Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à participer à l'animation d'ouverture !!! De plus, une intrigue a également été lancée, ça se passe par là !!! .

 

 barathon - sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/05/2018
Messages : 178
Points : 180
x âge : 31 ans
x métier : professeur des écoles, vidéaste sur youtube
x statut : célibataire

MessageSujet: barathon - sam   Mar 5 Juin - 11:21

Exténué : voilà en un mot l’état d’esprit d’Ezra Northman en ce vendredi soir. Pas que sa journée ait été particulièrement éreintante, bien que les fins de semaine étaient toujours sujettes aux débordements quand on tenait une classe de vingt gosses crevés, mais il sortait à peine d’un entretien avec le père des jumeaux Mulciber. Et si vous vous demandez à l’instant qui sont ces enfants, je vous répondrai bien simplement que si l’éthique voudrait qu’on apprécie chacun de ses élèves de la même manière, Northman n’avait pas la moindre honte d’avouer que les jumeaux Mulciber étaient de véritables plaies qui se faisaient remarquer non seulement en classe, mais partout ailleurs également, ses collègues lui pardonnant de ce fait cet écart déontologique sans sourciller – le plaignaient même parfois, un peu. Leur père semblait cependant se complaire de la situation avec une certaine fierté, et si Ezra se creusait encore la tête à chercher une raison valable à cela, il n’était pas prêt de s’approcher du but.

Aussi décida-t-il de cesser de chercher des explications.

Il avait rendez-vous avec Samuel, collègue et ami qui devait probablement déjà l’attendre devant une bière, ricanant à imaginer l’entretien entre Northman et le père Mulciber. Le William Blake est un point de chute bien éloigné de leurs logements respectifs, mais un pub agréable découvert dans les hasards d’un barathon endiablé. Lorsqu’il entre, Samuel est là, à leur place habituelle, à vue de nez déjà perdu dans les tréfonds de quelques shots – et c’est gentil. Ezra grimace, trop sobre à son goût, et s’installe face à lui, lui volant le verre placé devant lui.

- Je vois qu’on s’amuse bien ! Bravo, le soutien ! Pour la peine, ça, c’est à moi – je l’ai bien mérité, après une demi-heure de Mulciber.

Cul sec. Cette soirée s’annonce mémorable. Ou pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 45
Points : 99
x âge : 26 ans
x métier : Comédien
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: barathon - sam   Jeu 7 Juin - 12:13


Bon dieu. Cette journée avait été tuante. Bon, bien sûr, c’était au sens littéral du terme. Vous vous doutez bien : comment serais-je censé vous raconter cette histoire ? Suivez, un peu !

Tout avait commencé par mon réveil désastreux : Non seulement, il y avait cette nana dans mon lit, dont je ne connaissais ni le nom, ni la raison pour laquelle elle était là. En réalité, je ne me souvenais même pas être sorti la veille. Moi qui pensais avoir été, pour une fois, raisonnable, j’étais déçu. Déçu, mais aussi, surpris. Si bien que ma chute du lit en réalisant que je n’étais pas seul, me cognant ainsi violemment contre ma table de nuit, me fit non seulement pousser un cri de douleur, mais laissa sur mon front le signe de la journée de merde.

Tant bien que mal, je m’étais relevé, un peu sonné, optant pour une douche qui me remettrait probablement les idées en place. Plus d’eau chaude. Eh merde. Enfin bon, maintenant que j’y étais… terminant cette torture express, prêt à partir, j’ai rapidement pris un café. Ou du moins… essayé. Ma tasse, en fusion, était impossible à terminer. Rageant contre le sort qui s’acharnait, j’ai calmement expliqué à la marmotte qui hibernait dans mon lit qu’elle ne pouvait pas rester là, et, après m’être fait traiter de tous les noms, j’avais enfin pu partir bosser… sur de plus ou moins bonnes bases.

Les gamins, eux aussi excités du bocal, avaient fini de me mettre sur les rotules. Bien évidemment, j’avais gardé le contrôle : il n’aurait plus manqué que je me laisse bouffer par des gosses de 5 ans. Nom de dieu, ma virilité inexistante en aurait tout de même pris un sacré coup.
La fin de la journée pointa finalement le bout de son nez. Et comme bien souvent, j’avais rendez-vous avec Ezra, collègue qui, au fil du temps, était devenu un allié, puis un ami. Et une fois encore, je l’attendais patiemment, à ce qui s’apparentait le plus à un QG, pour nous, aux vues du temps qu’on y passait : Le bien nommé « William Blake ». J’adorais cet endroit. Son ambiance. Ses karaokés, ses baby-foots et autres billards ;Hamburgers, Nachos, et autres tacos… le paradis pour nous.

Lorsqu’Ez’ arriva, j’en étais à mon quatrième verre. Pas que j’aie spécialement envie de me torcher. Mais il en avait mis, du temps, ce con ! qu’est ce qu’il avait bien pu faire ? Tenté de pécho dans un club du troisième âge, dans un atelier tricot ?
Lorsqu’il arriva totalement déphasé, je réprimais un rire malvenu. Le pauvre avait l’air mort de fatigue.
Mon sourire s’évapora bien vite, alors qu’il chouravait sans avertissement à mon égard, le verre que le serveur venait de m’apporter.

