni à dix-sept ans ni même maintenant, alors que rejaillissent certaines idées de ses parents et de leurs congénères. Marius se tient à l'écart de toute politique, de toute sociabilité aussi. Il se plaît dans sa boutique, à entretenir le mystère et l'excentricité qu'il a fait sienne. Il tient les autres à l'écart, parce qu'il prétend que ça ne l'intéresse pas. Peut-être qu'il se protège un peu aussi.
that's my story
And it started like this... Marius a huit ans, l'année où tout a changé. Enfn, tout, sans doute un bien grand mot. Marius a huit ans, donc, quand sa mère a changé et son petit univers a basculé. Fils unique de Julius Nott et de son épouse Cordelia, née Flint, Marius a grandi dans un manoir modeste qui, pourtant, lui semblait immense. Ses fréquentations se résumaient alors aux quelques amis de la famille, aux enfants de ces derniers, Nora surtout, fluette et dynamique, la seule que son naïf cœur d'enfant aime comme une amie, presque comme une sœur, et aux trois elfes de maison sans qui la vaste demeure se serait sans doute écroulée. De son père, qui brillait par son absence, il n'a gardé que peu de souvenirs, imprécis, flous. Une haute silhouette dansant en arrière-plan, un regard sévère, peu de tendresse, si peu qu'il a la sensation de l'avoir inventée. Sa mère, en revanche, est le personnage principal de son enfance, jusqu'à ce fameux été 1995. La femme tendre et légère, reine de ses souvenirs de môme, s'est transformée pour laisser place à une sorcière paranoïaque et ambitieuse, sombre. Toujours sa mère en apparence mais en apparence seulement. Les sourires ont disparu, les gestes d'affection aussi. Du haut de ses huit ans, Marius n'a pas compris. Pas tout de suite, du moins. Il a regardé sa mère s'éloigner, obsédée par le Seigneur des Ténèbres, une simple idée à ce moment-là, une idée que Marius jalousait violemment. Une idée qu'il n'a jamais rencontré en personne, Merlin merci, mais qui a réussi le tour de force de lui prendre sa mère qui le chérissait tant. Mentalement d'abord, puis physiquement.

Marius a onze ans lorsque la nouvelle tombe, terrible, au début du mois de mai 98. Il a, à l'époque, déjà trouvé refuge dans les pages des nombreux ouvrages qui pavent les murs de la vaste bibliothèque du manoir familial. Même s'il ne parvient pas, ne veut pas mettre de mot sur la situation, il sait qu'il n'est plus qu'un joli petit accessoire qu'on sort aux dîners de famille et autres réceptions vaguement importantes, le charmant jouet qui parle et débite machinalement ce que la solitude et les livres lui ont appris. Sa mémoire amuse le peu d'hôtes que ses parents trouvent encore le temps de recevoir. Il y a plus urgent, plus important à faire et cela, Marius l'a très bien compris. Il ignore les détails, n'ose pas demander d'ailleurs, mais il a compris. Il se console en se persuadant que ce doit être vital, qu'il ne peut en être autrement – parce que maman ne peut pas l'avoir abandonné sans la meilleure des raisons, n'est-ce pas ? Les récits qu'il dévore sont devenus sa réalité, même les plus sombres. Il imagine ses parents, sa mère surtout, héros des lignes qui lui tiennent compagnie, sans réussir à y croire tout à fait. Quelque chose l'en empêche, l'instinct peut-être, les bribes de conversations captés à l'un ou l'autre des fameux dîners aussi. Marius sait mais il ne veut pas le reconnaître. Puis le message arrive, épouvante les elfes de maisons. Les maîtres sont morts, les maîtres sont morts, les maîtres sont morts. Et le Ministère, et les sorciers, les inconnus, un véritable ballet d'étrangers qui ouvrent tiroirs et placards, fouillent les chambres et arrachent les draps, les tableaux, les livres. Oh, les livres.

