Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à participer à l'animation d'ouverture !!! De plus, une intrigue a également été lancée, ça se passe par là !!! .

 

 SOS relous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 234
Points : 351
x âge : 23yo
x métier : magizoologiste/soigneuse au Zoo de Londres
x statut : oh man..

MessageSujet: SOS relous   Mar 5 Juin - 0:09


sos relous
poppy & samuel

« Il est parfois dans la vie de ces rencontres bizarres qui décident de vous comme une main détermine les mouvements d'un pantin. »
L'horloge affichait huit heure passée quand Poppy quitta finalement le centre de recherche et de réadaptation des créatures magiques, ou C2RCM comme elle aimait l'appeler - et avouez que c'est beaucoup moins long- autour de ses collègues. Elle ferma la porte du vieux hangar à ravitaillement qui cachait l'entrée du centre derrière elle, veillant à la verrouiller et à vérifier que les charmes de protection anti-mordus étaient toujours bien en place. De nombreuses interférences avec ces dits charmes avaient été déclarées ces dernières semaines et le centre ne pouvait absolument pas se permettre un incident de telle ampleur, cela s'avérerait être une véritable catastrophe. Elle traversa le territoire des lions, longea les barrières des animaux de la ferme, rendit une rapide visite au royaume des gorilles, puis se dirigea vers la sortie du zoo. La journée avait été très longue, et elle avait passé l'après-midi à nettoyer le bassin du rémora qui avait fait son arrivée au centre quelques semaines auparavant. Comme beaucoup de pensionnaires, la créature était une espèce protégée et avait été la victime de braconniers. Le plan était de rentrer prendre un bon bain avec un bon verre de vin, mais alors qu'elle était dans le métro, à quelques arrêts à peine de Camden, elle décida qu'elle pouvait bien s'arrêter au boggart music bar en chemin. Après tout, elle le méritait bien.
Elle entra dans l'établissement un peu avant neuf heure. Le fait que l'on ne soit que mardi n'avait pas empêché une ribambelle de jeunes sorciers de se retrouver dans l'un des bars les plus branchés du monde sorcier Londonien. « Salut Luke !» lança-t-elle au jeune sorcier qui se tenait derrière le bar. Le fait qu'elle le connaisse par son nom aurait peut-être dû commencer inquiéter Poppy sur le temps qu'elle passait là. « Hey Poppy ! Ça va ? Laisse-moi deviner... une Blue Moon avec un quartier d'orange ? » demanda t-il à la blonde.  « Mon dieu, il faut que je vienne moins souvent apparemment.» répondit-elle, laissant échapper un éclat de rire. Elle tira un tabouret de dessous le bar et s'installa, consultant ses messages sur son téléphone. Son voisin de gauche lui lança un regard de travers quand elle sortir l'appareil moldu de sa poche, mais elle n'y prêta pas vraiment attention. Son verre arriva devant elle et, après avoir bu une première gorgée, elle pressa le quartier d'orange au dessus du liquide puis y laissa tomber le morceau.
(c) DΛNDELION


Dernière édition par Poppy S. Thurstan le Ven 8 Juin - 6:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 52
Points : 174
x âge : 26 ans
x métier : Comédien
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: SOS relous   Jeu 7 Juin - 23:53

La journée avait beau être terminée pour tous les instits, je n’avais pourtant pas eu le temps de m’ennuyer : à peine étais-je sorti de la classe, qu’il m’avait fallu courir jusqu’au théâtre, afin de retravailler l’une ou l’autre des scènes qui nous posaient souci. Et il y avait encore du travail : Mary s’étant cassé une jambe, il avait fallu lui trouver une remplaçante en catastrophe, qui commençait justement les essais aujourd’hui. D’abord, j’avais pris un peu de mon temps pour lui présenter les locaux, mentionnant à celle-ci quelques règles élémentaires, quant à l’interdiction formelle qui nous était donnée d’entrer dans le bureau du directeur -première porte à gauche-, ou encore dans le local technique, troisième porte dans le petit couloir, juste à côté des toilettes. Certes, dit comme ça, ça pouvait paraître compliqué. Mais il fallait simplement faire un petit effort de mémoire, ce qui, pour une comédienne n’était pas censé poser trop de soucis. Le théâtre était composé de dédales de petits couloirs. Elle n’avait de toutes façons pas vraiment d’autre choix que de se souvenir des conseils que je venais de lui donner ; sous peine d’avoir de mauvaises surprises…