- Si t’avais soif… t’aurais pu le dire, j’t’aurais payé un verre ! puis si tu voulais que j't'attende... t'avais qu'à te bouger, t'as foutu quoi, bordel ? Lui dis-je d’un ton amusé. Mais lorsqu’il m’expliqua la rencontre avec le père Mulciber, une expression de dégoût et de compassion pour mon ami se dessina sur mon visage.

- Ouuuuh ! Dur. C’était quoi, cette fois-ci ? Ses fils sont des génies, ils ont tout à t’apprendre du métier ?


Et rappelant le serveur, j’ai repris là où je m’en étais arrêté. Je l’aurais, ce foutu verre. Et me tournant vers mon pote, j'ai poursuivi:

- J’t’en paye un autre. Tu l’as bien mérité !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/05/2018
Messages : 178
Points : 180
x âge : 31 ans
x métier : professeur des écoles, vidéaste sur youtube
x statut : célibataire

MessageSujet: Re: barathon - sam   Mer 13 Juin - 12:14

Cul sec sous les protestations de Samuel. Ezra l’intime de se taire d’un geste de la main, après tout, il vient de se farcir le père Mulciber et ça mérite bien une petite compensation de type alcoolisée. D’ailleurs, à peine son nom prononcé, le visage de Samuel change, s’adoucit, soudain bien plus compréhensif quant à la condition de son ami. Ezra lève les yeux au ciel. Arcadius Mulciber est un étrange personnage qui semble se complaire dans le comportement exécrable de ses enfants, à croire que l’idée vient de lui tant les gosses n’ont peur de rien ni personne et au vu de son rictus narquois gardé tout au long de l’entrevue.

Il attrape le verre que le serveur lui tend et le lève vers son ami.

- Merci.
Il boit une gorgée puis, d’un soupir, explique : les jumeaux prenaient un peu trop leurs aises, même un passage chez la directrice ne les a pas calmés, alors je l’ai convoqué. Mauvaise idée. Faut pas espérer de soutien des parents quand ils ont des enfants rois, je devrais le savoir depuis le temps. Bref !

Ezra entrechoque son verre avec celui de Samuel, à la santé de leur job qui, parfois, peut vraiment se révéler être un job de merde – heureusement que tous les enfants ne sont pas comme les jumeaux Mulciber, quoi. Mais aussi au week-end qui est là, enfin, et à la fin de l’année qui approche.

- Arrêtons de parler d’école ou je vais me payer un ulcère, santé ! Nouveau cul sec. Je peux squatter ton canapé ce soir ? T’habites plus près d’ici que moi et j’ai pas prévu d’être en état !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 45
Points : 99
x âge : 26 ans
x métier : Comédien
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: barathon - sam   Hier à 16:08


Bien évidemment, mes protestations comptaient pour du beurre. En même temps, je n’étais pas le genre de gars casse-bonbons à tendance rabat joie. Voyant mon verre disparaître d’une traite dans le gosier de mon ami, j’ai fini par me taire, lui lançant un regard interrogateur…. Qui laissa bien vite place à un autre, plus compréhensif. Bordel. Mulciber family. En temps normal, ça arrivait que dans les cauchemars, un truc pareil, et pourtant, Ezra avait eu la malchance ultime. Bon, il l’avait sans doute provoquée, en demandant à ce cher papa de venir discuter de ses enfants. Mais tout de même. Personne ne méritait une entrevue avec ce type.

Soupirant un coup, j’ai tapoté le dos de mon pote, en signe de soutien.

- Effectivement. Elle te revenait, cette pinte.

Et écoutant les déboires d’Ez’, j’ai fait signe au barman afin de le remercier, alors qu’il se pointait avec nos deux verres… pleins, ceux-cis.

- Hm. Je vois. Mulciber, êtres tout puissants de père en fils. Ca promet pour le futur… rappelle moi de déménager, à leur majorité. Lui ai-je lancé d’un ton amusé. Pourtant, ce n’était qu’une moitié de plaisanterie : imaginer ces enfants 10 ans plus tard, avec n’était-ce qu’un tout petit peu de pouvoir, me filait la chair de poule. Et pourtant, c’était infondé : si ça tombait, ils finiraient manutentionnaires, fin de l’histoire. Trinquant avec mon ami, j’ai prélevé une bonne gorgée de ma guiness. Bon dieu. Je m’en étais, certes, bu une avant l’arrivée d’Ezra, j’étais en plein trip gustatif. La guiness faisait partie de mes boissons favorites. Simple, efficace. On en trouvait presque partout, et pour être honnête, ça m’arrangeait bien.

- Vendu ! Pour être honnête… j’ai pas l’intention de sortir d’ici sobre non plus. Comme ça on est deux !

Je n’avais pas hésité une seule seconde, à ce qu’Ez’ reste chez moi. C’était presque devenu monnaie courante, lors de nos virées nocturnes souvent mouvementées. Avec le temps, mon canapé était devenu son lit de camp attitré… Duquel j’adorais le sortir à coup de blagues douteuses, le lendemain, lorsque je ressortais un peu plus frais que mon ami -comprenez : à quatre pattes, mais digne, sans une trace de vomi sur le t-shirt et capable de nous ramener à la baraque sans devoir faire tout Londres à pieds-… Ce qui n’avait que peu de chances d’arriver, ce soir là.

- Santé, vieux.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: barathon - sam   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

barathon - sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: shoreditch :: the william blake pub
-