De cet épisode, Marius ne garde qu'une soupe d'images, épaisses et floues, sans couleur. Des larmes, quelques unes. De leurs morts, Marius ne retient pas grand-chose, sinon l'absence des mots et des questions auxquelles il n'a jamais su répondre. Ses parents, il les a déjà perdu depuis bien longtemps lorsqu'on lui apprend leur mort.

C'est à cette époque qu'apparaissent dans son quotidien si tranquille les Ehsan. On lui explique que Cordelia – Cordelia, c'est maman, maman qu'il n'a jamais appelé autrement, Cordelia est une étrangère, une coquille vide aux yeux agrandis par la paranoïa, au cœur bouffé par l'ambition, Cordelia n'existe pas dans l'esprit de Marius – a grandi avec Avin, que l'une de ses dernières volontés est de le voir grandir auprès d'Avin. La seule volonté qu'on respectera d'ailleurs. Avin est une jolie sorcière, aux grands yeux sombres, au sourire tendre. Elle lui rappelle maman par bien des aspects – maman, avant. Avin a la voix grave, Avin chuchote pour le rassurer, Avin l'emmène. Le manoir, Marius ne le reverra que des années plus tard, au moment de sa vente.

L'été 98 passe vite, trop vite. Marius n'a pas le temps de déposer ses affaires dans le grand appartement de la famille Ehsan qu'il faut déjà repartir, pour Poudlard cette fois. Avin chuchote toujours, sous le regard toujours un peu méfiant de Reza, son mari. On ne fait pas encore confiance à Marius, et s'il n'en est pas certain, il se doute que ses propres parents en sont la raison. On ne lui fait pas confiance et on ne le laisse jamais vraiment seul mais on ne le surveille pas. Avin chuchote, Reza l'observe et Noor, leur fille, parle beaucoup, crie parfois, rit beaucoup. Noor n'est pas une sorcière, Noor lui pose mille et une questions sur Poudlard, Noor ouvre de grands yeux lorsqu'ils vont chercher ses premières fournitures scolaires dans les boutiques du Chemin de Traverse. Noor n'est pas aussi discrète que sa mère, pas aussi réservée que son père. Noor s'impose et, pour la première fois depuis bien longtemps, Marius n'est plus vraiment seul.

Poudlard, en revanche, est une toute autre affaire. Les murs semblent intacts, les dégâts de la Bataille de Poudlard ont disparu mais les stigmates de la guerre sont toujours là, dans les regards brûlant de haine des élèves les plus âgés, dans l'émotion amère avec laquelle les disparus sont évoqués. Marius écoute, Marius encaisse. Marius comprend, enfin. Marius s'éloigne, sauf de Nora. Nora peut rester, parce que Nora a toujours été là. Parce que Nora est un repère, le visage familier qui réchauffe son cœur chaque fois qu'il l'aperçoit. Parmi ses camarades de la maison Serpentard, qui se referme quelque peu sur elle-même d'abord, il trouve un certain réconfort. On se comprend, on se soutient mais, bien vite, il réalise que la voie qui s'ouvre devant lui, pavée d'amertume et d'une envie certaine de revanche, n'est pas le chemin qu'il désire suivre. Ses lectures tiennent un autre discours, du moins aux yeux des enfants des camarades de ses parents. Chaque livre de la bibliothèque du château est bon à prendre, même les plus sombres, et il n'est pas rare qu'il se tourne vers des ouvrages dont la teneur lui tire parfois des frissons. Si ses professeurs admirent et encouragent sa soif d'apprendre, la pile de livres  qui occupe sa table de nuit sans sembler diminuer les inquièterait certainement si ils l'apercevaient. Marius est curieux, Marius s'interroge et il n'y voit aucun mal d'abord. Une conversation particulièrement houleuse avec la bibliothécaire lui fait cependant comprendre que certains de ses intérêts n'ont rien d'innocent pour un œil extérieur. Marius se fait plus discret, plus attentif aussi. Doucement mais sûrement, il s'éloigne des autres. Noor, la première, s'en aperçoit. Ses retours chez les Ehsan sont plus fréquents, ses anecdotes à propos de ses amis se font plus rares et la jeune fille, qui les dévore avec avidité, s'en étonne. Il élude les questions d'abord, s'énerve ensuite jusqu'à ce qu'Avin tempérise. Mais elles ne comprennent pas. Les questions reviennent, cachées par des sourires rassurants, et si Marius tente maladroitement de les fuir, ce n'est que lorsque Reza intervient, juste mais ferme, qu'il trouve un semblant de paix. Un semblant de père, aussi.  Si Avin ressemble à sa défunte mère, Reza n'a, lui, guère de points en commun avec feu Julius Nott et c'est probablement la raison qui pousse Marius à lui faire confiance. D'ordinaire si peu bavard, surtout lorsqu'il est question de lui-même, l'adolescent lui explique tout, en détails. Serpentard et l'hostilité des autres, la triste réalité derrière la mort de ses parents et de ceux de tant de ses camarades, le sourd désir de revanche de certains, le silence pesant qui suit leur arrivée en classe parfois, la solitude à nouveau, les livres, et la magie, tant de magie, tant de savoirs. Ses craintes, enfin, de se retrouver dans les pas d'un père inconnu, d'une mère aveuglée par une idéologie qui lui inspire un si grand dégoût. Sa peur, aussi, de se laisser avoir par les discours enflammés d'orphelins qui lui ressemblent. Reza écoute, sans l'interrompre. Il hoche la tête parfois, esquisse un sourire, fronce les sourcils. Reza accepte de partager un morceau du fardeau que Marius a lui-même construit, empilant soigneusement chaque pierre de regrets et d'angoisse, cimentée à la solitude. Reza le soulage, sans un mot – en écoutant les siens, simplement.