Une fois tout ce blabla terminé, nous avons enfin pu entrer dans le vif du sujet. Je profitais de ces essais pour lui expliquer ce que l’on attendait réellement d’elle, et, l’écoutant lire son texte avec attention, je lui donnais la réplique, me permettant ainsi d’avancer bon train… Deux heures plus tard, la jeune femme connaissait un bon morceau de son texte, déjà. Et je devais bien admettre qu’elle était très prometteuse ; elle me rassurait, quant au sort réservé au rôle de ma comparse blessée. Elle pourrait prendre le temps nécessaire pour se remettre sur pieds, cela n’impacterait pas la pièce autant que je l’avais redouté. Mission accomplie.

Satisfait du travail abattu, j’ai remercié la demoiselle ainsi que mes amis, venus travailler tranquillement avec nous. Et une fois sorti, j’ai allumé une cigarette, marchant un peu au hasard des rues… là, j’ai fini par m’arrêter dans le premier pub venu : un soir sans une bière n’était pas la promesse d’une bonne soirée en perspective, quelle qu’elle soit. J’avais mon rituel, et je m’y tenais, le petit doigt sur la couture du pantalon : tous les soirs, je finissais en beauté ma journée, à siroter une guiness dans l’un ou l’autre des pubs qui s’imposeraient à moi dans ma course jusqu’à chez moi…

Une fois n’était pas coutume, j’ai donc poussé la porte de ce bar, m’installant à la dernière place libre du comptoir. Commandant mon verre, les yeux rivés sur mon téléphone, je pouvais entendre les discussions de mes voisins de tablée, s’extasiant sur les formes avantageuses de la jeune femme assise à côté de moi. Je ne disais rien : après tout, je n’étais pas non plus censé écouter aux portes. Pourtant, je bouillais intérieurement. J’avais beau être un homme, je n’avais jamais compris ce genre de beaufs… En les voyant, je me surprenais à plaindre la gent féminine : l’un des avantages à être un homme ? On n’avait jamais, de commentaire déplacé, sur notre boule, ou toute autre partie de notre corps. C’était tout de même dingue : tout le monde pouvait aspirer à la paix, non ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 234
Points : 351
x âge : 23yo
x métier : magizoologiste/soigneuse au Zoo de Londres
x statut : oh man..

MessageSujet: Re: SOS relous   Ven 8 Juin - 7:21

De longues minutes venaient de s'écouler, pendant lesquelles Poppy avait lu tous ces e-mails en retard, répondu à quelques messages venant de sa famille moldue, consulté son planning pour le lendemain et dressé une liste des derniers tests qu'elle devrait prodiguer au nouvel arrivant du centre le lendemain; le tout en sirotant tranquillement sa bière. Elle allait prendre note du fait qu'elle devrait vérifier la température du bassin du dit spécimen lorsqu'un parfait inconnu s'installa sur le tabouret libre à côté d'elle. Si seulement il avait été un parfait inconnu. Elle était incapable de se rappeler son prénom, ou plutôt elle se refusait à jamais le mémoriser, mais elle aurait été capable de le reconnaître au milieu d'une foule de supporters assistant à une coupe du monde de quidditch. Pas parce qu'ils se connaissaient vraiment, pas non plus parce qu'elle l'appréciait, mais parce que l'homme passait son temps à la draguer très lourdement à chaque fois qu'elle avait la malchance de le croiser dans un quelconque établissement. « Salut beauté ! » lui lança t-il avec cet air nonchalant qu'elle détestait tant, « Tu sais, c'est pas très prudent de traîner dans les bars toute seule le soir. » ajouta t-il en jetant un sourire ô combien lourd de sous-entendus en direction d'un autre homme assis quelques tabourets plus loin, probablement son compagnon d'harcèlement pour la soirée, comme s'il venait de gagner un ticket pour rentrer dans le lit de la jeune femme. Comme toujours, elle décida de l'ignorer. Cette technique n'avait jamais vraiment marché, mais qui sait, peut-être que cette fois serait la bonne. Sans surprise, l'homme resta campé là, un sourire prédateur verrouillé sur les lèvres. Où était Luke ? Si il voyait ça, il ne laisserait certainement pas Poppy dans une telle galère ! Elle scruta l'autre côté du bar mais personne n'était à l'horizon, il devait sûrement être dans la réserve. Poppy pensa alors qu'il aurait plutôt intérêt à lui offrir une autre bière pour avoir disparu quand elle avait le pus besoin de ses imposants 1m96 et de ses muscles effrayants. En dernier recours, elle sortit à nouveau son téléphone de sa poche et fit mine d'appeler quelqu'un, « Hej bror ! C'est moi. » commença t-elle dans son Danois piqué d'accents anglais. « T'es en route ? ... Oui j'ai eu maman au téléph... » Pas le temps de finir sa phrase, l'ours qui se tenait toujours à côté d'elle attrapa son téléphone et le posa sur le bar, veillant à garder sa main lourdement posée au dessus. « On sait tous les deux qu'y a personne à l'autre bout du fil. Tu t'amuserais plus si tu me laissais t'emmener chez moi. » Une fois encore, il ne faisait pas dans la dentelle. Elle n'avait jamais été intéressée par les propositions indécentes de l'homme et ne l'était toujours pas. En guise de réponse, elle leva les yeux au ciel et lança « Non merci. Mon téléphone, s'il vous plait. » Malheureusement, la réaction du goujat était bien loin de ce que Poppy avait pu imaginer: il glissa le téléphone de la jeune femme dans la poche arrière de son jean et se rapprocha d'elle. Il avança une main vers l'oreille de la jeune femme pour y replacer une mèche, ce qui semblait bien moins romantique que ce que montraient tous ces films à l'eau de rose qu'elle avait regardé, en ajoutant « Fais pas ta farouche, ça fait des semaines que tu me chauffes. » Il était bien trop proche maintenant, elle pouvait à peine bouger, et Luke n'était toujours pas en vue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 52
Points : 174
x âge : 26 ans
x métier : Comédien
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: SOS relous   Dim 17 Juin - 16:13

J’exécrais ce genre de types. Le genre de mecs à toujours se balader en bandes, mais qui, seuls, auraient été incapables de lever le petit doigt dans un combat de pouce. Le genre de gars martyrisaient les plus fragiles au lycée -inutile de dire que j’en faisais partie, de ces fragiles sans histoire, tentant de ne faire qu’un avec le mur au passage de ces bandes de tocards- et pleuraient dans les jupes de leur mère en toute discrétion, alors qu’ils venaient de se faire larguer par la fille populaire du lycée… Pour ensuite, quelques jours plus tard, forcer la main d’une autre demoiselle : visiblement, ils ne comprenaient pas ce que « non » pouvait vouloir dire. Mais une chose était sûre, qu’on leur tienne tête les émoustillait. Et ça me rendait malade.

Bien évidement, ceux là n’échappaient pas à la règle. Et je crois qu’à y repenser, j’aurais préféré me noyer dans mon verre que d’assister à quelque chose d’aussi pathétique et déconcertant. Regardant discrètement vers la jeune femme, je pris le parti de ne pas intervenir, en premier lieu. Déjà, parce que cette histoire ne me regardait pas, mais aussi car… ils auraient très bien pu se connaître, ou que sais-je encore… Mais en buvant quelques gorgées de mon verre,je n’ai cependant pas pu m’empêcher de surveiller ces molosses du coin de l’oeil. D’abord, le coup classique du coup de téléphone passé en urgence, par la jeune femme. En temps normal, évoquer un petit ami septième dan de karaté était assez efficace. Mais peu importe ce qu’elle avait pu évoquer, ça n’avait pas repoussé ces types, dont le leader prit le téléphone de la demoiselle, là, comme ça, sans pression aucune… J’en restais stupéfait. Je ne pouvais pas rester là sans rien faire !