Marius a dix-sept ans, presque dix-huit, et ses ASPIC en poche quand l'héritage de ses parents se dresse sur son chemin, sombre, familier. Les Ehsan ont tenu créanciers et notaires éloignés aussi longtemps que possible, mais ils ne peuvent le protéger de l'inévitable. Il est majeur selon la loi et la loi exige qu'il décide de l'avenir du manoir familial. Marius ne réfléchit guère, peu attaché à ces murs qui l'ont vu si souvent attendre le retour de sa mère, si longuement aussi. La vente est organisée par Reza. Les papiers sont signés, les gallions entassés dans un coffre de Gringotts. Une lourde page se tourne et Marius est bien décidé à en refermer le livre. La tâche n'est pas aisée pourtant, d'abord parce qu'il investit une partie de la fortune familiale et de l'argent acquis lors de la vente du manoir Nott dans une boutique poussièreuse de l'Allée des Embrumes, une échoppe qui a connu des jours meilleurs. Passer la porte, chaque jour, l'amène fatalement à songer à ses parents, à ces vies perdues, gâchées par une obsession malsaine. Et, bien sûr, le nom qui s'étale en lettres d'argent sur la porte, son nom est un constant rappel à leur mémoire. Les héros de la Bataille de Poudlard honorent celle de leurs disparus, Marius et d'autres supportent celle des leurs. Ces autres, il les évite habilement. Il se fait discret, anguille plus que serpent, et lorsque, malheureusement, il ne parvient pas à passer inaperçu, tombe sur l'un ou l'autre de ses fameux anciens camarades – ou pire, sur ceux qu'il a un jour considéré comme des amis, Nora en tête de liste – ses sourires se font figés, son ton, mielleux. Marius disparaît derrière son hypocrisie, devanture aussi rutilante que celle de sa boutique.

Si Avin n'approuve pas tout à fait son mode de vie, Reza est, une fois de plus, bien plus compréhensif. Il comprend – partage même – l'intérêt de Marius pour la magie, qu'elle qu'en soit sa forme, et fréquente fidèlement la boutique. Tout comme Noor, d'ailleurs, qui passe des après-midis entiers dans l'arrière-boutique, à froncer le nez sur ses cours d'anatomie ou à éplucher les comptes. Si le Ministère et les bouffons qu'il envoie régulièrement sont incapables de lui reproche quoi que ce soit, c'est à elle que Marius le doit. Peu porté sur les sciences moldus, encore moins sur les mathématiques, il la laisse opérer sa propre magie sur ses affaires. Les irrégularités disparaissent mais les envoyés du Ministère, eux, viennent et reviennent dans sa boutique. Alerté par Noor, témoin de certaines visites, Reza tente de lui proposer son aide mais, plus amusé que réellement alarmé, Marius refuse systématiquement, sans jamais le regretter. Peut-être aurait-il dû accepter, à la réflexion, peut-être aurait-il dû se protéger.