Comme si de rien n’était, j’ai rejoint la demoiselle, m’approchant d’elle comme pour la serrer dans mes bras – stratagème idéal qui me laisserait ainsi trente secondes pour lui demander de ne pas bouger, et de me faire confiance. Ce qui, en présence de ces abrutis, resterait plus facile à dire qu’à faire : elle ne me connaissait pas ; et si je faisais partie de ce groupe de parfaits crétins ?
Sans rien attendre, je me suis glissé entre le mastodonte et la blondinette, que je pris dans mes bras, comme l’amoureux transi que je me décidais de jouer, du mieux que je pouvais. Rapidement, j’ai glissé dans son oreille un :

- Tout va bien, suivez moi.

Avant de reprendre, de façon bien plus audible, faisant face à l’autre type :

- Salut. Sam, enchanté. Tu dois être un ami de Vanessa ? c’est ma copine. D’ailleurs… je crois que ce téléphone lui appartient.

Tentant de récupérer doucement l’appareil afin de le restituer à sa propriétaire, la réponse fut assez surprenante : sa grosse main d’ours se refermant sur l’objet de ma convoitise. Insistant, j’ai poursuivi :

- Je crois que tu ne m’as pas bien entendu : c’est SON téléphone, et elle attend un appel important. Rends lui, avant que je n’avertisse la police pour ce joli scooter mal garé. Je crois qu’il t’appartient, non ? Dis moi, juste pour info, c’est légal, de se balader sur ces engins sans plaque d’immatriculation et sans casque ? j’aimerais savoir, je dois passer mon BSR justement, histoire de ne pas prendre le métro, tout ça…


Un petit sourire en coin, la réaction escomptée arriva d’un coup d’un seul. J’avais réussi à faire entendre raison à ce gars par l’opération du saint esprit, et par la même occasion, j’avais récupéré le téléphone…

Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour Samuel Collins !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 234
Points : 351
x âge : 23yo
x métier : magizoologiste/soigneuse au Zoo de Londres
x statut : oh man..

MessageSujet: Re: SOS relous   Ven 22 Juin - 15:14

La scène se déroula sous les yeux de Poppy sans qu'elle ne trouve quoi dire. Le jeune homme, dont le nom semblait être Sam, à moins qu'il n'en ai donné un faux pour ne pas avoir à entendre parler de l'ours dans l'avenir, semblait maitriser la situation à merveille. A peine cinq minutes après l'arrivée de son sauveur, la jeune femme avait récupéré son téléphone et son agresseur l'avait non seulement laissée tranquille mais il avait tout simplement quitter l'établissement avec sa bande de molosses. Poppy espérait qu'ils n'allaient pas rejouer le même scénario dans un autre bar avec une autre victime qui n'aurait peut-être pas autant de chance qu'elle. Elle se tourna vers le jeune homme, un sourire soulagé mais un peu gêné aux lèvres. « Je sais pas comment vous remercier, je commençais à désespérer et à être franchement inquiète. » avoue t-elle en baissant les yeux. Elle n'avait pas beaucoup d'égo mais se débarrasser des dragueurs étaient habituellement une chose dont elle pouvait se vanter. « J'adore "Vanessa" mais moi c'est Poppy, Poppy Thurstan. Je peux t'offrir un verre pour m'excuser d'avoir détourné ta soirée ? » Sans même attendre sa réponse, la blonde commanda deux cocktails auprès de Luke qui était enfin réapparu, trop tard. Elle souhaitait remercier Sam mais, sans vraiment se l'avouer, elle espérait aussi qu'il passe un petit moment en sa compagnie, histoire de se sentir un peu plus en sécurité. Leurs boissons arrivèrent devant eux et ni une ni deux, Poppy en avala quelques longues gorgées. Rien de tel qu'une bonne dose d'alcool pour oublier toute cette histoire qui lui faisait froid dans le dos. Elle n'osait pas imaginer ce qui aurait pu se passer si personne n'était intervenu. « Je crois pas t'avoir vu ici avant, c'est la première fois que tu viens ? Ce bar est habituellement bien plus sympa, t'es pas tombé sur la bonne soirée. » A peine avait-elle terminé sa phrase qu'une jeune femme brune en mini-jupe et collants fish net monta sur scène. Quelques secondes plus tard, les premières notes de Don't Go Breaking my Heart résonnèrent dans la salle et l'attention de la plupart des clients se tourna vers le show qui allait commencer. Enfin, si l'on pouvait appeler la soirée karaoké hebdomadaire du boggart music bar comme ça. La plupart du temps les participants étaient plutôt bons, et les membres du public finissaient toujours pas rentrer dans l'ambiance et chanter en choeur avec la star d'un soir, mais de là à appeler ça un véritable show... « Je crois que j'ai participé il y a quelques semaines, mes souvenirs de cette soirée sont un peu flous pour pas te mentir. » dit-elle à son compagnon de fortune, essayant de détendre l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/06/2018
Messages : 52
Points : 174
x âge : 26 ans
x métier : Comédien
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: SOS relous   Mar 10 Juil - 16:59

Agir sur des coups de tête ? Ça m’arrivait régulièrement. Mais je n’avais jamais été aussi fier d’une de ces actions sanguines que ce soir là. Tout était allé très vite. Je ne saurais d’ailleurs pas expliquer d’où m’était venue cette idée de génie, lorsque j’ai menacé d’appeler les flics. L’un de mes plus gros coups de poker : après tout, j’avais beau avoir l’air sur de moi, je n’étais pas même certain que ce scooter lui appartenait vraiment. J’imaginais dans quelle situation j’aurais pu me mettre, si ce coup de bluff n’avait pas marché. J’avoue que je n’aurais pas su quoi faire de plus… pourtant, je n’aurais pas pu partir en laissant la jeune femme dans cette situation, et me couvrant de ridicule, me faisant passer pour le plus gros des connards qui soit, par la même occasion. Comme quoi, parfois, la vie était tout de même bien faite.

Adressant un sourire à la jeune femme, je me suis contenté de répondre :

- Pas la peine de me remercier. C’était avec plaisir.

Et c’était rien de le dire : je détestais ce genre de type, et les voir repartir bredouilles me faisait intérieurement jubiler. Et puis… si j’avais pu aider cette jeune femme, alors c’était tout bénéf’ !
Lui tendant la main histoire de serrer la sienne, j’ai répondu après qu’elle se soit présentée :

- Enchanté Poppy ! Moi c’est Samuel. Mais tu peux m’appeler Sam ! Et marquant une courte pause, j’ai continué dans un sourire, acceptant sa proposition : avec plaisir !

Que ce fut avec un ami ou une inconnue, je ne refusais jamais un verre, par principe. Et puis… celui-ci n’était clairement pas de refus : si j’avais passé la porte de ce bar, c’était bien pour ça après tout. Et haussant les épaules, je me suis installé à mon aise, profitant de l’ambiance qui revenait doucement à la normale :

- Boh, j’imagine… Mais bon, y’a des cons partout, faut croire !


Observant les gens se masser en bandes autour des participants au karaoké, j’ai demandé :

- En effet, j’suis grillé : c’est la première fois que je viens ici ! Ils organisent souvent, ce genre de trucs ? c’est cool !


Et l’écoutant m’expliquer qu’elle n’avait plus vraiment de souvenirs de sa dernière soirée dans ce bar, j’ai souri :

- Ca devait être une bonne soirée, du coup !

Car oui, j’étais vraiment convaincu qu’une soirée dont on avait pas ou peu de souvenir avait de grandes chances d’avoir été énorme, l’alcool donnant souvent toutes sortes d’idées extraordinaires du type « eh viens, on prend un bain de minuit dans la fontaine ! » et il fallait bien admettre qu’on se marrait bien, en accomplissant ce genre d’exploits, dont, si on avait la chance de s’en souvenir, on pourrait se vanter pendant longtemps !

Le serveur arrivant, j’ai demandé ce verre que je convoitais tant, laissant poppy en faire de même avant de lui proposer :

- Ils ne sont clairement pas à la hauteur, ces mecs… Viens, on leur montre de quoi on est capables !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: SOS relous   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

SOS relous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: camden :: the boggart music bar
-