Discret, Marius l'est depuis toujours, mais au fil des années, sa fierté finit par éclipser son instinct de préservation. Les vieux camarades resurgissent, plus ambitieux, plus véhéments aussi, avec de discours revanchards entendus dans les dortoirs, dorénavant bien concrets. Et Marius ne s'inquiète pas, pas tout de suite. Il a déjà nettoyé son carnet d'adresse. Même Nora, il ne la fréquente plus. Même Nora a disparu, malgré tout le mal que cela lui a fait. Il n'a rien à se reprocher, sinon son ascendance et personne n'a jamais été arrêté pour expier les fautes de ses parents. Il se persuade, sans trop de mal, qu'il s'en sortira, comme toujours. Puis apparaît Rafael Morello, sa gueule d'ange et ses bons sentiments. Pourtant, leur première rencontre, loin d'être exceptionnelle, ne lui laisse pas vraiment un souvenir impérissable. Les sbires du Ministères se suivent et se mélangent dans sa tête, en une foule informe, aux traits difformes. Morello ne lui apparaît pas différent des autres, pas tout de suite, malgré un physique qui ravit ses yeux d'esthète. Il revient, cependant, s'intéresse, s'inquiète même. Et Marius, accroché à sa fierté, préfère ne pas écouter. Il perturbe Morello, il le sait, et se joue de sa méfiance, sautant de compliment déplacé en proposition indécente à peine voilée, plus distrait par ce petit jeu qu'inquiet par les mises en garde de l'officier. Il a survécu jusque-là, alors que pourrait donc lui faire le Ministère ?... to be continued
behind the screen
valtersen/julia ☕️ 22 ans
maison préférée : serdaigle. ϟ fréquence de connexion : aussi souvent que possible. ϟ perso inventé ou scénario ? poste vacant (mais marius est à moi les go, déso Arrow c'est @arabella edgecombe qui me l'a dit quand je poireautais gare du nord ϟ avatar à réserver : harry shum jr. ϟ code du règlement : mischief managed. ϟ comment avez-vous connu Glitch ? lulz. ϟ un dernier mot pour finir en beauté ? on m'a dit oui pour mon dc, alors love love peace peace, keurkeur et tout ça
©️ valtersen (avatar), tumblr (gif)


Dernière édition par Marius Nott le Jeu 7 Juin - 22:57, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/05/2018
Messages : 243
Points : 212
x âge : 31 ans
x métier : professeur des écoles, vidéaste sur youtube
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 0:27


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 287
Points : 404
x âge : 23yo
x métier : magizoologiste/soigneuse au Zoo de Londres
x statut : *cough*

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 2:36

Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 6:48

re
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 37
Points : 50
x âge : 28 ans
x métier : Escort Witch
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 8:45

MON POTO
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 30/05/2018
Messages : 192
Points : 223
x âge : 37 ans
x métier : Trafiquant de drogue
x statut : Moldu

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 10:07

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 10:14

reee
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 10:58

Rebienvenue par ici !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 21:33

Oh, mais bienvenue à toi, et bonne chance pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/06/2018
Messages : 34
Points : 51
x âge : trente-et-un ans
x métier : apothicaire, propriétaire d'une boutique qui a pignon sur rue dans l'Allée des Embrumes, trafiquant de biens en tout genre à ses heures perdues
x statut : célibataire, papillonneur mais prudent

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   Mer 6 Juin - 23:49

merci les enfants

@Vesper Greengrass a écrit:
MON POTO

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (i'm not interested in being polite or heterosexual)   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

(i'm not interested in being polite or heterosexual)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: all the pretty owls :: you can't be more muggle than me :: présentations validées
-